Navigation – Plan du site

Chris Fletcher, Richard II : Manhood, Youth and Politics 1377-1399

Vincent Challet
Référence(s) :

Chris Fletcher, Richard II : Manhood, Youth and Politics 1377-1399, Oxford, Oxford University Press, 2008, 322p.

ISBN: 978-0-199-54691-6

Texte intégral

1Issu d’une thèse soutenue à Oxford sous la direction de John Watts, l’un des meilleurs spécialistes actuels de la société politique anglaise de la fin du Moyen Âge, l’ouvrage de Chris Fletcher pourrait porter en exergue les fameuses paroles de l’Ecclésiaste : « Malheur au royaume dont le prince est un enfant ». Chris Fletcher a en effet choisi de s’intéresser au règne de Richard II et de reconsidérer l’image extrêmement négative d’un souverain dont on considère trop facilement qu’il était efféminé, ce qui le conduisit, par horreur de la guerre, à adopter une attitude peu chevaleresque et à préférer la négociation avec la France plutôt qu’un affrontement militaire dont pourtant, son père, le Prince Noir, avait montré toute la gloire que l’on pouvait en tirer. L’un des discours les plus symptomatiques de cette manière de considérer Richard II est sans doute le sermon prononcé à l’occasion de la déposition par l’archevêque de Canterbury, Thomas Arundel, à l’occasion duquel le prélat oppose sans ménagement le puer qu’est demeuré Richard au vir qu’est Henri de Lancastre, alors que les deux hommes sont tous deux âgés de 32 ans. C’est aussi cette intervention de l’archevêque qui fournit à Chris Fletcher son idée directrice et lui offre un nouveau champ d’investigation en ce qui concerne le règne de Richard II.

2C’est qu’en effet, l’ouvrage de Chris Fletcher se situe aux confluences de l’histoire politique et de l’histoire du genre ou, plus précisément, de l’histoire de la masculinité. L’auteur ne peut en effet que constater que l’essentiel des critiques formulées à l’encontre de Richard II tournent autour du concept de manhood, concept difficilement traduisible puisqu’il englobe à la fois la notion d’humanité – sans pour autant être un équivalent de l’humanitas classique –, celle de virilité et celle de masculinité. Manhood ou ce qui, dans la société anglaise du XIVe siècle, fait un homme. Chris Fletcher est en effet parfaitement conscient qu’une telle notion ne peut être utilisée qu’à la condition d’être pleinement historicisée. Logiquement, l’auteur consacre donc les trois premiers chapitres de son ouvrage à explorer la notion de manhood à travers un corpus de textes contemporains issus tout à la fois de romans de chevalerie, de sermons, de livres encyclopédiques ou de miroir des princes tels le De Regimine Principum de Gilles de Rome. De cet examen, il ressort que la manhood relève à la fois de la force et de la constance mais aussi de la bravoure et de la largesse, autant de qualités qui font véritablement un homme, par opposition à la fois au jeune et à la femme.

3 Or, les critiques formulées – essentiellement a posteriori – contre Richard II brodent allègrement sur ces lieux communs noués autour de l’idée de manhood. Que les défauts attribués en règle générale aux jeunes aient été repris à propos d’un roi accédant au trône à dix ans ne saurait surprendre à première vue, mais il est étonnant qu’ils continuent à s’attacher à un souverain dans la force de l’âge. D’où la perplexité initiale de Chris Fletcher qui le conduit à réinterroger les sources disponibles sur le règne de Richard II à la lueur de cette notion de manhood. Richard II fut-il, comme on le dit trop souvent, un roi très soucieux de son apparence, passionné par les dernières modes vestimentaires on ne peut plus coûteuses et entretenant autour de lui une cour dispendieuse ? Sans doute guère plus que ses prédécesseurs si l’on se fonde sur les dépenses de la maison royale. Mais c’est oublier que les dépenses somptuaires ne valent pas pour elles-mêmes mais sont perçues en fonction d’une situation économique et politique donnée et que la voix des Commons ne cesse alors de s’élever contre les taxations royales et de dénoncer les dépenses de cour. Richard II était-il inconstant en paroles, négligeant de respecter la parole donnée, défaut qui est si caractéristique des « jeunes » ? Là encore, les sources ne permettent pas de le dire. Richard II fuyait-il les combats ? Non, certes non, puisque sa participation à plusieurs tournois est attestée et qu’il prit lui-même la tête de plusieurs expéditions militaires dont la campagne défensive menée en 1385 contre les Écossais renforcés par un corps expéditionnaire français. En revanche, les circonstances et surtout peut-être une opposition fiscale grandissante face aux levées d’impôts nécessaires pour subvenir aux besoins d’une grande campagne ne lui permirent jamais de s’illustrer à la tête d’une armée d’invasion en France comme l’avaient fait Edouard III ou son père, le Prince Noir. Chris Fletcher n’en accumule pas moins les évidences démontrant que Richard II était fort désireux de mener campagne en France et qu’il cherchait même à renforcer et à faire éclater sa manhood  par une telle expédition, ce qui infirme l’idée préconçue que Richard II était si francophile qu’il préféra toujours négocier avec les Français. Faute de rentrées d’argent suffisantes pour mener la guerre, avait-il réellement d’autre choix que de négocier ? En d’autres occasions, Richard II n’hésite d’ailleurs pas à faire montre d’une indéniable virilité, notamment lors de la révolte des paysans en 1381 et de la venue des troupes de Wat Tyler à Londres.

4Ne reste plus alors qu’à expliquer d’où vient cette réputation liée à Richard II. En réalité, comme le montre bien Chris Fletcher, Richard II a toujours été plus ou moins un roi demeuré sous tutelle depuis son accession au trône jusqu’à sa déposition, un roi encadré par différents conseils et dont les pouvoirs demeurent limités. Dans ce contexte politique, la manhood du roi devient un enjeu essentiel de contrôle du pouvoir. Il importe en effet à Richard II de multiplier les preuves de sa manhood, ce qui lui permettrait de gagner en autonomie politique ; mais il importe inversement à ses adversaires politiques, tout particulièrement les grands barons du royaume peu désireux de le voir gouverner sans prendre conseil auprès d’eux, de désarmer cette manhood et de faire apparaître Richard II comme un puer inapte à régner et que l’on peut, en définitive, déposer. Le règne de Richard II peut donc s’interpréter comme la recherche désespérée d’une manhood qui fuit toujours le souverain et comme un échec politique dans sa tentative d’imposer un pouvoir personnel.

5 La brillante réinterprétation proposée ici par Chris Fletcher emporte incontestablement l’adhésion du lecteur qui lui sait gré d’avoir dépoussiéré la vision que l’on avait de ce souverain. Une comparaison avec les sources françaises aurait cependant pu s’avérer utile en un double sens : d’abord pour savoir si, en France, les avis sur Richard II convergeaient avec les opinions anglaises ; ensuite, pour comprendre pourquoi, en France, un souverain tel que Charles V, dont on sait les réticences à engager le combat et à mener personnellement les armées royales – leçon de Poitiers – n’a jamais été considéré comme dénué de virilité ou de masculinité et, en tout état de cause, jamais jugé inapte à régner.  

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Chris Fletcher, Richard II : Manhood, Youth and Politics 1377-1399 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 07 décembre 2008, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/10883

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals