Navigation – Plan du site

Martijn Rus (éd.), Poésies du non-sens, XIIIe-XIVe-XVe siècles

Agathe Sultan
Référence(s) :

Poésies du non-sens, XIIIe-XIVe-XVe siècles. I. Fatrasies (Fatrasies de Beaumanoir, Fatrasies d’Arras), textes édités, traduits et commentés par Martijn Rus, Orléans, Paradigme (« Hologrammes », 2), 2005, 138 p.

Texte intégral

1Rassemblant en un seul recueil les Fatrasies de Philippe de Beaumanoir et les Fatrasies d’Arras, ce livre rend le corpus complet accessible à un vaste public, puiqu’il lui adjoint d’intéressantes traductions en français moderne (révisées par P. Bec) ainsi qu’un appareil de notes infrapaginales traitant pour l’essentiel des difficultés lexicales. Les textes sont encadrés par une courte préface et par une postface dues à M. Rus, qui y propose un aperçu du contexte de l’art des fatrassiers.

2Souvent réunies sous la même bannière, celle du « non-sens » ou de l’« anti-lyrisme », les formes diverses que représentent la fatrasie, le fatras et la resverie sont loin d’avoir suscité toute l’attention qu’elles méritaient. Si le vingtième siècle s’est découvert – somme toute assez tardivement – un semblant d’intérêt pour des poèmes parfois taxés de « surréalistes », la moisson des articles et des ouvrages qui leur ont été consacrés demeure modeste. Les textes, quant à eux, restent éparpillés, puisqu’ils figurent dans des florilèges qui par définition n’en proposent qu’un choix restreint (on compte par exemple une demi-douzaine de fatrasies dans l’anthologie de J. Dufournet et Cl. Lachet), ou en appendice à des études savantes. Jusqu’à présent, le corpus complet ne pouvait être consulté que dans l’Essai de L.C. Porter, lequel rééditait les Fatrasies d’Arras et les Fatrasies de Philippe de Beaumanoir données respectivement par A. Jubinal en 1839 et par H. Suchier en 1884. Une édition maniable et accessible, réunissant ces deux séries de poèmes et les agrémentant d’une traduction rythmée, trouve donc en soi sa justification. Point n’était besoin d’en appeler à la « modernité » du genre – ainsi que le fait M. Rus – pour convaincre le lecteur de l’intérêt de ce premier tome. Partant de l’idée pour le moins contestable selon laquelle la modernité en poésie tiendrait au détournement de la fonction « utilitaire » et « communicative » du langage, l’éditeur de ces pages se trouve irrésistiblement entraîné à confronter fatrasie et poésie oulipienne, onomatopées, bilinguisme, amphigouri, tous phénomènes littéraires mis pour ainsi dire dans le même panier. Or, justement, vouloir rapprocher le non-sens fatrasique de la virtuosité verbale des Grands Rhétoriqueurs (laquelle tend plutôt à transcender la contingence du monde), voire de la Chanson de Roland (au motif que l’énumération des corps de bataille y manifesterait un « affaiblissement du sens ») relève d’une sorte de coq-à-l’âne. Que le propos critique épouse ici son objet au point d’en paraître excessivement décousu manifeste cependant une vraie difficulté. En effet, comme l’écrit à juste titre M. Rus (p. 114), il est ardu de percevoir quelle logique a présidé à l’invention de l’univers irréel des fatrasies. La pensée du « monde à l’envers » (p. 114), la « déterritorialisation » (p. 118), le « fantastique » (p. 124) sont autant d’approches possibles, bien que de pertinence inégale, proposées à qui voudrait lire ces poèmes à la lumière de leur syntaxe et de leur lexique. Trop peu de choses sont dites, en revanche, sur leur forme, et l’on peut déplorer que métrique et versification aient été ici expédiées en quelques lignes (p. 104-105 et p. 131), alors qu’elles jouent un rôle primordial dans l’art des fatrassiers. Tout irrationnelle qu’elle soit, la poésie fatrasique possède bel et bien sa propre raison, dont témoignent la rigueur de ses structures et son attrait pour le nombre. Cette dernière réserve exprimée, il faut reconnaître que la postface de M. Rus, en dépit de ses dimensions modestes, remplit convenablement son office en proposant une bonne synthèse sur la littérature critique et les enjeux de la fatrasie. Pour l’essentiel, ce livre a le mérite d’offrir à un large public des poèmes dont la séduction et le mystère n’ont pas fini de faire rêver. La présentation des textes (lesquels sont commentés dans de nombreuses notes infrapaginales) aurait certes gagné à se montrer plus scrupuleuse, non seulement du point de vue de la ponctuation (p. 17 v. 11, p. 20 v. 11, p. 53 v. 10, p. 61 v. 2, etc.), mais encore pour ce qui regarde le compte des syllabes (p. 32 v. 11, p. 37 v. 11, p. 61 v. 4, etc.). Ces défauts sont tempérés par les traductions de P. Bec, qui a pris le louable parti de conserver en français moderne les mètres originels de l’ancien français (même si la clarté du propos en pâtit quelquefois– cf. p. 49 v. 7, entre autres –, tout comme la rigueur syntaxique – p. 40 v. 1-6, p. 46 v. 7, p. 70 v. 11, et passim). À propos de ces traductions, il est d’ailleurs piquant que dans des cas d’homonymie ou de polysémie, on ait opté pour des interprétations qui renforcent la cohérence textuelle, en présupposant l’existence de champs sémantiques à l’intérieur des fatrasies (ainsip. 15 pour la signification du verbe « saine »). Voilà qui suggère du moins que la thèse d’un « non-sens absolu », fût-elle zumthorienne, reste toute relative.

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Sultan, « Martijn Rus (éd.), Poésies du non-sens, XIIIe-XIVe-XVe siècles », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/1010

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals