Navigation – Plan du site
Essai

L’Art japonais après Fukushima : au prisme des festivals

Clélia Zernik
p. 85-104
Traduction(s) :
Japanese Art after Fukushima through the Prism of Festivals

Notes de la rédaction

Le texte de Clélia Zernik « L’Art japonais après Fukushima : au prisme des festivals » est le fruit d’une collaboration originale entre l’Institut français, l’Institut national d’histoire de l’art et la revue Critique d’art, qui ont décidé ensemble de créer un nouveau format d’aide à l’écriture et à la publication d’un essai critique.

Cette aide, inaugurée en 2016 et faisant l’objet d’un appel à candidatures annuel, s’inscrit dans un programme plus large de soutien à l’écriture sur l’art contemporain et à sa diffusion à l’international, initié par l’Institut français dans le secteur des arts visuels, en partenariat avec le ministère de la Culture – Direction générale de la création artistique. Ainsi, pendant un cycle de trois ans ont été mis en place plusieurs dispositifs qui favorisent la mobilité des chercheurs et celle des critiques d’art, la circulation de leurs idées et la traduction de leurs écrits.

Si la première lauréate de l’aide à l’écriture critique, Julie Crenn, s’était rendue en Afrique du Sud pour examiner les scènes artistiques africaines vues par les femmes artistes1, Clélia Zernik s’intéresse ici tant aux œuvres qu’au cadre dans lequel elles sont montrées, dans cette passionnante enquête sur les festivals d’art contemporain dans le Japon d’aujourd’hui. Sans succomber à la facilité d’une approche comparatiste, ses descriptions attentives conduisent les lecteurs à faire l’expérience de ces manifestations de près, afin de découvrir graduellement leur singularité. Cet article montre en effet de manière convaincante que loin de circonscrire un champ restreint aux seuls initiés de l’art contemporain, ces festivals structurent au Japon à la fois des territoires géographiques et des espaces sociaux, dans une temporalité qui est celle de la durée, du temps lent du partage. Bonne lecture !

Elitza Dulguerova, conseillère scientifique du domaine Histoire de l’art du XVIIIe au XXIe siècle, INHA, et Vincent Gonzalvez, Responsable du pôle arts visuels et architecture, Institut français

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Aperçu du texte

The Echigo-Tsumari Art Triennale - Akiko Utsumi, For Lots of Lost Windows, 2006 © H. Kuratani

Une carte en poche qui décrit tous les itinéraires (bleu, rouge, vert), av...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clélia Zernik, « L’Art japonais après Fukushima : au prisme des festivals  », Critique d’art, 49 | 2017, 85-104.

Référence électronique

Clélia Zernik, « L’Art japonais après Fukushima : au prisme des festivals  », Critique d’art [En ligne], 49 | Automne/hiver 2017, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27147 ; DOI : 10.4000/critiquedart.27147

Haut de page

Auteur

Clélia Zernik

Normalienne, agrégée et docteur en esthétique, Clélia Zernik est professeur de philosophie de l’art aux Beaux-Arts de Paris depuis 2011. Ses premières recherches portent sur la relation entre art et sciences, telle qu’elle est élaborée par les psychologues de la perception et par les phénoménologues (Perception-cinéma, Paris : Vrin, 2012 ; L’Œil et l’objectif, Paris : Vrin, 2014). Celles-ci s’orientent désormais vers le cinéma (Les Sept samouraïs d’Akira Kurosawa, Louvain : Yellow Now, 2013 ; L’Attrait du café, Louvain : Yellow Now, 2017) et l’art contemporain japonais, grâce à des séjours d’études à l’université Waseda et à l’université de Tokyo.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals