Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Catalogues collectifs

Futur antérieur : l’avant-garde du livre yiddish (1914-1939)

Marianne Jakobi
Référence(s) :

Futur antérieur : l’avant-garde du livre yiddish (1914-1939), Paris : Skira Flammarion : Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, 2009

Texte intégral

1« Qui étions-nous ? Quelle place tenions-nous dans le concert des nations ? Quelle était notre culture ? Et quel devait être notre art ? Tout cela s’est joué dans quelques bourgades de Lituanie, de Biélorussie, d’Ukraine », écrit El Lissitzky dans un remarquable article de 1923 où il relate son émerveillement devant la synagogue de Mogilev. A partir de ce témoignage, Nathalie Hazan-Brunet se demande comment toute une génération a pu participer à la modernité sans renoncer à la tradition populaire et folklorique qu’elle vient de découvrir. De quelle manière, en effet, ce nouveau rapport au passé et au thème de l’écriture qui se cristallise dans le livre va-t-il permettre aux artistes, poètes et écrivains d’inventer une avant-garde artistique spécifiquement juive ?

2Trois textes apportent un éclairage très précieux sur cette période qui mêle émergence des idées d’autonomie, révolution russe et débat sur la langue. Seth L. Wolitz montre comment la transposition de la philosophie des Lumières dans le judaïsme (Haskalah) provoque un faussé entre défenseurs d’une culture religieuse traditionnelle et partisans d’une modernité à l’occidentale. Il pointe l’importance du théâtre juif dans le processus d’émancipation des Juifs et son développement florissant jusqu’à New York : désormais, les Juifs se représentent eux-mêmes au lieu d’être représentés par d’autres.

3Hillel Kazovsky analyse la manière dont le livre illustré offre aux artistes juifs modernistes un espace privilégié de création où se mêlent le texte et l’image : le sens du texte et le symbolisme des motifs juifs s’enrichissent mutuellement. El Lissitzky par exemple insère des emblèmes d’imprimeurs juifs du XVIIe siècle ; il choisit un geste que l’on retrouve très souvent dans les tampons anciens et le transpose par un motif des mains qui accomplissent le geste caractéristique de « bénédiction des cohanim ».

4Ruth Apter-Gabriel réfléchit à la notion d’influence en histoire de l’art à partir des sources de l’art populaire dans le nouvel art juif russe. Il rappelle d’abord l’importance décisive des expéditions ethnographiques d’An-sky (Shloyme-Zanvl Rapoport) organisées entre 1912 et 1914. An-sky, et, à sa suite Solomon Youdovine, en rapporte des gravures de pierres tombales, des frontispices de livres et de manuscrits enluminés, des boîtes à épices ou des lampes de Hanouca, des relevés de peinture murale de synagogues, autant d’objets qui vont constituer un répertoire iconographique sans précédent. Dans un second temps, l’auteur de l’article montre avec beaucoup de justesse comment les artistes, notamment Marc Chagall, Issachar Ber Ryback, El Lissitzky, Joseph Tchaïkov oscillent entre ce nouvel univers artistique d’images et leurs créations propres.

5Le très beau catalogue des œuvres groupées par artiste est accompagné d’un précieux appareil critique : une biographie, une liste des œuvres très complète, une bibliographie, un glossaire et surtout une remarquable anthologie établie par Ada Ackerman dont les choix judicieux et la présentation analytique des textes dressent le « Portrait d’une génération avide d’idéaux et tendue vers un passé glorieux ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Jakobi, « Futur antérieur : l’avant-garde du livre yiddish (1914-1939) », Critique d’art [En ligne], 34 | Automne 2009, mis en ligne le 26 janvier 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/509

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals