Navigation – Plan du site

Isabelle Draelants, Le Liber de virtutibus herbarum, lapidum et animalium (Liber aggregationis). Un texte à succès attribué à Albert le Grand

Julien Véronèse
Référence(s) :

Isabelle Draelants, Le Liber de virtutibus herbarum, lapidum et animalium (Liber aggregationis). Un texte à succès attribué à Albert le Grand, Florence, Sismel – Edizioni del Galluzzo (Micrologus’ Library 22), 2007, 492p.

ISBN 978-88-8450-261-2.

Texte intégral

1Isabelle Draelants, grande spécialiste de l’encyclopédisme médiéval, livre à la communauté scientifiqueune remarquable édition critique accompagnée d’une traduction française et d’une longue introduction d’un texte consacré à la vertu naturelle des herbes, des pierres et des animaux dont la paternité albertinienne, parfois reconnue, pose problème : le De virtutibus herbarum, lapidum et animalium, qui intègre une collection plus vaste connue sous le nom de Liber aggregationis à partir du XVe siècle.

2Le travail éditorial relève du tour de force au vu du volume de la tradition manuscrite (quelque 76 manuscrits latins retrouvés ; cf. le répertoire p. 106-116), du nombre de chaînons manquants (cf. stemma p. 244), ainsi que des réécritures dont le texte, à la manière des pseudépigraphes de magie rituelle ou astrale, a été l’objet jusqu’à sa mise en forme imprimée. Se sont ainsi 13 plantes, 45 pierres et 18 animaux qui sont répertoriés dans une tradition manuscrite dont les témoins les plus anciens remontent à la fin du XIIIe siècle et font état semble-t-il d’une première diffusion française et anglaise, avant que l’espace germanique ne reprenne le flambeau aux XIVe-XVe siècles. Les manuscrits montrent bien que le De virtutibus circulait initialement sans le De mirabilibus mundi avec lequel il devait former à la fin du Moyen Âge le Liber aggregationis.

3Le texte en trois sections se situe à la croisée de différentes traditions (p. 17). Il relève tout d’abord de la « littérature expérimentale », dans la mesure où il présente les propriétés naturelles mais inexpliquées des corps en se fondant sur un réseau d’autoritésanciennes ou modernes qui en ont fait l’expérience (l’un des énoncés-types est ego expertus sum). À cet égard, il peut s’apparenter à une forme de « nigromancie » qu’il ne faut pas confondre avec les traditions de magie spirituelle elles aussi adeptes d’experimenta, mais qui intègre chez certains auteurs des XIIe et XIIIe siècles les savoirs naturels au moment même où le mouvement des traductions s’amplifie. Les effets attendus sont du reste moins thérapeutiques que psychologiques ou illusionnistes. Apparenté aux traditions hermétiques des Kyranides ou du Liber septem herbis ad Alexandum, le texte n’est pas non plus sans lien avec les encyclopédies naturelles composées au XIIIe siècle, dont il partage le mode d’organisation, telles le De floribus rerum naturalium d’Arnold de Saxe, le De natura rerum de Thomas de Cantimpré, ou encore les compilations de Barthélemy l’Anglais comme de Vincent de Beauvais, textes qui puisent à des traditions faisant autorité comme l’Historia naturalis de Pline l’Ancien, le lapidaire de Damigéron-Evax, ou encore les Étymologies d’Isidore de Séville. La position charnière du De virtutibus et le processus d’accumulation du savoir et d’emprunts croisés qui caractérisent les productions antérieures consacrées au même sujet explique que l’identification littérale des sources, en dépit parfois de références explicites, soit d’une extrême difficulté. L’auteur évoque le cas des Kyranides (p. 58), avec lesquels les parallèles sont nombreux, mais ne correspondent pas à la lettre de la version latine connue (XIIe s.). Les liens avec les traditions encyclopédiques ou les œuvres authentiques d’Albert le Grand consacrées aux végétaux, aux minéraux et aux animaux, sans être nuls, ne sont pas non plus très probants. L’éventail des sources semble assez large, puisque l’on repère même, à propos du gui (I, 10), un renvoi masqué (du fait de l’incompréhension des copistes) au De quattuor annulis de Salomon (p. 68)1, dont l’origine arabe n’est, il faut le préciser, pas du tout avérée.

4À l’évidence, la complexité des liens intertextuels ne facilite pas la datation et surtout l’attribution du De virtutibus à une figure connue du XIIIe siècle. Après avoir fait le bilan du débat historiographique initié par Lynn Thorndike, I. Draelants reprend la question en se fondant tout d’abord sur les témoignages anciens : la tradition dominicaine attribue semble-t-il dès le début du XIVe siècle à Albert le Grand la paternité d’un texte sur la vertu des corps distinct de ses trois œuvres authentiques sur le sujet. Les manuscrits eux-mêmes attribuent le texte à Albert le Grand ou à un certain « frater Albertus de Saxonia ». Pour autant, la comparaison entre la section du De virtutibus consacrée aux pierres et la version définitive du De mineralibus d’Albert (v. 1263) et les liens que la première entretient aussi avec les De virtutibus gemmarum d’Arnold de Saxe (v. 1240) plaide plutôt pour une élaboration des experimenta dans l’entourage du maître de Cologne. Le mystère n’est donc pas totalement levé.

51  Cf. Draelants, éd. critique, p. 278 : « Hec autem herba cum quadam alia que Martagon appellatur, ut scribitur in arte triconia [ou erronica]. » Nous souscrivons à cette identification. La version du De quattuor annulis conservée dans le ms. Firenze, BNC, II.iii.214, fol. 26v-27r, commence ainsi : « Incipit tractatus discipulorum Salomonis, scilicet Fortunati, Eleaçari, Macari et Toç Greci, et est super eutuntam et super ydeam Salomonis, qualiter quilibet exorçiçator ad tanti celsitudinis culmen accedere valeat. Notum sit omnibus exorçiçatoribus et ad hujus artis operationem accedentibus quod primum oportet caute et sucincte corpus et animam prudenter hominem stare ; deinde habeat fidelissimos in quibus nulla fraus inveniatur eritque anulum Salomonis qui dicitur Attintacui consacratum, ut in libro Salomonis reperitur, in quo sint tria folia martagonis ; martagon herba est que nascitur in paludibus et in maritimis locis vel justa rivos aquarum […]. » L’identification avec le gui semble en revanche problématique.  

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Isabelle Draelants, Le Liber de virtutibus herbarum, lapidum et animalium (Liber aggregationis). Un texte à succès attribué à Albert le Grand », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 04 février 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/11443

Haut de page

Auteur

Julien Véronèse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals