Navigation – Plan du site

Myriam White-Le Goff, Envoûtante Mélusine

Karin Ueltschi
Référence(s) :

Myriam White-Le Goff, Envoûtante Mélusine, Paris, Klincksieck (Les grandes figures du Moyen Âge 1), 2008, 234p.

ISBN 978-2-252-03675-4.

Texte intégral

1Envoûtante Mélusine de Myriam White-Le Goff inaugure une nouvelle collection chez Klincksieck, « Les grandes figures du Moyen Âge », qui répond à un double besoin de notre médiévistique : celui du renouvellement souhaitable d’un discours critique parfois devenu abscons et enferré dans la mode, prônant une auto-référentialité trop exclusive du texte médiéval (l’œuvre ne racontant en substance que l’histoire de sa propre émergence et de son sens, étant fondamentalement auto-réflexive) ; et le besoin de se (re)faire accessible et d’irradier une sphère plus vaste que le cercle de quelques happy few initiés. Plusieurs publics sauront y trouver leur content : le professeur d’université y trouvera une synthèse efficace des principaux axes thématiques et biographiques ; l’étudiant une initiation inspirante pour se doter d’une première compétence, non seulement sur Mélusine, mais plus largement sur la littérature médiévale et ses principaux topoï ; et enfin un public plus vaste, curieux et cultivé que l’attirance du Moyen Âge, très répandue aujourd’hui, laisse parfois démuni, n’ayant à choisir qu’entre ouvrages de spécialistes ardus et vulgarisations approximatives.

2L’ouvrage de Myriam White-Le Goff répond d’autant mieux à tous ces besoins que le ton du livre tout entier marie harmonieusement fraîcheur juvénile, rigueur scientifique et une sensibilité littéraire qui non seulement ose dire « je » mais qui entraîne le lecteur pour ainsi dire malgré lui dans la féerie qui ne cesse d’être interrogée : le discours critique se renouvelle et se poétise, se fait littérature lui-même.

3Le livre porte donc sur Mélusine tout en dispensant un cours d’histoire littéraire exemplaire et original qui dépasse la figure de la fée elle-même. Myriam White-Le Goff tisse constamment un lien entre la légende de Mélusine et les œuvres médiévales comparables, montrant donc à la fois les grandes récurrences littéraires et mythiques du texte, et dévoilant à un plus large public les trésors de la littérature médiévale pour ainsi dire de l’intérieur. Sont en particulier régulièrement interrogés et comparés aux héros mélusiniens le lai de Milon et son héros Muldumarec, et le héros éponyme du lai anonyme de Tydorel.

4La structure que donne Myriam White-Le Goff à son ouvrage actualise en grande partie les catégories et les principaux topoï de la littérature médiévale : la fée, le destin oedipien du héros, l’atavisme (en l’occurrence l’histoire qui se répète entre mère et filles), les objets magiques, la courtoisie, les monstres et autres géants, la métamorphose, le dragon, le serpent et la sirène, mais aussi certaines grandes figures comme Ève, Lilith ou Bethsabée.

5Même si la priorité est donnée aux œuvres parlant de Mélusine plutôt qu’à la tradition critique les concernant, les principaux spécialistes de la littérature voire de l’histoire médiévale qui se sont plus particulièrement penchés sur le domaine féerique sont continuellement cités en bas de page (et dans la bibliographie très sélective qui répond aux mêmes critères d’entrée première en la matière). Ces notes n’alourdissent aucunement le texte, mais donnant une ouverture possible et immédiatement exploitable vers un approfondissement. De même, les grands penseurs du XXe siècle sont interrogés, de Lévi-Strauss à Eliade, de Todorov à Gilbert Durand, inscrivant l’œuvre littéraire dans un contexte plus large qu’on qualifierait volontiers du bel adjectif d’humaniste puisqu’il englobe toutes les sciences humaines, y compris l’anthropologie et l’ethnologie.

6C’est limpide et clair, de cette évidence que l’on n’atteint que lorsqu’une quantité importante de lectures a été assimilée, mûries longtemps dans le temps.

7Un ton plus analytique caractérise les deux derniers chapitres qui fournissent au lecteur quelques clefs indispensables et efficaces : les liens et secrets du sang, le tabou et ses transgressions, et le destin d’être l’enfant d’une créature surnaturelle. Enfin, l’ouvrage se termine sur des considérations concernant les origines de l’œuvre ainsi que sa postérité à partir du Moyen Âge jusqu’à nos jours.

8On salue la petite coquetterie de la mise en page ménageant dans la marge en haut à gauche et en bas à droite la place pour une miniature toute médiévale représentant de part et d’autre les deux aspects humain et féerique de Mélusine ; l’intégration d’illustrations tirées de manuscrits médiévaux et qui accompagnent avantageusement le texte. Leur reproduction en noir et blanc ne nuit en rien à leur clarté. Enfin, la mise en valeur des citations des textes originaux (toujours en français moderne, mais avec le renvoi, en bas de page, à l’original médiéval ainsi immédiatement accessible).

9Enfin, entrent dans le discours critique des interrogations fondamentales qui sont celles de tout homme qui s’expose à l’œuvre littéraire mais que la critique n’ose que rarement s’approprier et qui en l’occurrence ont trait à l’intériorité du lecteur / auditeur interpellé par les héros féeriques. Qu’est-ce que la littérature a à nous apprendre ? Pourquoi est-elle si fondamentale pour nous ? Ces questions si simples, et pourtant si rarement formulées, le méritent d’autant plus à une époque qui a tendance à reléguer les humanités dans les placards de l’inutile et du superflu. S’il ressort des traditions médiévales rapportées sur Mélusine que les différents auteurs l’ayant racontée avaient un grand souci d’enraciner la légende dans le réel, le livre de Myriam White-Le Goff à son tour touche dans son lecteur ce qui le relie fondamentalement, à travers cette figure féerique, à l’univers atemporel et pérenne du conte et de la merveille.

Pour citer cet article

Référence électronique

Karin Ueltschi, « Myriam White-Le Goff, Envoûtante Mélusine », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 24 novembre 2008, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/10633

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals