Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Catalogues collectifs

HF (Harun Farocki) | RG (Rodney Graham)

Benjamin Thorel
Référence(s) :

HF (Harun Farocki)| RG (Rodney Graham), Paris : Black Jack : Ed. du Jeu de Paume, 2009

Texte intégral

1Le paradoxe assumé de Harun Farocki | Rodney Graham —de l’exposition organisée par Chantal Pontbriand au Jeu de Paume comme du catalogue dirigé par la commissaire et critique d’art québécoise— tient dans le signe de ponctuation qui, dans le titre du projet, sépare les noms des deux artistes autant qu’il les accole. Ni trait d’union, ni double barre indiquant un parallélisme, ni barre oblique suggérant un rapport sur un mode dialectique, cette simple barre juxtapose deux artistes pour « penser ensemble » leurs œuvres sans pour autant forcer leurs accords ou leurs dissonances. Cette monographie duelle a pour ambition, écrit Chantal Pontbriand dans l’essai qui ouvre le livre, de « comprendre les grands axes de pensée présents dans ces deux œuvres, tout en les abordant simultanément et de façon comparative » (p. 19). Quatre « concepts » —l’archive, le non-verbal, la machine et le montage—, induits par le travail de Farocki et celui de Graham, ont ainsi été choisis par la curatrice pour servir de « repères » dans le parcours d’exposition, et être « explorés à la lumière du tandem Farocki | Graham » dans les pages du catalogue (p. 20). Au texte de Pontbriand, qui relève le défi de relier chacun des quatre termes aux démarches des deux artistes, succèdent alors quatre essais plus théoriques, qui s’y réfèrent avec plus ou moins de précision. Si la connaissance intime que Christa Blümlinger possède du cinéma de Farocki ressort dans son essai sur le montage, l’étude de Catherine Perret sur l’archive passe complètement à côté de l’œuvre du réalisateur allemand, dont le travail sur les banques d’images est pourtant d’une richesse rare. Catherine Malabou échappe pour sa part au flou de la notion de « non-verbal » en se focalisant sur l’homéostasie, principe de constance et d’autorégulation des pulsions qu’elle relie aux projections en boucle qu’affectionne Graham, d’une part, et aux doubles écrans et systèmes de comparaison chères à Farocki, d’autre part. Peter Szendy, en charge de la « machine », met en relation les figures d’accumulation que l’on retrouve dans plusieurs pièces des deux artistes, s’appuyant non sans pertinence sur l’ouvrage de Friedrich Kittler Grammophon Film Typewriter (dont on attend toujours une édition francophone !). L’ensemble est cohérent, parce qu’une même perspective phénoménologique unit les auteurs : le sujet, sa constitution et sa perception sont au centre de leurs interrogations, Chantal Pontbriand présentant ainsi les deux artistes comme des « étrangers » à l’identité transitive. Une approche esthétique qui permet une liberté d’interprétation certaine, mais dont la contrepartie est d’indifférencier les parcours respectifs de Farocki et de Graham, d’en ignorer la réception critique comme les articulations internes. Le premier n’est-il pas d’abord un cinéaste, un documentariste, auteur indépendant ? Le second ne joue-t-il pas curieusement à l’amateur, depuis qu’il a délaissé les études freudiennes et le cinéma d’exposition ? La place accordée à la pensée des artistes eux-mêmes est finalement réduite : l’ouvrage comprend certes un texte de chacun d’eux, mais, significativement, dans une mise en page qui les sépare du corps théorique de l’ouvrage, comme si leur statut était presque celui d’une illustration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Thorel, « HF (Harun Farocki) | RG (Rodney Graham) », Critique d’art [En ligne], 34 | Automne 2009, mis en ligne le 26 janvier 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/510

Haut de page

Auteur

Benjamin Thorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals