Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Donna Haraway. Manifeste cyborg et autres essais

Dork Zabunyan
Référence(s) :

Haraway, Donna. Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes, Paris : Exils, 2007

Texte intégral

1Nous sommes tous à peu près en mesure de nous représenter l’image d’un cyborg ; le cinéma nous aide assez en ce sens : il y a Robocop, ou Terminator, ou encore les « réplicants » de Blade Runner. Les lecteurs de romans de science-fiction, de leur côté, ne rencontrent guère de difficultés à se figurer ces robots humanoïdes. Toutefois, le fait qu’il existe, dans les départements d’études culturelles aux Etats-Unis, une discipline qui se nomme « cyborgologie » —cyborg studies—, voilà qui reste beaucoup plus énigmatique. A l’origine de cette discipline, il y a le Manifeste cyborg de Donna Haraway, enfin traduit en français et regroupé au sein d’un recueil avec cinq autres articles de la même auteure, par ailleurs professeure au Centre pour l’histoire de la conscience à l’université de Santa Cruz, en Californie. Publié dans une première version en 1983, le Manifeste de Haraway a eu d’emblée une importance décisive dans le domaine des études féministes, le cyborg se situant dans un monde « posthumain » et « postgenre » qui favorise un dépassement de ces dichotomies où se fixent nos asservissements ordinaires : entre l’homme et la femme, bien entendu, mais également entre l’homme et la machine, entre l’homme et l’animal, entre le privé et le public… Autant de frontières que Donna Haraway juge désormais fallacieuses. La portée critique de cet argument est connue : en subvertissant les catégories binaires qui ont pu constituer la culture occidentale, ce sont les « matrices de domination » de cette même culture qui vacillent. Ce qui est nouveau, dans cette optique, c’est la référence au cyborg, précisément. Ce dernier, certes, dissout l’opposition entre l’organique et le machinique ; figure protéiforme, il rend surtout obsolète les modèles d’identité d’un « hétérosexisme » qui voue à essentialiser chez la femme la fonction biologique de reproduction. A ceux qui estiment que le soi cyborgien —soi fondamentalement clivé, pris dans un vaste espace d’information polymorphe—, appartient à la pure fable, Haraway répond que c’est la frontière « [séparant] la science-fiction et la réalité sociale [qui] n’est qu’illusion d’optique ». Il ne s’agit pas de nier que le Manifeste cyborg relève de la fiction, mais d’apprécier une conception de la fiction qui puisse nous renseigner sur les affects de notre temps ; « une fiction qui change le monde », aussi, comme le soutient non sans ironie l’auteure, l’ironie étant d’ailleurs, selon elle, pleinement solidaire de cette « histoire de tension produite lorsque l’on veut faire tenir ensemble des choses incompatibles ». L’image du cyborg, de ce fait, est indissociable d’un humour non conformiste. Au regard de ce Manifeste, un problème surgit néanmoins : à quelle affectivité renvoie en définitive le cyborg ? Est-il le prélude à des manières de sentir autrement ? Augure-t-il réellement de cet inconnu moral qui affleure ici et là dans le texte ? Le doute s’insinue lorsque Donna Haraway évoque Rachel, la réplicante de Blade Runner, « qui représente la peur, l’amour et la confusion que produit une culture cyborgienne ». On se souvient de la fin du film de Ridley Scott : le monde est dans un état de destruction remarquable, ce qui n’empêche pas les personnages de Rachel et de Deckard de se demander l’un à l’autre : « tu m’aimes ? ». Si le monde du cyborg est posthumain, celui des sentiments qui l’animent ne l’est sans doute pas encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dork Zabunyan, « Donna Haraway. Manifeste cyborg et autres essais », Critique d’art [En ligne], 31 | Printemps 2008, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/727

Haut de page

Auteur

Dork Zabunyan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals