Navigation – Plan du site

Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner (dir.), Dire et penser le temps au Moyen Âge. Frontières de l’histoire et du roman

Olivier Bertrand
Référence(s) :

Dire et penser le temps au Moyen Âge. Frontières de l’histoire et du roman, études recueillies par Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2005, 264 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est collectif et se compose de trois parties principales qui explorent l’expression et la conscience du temps dans l’historiographie médiévale : « dire le temps », « temps historique, temps vécu » et « entre histoire et roman ». Les contributeurs de ce recueil s’interrogent sur les manières de cristalliser le temps historique, sur les notions de chronologie mais aussi sur les liens entre histoire et mythe dans les textes du Moyen Âge. Écrire l’Histoire et circonscrire sa temporalité dans le champ des « possibles chronologiques », voilà ce que les onze articles tentent de mettre au jour, à la fois dans les textes historiques mais aussi à travers la prose littéraire.

2Le recueil se lit en trois temps :

  • 1) « Dire le temps ». Cette partie ne comporte que trois articles et envisage le temps sous son aspect historique. Olivier de Laborderie explore les généalogies en rouleau des rois d’Angleterre (13e s. et 14e s.) dans leur version anglo-normande et tente de définir ce que représente la « permanence » du royaume en lien avec la continuité de l’Histoire. Philippe Contamine quant à lui examine les chronogrammes contenus dans les textes et qui permettent de dater ces derniers. Enfin Gillette Labory étudie consciencieusement l’expression du temps dans la Grande Chronique de Normandie, compilation historique du 14e siècle, réécriture partielle de l’Histoire selon le temps « normand » mais surtout histoire exemplaire glorifiant le pouvoir normand.

  • 2) « Temps historique, temps vécu ». La deuxième partie du recueil est composée de textes variés ; textes qui montrent combien le temps historique ne se confond pas avec le temps vécu. La contribution d’Armelle Leclercq retrace la chronologie suivie dans deux chroniques de la première croisade : celles de Raymond d’Aguilers et Guibert de Nogent. L’article d’Élisabeth Gaucher quant à lui marque les distinctions entre temps collectif et temps individuel dans la biographie du 13e siècle de Guillaume le Maréchal (mort en 1219) : oublis (volontaires ?), sélection, choix des dates et des faits historiques, la temporalité est ici étudiée avec soin. Un travail sur la chronologie est également effectué par Marie-Thérèse de Medeiros dans son article sur la Chronique de Jean le Bel. Françoise Autrand et Giovanna Angeli quant à elles explorent les liens entre l’écriture que Christine de Pizan fait du Livre de l’Avision Christine et du Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V avec l’Histoire de France dans deux articles passionnants qui invitent le lecteur à revisiter les écrits de l’auteur dans une perspective plutôt politico-historique.

  • 3) « Entre histoire et roman ». Cette dernière partie convoque plus volontiers les textes de roman de la fin du Moyen Âge et montre comment les auteurs s’approprient le temps historique au sein même de leur fiction. Maud Simon travaille sur la « profondeur temporelle » dans le Roman d’Alexandre en prose, Christine Ferlampin-Archer étudie plus volontiers le temps historiographique dans Perceforest et enfin Catherine Gaullier-Bougassas travaille sur les distinctions entre temps historique et temps romanesque dans Saladin et Le livre de Baudouin de Flandre.

3L’ensemble du recueil est très documenté et précis. Sa lecture en est d’autant plus agréable et claire que les sujets autour de la notion de temporalité sont variés et parcourent tous les genres.

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner (dir.), Dire et penser le temps au Moyen Âge. Frontières de l’histoire et du roman », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/1025

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals