Skip to navigation – Site map
Livres et catalogues
Catalogues collectifs

Ant Farm

Christophe Kihm
Bibliographical reference

Ant Farm, Orléans : Frac Centre : HYX, 2007

Full text

1Publié à l’occasion de l’exposition d’Ant Farm au Frac Centre du 12 au 23 décembre 2007, ce très beau catalogue, qui fait état des dix ans de création du collectif californien, propose un nombre important de documents iconographiques, de notices et de textes concernant leurs différents projets.

2Fondé en 1968 par Doug Michels et Chip Lord, rejoints par la suite par Curtis Schreier, Hudson Marquez, Douglas Hurr et d’autres encore, le collectif Ant Farm a marqué les esprits par quelques œuvres spectaculaires. Parmi les plus célèbres, Cadillac Ranch (1974), dix Cadillac alignées, inclinées et à moitié enterrées aux abords la route 66 ; Media Burn (1975), une performance au cours de laquelle une Cadillac lancée en ligne traverse un mur d’écrans de télévisions, ou The Eternal Frame (1974), remake de l’assassinat de J.F. Kennedy tourné en vidéo.

3Ce travail, comportant de nombreuses réalisations architecturales, peut-être parce qu’il est symptomatique d’une époque (les années 1970) et d’un lieu (la Californie) —et à ce titre tributaire de la culture hippie, dans la continuité qu’elle établit entre nature et technologie, de l’esprit freaks, dans des mélanges culturels pop où se combinent parodies et utopies—, fait ici l’objet d’une réévaluation à travers six textes et entretiens (Pamela Lee, Caroline Maniaque, Bernard Blistène, Pierre Huyghe et Chip Lord…). Le rapport de sa valeur au temps y est donc rejoué entre filiation et héritage, innovation et pertinence.

4Cette réévaluation opère majoritairement sur trois plans. La dimension critique du travail, qui s’applique à la société de consommation, aux symboles de l’Amérique, aux médias. Sa dimension historique, ses rapports à un passé avant-gardiste et son héritage au présent, qui situe Ant Farm dans une large constellation conceptuelle et artistique. Sa transdisciplinarité, qui prend racine dans la double formation plastique et architecturale des membres fondateurs du collectif, ainsi que dans leur pratique de la performance.

5En émerge, chez Ant Farm, une relation spécifique à l’image, que souligne très clairement cette remarque de Chip Lord lors de sa conversation avec Pierre Huyghe : « […] par notre formation en architecture, la question du travail de l’architecte prenait tout son sens. Au début, il y a une idée toute simple de ce que l’image de la maison ou du bâtiment pourrait être. Ensuite, viennent se greffer des éléments d’ordre technique, structurel et esthétique. Enfin, parfois, des années plus tard, une série de documents permet au projet de se concrétiser. Mais, in fine, vous revenez à l’image et une seule question demeure : dans quelle mesure l’image finale se révèle-t-elle fidèle à l’image originelle. » Dans ce processus, se formule singulièrement la pratique artistique du collectif californien. Resterait à étudier précisément les termes de cette « fidélité » reliant une image à une autre, car il n’est pas certain qu’elle engage une réflexion critique sur l’image : le statut de cette dernière, dans ses dimensions parodiques, utopiques ou fascinatrices, demeurant toujours idéal —le monument Cadillac Ranch accomplissant, à ce titre, de manière exemplaire ce double programme mémorial et allégorique.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Kihm, « Ant Farm », Critique d’art [Online], 31 | Printemps 2008, Online since 31 January 2012, connection on 19 January 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/780

Top of page

About the author

Christophe Kihm

By this author

Top of page

Copyright

Archives de la critique d’art

Top of page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals