Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Catalogues monographiques

Nathalie Talec

Marion Daniel
Référence(s) :

Nathalie Talec. Vitry-sur-Seine : Mac/Val, 2008

Texte intégral

1Dans ses « portraits stratégiques » (1986) et sur la couverture du catalogue qui lui est ici consacré, Nathalie Talec se met en scène en exploratrice du Grand Nord. Dressant un portrait pluriel de la jeune artiste, ces photographies déterminent plusieurs postures qu’elle entend adopter, entre réalité scientifique et processus fictionnels. Son portrait —elle le dessine depuis 1979— date de sa première exposition, dans de vraies-fausses expéditions relayées par de vraies-fausses photographies documentaires qui situent N. Talec avant tout dans la performance. Depuis cette date, elle travaille de manière inédite et exclusive le même objet, « le froid », qui dit-elle « reste un objet d’étude dont je ne suis pas en mesure d’expliciter les origines ». Un objet à géométries variables, dans le sens où variable renvoie à incertain (temps variable), susceptible de se modifier dans sa forme (solide, liquide, gazeuse), mais aussi apte à subir des variations selon une théorie des états. Chez N. Talec, la parole et le récit permettent de faire le lien entre ces états, en inventant des histoires.

2L’actualité de cette exposition récente au Mac/val, et de cette publication, a amené l’artiste à se demander comment faire une rétrospective. Dans l’exposition une forme —deux modules recouverts d’une couverture de survie argentée/dorée et comportant plusieurs cellules— a suggéré plusieurs variations possibles sur l’espace du Mac/val. A partir d’un unique objet, l’artiste aura inventé toute une série de couleurs, de formes et de postures fictionnelles (les objets, les photographies, les installations, les lectures, la chanson, la laborantine, l’exploratrice, l’artiste…). Dans toutes ses pièces, des descriptions (écrites, dites, parlées) relatives aux sensations revêtent un caractère plus expérimental que véritablement scientifique. Il suffit de lire la dernière phrase de sa Conférence sur le froid pour en déceler le ton de la supercherie : « Et, dans cette période d’été que nous abordons, quoi de plus délicieux qu’une crème glacée, rafraîchissante et sucrée ».

3Entre photographies, textes, objets, actions, le travail de l’artiste nous dit ce que serait une œuvre entièrement fondée sur la performance. Une mise en situation, impliquant des spectateurs : par la chanson ou une musique jouée devant des œuvres, comme dans la performance Haute fidélité au Musée du Louvre (2006). Les contributions des auteurs associés au catalogue confirment les multiples stratégies de cette artiste. N. Talec endosse tous les rôles, adoptant l’attitude du « comme si ». Mais dans le même temps, son travail tout en arborescences affirme la présence d’une voix (la chanteuse), dans un sillon parfaitement tracé.

4Dans les planches des « Archives du pôle, projets et notes » (1984), N. Talec décrit des prévisions, comme celle du déplacement du bois flotté. La légende indique : « Déplacement lent avec fracas, secousses et glissements ». Chez elle, la description scientifique prend des allures poétiques, indiquant les légères modifications du temps. Les portraits aquarellés, assez classiques, qu’elle réalise montrent des personnages au nez saignant. Ce dernier fonctionne comme un signe constant chez elle : nez saignant dans la performance Haute fidélité, ou bien nez saignant d’un corps abîmé par le froid, qui serait passé de l’état solide à l’état liquide…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Daniel, « Nathalie Talec », Critique d’art [En ligne], 33 | Printemps 2009, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/610

Haut de page

Auteur

Marion Daniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals