Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Agnès Thurnauer

Carole Boulbès

Texte intégral

Agnès ThurnauerAfficher l'image
Crédits : © Henri Ray

1Agnès Thurnauer surprend par la liberté qu’elle s’accorde et ses orientations singulières. Depuis 1996, des catalogues personnels signés entre autres par Eric de Chassey, Fabrice Hergott, Christophe Domino, documentent son travail. Peintre avant tout, elle s’intéresse à la typographie et au rapport entre le texte et l’image. Sculpteur, elle recourt au plastique tout autant qu’à la terre. Convaincue qu’un tableau peut générer un mouvement cinématographiquement analogue à celui de la vidéo, elle vit son travail comme une sorte de chronique de la société contemporaine.

  • 1 Agnès Thurnauer, catalogue de son exposition Pour venir au monde (12 janv.-25 févr. 2001), Ivry-sur (...)

2En 2001, le catalogue du Credac1 montrait des compositions abstraites peu traditionnelles, obtenues grâce à un mélange d’acrylique, de marker et de papier adhésif. Des photopeintures, associant des fragments du corps dénudé de l’artiste à des fragments de ses toiles étaient aussi reproduites, pour souligner le désir de ne faire qu’un avec le tableau, de vivre la peinture pleinement, sans carcans, et même sans châssis pour ne pas limiter l’espace de son intervention.

  • 2 Agnès Thurnauer : les circonstances ne sont pas atténuantes (11 janv.-28 févr. 2003), Paris : Caiss (...)

3Beaucoup plus foisonnante dans son iconographie, la publication Les Circonstances ne sont pas atténuantes2 (2003) présentait notamment une carte postale rédigée par Nicolas Bourriaud où étaient évoqués les liens complexes que l’artiste tisse entre les choses. Certains des documents (livresques surtout) qui sont essentiels à sa réflexion étaient reproduits parallèlement aux photographies de ses peintures prises in situ dans l’atelier. Le titre de cette exposition au Palais de Tokyo renvoyait à la création picturale, espace ouvert où tout devient un sujet potentiel, où rien n’est contingent.

4Les mots comme les images sont pour Agnès Thurnauer des déclencheurs d’espace. Elle écrit beaucoup, elle prend des notes. Cette dimension littéraire a pris de l’ampleur après le tournant qu’a représenté son exposition à la Biennale de Lyon en 2005. Des remakes d’Edouard Manet ou de Piero della Francesca étaient littéralement recouverts par les lettres d’un message qui entrait en interaction avec l’image. Les mots sont dans la peinture et ils en perturbent la portée politique et sociale, surtout lorsque l’artiste s’avise de féminiser les grands noms de l’histoire de l’art, lorsqu’elle fait sienne la devise de Robert Filliou : « bien faite, mal faite, pas faite ».

  • 3 Agnès Thurnauer, Blou : Monographik, 2008. Voir dans ce numéro la notice n°226, p. 98

5En 2008, la monographie éditée3 à la suite de l’exposition du CCC de Tours rend compte de cette obsession scripturale qui se développe dans différentes séries d’acryliques. Traités sous forme de polyptiques, les mots « now », « elle », « lui », « random », « time », « idea »… deviennent les sujets principaux des tableaux. Les nombreuses reproductions d’œuvres postérieures à 1994 sont complétées par des photographies récentes de l’atelier : l’accrochage serré des peintures typographiques évoque les revues d’un kiosque, ou plutôt une séquence narrative. Dans son entretien avec Damien Sausset, l’artiste revient sur sa formation à l’école nationale supérieure des arts décoratifs où elle réalisait des vidéos, tout en continuant à peindre secrètement. Qui sait ? Peut-être nous surprendra-t-elle un jour avec un scénario de film ?

Haut de page

Notes

1 Agnès Thurnauer, catalogue de son exposition Pour venir au monde (12 janv.-25 févr. 2001), Ivry-sur-Seine : Credac, 2001

2 Agnès Thurnauer : les circonstances ne sont pas atténuantes (11 janv.-28 févr. 2003), Paris : Caisse des dépôts et consignations ; Palais de Tokyo, 2003

3 Agnès Thurnauer, Blou : Monographik, 2008. Voir dans ce numéro la notice n°226, p. 98

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Boulbès, « Portrait. Agnès Thurnauer », Critique d’art [En ligne], 33 | Printemps 2009, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/632 ; DOI : 10.4000/critiquedart.632

Haut de page

Auteur

Carole Boulbès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals