Navigation – Plan du site

Les venins imaginaires

Le poison dans la Suède médiévale (xiiie-xve siècle)
Corinne Péneau
p. 71-102

Résumés

Les poisons ne furent pas les armes les plus utilisées dans la Suède médiévale. Cependant, les chroniques et les lois, plus que tout autre type de sources, proposent quelques cas intéressants relatifs à l’usage des poisons. Comme dans d’autres régions d’Europe, cet usage est lié à la magie et considéré comme un des pires crimes possibles. Dans les lois suédoises, la mort est le châtiment courant pour ces crimes dont les victimes peuvent être des hommes, des femmes, mais aussi des animaux. Dans les lois provinciales, les femmes seules sont décrites en empoisonneuses, mais dans les lois urbaines et nationales, hommes et femmes peuvent être considérés comme des manipulateurs de poisons. Dans l’historiographie, trois femmes sont accusées d’être des empoisonneuses. Le premier exemple peut être trouvé dans un texte inspiré par sainte Brigitte : Blanche de Namur, la femme du roi Magnus Eriksson, fut accusée d’avoir empoisonné son propre fils Erik. Les deux autres furent des reines danoises. À la fin du Moyen Âge, les reines étrangères apparaissaient en effet comme de véritables poisons au sein ducorps politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Kulturhistoriskt lexikon för nordisk medeltid (désormais KLNM),sous la dir. de J. Granlund et I. A (...)
  • 2  Sur ces pratiques, voir F.-X. Dillman, Les magiciens dans l’Islande ancienne. Études sur la représ (...)
  • 3  Sagas islandaises, trad. de R. Boyer, Paris, 1987, Saga d’Egill, fils de Grímr le Chauve, p. 77.
  • 4  Snorri Sturluson, Histoire des rois de Norvège, trad. de F.-X. Dillman, Paris, 2000, p. 161.

1Grâce aux sagas, le poison et son imaginaire magique1 sont bien connus dans le monde norrois2 : l’épisode où Egill Skalla-Grímsson échappe à une tentative d’empoisonnement de la reine Gunnhildr est célèbre. C’est grâce à sa connaissance de la magie qu’il déjoue le piège : usant de runes, qu’il grave sur la corne à boire et arrose de son sang, il réussit à faire voler en éclats la corne, ce qui lui révèle la présence du poison et lui sauve la vie3. Des membres de la famille royale, comme Halfdan le Noir4, fils du roi Harald à la Belle Chevelure, peuvent aussi être les victimes malheureuses des poisons.

  • 5  Saxo Grammaticus, La Geste des Danois, trad. de J.-P. Troadec, Paris, 1995, p. 391-392.
  • 6  F. Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 134.
  • 7  Id., Pouvoir et poison. Histoire d’un crime politique de l’Antiquité à nos jours, Paris, 2007, p.  (...)

2Si l’on en croit Saxo Grammaticus, la Suède était une contrée de monstres venimeux, comme en témoignent les deux serpents élevés par la fille du roi Herothus que le roi danois Regnerus vainquit grâce à une tunique gelée qui le protégea des jets continus de venins5. Mais, côté suédois, les sources ne sont pas aussi fournies en épisodes dramatiques. On aurait pu s’attendre à ce que cette monarchie élective soit le théâtre d’empoisonnements politiques6. Il n’en a rien été : rois, régents et prétendants à la couronne ont été écartés ou sont morts sans l’aide des poisons et il semble qu’eux-mêmes n’y aient pas eu recours. L’historien peut toutefois glaner quelques cas intéressants : l’affirmation précédente supporte, en effet, deux petites exceptions et les Suédois n’ignorèrent ni le poison de la rumeur, ni les usages politiques de l’accusation d’empoisonnement7.

  • 8  Les chroniques de la fin du Moyen Âge se souviennent encore du crime de Birger, la référence au ba (...)
  • 9  K. F. Söderwall, Studier öfver konunga-styrelsen, Lund, 1880, p. 39.

3Le poison est loin d’être l’arme qui fit le plus scandale dans la Suède médiévale : pour la période que nous avons retenue, deux épisodes soulevèrent l’indignation et coûtèrent au roi son trône. Le premier est le célèbre banquet de Nyköping, qui, pour être un banquet mortel, ne fut pas un banquet empoisonné. En décembre 1317, le roi Birger Magnusson, qui ne régnait alors que sur une partie du royaume de Suède, invita ses frères, les ducs Erik et Valdemar, qui se partageaient l’autre moitié du royaume, à un banquet dans sa forteresse de Nyköping : dans la nuit, les ducs furent arrêtés, jetés en prison et ils moururent de faim au début de l’année suivante. L’épisode fut largement connu8. L’Erikskrönika, chronique rédigée au début du règne du roi Magnus, le fils du duc Erik et le successeur du roi Birger, consacre une longue description à l’épisode et on trouve sans doute son écho dans l’adaptation suédoise du De regimine principum de Gilles de Rome réalisée quelques années plus tard. Gilles de Rome précisait au sujet des tyrans : proprios fratres et nimia sibi consanguinitate conjunctos venenant et perimunt9. La version suédoise complète la liste et semble, comme l’a souligné Knut Frederik Söderwall, donner au tyran un visage bien identifié :

  • 10  Um styrilsi konunga ok höfthinga, éd. L. Moberg, Stockholm, 1964, p. 61-62 : Han takr til medh wål (...)

Il cherche, par la violence et de mauvais conseils, à les perdre par tous les moyens possibles, l’empoisonnement, la ruine, la prison et une mort infamante.10

4Il est possible que maître Mathias dans l’Homo conditus fasse aussi référence à cet épisode lorsque, dans le chapitre consacré à l’horreur de l’homicide, il s’écrit :

  • 11  Magister Mathias, Homo conditus, éd. A. Piltz, Lund, 1984, p. 64.

Drachonibus vtique seuior est, O homocida ! Venenosissimi drachones, licet crudelissimi sint, tamen sibi, socios scilicet et fratres, diligunt11.

5Bien que le terme fratres puisse être interprété avec sa nuance chrétienne, l’expression socios et fratres indique qu’il faut sans doute lui donner son sens propre : pire qu’un dragon venimeux, Birger n’aura pas eu besoin des poisons pour faire scandale.

6L’autre épisode qui révolta les Suédois fut le Bain de Sang de Stockholm, en novembre 1520. Le roi Christian II et l’archevêque Gustav Trolle se vengeaient ainsi des partisans de Sten Sture le Jeune, mort en février, mais dont le corps fut pour l’occasion tiré de la tombe et exposé avec les quatre-vingt deux victimes de ce massacre, évêques, nobles et bourgeois réunis. C’est donc l’épée qui précipita la fin de l’Union de Kalmar.

  • 12  B. Ankarloo, Trolldoms processerna i Sverige, Lund, 1971, p. 35.
  • 13  K. F.Söderwall, Ordbok öfver svenska medeltids-språket, I, Lund, 1894-1918, p. 285 (sens 2) et Å.  (...)
  • 14  C. J. Schlyter, Glossarium ad Corpus iuris Sueo-Gotorum antiqui, Corpus iuris sueo-gotorum antiqui (...)
  • 15  Ce sont les termes que l’on trouve en particulier dans les ouvrages de médecine en ancien suédois. (...)
  • 16  C. J. Schlyter, Glossarium ad Corpus iuris Sueo-Gotorum antiqui, op. cit., p. 163 (article firigær (...)
  • 17  F.‑X. Dillman, op. cit., p. 214 et C. J. Schlyter, op. cit., p. 177.
  • 18  F. Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 24-32.

7Le poison ne fut pourtant pas absent entre le xiiie et le début du xvie siècle. Ainsi, au xive siècle, l’adaptateur anonyme du miroir de Gilles de Rome a conservé le sens du verbe venenare, en le rendant par le substantif forgärning, un mot à la fois plus précis, puisqu’il désigne le crime, et plus ambigu, puisqu’il signifie le crime par empoisonnement, mais aussi tout crime qui n’est pas lié à une forme de violence extérieure12, en particulier toute pratique liée à la magie13. Le vocabulaire des poisons apparaît même assez riche puisque l’on trouve, dans le même sens que forgärning, le substantif ogärning14. Le mot pour désigner le venin de l’animal est eter. Le poison, au sens de liquide empoisonné, se dit eters drykker, et, à la fin du Moyen Âge, on trouve les substantifs forgift, ou encore forgiftilse15. Le verbe emprunté à l’allemand, qui a donné förgifta en suédois moderne, est utilisé pour « empoisonner », mais l’on trouve aussi dans ce sens forgiva dans les textes historiographiques et littéraires. En revanche, le verbe firigæra ne prend que rarement le sens de « tuer par magie ou par poison16 ». Dans les lois, le pluriel forgärningar qui désigne de manière générale les maléfices, les procédés utilisés pour nuire à une personne, peut aussi prendre le sens particulier de poison17. Ces frontières floues entre la sorcellerie et l’usage des poisons, qui supposent à la fois une connaissance spécifique et des buts mauvais, ne sont pas propres au monde nordique : comme le rappelle Franck Collard, le crimen veneficii apparaît dans le droit romain étroitement lié à la magie et les lois médiévales héritent directement ou non de cette confusion18.

  • 19  B. Ankarloo, op. cit., p. 36.

8Les archives judiciaires manquent pour retracer une véritable histoire du poison en Suède19, mais, comme nous l’évoquerons dans le cadre de ce petit article, les venins ont été pensés dans les lois et distillés dans les chroniques ou dans les textes politiques, offerts à l’opinion lors de moments de crise. C’est cette histoire, non des faits, mais des perceptions d’un type particulier de crime, que nous proposons de retracer.

« Tu m’as empoisonné ! » – Le poison dans les lois suédoises

  • 20  Certaines théories proposent une datation plus tardive. La présentation des lois suédoises dans to (...)
  • 21  Cette loi a tout d’abord été considérée comme une ancienne loi de la province du Västmanland. Elsa (...)
  • 22  Toutes les lois ont été publiées au xixe siècle par H. S. Collin et C. J. Schlyter, Corpus iuris s (...)

9Les lois suédoises forment un corpus d’une quinzaine de textes. Certaines sont conservées sous forme fragmentaire (c’est le cas de la Loi du Småland dont on ne connaît que le Code de l’Église) et d’autres ne concernent que des espaces limités, comme l’ancienne législation sur les villes appelée Bjärköarätten, sans doute appliquée dès la seconde moitié du xiiie siècle, mais conservée dans un manuscrit tardif datant de 1345. Les lois furent rédigées dans le cadre des provinces, les plus importantes formant une lagsaga, une circonscription juridique représentée par une assemblée des hommes libres (un thing). Cette assemblée, dont émanait la loi, était dirigée par un lagman, chargé de réciter la loi, de l’appliquer et, parfois, de participer à sa rédaction. À partir de 1250, l’influence de l’Église, de l’aristocratie et du pouvoir royal est importante dans les lois. Le roi peut légifèrer et promulguer officiellement la loi comme ce fut le cas en 1296 pour la Loi d’Uppland et en 1327 pour la Loi du Södermanland. On distingue deux principaux groupes de lois provinciales, les lois du Götaland, au sud de la Suède, et celles du Svealand, au centre du royaume. L’Ancienne Loi du Västergötland, qui n’est connue que par un unique manuscrit datant des années 1280, fut sans doute rédigée à partir des années 1220. Une autre version plus récente de la loi fut composée vers la fin du xiiie siècle. Ce fut sans doute également à la fin de ce siècle20 que fut rédigée la Loi d’Östergötland qui s’appliquait aussi dans des régions du Småland et sur l’île d’Öland. Quant aux lois du Svealand, la plus ancienne est sans doute la Loi de Dalécarlie21, qui présente des traits archaïques, mais la plus importante reste la Loi d’Uppland, qui influença fortement les autres lois rédigées dans la première moitié du xive siècle, en particulier, dans les années 1320, la Loi du Hälsingland, qui s’appliquait aussi au nord de la Suède et dans l’actuelle Finlande, ainsi que, dans une moindre mesure, la Loi du Västmanland et celle du Södermanland. Vers le milieu du xive siècle, sous le règne du roi Magnus Eriksson, une commission, à l’œuvre dès 1347, fut chargée de rédiger une loi valable dans l’ensemble du royaume. Cette Loi nationale (landslag), qui intégrait un bon nombre d’ordonnances royales, ne fut jamais officiellement promulguée, mais elle fut très largement diffusée et utilisée dès la seconde moitié du siècle, sans toutefois remplacer complètement les lois provinciales. Dans les années 1350 fut également rédigée une Loi urbaine (stadslag) destinée à s’imposer à toutes les villes du royaume. Imprimée en 1618, cette loi ne fut remplacée qu’en 1734-1736. En 1442, la Loi nationale, sous une forme révisée, fut officiellement promulguée par le roi Christophe de Bavière. Les deux formes de la loi commune, la première, souvent appelée Loi de Magnus Eriksson, et la seconde, appelée Loi de Christophe de Bavière, furent utilisées au-delà du Moyen Âge : la version promulguée ne devint l’unique loi suédoise qu’à l’occasion de son impression en 1608 et elle resta globalement valable jusqu’en 173422.

  • 23  Par commodité, nous lui donnerons le nom de Vådamålsbalk qui figure dans la traduction en suédois (...)
  • 24  Le marc suédois correspondait à 210,6 grammes d’argent. Pour donner une comparaison, il suffit de (...)
  • 25  C. J. Schlyter, op. cit., vol. V, Westmanna-lagen, Lund, 1841, p. 10.

10Les mesures concernant l’empoisonnement et la magie sont généralement décrites dans les codes (balker) de la loi où sont évoqués les délits les plus graves et divers cas de violences. Dans l’Ancienne Loi du Västergötland, l’article concernant les poisons est placé dans un chapitre nommé þættæ ær bardaghæ, « Ceci est [le code] des coups », qui rassemble des articles traitant principalement des coups et des blessures. De même, dans la Loi d’Östergötland, l’article (XXXI § 1) est placé dans un chapitre ne portant pas le nom de balker, mais intitulé Uaþa mal ok sara mal, hor, ran och styld, soit « Causes concernant les violences accidentelles, les blessures, l’adultère, le brigandage et le vol »23. Dans la Nouvelle Loi du Västergötland, on trouve une allusion dans le Code des causes ne pouvant être rachetées par une simple amende (Orbotæ mal balker) (article II, § 9), et les dispositions principales sont placées dans le Code de la paix publique (XII) et dans le Code des injustices (X). Dans la Loi d’Uppland, l’article figure dans le code qui rassemble aussi des dispositions variées concernant la rupture de la paix publique qui vont de l’homicide au vol et aux objets trouvés et qui s’appelle Manhælghis balker. Manhælghi désigne au sens propre l’intégrité du corps et des biens garantie à tout homme libre. L’article XIX évoque le cas où une femme serait prise en flagrant délit : il prend à la fois en compte le cas où la femme n’a pas causé mort d’homme et le cas contraire. Cet article est repris avec de légères modifications dans le même code des lois du Södermanland (XXXII) et du Västmanland (XVI), mais pas dans la Loi du Hälsingland, dont l’introduction du Manhælghis balker annonce un article XXVII « Vm öyæ drap ok forgærnigær/De l’homicide sur les îles et par le poison », qui ne dit finalement rien sur le poison. Dans la Loi du Västmanland, une disposition spécifique insérée dans le Code du thing (Þingmala balker) évoque l’empoisonnement du mari par sa femme. Dans la Loi de Dalécarlie, on trouve seulement dans l’article XI du Code de l’Église la description des châtiments contre la simple pratique de la sorcellerie (trolldom), marquée en particulier par l’usage de cheveux et d’ongles, qui implique des amendes très élevées (jusqu’à 49 marcs24), voire, si la femme ne peut payer, la lapidation25. Il faut noter que, dans la Loi de Gotland, qui date de la première moitié du xiiie siècle, et dans la Loi urbaine de Visby, dont le plus vieux manuscrit, en allemand, date des années 1340, on ne trouve pas d’article spécifique sur le sujet, mais, nous le verrons, les empoisonneurs n’en sont pas moins voués au bûcher.

11Dans les lois communes à tout le royaume, les articles concernant le poison sont placés dans le Code des causes graves (Höghmalabalker), aux côtés des dispositions concernant le meurtre caché (morþ), le meurtre d’enfant, la bigamie et les crimes de haute trahison. Dans la Loi de Magnus Eriksson, l’empoisonnement (forgärning) est évoqué à deux reprises : l’article V, qui traite le cas où un homme ou une femme tue une personne en utilisant la sorcellerie ou l’empoisonnement et l’article XII, qui reprend, en le complétant légèrement, l’article XIX du Manhælghis balker de la Loi d’Uppland. La Loi de Christophe de Bavière reprend aussi sans grandes modifications ces deux articles (respectivement les articles VI et XV). Alors que le Bjärköarätten n’évoque que rapidement l’empoisonnement dans son article XXXVI, la Loi urbaine emprunte, dans son Code des causes graves, les mêmes dispositions que celles de la Loi de Magnus Eriksson (articles IV et XI) en les adaptant à la procédure d’un tribunal urbain.

Les peines

  • 26  La législation suédoise n’offre donc pas de réelle originalité par rapport à la manière dont le cr (...)
  • 27  Å. Holmbäck et E. Wessén, Svenska Landskapslagar, Ser. 1, Ostgötalagen, Lund, 1933, p. 67.

12Ce n’est donc pas dans les codes spécifiquement réservés à l’homicide ou au meurtre (drapabalker) que se trouvent les dispositions concernant le crime par poison. Ce crime relève d’une législation qui envisage, quelle que soit leur nature, les cas les plus graves. Il est, en effet, assimilé à un morþ, c’est-à-dire à la forme la plus horrible de crime26, le meurtre caché, s’opposant en cela au drap, un homicide perpétré au vu et au su de tous, par exemple par accident ou sous le coup de la colère ou encore par vengeance27. Pour ce type de crimes, la sanction est claire, comme le rappelle la Loi d’Uppland :

  • 28  C. J. Schlyter, op. cit., vol. III, Upplands-lagen, Stockholm, 1834, p. 151.

æ hwar mæn wærþæ sannir fore morþe. giældin liff sitt fore28.

(Toutes les fois que des hommes seront convaincus de meurtre secret (morþ), ils le paieront de leur vie.)

  • 29  C. J. Schlyter, Glossarium ad Corpus iuris Sueo-Gotorum antiqui, op. cit., p. 444.
  • 30  H. S. Collin et C. J. Schlyter, op. cit., vol. I, Westgöta-Lagen, p. 119 (article II § 9)

13Ce crime peut aussi relever de ce que l’on nomme un niþingsværk, une action tellement honteuse qu’elle ruine l’honneur, la fama, de celui qui l’accomplit29. Ainsi, dans la Nouvelle loi du Västergötland, il est précisé dans le Code des causes ne pouvant être rachetées par une simple amende : « Þet ær nißings værk at for gioræ kono æller manni30/c’est un crime honteux que d’empoisonner un homme ou une femme ». Notre traduction par « empoisonner » ne reflète que très partiellement le sens de for gioræ, dans la mesure où l’usage du poison relève d’une catégorie plus large, celle des crimes liés à la magie.

  • 31  R. Hemmer, « De svenska medeltidslagarna stadganden om skadlig trolldom och förgifting », Tidsskri (...)
  • 32  Béatrice Delaurenti, La puissance des mots « virtus verborum ». Débats doctrinaux sur le pouvoir d (...)

14Ce sont les liens avec la magie qui expliquent la sévérité des lois suédoises. Tenter de distinguer radicalement crime par poison et sorcellerie, comme l’a fait Ragnar Hemmer semble anachronique. Comme le rappelle Bengt Ankarloo, on considérait que la préparation des poisons exigeait des connaissances occultes31. Le veneficium a toujours partie liée avec le maleficium, même lorsque le mot sorcellerie (trolldom) n’apparaît pas de façon explicite comme dans la Loi d’Uppland et les lois du Svealand qui s’en sont inspirées. Le fait que l’on trouve dans l’article V de la Loi de Magnus Eriksson l’expression « forgör meþ trulldom ællæ andrum forgerningum/tue en usant de sorcellerie ou d’autres pratiques magiques » indique, que tout en formant une seule catégorie, ce crime peut apparaître sous des aspects variés, la sorcellerie proprement dite en étant la manifestation la plus spectaculaire. Le poison relève d’un savoir secret, de la magie, qu’il s’agisse d’une substance réellement toxique ou d’une potion faite à partir « d’ongles et de cheveux ». Même en médecine, l’ingestion d’une potion peut s’accompagner d’incantations qui en augmentent l’efficacité et une action à distance peut être considérée comme tout aussi toxique qu’un poison32. Les législateurs ne tranchent donc pas face aux multiples facettes de ce crime : dans l’article XIX du Manhælghis balker de la Loi d’Uppland, et dans tous les articles qui s’en inspirent, ils retiennent à la fois l’usage de ces pratiques illicites, punies même si elles ne conduisent pas à la mort de la victime, et l’homicide commis par le recours à ces pratiques :

  • 33  Le hundare est une subdivision administrative et judiciaire d’une province. Le mot, utilisé seulem (...)
  • 34  Le bonde est un homme libre, un paysan propriétaire de sa terre. Ce groupe possédait encore à la f (...)
  • 35  C. J. Schlyter, op. cit., vol. III, Upplands-lagen, Stockholm, 1834, p. 149-150.

Si une femme utilise du poison/un maléfice (bær forgiæningær) contre un homme et qu’elle est prise sur le fait, on doit alors la saisir et l’enchaîner, puis la conduire au thing en prenant avec elle le poison (forgiærningær). Douze hommes doivent établir si elle a commis le maléfice (forgiærningær) ou non et si elle a été prise sur le fait ou non. S’ils l’acquittent, elle est innocente. S’ils la condamnent, elle doit être soumise à une amende de 40 marcs. Cette amende doit être divisée en trois : le roi en prend une part, l’accusateur, la deuxième et la centaine (hundare33), la troisième. Si quelqu’un en est mort et qu’il y a procès, douze hommes doivent établir le fait. S’ils l’acquittent, elle est innocente. S’ils la condamnent, elle doit être brûlée et son héritier prend ses biens. Si l’accusateur lui octroie la vie, elle devra s’acquitter d’une amende de 100 et de 40 marcs, qui sera partagée comme les autres amendes de 100 marcs. Si elle est aussi condamnée pour maléfice (forgiærningum), le paysan (bonde34) qui l’a enchaînée est innocent.35

  • 36  Voir, par exemple, le châtiment réservé à une femme qui assassine son mari : C. J. Schlyter, Uppla (...)
  • 37  C. J. Schlyter, Upplands-lagen, op. cit., p. 253-254.
  • 38  Å. Holmbäck et E. Wessén, Svenska Landskapslagar, Ser. 1, Upplandslagen, Lund, 1933, p. 125, n. 10 (...)

15Le châtiment lié à l’usage de poisons ou de pratiques magiques est très sévère : 40 marcs constituent une somme énorme. S’il y a mort d’homme, la sévérité de la peine s’explique par le fait que tout meurtre secret (morþ) doit être expié – fait relativement rare dans le droit suédois – par la mort, comme le rappelle le troisième alinéa du même article. Mais la forme du châtiment montre qu’il s’agit d’un crime considéré comme tout à fait spécifique. C’est normalement la lapidation qui doit punir une femme reconnue coupable de crime36. Le bûcher n’est évoqué que dans un seul autre article de la Loi d’Uppland, comme punition de l’incendie criminel d’une ferme, si le propriétaire meurt dans le feu37. De plus, il s’agit là d’un châtiment nouveau dans le droit suédois38, probablement introduit sous l’influence de l’Église dont des membres éminents, comme le chanoine Andreas And, avaient participé à la rédaction de la loi.

16Cette spécificité du châtiment se retrouve également dans l’article XXXVI du Bjärköarätten :

  • 39  C. J. Schlyter, op. cit., vol. VI, Bjärköa-rätten, Stockholm, 1844, p. 132 : Hwilikin maþær annæn (...)

Si un homme en tue un autre et qu’il est convaincu par six hommes, il subira le supplice de la roue ou il doit se défendre avec le serment de douze hommes. Le même droit s’applique pour l’incendiaire criminel. Si une femme assassine quelqu’un, elle sera enterrée vive. § 1 Celui qui donne du poison (forgauor) à un autre, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, sera brûlé sur le bûcher.39

17Dans toutes les autres lois suédoises, le crime de poison et les pratiques magiques auxquelles il est lié sont aussi très durement châtiés. Ce sont, en effet, les peines les plus lourdes qui s’appliquent à chaque fois : la proscription, pour les lois du Västergötland et la peine de mort, dans les autres lois. Il faut noter que la proscription n’est qu’une des formes de la peine de mort, puisque le coupable est offert à la vengeance de la famille de la victime. Ainsi, l’article VIII du Code des coups de l’Ancienne loi du Västergötland précise :

  • 40  Ogilder signifie que des amendes ne seront pas exigées de la personne qui la tuera pour se venger (...)
  • 41  H. S. Collin et C. J. Schlyter, Westgöta-lagen, op. cit., p. 22.

Si une femme empoisonne (firigær) un homme et si tout le jury (næmd) de la centaine (härad) la déclare coupable, elle doit être laissée en paix un jour et une nuit dans la forêt. Puis on doit la déclarer (dömæ) bannie (vgill40) pour l’héritier et le plaignant et ensuite la tuer.41

  • 42  Ibid., p. 117.
  • 43  Ibid., p. 153.
  • 44  B. Ankarloo, op. cit., p. 32.
  • 45  Å. Holmbäck et E. Wessén, Svenska Landskapslagar, Ser. 5, Yngre Västgötalagen, Lund, 1946, p. 301, (...)

18Dans la Nouvelle Loi du Västergötland, cet article a été repris dans le Code de la paix publique et il est également précisé à la fin que la femme, bannie, doit être tuée là où on la trouvera42. Une autre allusion à ce crime est faite dans l’article X du Code des injustices : « Si une femme empoisonne (firigær) une vache ou du bétail, une femme ou un homme, si elle est prise sur le fait, elle perd la vie pour cela43 ». La peine ne saurait étonner dans le cas d’un homicide, mais, comme le rappelle Bengt Ankarloo44, elle apparaît particulièrement lourde dans le cas où c’est un animal qui est tué, forfait normalement sanctionné par des amendes allant de 27 à 40 marcs. La suite de l’article X est assez confuse, mais il semble, comme le précise Elias Wessén, que le but de l’article est de prendre en compte le cas où il n’y aurait ni prise en flagrant délit, ni mort constatée. Dans ce cas, la femme convaincue de s’être livrée à une tentative d’empoisonnement ou des pratiques magiques devait payer trois fois neuf marcs et l’évêque de Skara devait toucher trois marcs sur la part qui revenait au roi45.

19La Loi d’Östergötland prévoit la lapidation en cas de flagrant délit, sans même qu’il y ait eu mort d’homme. L’article est particulièrement intéressant, car c’est le seul à évoquer explicitement les traces visibles laissées par le poison :

  • 46  Le þrætylter eþer mentionné dans ce texte est un serment prêté par trois groupes de douze hommes q (...)
  • 47  H. S. Collin et C. J. Schlyter, op. cit., vol. II, Östgöta-lagen, Stockholm, 1830, p. 85.

Si une femme est accusée de sorcellerie et prise sur le fait et que cela est confirmé par des témoins fiables, alors elle a perdu sa vie et on doit la lapider. Maintenant, si on l’accuse et que de véritables signes d’empoisonnement (sanna forgærningar) sont visibles sur le paysan ou sur sa familia ou sur son bétail, elle doit se défendre avec le serment de trois fois douze hommes (þrætylftum eþe46) ou payer une amende de 40 marcs. Si elle est soupçonnée mais qu’il n’y a aucun signe sur le bétail, elle doit se défendre avec le serment de douze hommes ou payer une amende de trois marcs.47

20Dans cette loi, ce n’est pas le crime en lui-même qui est condamné, mais l’usage de poisons ou de maléfices pour lequel les sanctions sont donc modulées entre le flagrant délit et l’absence de toute trace.

  • 48  C. J. Schlyter, op. cit., vol. X, Konung Magnus Erikssons lagen, Stockholm, 1862, p. 281‑282.

21Dans les lois du Svealand, c’est le bûcher qui punit l’empoisonneuse. En cas de flagrant délit, les lois nationales et la Loi urbaine, qui s’inspirent directement de l’article XIX du Manhælghis balker de la Loi d’Uppland, prévoient aussi la mort sur le bûcher pour le ou la coupable. En revanche, contrairement à ce que stipulait la Loi d’Uppland, il n’y a plus de rachat possible et l’appartenance de ce crime, et des autres crimes décrits dans le même code, aux Orbotæ mal est clairement affirmée48.

  • 49  C. J. Schlyter, Konung Magnus Erikssons lagen, op. cit., p. 276.
  • 50  C. J. Schlyter, op. cit., vol. XI, Konung Magnus Erikssons stadslag, Stockholm, 1865, p. 323-324 e (...)

22S’il n’y a pas flagrant délit, le Code des causes graves de la Loi de Magnus Eriksson prévoit dans son article V : « man skal stæghla ok kunu stena49/ un homme subira le supplice de la roue et la femme sera lapidée ». Le même article apparaît avec une légère modification dans la Loi urbaine et dans la loi de Christophe de Bavière50 : si le coupable est une femme, elle sera brûlée (brænnas) et non lapidée. La lapidation, qui punit la plupart des crimes décrits dans le Code des causes graves de la première loi nationale, est remplacée systématiquement par le bûcher dans celle de 1442. Si la peine perd de sa spécificité, elle demeure une des plus graves inscrites dans le droit suédois.

  • 51  C. J. Schlyter, Glossarium ad Corpus iuris Sueo-Gotorum antiqui, op. cit., p. 164.

23L’usage du poison, quels que soient son mode opératoire et son résultat, appartient à la catégorie des crimes les plus graves. Un autre signe de cette spécificité est la législation concernant la parole. Il existe deux niveaux d’invective qui sont punis par les lois du Västergötland : l’insulte, désignée par le terme ukvæþins ord, et l’injure grave, dite firnarorþ, qui blesse gravement l’honneur de la personne, en raison, par exemple, de ses allusions à l’inceste ou à la bestialité51. L’accusation, spécifique aux femmes, d’être une sorcière et de pouvoir empoisonner les hommes et les animaux relève seulement de la première catégorie. Ainsi, dans l’Ancienne Loi du Västergötland, on trouve dans le Code des injustices (en réalité un chapitre formés d’articles très hétéroclites) une petite liste de ces insultes (article V § 1) :

  • 52  H. S. Collin et C. J. Schlyter, Westgöta-lagen, op. cit., p. 38 : Iak sa at þu reet a quiggrindu l (...)

« Je t’ai vue chevaucher la barrière de l’enclos, les cheveux défaits, sous l’apparence d’une sorcière, au moment où il faisant autant jour que nuit. » Si on dit qu’elle peut empoisonner les femmes et les vaches, c’est une insulte.52

  • 53  Ibid., p. 153.
  • 54  Å. Holmbäck et E. Wessén, Svenska Landskapslagar, Ser. 5, Yngre Västgötalagen, op. cit., p. 301, n (...)
  • 55  C. J. Schlyter, Konung Magnus Erikssons stadslag, op. cit., p. 285.

24Dans la Nouvelle Loi du Västergötland, ces deux éléments ont été séparés l’un de l’autre53. Faut-il, comme Elias Wessén, penser que ce passage a été déplacé et qu’il est intrinsèquement lié à la première insulte, comme dans la version antérieure de la loi54 ? Étant donné la nature du poison, ses liens avec la sorcellerie ne peuvent être mis en doute ; cependant, le fait que les deux remarques soient séparées signifie sans doute aussi que l’on pouvait distinguer entre les éléments les plus pittoresques de l’imaginaire maléfique et l’usage des poisons, entre l’accusation de sorcière et celle d’« empoisonneuse », ou de personne capable de faire mourir par ses maléfices. Ainsi, dans le Bjärköarätten (article XXI), parmi les insultes faites à une femme – insultes qui peuvent conduire à une amende de six marcs –, on trouve « trolkono æller fordæþu/sorcière ou empoisonneuse ». Dans le Code de l’hôtel de ville (Radzstuffw balker) de la Loi urbaine (article XXXI), figurent parmi les insultes retenues forwnna trulkonu, « sorcière dévoyée » et forwnna fordædho, « empoisonneuse dévoyée ». Comme les autres, ces insultes proférées devant témoins donnent lieu à une amende de 12 marcs. Si le fautif ne peut payer, il est condamné au pilori, au bannissement et, en cas de retour dans la ville, il peut avoir la langue arrachée55.

  • 56  Svenskt Diplomatarium från och med år 1401, t. III, éd. C. Silfverstolpe, Stockholm, 1885-1902, n° (...)
  • 57  Ibid., n° 2391, p. 260.

25Une des rares allusions à un empoisonnement que l’on trouve dans un document de la pratique à l’époque médiévale relève de ces fausses accusations, liées à une dispute autour d’un héritage. L’affaire est présentée dans une lettre de Kalmar du 25 juin 1417 : dix témoins reconnaissent avoir entendu Bryniolf Magnusson dénoncer Sven Lax au sujet d’accusations que celui-ci aurait proférées sur Birgitta, la fille de Bryniolf, qui était aussi sa propre belle-fille. La veuve, Birgitta, aurait selon lui empoisonné (schulde forgiffwidh haffwa) son mari Lasse Svensson. Sven nia l’accusation, qui ne put être étayée par aucune preuve56, mais l’affaire fut prise au sérieux et elle mobilisa dix témoins. Elle n’eut pas de suites connues et quelques jours plus tard, le 29 juin, Sven Lax ainsi que son gendre et une personne nommée Störia Djeken adressaient à Bryniolf Magnusson une lettre où ils reconnaissaient avoir procédé au partage de l’héritage entre Birgitta et eux57.

26L’usage des poisons et des maléfices, qui relevait des crimes les plus graves, devait toutefois être exceptionnel à en juger par la rareté des articles dans les lois, pourtant prolixes dès qu’il s’agit de décrire les circonstances et les acteurs des autres types d’homicide. Les protagonistes, empoisonneurs et victimes, et les circonstances sont cependant évoqués avec suffisamment de précisions pour que puissent se dessiner l’imaginaire et les usages du crimen veneficii.

Acteurs et contextes de l’empoisonnement

  • 58  Sur ces questions, voir la thèse que prépare actuellement Christine Ekholst à l’université de Stoc (...)
  • 59  Cette exception n’est pas la seule. Voir C. Ekholst, « Defending One’s Rights. Aspects of Violence (...)

27Plusieurs exemples cités l’ont déjà montré : le législateur suédois, dès le xiiie siècle, fait de la sorcellerie et de l’usage du poison une spécialité féminine. Les lois du Götaland comme les lois du Svealand considèrent presque exclusivement l’empoisonnement (forgärning) comme un crime féminin58. De même, dans les articles qui donnent des listes d’insultes caractéristiques pour les hommes et les femmes, on ne trouve pas d’équivalent masculin pour « sorcière » ou « empoisonneuse ». Pourtant, la femme est considérée comme une mineure par la législation suédoise. Elle ne participe pas au thing, ne peut témoigner en justice et, selon la situation de la femme, le père, le mari ou le tuteur est considéré comme pénalement responsable de ses actes et c’est lui qui doit être châtié à sa place. Toutefois l’usage de pratiques magiques constitue une exception notable59 comme le rappelle, par exemple, le Code du vol (article 5 § 2) de l’Ancienne Loi du Västergötland :

  • 60  H. S. Collin et C. J. Schlyter, Westgöta-lagen, op. cit., p. 55.

konæ ær ovormaghi hvn a eigh hug ok eigh hangæ utæn firi trolskap.60

(Comme la femme est mineure, elle ne peut être égorgée ou pendue, sauf en cas de sorcellerie).

  • 61  L’étude de François-Xavier Dillman, qui ne prend en compte que des sources littéraires norroises, (...)
  • 62  F. Collard, op. cit., 2003, p. 111-117.

28Faut-il considérer que ces articles ne font qu’enregistrer des croyances largement répandues en Suède sur l’existence de sorcières plutôt que de sorciers61 ? Il apparaît que cette féminisation de la sorcellerie et de l’empoisonnement n’est pas une spécificité suédoise62. Même si l’absence de données factuelles empêche a priori d’y voir autre chose qu’une expression de misogynie, les lois ne sauraient être considérées comme le simple reflet de la société et des pratiques réelles : elles tentent de maintenir la paix publique et de définir pour cela la place de chacun dans la société. Elles proposent donc des normes comportementales. Dans les lois des provinces, c’est le point de vue du bonde qui prévaut : il y apparaît en père ou en mari et il exprime dans la loi sa position dominante vis-à-vis de sa femme et de sa fille. La définition de ces dernières comme mineures ne les exclut pas de la loi, surtout lorsqu’il s’agit d’exprimer les propres craintes du bonde face à leurs éventuelles déviances. La législation sur les poisons constitue donc une loi d’exception. Tout se passe comme si poisons et maléfices permettaient à la femme d’échapper à la sphère traditionnelle contrôlée par l’homme : mais en menaçant les fondements mêmes de cette sphère et en échappant à la surveillance à laquelle elle doit normalement se soumettre, la femme se trouve désormais confrontée directement à la loi. Les articles sur les poisons et les maléfices doivent donc permettre, en dernière instance, de colmater les brèches – forcément magiques – apparues dans le contrôle exercé par le chef de famille.

29Les articles qui envisagent la femme en empoisonneuse peuvent, en effet, s’inscrire dans le cadre familial. Ainsi, l’articleXXI du Code du thing de la Loi du Västmanland met en scène le mari, sa femme et son héritier :

  • 63  C. J. Schlyter, Westmanna-lagen, op. cit., p. 238.

Un paysan (bonde) s’adresse à sa femme et dit : Tu m’as empoisonné ! (þu hafwær forgiort mic). Si le paysan meurt de cette maladie (sot) et si son héritier porte la même accusation que celle portée par le paysan, elle doit alors prouver qu’elle ne l’a pas fait avec trois témoins et le serment de trois fois douze hommes. Si elle échoue à fournir les serments, qu’il en soit comme pour les autres meurtres (morþ). (…) Personne n’a le droit d’accuser la femme dans une telle affaire si ce n’est le paysan et son héritier légitime.63

30De même, l’articleXV du Code de l’héritage de l’Ancienne Loi du Västergötland évoque le cas où une femme tuerait l’enfant que son mari aurait eu d’un précédent mariage :

  • 64  La traduction par « empoisonne » est sans doute trop précise dans ce contexte. Le verbe signifie p (...)
  • 65  H. S. Collin et C. J. Schlyter, Westgöta-Lagen, op. cit., p. 29.

Si une femme empoisonne64 (firiger) son beau-fils (ou sa belle-fille) et si elle veut céder l’héritage à ses propres enfants, elle doit se défendre avec le jury (næmd) de la centaine (härad). Si elle n’arrive pas à montrer son innocence, elle a alors perdu sa vie et sa sécurité (fred).65

  • 66  H. S. Collin et C. J. Schlyter, Östgöta-lagen, op. cit., p. 85.

31La volonté de capter l’héritage au profit de ses seuls enfants apparaît comme une circonstance propice au déploiement des ruses féminines dans le cadre familial. Au-delà du foyer, c’est tout le domaine du paysan-propriétaire qui peut se trouver menacé par les venins féminins. Ainsi, l’article XXXI du Vådamålsbalk de la Loi d’Östergötland, évoque le cas où une femme empoisonnerait, sans les tuer, le paysan, les habitants de sa ferme ou son bétail66.

32En revanche, toutes ces spécificités s’effacent dans les lois urbaines et les lois nationales. L’article XXXVI du Bjärköarätten envisage le cas où le poison serait donné par une homme ou par une femme. Il prévoit le même type de châtiment dans les deux cas. La Loi urbaine et les deux lois nationales, alors même qu’elles reprennent les articles de lois antérieures, introduisent toutes la figure nouvelle de l’empoisonneur. Ainsi, dans l’article V du Code des causes graves de la Loi de Magnus Eriksson, il est précisé :

  • 67  C. J. Schlyter, Konung Magnus Erikssons lagen, op. cit., p. 276 : Forgör maþer manne ællæ kunu, ko (...)

Si un homme empoisonne un homme ou une femme et une femme, une femme ou un homme, si bien qu’il ou elle en meurt, qu’il ou elle perde la vie pour une telle action.67

33L’article XII du même code, qui reprend l’article XIX du Manhælghis balker de la Loi d’Uppland,stipule :

Si une femme ou un homme utilise du poison (bær forgiæningær) contre un homme et qu’elle est prise sur le fait, on doit alors la saisir et l’enchaîner, puis la conduire au thing en prenant avec elle le poison (forgiærningær).

34Le texte utilise seulement les pronoms féminins et il faut attendre la Loi de Christophe de Bavière pour que le passage soit entièrement récrit avec l’alternative « il ou elle ». Cependant, l’article équivalent de la Loi urbaine comporte l’alternative tout au long du texte :

  • 68  C. J. Schlyter, Konung Magnus Erikssons stadslag, op. cit., p. 228-229 : Bær kona ella man forgærn (...)

Si un homme ou une femme use de poison et est pris sur le fait, on doit la ou le prendre avec le poison et l’amener au tribunal de la ville.68

  • 69  C. J. Schlyter, Konung Magnus Erikssons lagen, op. cit., p. 276 ; Id., Konung Magnus Erikssons sta (...)

35De même, dans la Loi urbaine et dans les lois nationales, l’article sur la femme tuant son beau-fils a été modifié et stipule désormais que le meurtrier peut être « man eller kona69/un homme ou une femme ».

  • 70  En Occident, le sorcier fait place à la sorcière à la fin du Moyen Âge et, comme l’a montré Bengt (...)
  • 71  M. Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, 1999.

36Ce n’est pas le statut de la femme qui a changé dans ces lois, mais la perception même d’un type particulier de crime. Il est peu probable, comme le montre la persistance de l’insulte « empoisonneuse » dans la Loi urbaine, que cette transformation révèle un changement des mentalités70. C’est plutôt la manière dont l’institution pense désormais le crime qui change71. Une hypothèse serait, en effet, que, dans les lois urbaines et les lois nationales, le point de vue adopté par la loi a changé : il n’est plus seulement celui du paysan (bonde) et le foyer et la ferme ne sont plus les seuls lieux où s’envisage le crime par poison ou par maléfices. Un point de vue supérieur, englobant, celui de la ville et de son conseil d’un côté, celui du pouvoir royal de l’autre, s’impose à tous. La perspective du bonde, pour lequel les crimes par poison ou maléfices ne sont pas des crimes masculins, s’efface devant l’intérêt supérieur d’une institution qui ne peut, au risque de penser le crime de manière incomplète, exclure l’homme, le bonde lui-même, des coupables potentiels.

37C’est sans doute pour la même raison, mais sous l’influence de l’Église, que l’on trouve dans la Loi de Christophe de Bavière, un article dans lequel le criminel et la victime se confondent. En effet, l’article IV du Code des causes graves évoque pour la première fois dans une loi suédoise, le suicide. Ce qui semble particulièrement intéressant au sujet de cet article c’est le fait que le législateur élargit encore sa perception pour envisager non plus seulement un individu face aux autres, mais, grâce à une mise en perspective plus englobante, un individu face à lui-même :

  • 72  C. J. Schlyter, Konung Christoffers lagen, op. cit., p. 300-301.

S’il se produisait malheureusement qu’une personne (menniskia) se tue elle-même (forgör sik siellff), quelle que soit la manière dont cela puisse se produire, elle sera conduite dans la forêt et sera brûlée sur un bûcher.72

38Malgré l’usage du verbe forgör, il serait sans doute abusif de réduire le contenu de cet article au seul cas du suicide par poison. L’insistance sur la variété des moyens utilisés donne à ce verbe un sens très général, qui inclut toutefois l’usage du poison.

  • 73  A. Murray, Suicide in the Middle Ages, vol. 2, The Curse on Self Murder, Oxford, 2000, p. 33-34.
  • 74  H. Munktell, « Två straffrätts historiska studier », Uppsala Universitets årskrift, 1940 :5, Uppsa (...)
  • 75  A. Murray, op. cit., p. 481-482.

39Il n’était pas rare, comme le rappelle Alexander Murray, que les corps des suicidés subissent les mêmes peines que les meurtriers et soient pendus ou brûlés, ce dernier cas étant attesté dans les lois en France et dans l’Empire73. Dans la loi suédoise, seul le corps de celui qui n’avait pas toute sa raison (affwita) échappe au bûcher et a le droit d’être enterré, mais hors du cimetière : il s’agit sans doute d’envisager le cas où une personne consommerait sans le vouloir une substance toxique ou, plus probablement encore celui d’un fou qui se tuerait, même si théoriquement un fou devait, devant témoins, être déclaré tel par sa famille qui était alors obligée de le tenir enfermé74. Même si le suicide par poison n’est sans doute pas le seul envisagé dans cet article, cet acte est considéré comme un crime tout aussi grave. Une autre raison explique sans doute le traitement réservé au corps du suicidé : ayant commis en toute conscience un acte abominable, il risque de contaminer, comme un poison, le reste du corps social et le brûler permet d’empêcher cette contagion75.

40La Loi nationale promulguée en 1442 propose donc, autour du crime par poison, une riche palette de possibilités où hommes et femmes peuvent être considérés comme coupables et victimes. Notons toutefois qu’il existe un cas particulier où même une loi provinciale peut envisager la possibilité pour un homme de commettre un crime par poison contre une femme, cas qui inverse les circonstances par ailleurs décrites dans les lois. Il s’agit d’une disposition qui se trouve à l’article VII du Code de l’héritage (Ärfþabalker) de la Loi d’Östergötland. Dans ce même code, qui a pour fonction de régler les successions, le même article fut repris dans la Loi de Magnus Eriksson (article IX), dans la Loi urbaine (article VIII) et dans la Loi de Christophe de Bavière (article X). Il envisage le cas où une femme enceinte serait tuée par l’héritier de son mari :

  • 76  Ces paroles, rapportées à chaque fois au style direct, s’adressent à la femme du paysan.
  • 77  Cette phrase n’apparaît pas dans la Loi d’Östergötland.
  • 78  H. S. Collin et C. J. Schlyter, Östgöta-lagen, op. cit., p. 119-120.

Un paysan (bonde) se marie, habite avec sa femme, a avec elle un enfant, mais ce paysan meurt avant qu’elle ne se sache enceinte. L’héritier du paysan se présente et prend son héritage et dit qu’ils n’avaient pas d’enfant ensemble et c’est pourquoi tu ne dois pas hériter de lui76. Elle ne sait pas qu’elle est enceinte et cède l’héritage. On commence à dire qu’elle est enceinte et celui qui a l’héritage apprend qu’elle est enceinte. Alors, il se rend chez elle et la tue (dræpær), car il répugne à perdre l’héritage, ou il lui prend la vie en l’empoisonnant (mæþ ogærningum). Elle est enterrée, mais il est révélé, après qu’elle a été enterrée, qu’il lui a pris la vie. S’il se trouve que les témoins qui l’affirment sont fiables, on doit la sortir de terre et lui ouvrir le corps. Si un enfant ou une semblance d’enfant est trouvé dans son corps, [cet enfant hérite de son père et la mère hérite de l’enfant et son héritier hérite d’elle77]. Ici, c’est celui qui est mort et non-baptisé qui hérite et celui qui est vivant et chrétien qui cède l’héritage, car personne ne doit tuer pour un héritage78.

  • 79  Å. Holmbäck et E. Wessén, Svenska Landskapslagar, Ser. 1, Ostgötalagen, Lund, 1933, p. 137, n. 18 (...)
  • 80  H. S. Collin et C. J. Schlyter, Östgöta-lagen, op. cit., p. 85.
  • 81  C’est le cas, rappelons-le, dans l’article XIX du Manhælghis balker de la Loi d’Uppland.

41Le but de ce passage n’est pas de prévoir les sanctions contre le meurtrier, mais d’envisager un cas tout à fait exceptionnel où l’héritage passe par un enfant qui n’est pas né et qui n’a donc pas pu être baptisé : or, en théorie, seul un chrétien peut légalement hériter79. Cette fois, la perspective n’est plus la même que dans les autres articles évoquant le poison : il ne s’agit pas, comme dans l’article XXI du Code du thing de la Loi du Västmanland, de punir une menace venimeuse émanant du foyer même du bonde ou, comme dans l’article XXXI du Vådamålsbalk de la même loi, une menace pour le bonde, sa familia et son cheptel80. L’enjeu est désormais de protéger la femme du bonde et, à travers elle, la vie de ses héritiers. Dans cette perspective, il n’y a donc pas d’obstacle particulier à envisager qu’un homme puisse recourir aux poisons. Il n’est pas exclu que ce cas relève de la jurisprudence, mais il apparaît aussi comme une manière particulièrement intéressante de penser l’usage du poison. Si, dans les circonstances envisagées, il est probable que ce soit un homme qui réclame l’héritage, il est aussi plus probable qu’il ait recours à un moyen discret de supprimer sa victime. En tuant la femme pour tenter de dissimuler l’existence d’un héritier, il permet la sauvegarde de l’héritage du côté des agnats. Mais un homicide (drap) l’exposerait à des sanctions directes. Le législateur a donc envisagé le cas où l’héritier aurait recours au poison, c’est-à-dire à la forme la plus secrète du meurtre, celle qui ne met pas en évidence les intentions du criminel. C’est la raison pour laquelle la motivation doit être recherchée, même si la victime a déjà été enterrée. Si l’on déterre la femme, ce n’est donc pas pour retrouver d’éventuelles traces de l’empoisonnement – généralement les seules preuves présentées devant un tribunal sont les poisons eux-mêmes81 – mais pour constater ou non la présence du fœtus et déterminer ainsi la succession.

  • 82  H.Yrving, Gotlands Medeltid, Visby, 1978.
  • 83  La Peste noire, arrivée dès 1347 à Gênes, n’atteignit la Scandinavie qu’à partir de 1349. L’épidém (...)

42Un des très rares cas connus de condamnation au bûcher pour empoisonnement s’éloigne considérablement des circonstances envisagées par les lois. Il se déroule à Gotland, dans la ville de Visby, dont la législation ne comporte pas de passage spécifique sur le poison. Bien qu’elle fût soumise à l’impôt royal et rattachée au diocèse de Linköping, l’île bénéficiait d’une large autonomie au sein du royaume de Suède et sa ville principale, Visby, était une cité puissante, fondatrice, avec Lübeck, de la Hanse82. C’est dans ce cadre que les bourgmestres et les conseillers de Visby envoient à leurs homologues de Rostock une lettre, dont la copie a été conservée dans les registres de cette ville. Dans ce document, qui fut sans doute écrit en mai ou en juin 1350, au moment où la Suède et Gotland étaient touchées par la Peste noire83, ils leur annoncent avoir condamné neuf empoisonneurs et leur font part des révélations faites par deux d’entre eux au moment de mourir sur le bûcher. Comme ailleurs, le contexte de la peste est favorable aux rumeurs de complots.

  • 84  Diplomatarium suecanum, t. VI, n° 4655, p. 259 : omnes puteos in civitatibus Stocholm, Arosie, Arb (...)

43Le premier est décrit comme un organiste (organista). Sur le bûcher, au moment de mourir, il proclame devant le peuple réuni qu’il « a empoisonné de ses venins tous les puits dans les villes de Stockholm, de Västerås et d’Arboga ainsi que des étangs, des étendues d’eau et d’autres puits sur son passage lorsqu’il a traversé la Suède84. » Les autorités de la ville assurent avoir retrouvé le poison et l’avoir détruit. Il ajouta :

  • 85  Ibid., p. 259.

Pulverem quendam coxerat et temperaverat, de quo unus hominum in tota terra Godlandie, si vixisset ad unius anni circulum, vivus non debuit remansisse, suis duntaxat exceptis.85

  • 86  Ibid, p. 259 : nescio plura vobis dicere, sed tota Christianitas est per Judæos et pessimos nos in (...)
  • 87  KLNM VIII, col. 78, article « jøder » ; J. N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans le (...)

44Après la Suède continentale, c’est donc toute l’île de Gotland qui s’est trouvée menacée par les poudres empoisonnées de cet homme qui avoue ne pas agir isolément. C’est un véritable complot qui se trouve dévoilé (plurimi essent de sua societate) : de riches marchands et des notables, saisis de folie, font partie de cette société qui est répandue dans le monde entier. Ils sont reconnaissables au fait qu’ils sont marqués d’un signe grec ou hébreu. La troisième révélation permet de retrouver des accusations plus classiques : « Je ne sais que vous dire de plus, mais toute la Chrétienté est empoisonnée par les juifs et les pires d’entre nous86 ». Si ailleurs, ces fausses rumeurs, qui accompagnent, voire précèdent l’arrivée de la peste, sont liées à la présence de juifs parmi les chrétiens, elles ne touchent à Visby que l’imaginaire dans la mesure où on n’y trouve pas d’habitants juifs et les juifs y sont seulement connus par les textes87. Cependant, les clercs sont aussi touchés par la rumeur. Parmi les neuf accusés figuraient aussi deux hommes qui se faisaient passer pour clercs. L’un des deux prit la parole sur le bûcher pour annoncer que toute la Chrétienté était perdue (tota Christianitas perdita est) et que tous devaient se méfier des prêtres et des religieux. Il ajoute que

  • 88  Diplomatarium suecanum, t. VI, n° 4655, p. 259 : Item fatebatur [quod] feria secunda Penthecostes, (...)

le lundi de Pentecôte, lorsqu’il célébrait la messe dans l’église Saint-Olav avec nous, il avait empoisonné de venin le manipule qu’il avait pour faire cet office, de telle sorte que tous ceux qui l’avaient embrassé lors de l’offertoire étaient morts trois ou quatre jours plus tard et tous ceux qui étaient venus les visiter de même.88

  • 89  D. Wase, « Kyrkorna i Visby. Några reflektioner rörande deras tillkomst, funktioner och församling (...)

45Saint-Olav était une église paroissiale située au nord de la ville, dans un quartier d’artisans et de petites gens que fréquentaient peu les grands marchands89. Contrairement à ce qu’écrivent les conseillers, ils n’ont sans aucun doute pas eux-mêmes assisté à cette messe. Et l’affirmation selon laquelle trois prêtres et plusieurs fidèles de la paroisse sont effectivement morts peu après doit être évidemment liée à l’épidémie de peste qui touchait alors la ville et qui frappait sans doute plus durement ces quartiers populaires.

  • 90  Codex Diplomaticus Lubecensis, Lübeckisches Urkundenbuch, t. I, Urkundenbuch der Stadt Lübeck, vol (...)

46L’affaire des poisons de Visby permet de constater que Gotland n’était pas isolée en Occident : l’atmosphère paranoïaque fit ressortir des croyances et des peurs qui relevaient d’une culture commune malgré l’originalité du manipule empoisonné. Cette atmosphère dura quelque temps, sans doute celui de la maladie, puisqu’un homme du nom de Tidericus, accusé d’avoir empoisonné des puits dans plusieurs villes d’Allemagne du nord, fut également arrêté à Visby. Il affirma avoir reçu ses poisons de deux juifs nommés Aaron et Moïse. Il fut brûlé le 1er juillet 135090, peu de temps après l’exécution des neuf premières victimes de la rumeur.

47Les autres affaires d’empoisonnement suédoises n’ont pas beaucoup plus de consistance. Elles s’inscrivent dans des contextes politiques qui constituent généralement le principal ingrédient des venins que les chroniques mettent en scène.

Le poison politique

48L’historiographie suédoise offre peu de cas d’empoisonnement. Les cinq exemples qui seront présentés ici relèvent de la fausse rumeur et doivent être interprétés comme des tentatives de manipulation. Le cas du roi Inge, qui sera présenté en premier, est peut-être une exception : son empoisonnement reste impossible à démontrer, mais, s’il a été inventé, les raisons nous échappent tout autant. Les chroniques rimées présentent des accusations plus grossières. Pourtant, il arrive que ces fictions se répandent. Ainsi, malgré son apparition dans un pamphlet qui cherchait manifestement à salir le couple royal, mais qui s’inspirait des révélations de sainte Brigitte, le portrait de la reine Blanche en empoisonneuse a connu un long succès.

Vreta, lieu venimeux

49Le seul empoisonnement d’un roi suédois dont l’historiographie garde la trace est celui d’Inge le Jeune. Dans la liste des rois chrétiens contenue dans le manuscrit de l’Ancienne Loi du Västergötland, on trouve la notice suivante :

  • 91  I. Lindqvist, « De tre krönikorna om lagmän, kungar och biskopar. VgL IV. 14, 15 och 16. », Västgö (...)

Le neuvième [roi chrétien] fut le roi Inge, frère du roi Philippe. Il fut empoisonné avec une mauvaise boisson en Östergötland et il en mourut. La Suède alla toujours bien lorsque ses parents gouvernaient.91

  • 92  P. Line, op. cit., p. 590.
  • 93  Ibid., p. 42.

50Inge le Jeune régna à partir de 1110, avec son frère Philippe, qui mourut en 1118 et le laissa seul au pouvoir. Il est sans doute mort vers 112592. Son règne est très mal connu et c’est sur la seule foi de cette notice qu’Inge peut être considéré comme l’unique roi suédois empoisonné. Son successeur, Ragnvald Knaphövde fut tué par les habitants du Västergötland car il avait refusé de donner des otages au moment où il traversait la province pour aller au thing faire reconnaître son élection93. Sa mort prend place dans un contexte qui est bien explicité et qui est justifié par le refus du roi de se soumettre à la loi. Rien de tel pour le roi Inge le Jeune, décrit comme un bon roi, mais pour la mort duquel aucune explication n’est donnée.

51La liste des rois du manuscrit de la Loi du Västergötland fut diffusée, y compris en latin. Une liste des rois, placée dans le Registrum Uppsalense datant de 1344, apporte toutefois un élément nouveau :

  • 94  « Hii reges christiani et hoc ordine rexerant in swecia quo ponuntur », Småstycken på fornsvenska, (...)

En neuvième lieu, le frère de Philippe, Inge le Jeune, qui tirait son nom du précédent Inge, son oncle, reçut le royaume et, quelque temps après, il mourut empoisonné à Vreta en Östergötland.94

  • 95  N. Ahnlund, « Vreta kloster äldsta donatorer », Historisk Tidskrift, 1945, p. 301-351.
  • 96  Idid., p. 303 et « Catalogus regum Sveciæ paganorum pariter et christianorum ab Ingone ad Ericus P (...)

52Situé au nord de l’Östergötland, Vreta était un ancien domaine royal sur lequel fut érigée une église dès le xie siècle. Il est probable qu’avant même la fondation d’un monastère de moniales cisterciennes, il y ait eu à Vreta un monastère de moniales bénédictines, le premier monastère suédois, fondé par Inge lui-même ou par son oncle Inge l’Ancien. La découverte de tombes dans l’église fait de Vreta le lieu possible d’inhumation des rois de cette dynastie, mais rien ne permet d’affirmer avec certitude qu’Inge le Jeune y soit inhumé95. L’auteur de la liste aurait-il confondu le lieu de sa mort et son lieu d’inhumation ? Dans une version du xve siècle, très proche de cette liste, c’est une autre lecture qui est proposée : Postmodum in osgocia veneno impocionatus decessit96. Wretis serait donc peut-être une mauvaise lecture de veneno ce qui correspond mieux à une traduction latine de l’expression suédoise « mæd ondom dryk ». La présence de la tombe d’Inge à Vreta aurait peut-être facilité cette confusion. Comme il s’agit du seul détail donné sur les circonstances de l’empoisonnement, on comprend le succès de cette lecture dans les chroniques à la fin du Moyen Âge.

  • 97  « Lilla Rim-Krönikan », Svenska medeltids dikter och rim, éd. G. B. Klemming, Stockholm, 1882, p.  (...)
  • 98  Ericus Olai, Chronica regni Gothorum, éd. J. Öberg et E. Heuman, Stockholm, 1993, p. 63 (§ XIII, 4 (...)

53Dans la Chronique en prose, rédigée sous le premier règne de Karl Knutsson (1448-1457), on trouve une simple paraphrase de la notice et dans la Petite Chronique rimée, où chaque roi s’exprime à la première personne, Inge affirme avoir été empoisonné « j vrätha closter97 », c’est-à-dire dans le monastère même. Vers 1470, dans sa Chronica regni Gothorum, Ericus Olai souligne que le roi fut empoisonné à Vreta. Il transforme la remarque sur le fait que lui et ses parents furent de bons rois en une évocation de la douleur ressentie alors dans tout le royaume et une plainte sur la disparition du sang royal : Sic amore dominandi lucerna in Israel est extincta, sic sanguis regius exterminatus a regno98. L’empoisonnement d’Inge trouve sa place dans les desseins de la Providence, puisqu’il permet l’avènement de saint Éric dont il est dit, sur la foi d’une généalogie de la première moitié du xive siècle, qu’il avait épousé la fille d’Inge.

54Olaus Petri, qui rédigea vers 1540 sa chronique suédoise, est le premier à avancer des explications – anachroniques – pour l’empoisonnement du roi :

  • 99  Olaus Petri, En swensk cröneka, éd. J. Sahlgren, Uppsala, 1917 : Och bleeff konung Inge forgiffuen (...)

Et le roi Inge fut empoisonné à Vreta en Östergötland, par ceux, sans doute, qui ne pouvaient faire autant de mal qu’ils le souhaitaient, car le roi avait l’habitude de châtier ceux qui commettaient des injustices, et il est possible aussi que certains, membres du Conseil, aient voulu ainsi accéder au pouvoir.99

Olaus Petri reconnaît toutefois que toutes ses sources ne s’accordent pas sur la mort du roi Inge :

  • 100  Ibid. : Segher och then Danska Crönekan (…) at en hest slipade thenna konung Inga til dödz ther ha (...)

La chronique danoise dit aussi (…) qu’un cheval piétina ce roi Inge, qui pendait avec le pied pris dans l’étrier, et qui en mourut. Mais nos chroniques suédoises disent unanimement qu’il fut empoisonné à Vreta.100

  • 101  Johannes Magnus, Historia de omnibus Gothorum Sveorumque regibus, Rome, 1554, p. 588.
  • 102  Svenskt Biografikt Lexikon, Stockholm, 1918-, vol. XIX, p. 781.

55Olaus Petri fait référence aux Gesta Danorum. En effet, Saxo Grammaticus décrit dans le premier chapitre du livre XIII, la mort d’un Inge, piétiné par un cheval fougueux : il ne s’agit pas du roi Inge le Jeune, mais du fils du roi de Norvège, Magnus Berrføtt. Johannes Magnus reprit lui aussi le motif de l’empoisonnement à Vreta, qualifiant simplement au passage ceux qui avaient tué le roi de perditissimis hominibus101. L’horreur d’un crime mal connu était capable d’émouvoir quatre siècles après. Quelques années plus tard, le fils de Gustave Vasa, Jean III, faisait ériger à Vreta une tombe pour le roi Inge102.

L’accusation d’empoisonnement dans les chroniques rimées

56L’Erikskrönika, qui décrit un temps, les années 1220-1320, bien postérieur au règne d’Inge, ne mentionne le poison qu’une seule fois, dans le cadre de la lutte qui oppose Birger Jarl et le junker Karl. Birger défend les droits de son fils Valdemar au trône et Karl, dont le titre de junker indique qu’il est de famille royale, tente de revendiquer la couronne à son profit :

  • 103  Pour le texte original, voir Erikskrönikan, enligt Cod ; Holm. D2 jämte avvikande läsarter ur andr (...)

Junker Karl se réconcilia alors avec lui
car il vit qu’il était le plus fort.
Chacun nourrissait de la haine envers l’autre,
plein d’animosité et de malveillance,
et chacun craignait pour lui-même
et s’attendait à une ruse de l’autre.
Le jarl voulut alors le faire empoisonner (forgiffua) :
il n’était pas bien aise de le savoir en vie.
Un chevalier l’en avertit
et lui conseilla de partir
là où il pourrait vivre en paix
et en sûreté pour sa vie.103

  • 104  Ibid., v. 292-361.
  • 105  F. Collard, op. cit., 2003, p. 172.

57La suite du texte décrit le destin de Karl qui trouve l’occasion de s’illustrer aux côtés des chevaliers teutoniques et de mourir en véritable martyr104. La femme de Birger Jarl lui organise un bel enterrement et Birger, très cyniquement, peut remercier Dieu de l’avoir ainsi débarrassé de son ennemi. Normalement, un héros chevaleresque n’use pas de poisons105 et le passage se révèle donc ambigu pour Birger.

58Birger Jarl est le premier véritable héros à apparaître dans la chronique : fondateur de la dynastie des rois dits « Folkungar », il est présenté comme un protecteur de l’Église et un bon législateur. Il fonde Stockholm et garantit ainsi la prospérité des régions qui entourent le lac Mälaren. Pourtant, le passage cité n’est pas le seul où son ambiguïté se révèle. Par exemple, il fait décapiter des aristocrates qui s’étaient révoltés contre lui, les « véritables Folkungar », alors qu’il leur avait donné des sauf-conduits et confirmé son intention de négocier par des serments. Birger Jarl apparaît donc comme un héros transgressif, qui cherche avant tout à se maintenir au pouvoir et qui y réussit fort bien. Toutefois, rien ne permet véritablement de le condamner : l’auteur de la chronique précise que Dieu lui-même avait autorisé Birger à rompre son serment, autorisation garantie par la présence de l’évêque Kol de Strängnäs à ses côtés et la tentative d’empoisonnement, qui n’a sans doute pas d’autre but que de donner du piquant au récit, échoue. L’évocation du poison témoigne plus du caractère paroxystique de la confrontation des deux hommes, également offerts à l’admiration de l’auditoire, que d’une intention de salir la mémoire du jarl.

59Il faut attendre la fin du Moyen Âge pour retrouver, avec des intentions très différentes, le poison dans les chroniques rimées, particulièrement dans la Sturekrönika (Chronique de Sture) et à la fin du monologue de Sten Sture dans la Cronica Swecie. Trois personnages sont impliqués dans ces empoisonnements, Dorothée de Brandebourg, veuve des rois Christophe de Bavière et Christian Ier d’Oldenbourg, ainsi que Christine de Saxe, femme du roi Jean II, et son médecin.

  • 106  Svenska Medeltidens rim-krönikor, III – Nya krönikans forsättningar eller Sture-krönikorna, éd. G. (...)

60La Sturekrönika (Chronique de Sture) fut rédigée, en plusieurs étapes, lorsque Sten Sture l’Ancien était régent du royaume (1470-1497). Elle décrit le règne du roi Christian Ier (1457-1464), la fin du règne de Karl Knutsson et la situation du royaume sous Sten Sture, au moment où la Suède avait quitté l’Union de Kalmar et se trouvait sans roi. La reine Dorothée, « the wärsta qvinna som man kan fynna106/la pire femme que l’on puisse trouver », est accusée d’avoir voulu empoisonner son fils :

  • 107  Ibid., p. 85-86, v. 2481-2491 : jezabell monde alla hänne kalla / mz rätta bör henne ey längher li (...)

Tout le monde pourrait l’appeler Jézabel.
Il serait juste qu’elle ne vive pas plus longtemps !
Elle voulait empoisonner son fils, le junker Hans
avec une poule qui avait été bien rôtie.
Elle le fit sans raison.
Dieu lui donna de la présence d’esprit
afin qu’il en réchappe.
Aujourd’hui, les choses ne se sont pas améliorées :
si elle ne change pas de sentiment,
et si elle arrive elle-même au pouvoir,
elle sera une menace pour la Suède.107

  • 108  K. Hagnell, Sturekrönikan 1452-1496 – Studier över en rimkrönikas tillkomst och sanningsvärde, Lun (...)
  • 109  Ibid., p. 74.
  • 110  G. Carlsson, « Drottning Dorotheas svenska morgongåfva », Historisk tidskrift, 1911, p. 238-268 ; (...)

61Les raisons de cette fausse accusation ne sont pas difficiles à établir : ces vers figurent au tout début de la deuxième partie de la chronique, rédigée, à partir de 1487, par un auteur favorable à Sten Sture108. L’auteur vient de rappeler la mort du roi Christian et en profite pour dresser le portrait de la reine Dorothée. Sa haine pour la reine s’explique aussi par le conflit qui opposait depuis plusieurs années Dorothée au régent au sujet de son douaire (morgongåva), composé du château d’Örebro, du Värmland et de Närke. Sten Sture s’en était emparé et avait redistribué leurs revenus à ses fidèles109. Lors d’un pèlerinage à Rome en 1475, la reine avait obtenu une bulle du pape assignant Sten Sture en justice et une autre autorisant les archevêques de Lund, de Magdebourg et de Raguse à excommunier ceux qui tenaient les domaines relevant de son douaire. Le procès ne commença qu’en 1479 : Sten Sture fut excommunié sans que cela ait le moindre effet et le procès s’enlisa. Au moment où l’auteur de la chronique rédigeait ces vers, la reine s’était à nouveau tournée vers le pape et Sten Sture se trouvait encore une fois menacé d’excommunication110.

  • 111  L. Musset, op. cit., p. 312.

62Le fait que Hans (Jean II), devenu roi à la mort de son père, ait été choisi comme victime s’explique peut-être par le fait que la reine ne ménageait pas ses efforts pour offrir une couronne à son fils cadet, Frédéric111, mais aussi, à en croire l’auteur, par son désir de prendre elle-même le pouvoir. Il est certain que la reine travailla activement pour voir se reformer l’Union avec la Suède, en particulier en contactant la papauté et en liant son procès aux négociations entre le Danemark et la Suède, et ses initiatives durent apparaître intempestives. C’est donc contre une femme particulièrement tenace et active sur la scène diplomatique que ces rumeurs sont lancées, sans succès.

63La dernière accusation d’empoisonnement concerne à la fois une reine, Christine de Saxe, et son propre médecin. Elle apparaît dans la dernière des chroniques médiévales, la Cronica Swecie, rédigée vers 1520. Cette chronique constituait à la fois une version étoffée de la Petite chronique rimée et une récriture de toutes les chroniques rimées suédoises, complétées jusqu’en 1520. L’originalité de ce texte est de se présenter sous forme de monologues fictifs : chaque roi ou régent y assume en vers la narration de son règne. Dans cette fiction, Sten Sture l’Ancien raconte lui-même la façon dont il est mort. En 1501, Sten Sture avait réussit à reprendre le pouvoir en Suède, mais sa lutte contre le roi danois Jean II fut âpre et il dut assiéger plusieurs places fortes encore occupées par les Danois. La reine Christine, restée à Stockholm, fut faite prisonnière lors de la chute de la ville, mais sa libération fut négociée et en décembre 1503, Sten Sture raccompagna la reine à la frontière danoise : c’est dans la ville de Jönköping, sur le chemin du retour, le 14 décembre 1503, qu’il trouva la mort.

64Dans le monologue, Sten rappelle que Christine avait à ses côtés un médecin du nom de Karl qu’elle lui envoie après leur séparation :

  • 112  Svenska Medeltidens rim-krönikor, III – Nya krönikans forsättningar eller Sture-krönikorna, éd. ci (...)

Docteur Karl est revenu une fois encore :
je pensais qu’il était mon ami.
Il avait alors quelques affaires
pour lesquelles il avait besoin de mon conseil.
Ensemble, nous avons bu et mangé.
Nous étions tous deux assis devant la boisson et la nourriture :
à ce moment, il m’a empoisonné (J then stwnd monde han mig förgiffua),
car il ne souhaitait pas que je vive plus longtemps.
Lorsque cela a été fait, il est rentré à cheval
chez la reine Christine par le plus court chemin.
J’ai aussitôt chevauché jusqu’à Värnamo.
Je n’avais ni halte ni repos,
plein de douleurs, en sueur et au plus mal.
Je suis arrivé alors à Skillingarud.
Là, j’ai dû me mettre au lit :
je n’avais plus la force de voyager.
Mes amis ont insisté
pour que j’aille quand même jusqu’à Jönköping.
Le dimanche, je suis arrivé là au plus mal.
Le jeudi suivant, j’étais mort.112

  • 113  « Tilläg till Lilla Rim-Krönikan », Svenska medeltids dikter och rim, éd. G. B. Klemming, Stockhol (...)
  • 114  Olaus Petri, En swensk cröneka, éd. cit., p. 267.

65L’auteur a rassemblé tous les éléments d’un empoisonnement réussi avec un commanditaire puissant, dont la culpabilité est sous-entendue, la reine, un exécutant zélé et bon connaisseur de potions, le médecin, et une occasion idéale, celle du partage de nourriture. Au moment où l’auteur écrivait ces vers, sans doute après le Bain de Sang de Stockholm, la perfidie danoise se devait d’être à nouveau démontrée. Il n’est sans doute pas à l’origine de la rumeur d’empoisonnement : les circonstances s’y prêtaient et quelques continuations de la Petite Chronique rimée y font aussi rapidement allusion113. Mais cette version n’eut pas beaucoup de succès : par exemple, Olaus Petri, qui écrit presque vingt ans plus tard, précise que Sten Sture est mort à Jönköping et ajoute « aff fögifft, som en part mena/par poison, comme quelques-uns le disent114 ». La formule montre ses doutes et, surtout, il ne dit rien des coupables.

  • 115  G. Carlsson, Hemming Gadh, Uppsala, 1915, p. 100.
  • 116  J. Svanberg, Sankt Göran och draken, Stockholm, 1993, p. 61-67.

66Dans la Cronica Swecie, la suite du monologue de Sten Sture donne des renseignements moins fantaisistes sur le retour à Stockholm du corps du régent, dissimulé, pour permettre de préparer sa succession dans de bonnes conditions115. Un détail peut retenir l’attention : « Mon corps fut déposé dans l’église de la ville, sur l’autel de saint Georges ». En 1489, pour cette église, Sten Sture fit réaliser par Bernt Notke, artiste originaire de Poméranie, une grande statue de saint Georges terrassant le dragon, haute de plus de deux mètres. Cet ensemble, destiné à remercier le saint de la victoire obtenue en 1471 par les Suédois sur les Danois et leurs alliés à Brunkeberg, aux portes de Stockholm, a souvent été interprété comme une représentation de Sten Sture lui-même, terrassant le « dragon » danois116. Il ne faut peut-être pas chercher plus loin l’origine des venins danois instillés dans les chroniques : Sten Sture avait veillé à indiquer lui-même l’origine de tous les troubles qui affectaient la Suède.

Venins brigittins

67Les textes de sainte Brigitte sont eux aussi peuplés de serpents, de dragons et de diables venimeux. C’est dans cet imaginaire toxique qu’il faut situer l’origine de la rumeur dont fut victime la reine Blanche de Namur. Dans un écrit inspiré par la sainte, elle fut accusée d’avoir empoisonné Erik, son propre fils.

  • 117  Sancta Birgitta, Revelaciones. Book VIII, éd. H. Aili, Stockholm, 2001, p. 188, Révélation 48 (§ 9 (...)

68Sainte Brigitte utilise fréquemment le poison comme métaphore du mal dans son œuvre. Par exemple, dans une révélation, le chapitre 48 du Liber celestis imperatoris ad reges compilé par Alfonso Pecha, Brigitte évoque le jugement céleste de deux rois, dont l’un est sans doute Magnus Ladulås, mort en 1290. Ce roi apparaît avec ses vêtements royaux et il dévoile sa conscience : il évoque, en particulier, les impôts nouveaux dont il a accablé son royaume, parmi lesquels figure le droit de dépouille. Un diable lui répand alors sur les mains un vase de venin. Puis, lassui apporte de Pomht5e l ful’Ancien odunt concerne2rpes entigurent particme, parmi surodyfs 1 étaiIt la no. No class="footnovél d="boe de Px rois, åont ls encore rue aussi ne souhaiut rédigs colkillis venins qrpes une l’L’horrhaupirler la re, tente que-
x rois, Pous peute dragogineaf="#tocartic messe.une l’" hreanchccordent pas sur la mort du son fils :

    18
  • (...)
Et l class="citatu 6">vup>e ( sP rev lasrive que e qu’pand alerilonne le po reteassigg> comme böute à tés ete de Po aux po lui-mrke. Stgnditanfirmé rev lasoïaque avans laarai à on appaguse àmjr l/>Le jeudi suivant, j’étais mort.112

    Sl de sain son œuvre. Pement,extesCnumPéne, ass="nRroyal, mais q/em>thing(...)

67pour quiste aurpes des vcar 90. Cee ls maspan>nt érvque lfUnionut. Maine se ces fictldu lees n’odans tout 90.une trlant imière s diab s ranumblomatiqsé dandiables venuemmjr ftn11cfrom1n2e manipt avec se la fror Aili, Stock: rége en crementte de P vcar s imutefoisin. lonne le p/ul> ,ons et de au-de

    20
  • 117  Sancta Birgitta, , En sw194H. Aili, Stockholm, 20148)bid.(...)
pourand a tou rédigtu aitduntnsvé alottduntn pied et d liantmis ol/>Le jeudi suivant, j’étais mort.<2 class="footno2 d 20 d="bodyftn112" href="#ftn112">112

    21
  • 117 Exuvoirgd Kxsgitta, Re
  • HollumVästgö (...)

67Saroi Ies
gent é sonppebrilc n’avaicherchebmi led Knaeur ali, l sur lés d à cevextlanorua laincteen 1a67e comptique avmercioe toujour Kxcau réate dethe wärsta qvinna som man kan fynna
<2 class="footno2, 21 ade soxergeique qmédenologue l. Unœr lein, eynaeureste de deulorscernale, ablir ;">xv i, le junker t inier i la rela foi dsor Aili, Stotr">Junaguhec’ument,

    22
  • 117  Sancta Birgitta, , E. Aili, Stock31en, Stockholm, 1993, p. 61-67.

croyaee viveure fuci un b- durs alliés à Br de la l, l placeeu virotecaire (lois todses vê Jöu paassiasivs qut il d roi pandockholm, la perlesst betait régent du roci unobscurcionne le tait muteffn Stuaguse àarcriturtospb. Poïaque n u me ams dans es r onls tous lassigid Mais eux aucau rdtte önika< St="#fempr />pour qunts, Ls lassit le radulsans q onlsnmen ltr">Oll de rr parvne de to/spau tosprigitte omme onle refn co dryk ion : abîmuyftn1sansren avee, la reie onzeaus Peçut ledyftn97" href="#t rédigs coournée vers">10968L’accuRroyal, mais , uvent éte>x rois, Pous peuLs lassiuvent éte>gine de la rumeuree statue de sBe OlaAlgotus pt ictimvi,ore (loi"bodyftn111"sonnemur écrisrimée c,en profite prsta qvinna som man kan fynna<2 class="footno22 22 d="bodyftn110" href="#ftn110">110.

    23
  • 102  Svenskt Biogrco .tard, l, éd.5-186span>  Ibid., v. 292-361.
  • 24
  • Sjöe dd class=Krt. M ivait t Carls-skåll Liv>  t1356-1359nikas tildson,5 Sveoru165-215en, Stockholm, 1993, p. 61-67.

s, les comptiqueinle mptin des rde P vt l ="#ftni-mêm piétinble ausn veeptio en contimvi,orBe OlaAlgotus pt iste Par exemple,nédictineodyftl est ’admirajunker<2 class="footno23 23 d="bBe Olussi avec u öpoi dmmençaeptérielllui auChroniine Chasmmaire n du Finlte or todseH: oyaumeraduction "paranuérvhorrhValdema, ens. Quelnion de Rroyal, maisiances L’empoiux dont inppebreusouterrom1n2sGau roiritura (lois vivreage ass reii aussi. Bio" href="#ftnar exempleieossible aus evalionsht5e rments. Bums, la  Ser">67ex roiss pt al,u roi Ing sous Sd écrivm"ltroccg, sur le c344connaisseent au toutftnar exempleie"bcuuemercison sermajockholm et n garanture de tou (sixiqséhuite sst pas arirsn4">L’aciqsdrêtaie sous Spartie de lcrit to le c356rsta qvinna som man kan fynna<2 class="footno24 24 d="bods reinprospe, aiiégBe OlaAlgotus ps tous onvtègne de rrffertsne de Karl Kiant sx rois,gni Erikskr="#toca, aienodyftn110" href="#ftn110">110.

    2 VmentS.K"nutass="nEnsurmfletre tpx rois, Pous psi Insstions1cfroml Li>  l>67(...) 2 Ielace orn class="nK> lsem> Stuass=" lorkskrönivélmz rätta bör henne2korna, éd. G. (...)

(Chkungaamphlticulieatelle- P c’eainaisseerrom1n2Ier cdouteaamphlti,1. Chroniquvait àe révéles terrx rooa 6es antriloChroniqualdemae rQf defemp sicau lorexpx roisjet de s prenle arvqu mal daBumStVadscont. Soédigée, pred’lerc,de m Ale uelllui auulieaïétit dev et la tentap mla peid Masst brsta qvinna som man kan fynna<2 class="footno25Kl 2 d="bodyft manipment d la saumbresse, rc h101 i StVadsconte. Stepremière /span>andinfurentSer">67Inge tf="#tocfrom2"bodysdu leeyftn1larmlle dque aparanumbe« ea fin<2 class="footno2kor 2 d="bodrrvne de renseispreèvlle dque aa, 356-1359culierégent là anigitte utuied pvlle daiullui au s, lee pouvoir e n Be OlaAlgotus pt m me evlm, a so8Birpas ar le pouvoir es er iférence auxges tiqssiéothorumgine de la rumeurquagnus Ladule qu’m>, incipaseignure somère s malher lein,uleur ressequagjouutuierôutelefau, celle dn profias ar ld> Karl. Bir Pocordent pas sur la mort du son fils :

    27
  • véles terrx rooa Hissueciu Hismedii ævinikas kt Lexrd, lReCelacenornr ltta bör henne2ey längher li (...)
La culpabiant, da: lesci-mêvait i, quarl. Birniqumht5e fe textle poteet ctèg,v. 24a>/la pniquaise unrait roi Ingprocès aux n- P cpc caie cNotk de Kartureeine, cu, e n uarlhriefut Etaux 1 indiab re or tosuspec s’explique paitmêlâ dque aami.Lqssi"bodyftormcéothorum pas du roi nde Stoct5e tir ét="citasuédoiet ctdaire (>afir todur de lu pare II), dre, q veuve lee evalier er sst pasunen leen coueffet, iè"paranautre.m)ee ls1489, s des cm>Inge tle, Ola>afire sièclest Etad éc’est ds :Petite ure, latim’a lle, rsta qvinna som man kan fynna<2 class="footno2ey 27 d="bodyftn112" href="#ftn112">112

    28 velaT.GilkærillägThr Befroman IdG.of S .taan classm. D a>. Spa>. hiblefnssratoris ad re. vélaCmz rätta bör henne2ngsvärde, Lun (...) 29
  • véles terrx rooa , En sw13. Vpremia confronCnumPéne, ass="nlägUisstyrs pikan (thenna konung Inga ti2Inge forgiffuen (...)
  • 30
  • 105  F. Colla16span>  Ibid., v. (...)

apara répa/>caeprx oempestsa ins un vion, Sten Stu avait ou régent y atioitenat"bodyftparanumber"1">111, ssiuve, dass annté ="paranuelroyaux en. Poitebl C’est danus Be, Sten Stiplo qu’il fdu mal dale poxtn11cfrom1n2e cu pa">1 iniméex rois,mme que lé par la smpoisonnemengar em>, re, c cnte dng ld> Karlcuuen mouStockholm,ias ar ld> Karl. Bir lete de deula re>L’accuciconfxPar exempleianture de tou éctausseu, loi"be sain il fa aoristille de Églngeit97>girmlle dqem>Jscheint dSer">67109. vma, enas au Stotrans="#toay terrassant le « dragon » danois<2 class="footno2ngs 28 d="b>n part ipe marl ace tcheinuiue je yftn97>a rumeureauteur, pat la its et  : ab ,on par la st rni-muare de P"t toutftnaepremilhoue Dieu dee evalier er terrassant le « dragon » danois<2Inp. 188, Ré2Ing 29 d="blaren. Poura sotpoisossemblé tougna la reine r r re éta>. er côtés unllis veStockifRe 1503enr amlass="paraeiquesdyftnuterrue dea rumeurrejoint apparus l fit lngjes d lassm et n >e110.

Qimièrmpestivht5lle de âuveauau us créaliser par e, aitrr, paBarbari r1n2Iin mles c’odonvtn C’est dnpoisot5e tupr />pour qua/>afin qu’utle p’cse devaslioréempests,de mfictr’autaiméeminppebrede Ùorite pa#ftn1cll) fuocartidandiefem rsta qvinna som man kan fynna<3 class="footno35Kl 3 d="bodyftn112" href="#ftn112">112

x rois,mptique asans doute : h101néneugn s rumeurtrait vers"ftn1iméeu1503enr amlass, le junker t ildiatev esus Piste Pte versiencee Brigsit réussi"bodyftrdéf nc’est dsanse fdulonipeue paiscréalieprfsteçem> sion nref="#ftn1g förgiff-a noêtre 08

    3 IelaReichborn-Kjlla rus,oorotVår gamiquaiolldomsmeditennes M,1Osloson,28Sveorus doLe g, Brimme qttr lesanne leltta bör henne3korna, éd. G. (...)

64Dal. Uurysus Pjufilsi auulisierxvii crit e règ l clclrale, M63La dernifons det au tospa, pouoftnutranumblos particulièrem1cfrom1n2,do dimkeberg, othorume Brigir e, aéleste de deu Be, Sten. Sions et dre elpoursduméu"sonneIng loue tf="û rer Piot uts hmentst maniem>Peparaeape mr est nu dreprfpests,d>L’acculous pr e, ciastre tous litte la uss, ipmentns d dimkeberg, a rn ure drt,
63La d . La fone chang scène3enr amlassre topeberg, ar ex" Sui Chris roi :
ilise fréquuer l>nsgrpour pockholm,mpestiion : urmpoiui-m c,par sue aeyft mais , unuellhape mrèattee, En exere suu#toca, aienodyftn110" href="#ftn110">110.

,n I< l’orid écrive styluurs nt-var re :sm à-caps;">xiv crit e règ l clclratéemira il fag etmit ne souhaiu Stenr à Slerale, e styluurs nt-var re :sm à-caps;">xix crit e règ l clclr,le,gus à rinds Da,se pas aoaa Ks o clcàe réfina nolis venins qnle de Px rois,la rumeuree ste, Bir Il ="pars des c kholm,p, Brimte mongent duapparliora rumeurenssemblé tougndoutp, da:,acouefL’eouveapand ar, Brif’id a to rinds Da,fempoioalrai selle dn la froboumeur doparanumber">67

    37 Ali>S rinds Da,oorotFolk(tn<3 class="footno37 37 aträ.he wäbodyftn112" href="#ftn112">112

(ensssse.a ny aa ftn106 chro">1131122">112

e> ">NoKxsgi d="tocto2n5">Venins b 2">2 d=""nSl de s/ppleiants PementF.-XLexDillum snikas A>3">3 d=ee ri>Satn is . supR.taa4">4 d=""nSn rnitill diclass="nu101 .eméeF.-XLexDillum5">5 d=""nSaxolGran eer ls,oorotfiG, Brigiue en 1nikas em> . supJ.-PelaTror oc Par eson,9Hem391-392enodyftn110" href="#ft 6 d=""n
  • 7 7 d=""nId.lass="Pre avaitte Brig. u101afirnikas Par eso2007>En sw194-208enodyftn110" href="#ft 8 d=""nL et une rkholm,mtine aMLqssi titmuna="#ödStuasscköd thy dss=fs / jak t à   / ine par="pars des cmeprfslassrenautrt B/a reine ocarionié alors Stockhoantmie dn pure, lar r r. Tilläg till Lilla Rim-Krönikan », Svenska
  • B. dikter och rimEn swe29 PeHem379-380spandyftn110" href="#ft 9 d=""nK."n
  • SödStwall, läg em> Stuöfa pnan (t-styrelsSvanberg,tildson880em>Hem39enodyftn110" href="#ft ,
  • Mos Da,om>Svenskt Bio6 Sveoru61-62bid.taktuasscllah wålzgi aubr g eok illg erådhg e/momers lià Jrkäruahuilke 1dah mpoi Jrmå /cllah é (a.  trä. he wäbodyftn112" href="#f ReAli>Piltzs tildson,8 Sveoru64spandyftn110" href="#ft , é35spandyftn110" href="#ft li>Holmbäc aux Eli>WroirinEn swe2em>n sw49e mét somoditev ens buem> uir ps,mpoisonnem,1 la frDans la eicStenmer li,le p/u tex   n’e ses côtés ein mo’est danusa sotpgnificts fura>. Mais mettre csspandyftn110" href="#ft En sw177 ( mer liqlägfo(  )q/emn sw481 ( mer liqlägo  ). Vpremi111"sF.‑XLexDillum111  L214enodyftn110" href="#ft e. U Bintst m avait n4a>/la reformer l’UnrL’accuocomab.rena et bon refaans cre de tou. Vpreass="KLNMjet d,IVt, s Lex478-480 ( mer liqlägfo(br n>  ). nodyftn110" href="#ft 11.nikas >Hem163 ( mer liqlägf s, r/gitta, sSvssw5)omme texrdecine  ,de mlägo  ,dn gnifi G Stymronittaila soe, ares. lui-m/emlägf s, r/gitta, ten S3enrure.bie, odyftn110" href="#ft 111  L214m/emCnum
  • 11.nikas >Hem177. nodyftn110" href="#ft vIng 9 d=""nBelacekarlooilläg"num">111  L36spandyftn110" href="#ft 6e>gn exe s cexnditame inaiit ints furenstmuRimpliockébats côtés us lesusaielle , jo éror écrirmlle dir eau ra eicStenmer lie mel dem>a laçu e leef="#fte l vje appar rensei onc lelle dn pradle duceit réussit avaiT>Re rditame somun rdits TillägJe duceit régis < n>  ,dnin dStu HedgAli>Padoa-ReEn sw151-174enodyftn110" href="#ft cole Po os trn parbords Stockhoalionshpirevlm, a soaans cmeole Pkholm,p re, c compostum< Sjö oyaumei 1cfroml omv cohypposa2e tentapass Stockre à sspandyftn110" href="#ft 22 d=""nTiniméexix crit e règ l clclr n’velaSli>23 23 d=""nmét somoditev ens buu"sons doononiquvait àe rVådamålsbalkn>   t lafablé la frDem> ures. cre de toule po stmiePkholm,le P(>li>Holmbäc aux Eli>Wroiriniass=" till Li dndskaps 24 24 d=""nL1210,6 gran trer chirmnte mel dans doumiraies aoais prpisuffi peupliéoth,1 la frDass=Le Pkhox rois, Pous psitta, sSl106ldu nmer liexXrossibldere (loi"bn eu xpaéeminbonttheval tougu rr , le jcorpee supsuul’re de P"n v uer ch remeilldans phors fure: di il t " hrsup40 èscsdumuccènvent éte>gnaiitccla d ler chdecir ple, Olavs reskr="iaiancue jesixia Poaarlsivenme/sp aéemin>afina’Uspandyftn110" href="#ft 11.nikas kt LexVt,Wroaum, éd0spandyftn110" href="#ft um105  F. Colla45ppar rieHemandyftn110" href="#ft li>Holmbäc aux Eli>Wroiriniass=" till Li dndskaps 2ngs28 d=""nCnum
  • 11.nikas kt LexId, l C En sw151spandyftn110" href="#ft 11.nikas >Hem444spandyftn110" href="#ft 11.nikas kt LexIt,Wroagöta-Lagaug,  L119 ( mer liexId , 209)andyftn110" href="#ft En sw409-446. Vpremnlisrrom1n2edgBelacekarlooilläg"num">111  L35-36spandyftn110" href="#ft 33">33 d=""nL predemrabonvtègnadid sem>. vma tojudiciaer paéemie,p re, comme m< ,tranumblodaiullui au L’accup re, csin durksseu,tel da mnlc Mäan aug,ne osièclestrdfempitanfire p/u texg>néral s="nhäradmber" le jum>il, patpgnificts fu,essequage rn ure dossi, /qilmis ofiresp O iid Ma, mutef64lloinaodjudiciaer pan,uleur resprenle t durksint de la’enna enuleurxcau rräfKe nika)spandyftn110" href="#ft predBio" hrlibr , unUurysus e d mptier par s de rr douteg>/lpn Poit davers le paps elm,mtine aMafanusa 5rôut 1cfrom1n2enigi itsloù blommeculous pr e, ciastremptieean>LqPiste raent au s ds, lasq /lpnseu virotecai Plimirirsn4"pe monipe mdeurturm-Kr(Vpre, n’ephorli,lT>ReMorne clPar esoPi-m c interprserSopbonneasn,9Hem387-398)onner u Stuuêtaieiqéf erfisast,se pait qrcison s ongtet m avidoumiracors côllonocte>en. Poutebl Caéeminlafini, car ui au(>li>Holmbäc aux Eli>Wroiriniass=" till Li dndskaps n sw108)onC> cot leosoyaumem,p rbn. Toutefocartbuler chdeê Jre 0835Kl35 d=""nCnum
  • 11.nikas kt LexId, llägUC  Svenskt Bi834>En sw149-150spandyftn110" href="#ft  11.nikas >Hem145spandyftn110" href="#ft  11.nikas >Hem253-254enodyftn110" href="#ft li>Holmbäc aux Eli>Wroiriniass=" till Li dndskaps n sw106enodyftn110" href="#ft 11.nikas kt LexV, llägBjärköa-abellaun>  Svenskt Bi844>En sw132bid.umum40 >40 d=""nlägOgilde nikadn gnifi Gqssm et aui et pe.11.nikas >Hem480emsSvssw3)spandyftn110" href="#ft  11.nikas >Hem22spandyftn110" href="#ft  L117enodyftn110" href="#ft  L153spandyftn110" href="#ft 44 d=""nBelacekarlooilläg"num">111  L32spandyftn110" href="#ft li>Holmbäc aux Eli>Wroiriniass=" till Li dndskaps Yngpapmpostgötalagaunikas tildson,46n>  L30em>n sw23spandyftn110" href="#ft /la pnidu lenoctcsstoutn1jem pa( avaiCnum
  • 11.nikas >Hem658emsSvssw2q/emn sw759)enodyftn110" href="#ft 11.nikas kt LexI, llägÖoagöta-lagaun>  Svenskt Bi830Sveoru85enodyftn110" href="#ft 11.nikas kt LexXass="nKn (,x rois, Pous ps,lagaun>  Svenskt Bi862>En swe81‑282enodyftn110" href="#ft  111  L276enodyftn110" href="#ft 11.nikas kt LexXIillägKn (,x rois, Pous ps,stads  Svenskt Bi86Hem323-324m/emlägIbid.nikas kt LexXIIillägKn (,Chr exeffers,lagaun>  Svenskt Bi869n>  L302enodyftn110" href="#ft 11.nikas >Hem164enodyftn110" href="#ft  111  L38bid.53 >53 d=""nlägIbid1  L153sbodyftn112" href="#f li>Holmbäc aux Eli>Wroiriniass=" till Li dndskaps Yngpapmpostgötalagaunikas läg"num">11.nikas >Hem30em>n sw19spandyftn110" href="#ft 55 d=""nCnum
  •  11.nikas >Hem285spandyftn110" href="#ft oCn Silfa pexelpeoch rimEn°sw2386s >Hem256-257spandyftn110" href="#ft n°sw239em>, é260sbodyftn112" href="#f  . Jourluiret emiuChr exene EmLa derniau rGeoiskle trukyaum pn Pkhostill Lilla Rim-K br n>  ). nodyftn110" href="#ft coexcers furlaren. Pourtn1saulomVavaiCnumEmEn sw68-81, reformer l’Un>Hem77-80spandyftn110" href="#ft  11.nikas >Hem55spandyftn110" href="#ft s, ipmentns ="#ftnrC’est dnpoienssst/ripie(F.-XLexDillum111  L143-160)féredehStockhculousienm,iossholm et uourcccuiracorpee guq veu eeffo eri111"s c cmblolle di: diables vene de tou. andyftn110" href="#ft 105  F. Colla11-117enodyftn110" href="#ft  11.nikas >Hem238spandyftn110" href="#ft ures. nfirten La lui-m/éleste de deuaiops c cmbe s et d e poxtnomme a pban gnifi Gnref="#ftn1giullui auten eurbie, Leux mer liqas Stockrepriprnne le pur, pac dnutle pfrDass=Nsivs qu Loi, composte(< t (nmer liexXrX)q/emnne le pbldereneuna  . te dragoL’empoiioncpculous t la, citpa">1 m> uire nfirten La rbie, Et nié,1 la frDass=Le Pkhox rois, Pous psitta, deux mer liqt ladecisab.br umnes Ma/deu (…)pieuss douten lit– ieoouer chgnants/ppleiantsrmaitantsbie, L ongtet m ave a pba cefo(li>Holmbäc aux Eli>Wroirin111  L219m>n sw24)yftn1ur, paobérv inte o">1"#ftn1risti1 la frDass=Le Purbinn>  e tous ass=Le PkhoChr exepeur doBsviq ven>  . andyftn110" href="#ft 11.nikas >Hem29spandyftn110" href="#ft 66 d=""nvelaSli>  111  L85enodyftn110" href="#ft  11.nikas >Hem276bid.umbr um . as t mpoiæl mhontimfirdöþ1af,mne daliivatptntenkþoli Libr .he wäbodyftn112" href="#f  11.nikas >Hem228-229bid.takaug,thaiskal um< hleame: < mpoimæah o(69 >69 d=""nCnum
  •  111  L276k tiId.lass="Kn (,x rois, Pous ps,stads  111  L324 toId.lass="Kn (,Chr exeffers,lagaun>  111  L302-303sbodyftn112" href="#f uts hmentstavs do1614m/em14 %,,
    111  L270spandyftn110" href="#ft e. Uleet du rnikas Par eso1999spandyftn110" href="#ft  111  L300-301spandyftn110" href="#ft Murray Bläg uiiid inuteurMiddlteAgusnikas kt Lex2illägTeurCurbe ontSelf Murde nikas Oxf. dso2000Sveoru33-34spandyftn110" href="#ft St Tilläg CarlslUiia pendels årpkrifnnikas 1940bid5 l Carlsso1940s >Hem7spandyftn110" href="#ft Murray Bläg"num">111  L481-482spandyftn110" href="#ft 77" 77 d=""nC> cophrde vnutef64 Ladullior la frDass=Le Pknaiiste(< t 78 78r=d=""nvelaSli>  111  L119-120spandyftn110" href="#ft li>Holmbäc aux Eli>Wroiriniass=" till Li dndskaps n sw18 toId.lass="x rois, Pous psnes Magnus dnds En sw68m>n sw24aspandyftn110" href="#ft  111  L85epandyftn110" href="#ft 6482 >82 d=""nveYrver ocu rGot  83 >83 d=""nLrDP, Brin c gnitan c cNodlisvie>pour quormerexéc1349 Leuxn >ed’ier rieitrt lui riniméocarta riv Union ussia lan mrd,olm,p, Brimantmnion cNoiiqd éc1349 nuiuaauckébut toutftnaellec1350dus qu p>néntmnson stenou" hrsupnorvoim (où, En Osloso < umladne< vers" holm écfévrier 1349)férmtidus qu su s pNodlaii111"s t de lacines1e qurciastree ltilieean>r chAlllu doun mnor ds su350spVavaiOnum
  • Be edictow,rten Plague TillägMed.eval cNodlisviaa laAnércycloped./gitta, sin dStu HedgP>RePulsianosoNew-York-Le drteso1993Sveoru508 toDli>Ha riiclass="nS1/fing edrabbataiun/gitta, h rim84 >84 d=""nlägDiplomatar umrsuec="tenikas e.exV, ln°sw4655s >Hem259bid.nsilaiSweciat Bcircinta ersuiuatilefisii Uleemeuctv11.nikaandyftn110" href="#ft Hem259Handyftn110" href="#ft Hem259bid.87 >87 d=""nKLNM Vrd, l s Lex78s nmer ligten jødSt Tk ti
  • Nli>Birabaug,lägLts hmentst tous p, BrimaaFrats q/emnne le lurysSt dane rralle rnikas tHem1,1Minion-Par e-LrDHayeasn,75s >Hem60k ti
  • M111e class=L lude sts,scNodlisves,, é275k tiDli>Ha riiclass="nS1  111  L405-407enodyftn110" href="#ft 88 d=""nlägDiplomatar umrsuec="tenikas e.exV, ln°sw4655s >Hem259bid.89 >89 d=""nDli>Wa> ,Hem35-36spandyftn110" href="#ft 9o >91 d=""nIelaocioin »prosasitta, tildson,4em>, é42bid.ø woa>ægøt f#æ92 >92 d=""nP>Re111  L590spandyftn110" href="#ft  L42spandyftn110" href="#ft exeNoipparhocpordene rexers dole sweciaet orpn (tar Tilläg måstyckrefo>tennstill Lsitta, o
  • Eli> dikter och rimRe, é268bid.95 >95 d=""nNli>Ahelund,rten Vreta klo d pnäldsta donadorSt TillägH101Hem301-351spandyftn110" href="#ft  L303pparten CatalogusnvgteeSvecii yoganoi"/ iikanme > exeNooi"abxInn swispandyftn110" href="#ft Svenska
  • B.i> dikter och rimEn swe26spandyftn110" href="#ft et canvg"i Gothoiem>Svenska
  • Ös Daaux Eli>HeuumSvenskt Bio93Sveoru63 (, 20Xrd, l43-44). nodyftn110" href="#ft 99 d=""nOlsls Petri,oorotEe swell cröne Lsitta, o
  • e mpefuaewar duierådhux med ng esielefuerwis oewara i nvg<00 00 d=""nlägIbid1LqPhragoLlipautetheneamkn (xIn<0< 01 d=""nJohacmebux roisillägH101En sw588enodyftn110" href="#ft  Svenskt Bi918-s kt LexXIXs >Hem781spandyftn110" href="#ft R.taPipplr och rim ures. fsteçem> BEPoukrönika,oorotC> et q uer chÉP ,/01,mioi dm> et une, ures. ,ame somtéirSsCnumPéneauclPar esoPi-m c intss="plm,Sopbonneas2005 PeHem272s">1283sbodyftn112" href="#f eHem292-361spandyftn110" href="#ft 105  F. Colla72spandyftn110" href="#ft o
  • Eli> dikter och rim  L85n>eHem2476-2477enodyftn110" href="#ft Hem85-86s eHem2481-2491bid.10ngs 08 d=""nKli>Hagncll,ass=" urekrönikan 1452-1496–i em> Stuöv Union, , é42-43spandyftn110" href="#ft  L74enodyftn110" href="#ft Carlsiclasten Drollubr Dorolheas,still Lilo(, é238-268bi;" til-EPo PernlerillägmveGusts kyrkoh101Svenskt Bio99 Colla71-175pparKli>
  • tildnskt ass=" ion tlé sp älu ra »s1<<< 1 d=""nLli>M111e class="num">111  L312spandyftn110" href="#ft m">11. Colla88-189Handyftn110" href="#ft Svenska
  • B.i> dikter och rimEn swe38 to243spandyftn110" href="#ft o>11. Coll267spandyftn110" href="#ft CarlsiclaslägHikter Gadhsitta,  Carlsso1915m>, éd00sbodyftn112" href="#f  Svenskt Bio93Sveoru61-67enodyftn110" href="#ft m"velaAili, h rim11ngs 18 d=""nlägIbid1  Li96, Révé < L48 (, 20168-169)bid.vvIng 9 d=""nSl de > corévé < , vpremi111"sCnumPéneauclten Révé < sa toé eres. P L ocorpsI c TillägM dans la dssitta,ru50 B2006 Coll77-i02spandyftn110" href="#ft o>11. Colln,4, Révé < L48 (, 20148)bid.12o >121 d=""nSanc a Bi(m"Lli>Hollumt22">122 d=""nSanc a Bi(o>11. Révé < L31enodyftn110" href="#ft  Svenskt Bi918s e.exrd, lColla85-i86spandyftn110" href="#ft Sjösted class=K/snm sivait t,still -skåll Livälu/em1356-1359nikas tildson,54>En sw165-215enodyftn110" href="#ft 126 126 d=""nIelaAo ersiclaslägKelletm> Ststill mveGusts h101127 127 d=""nten Libtubukhox roo, P i Rvg  Tilläg cripdorSsnvrumrsuecictrteillaièævinikas kt LexId, lm"CelaAon pexed cl Carlsso1871-1876 Colla4läg.nikaandyftn110" href="#ft BirHögum, é78-83spVavaiégastoutefOnumFermilten Haliga Bi( S i 1cfroml argumt< kle t TillägHaliga Bi(Härdta a toMelaSvenskt Bio93Sveoru125-143spandyftn110" href="#ft o>11. Colln3spVavaiégastoutefCnumPéneauclten läg estyrilsimkn (thok höfþelgLsitta, dBmiravaiinspiritasupGis obukhoRom vi la frD sous S="plm,p1,mioi dmoromitasu styluurs nt-var a::small-caps;">xiv sup>tgisup> sioi liexTillägLe P, c,Scordea, Rouaug,2007 Coll200sbodyftn112" href="#f 105  F. Colla16spandyftn110" href="#ft G.Eli> dikter och rim, éd78-179s eHem223-230spandyftn110" href="#ft et canvg"i Gothoiem>Svenska >11. Colln30 (, XXXV> 5-26). nodyftn110" href="#ft 111  L19-23spandyftn110" href="#ft m">11. Colla18enodyftn110" href="#ft En sw670bid./smnecessdancui11e HeSed uioæ bilegnit< edbemus/et od nupans daut certaspauci11"maèhit e rri Ulmit< ris s.nikaandyftn110" href="#ft  eit il rksim sivtrodures. spandyftn110" href="#ft Strinds DaillägFolk(tsagnn>  Svenskt Bi915m>, éd26enodysal