Navigation – Plan du site

Luca Pierdominici, Les Passions du Mot. Etudes de littérature du XVe siècle

Estelle Doudet
Référence(s) :

Luca Pierdominici, Les Passions du Mot. Etudes de littérature du XVe siècle, Fano, Aras (Piccola Biblioteca di Studi Medievali e Rinascimentali 1), 2009, 215p.

ISBN 978-88-96378-06-9.

Texte intégral

1Luca Pierdominici ouvre la collection « Petite Bibliothèque d’études médiévales et renaissantes » qu’il a inaugurée il y a peu par un recueil de six articles, parus récemment dans diverses revues françaises et italiennes. Le parcours, annoncé comme une « flânerie » dans les œuvres du Quattrocento français, est en réalité balisé en trois parties : deux études sont consacrées à une relecture de Villon ; deux articles éclairent certains aspects des Cent Nouvelles Nouvelles ; deux contributions enfin se penchent sur le domaine italien, à travers une réflexion sur l’œuvre d’Andrea da Barberino, puis une étude des expressions animalières, des bestiaires à l’écriture fatrasique (article en italien). Les lecteurs de son précédent recueil, La Bouche et le corps. Images littéraires du quinzième siècle français (Paris, Champion, 2003), ne seront pas surpris de retrouver, dans l’articulation thématique de celui-ci, le fil rouge des réflexions de L. P. : les relations problématiques entre vérité et mensonge au cœur de la parole ; les liens ambigus qui se tissent entre le discours et le corps, entre texte et oralité au 15e siècle.

2Fidèle à sa volonté, affichée dans l’introduction du recueil, de « prendre au pied de la lettre » les textes, la première contribution sur Villon (« Villon juge ou jugé ? Les méandres poétiques du Testament ») propose une relecture assez précise, au fil des strophes, de cette œuvre. Dans une perspective qui doit beaucoup aux travaux de J. Dufournet, l’auteur cherche à montrer comment le Testament illustre la tension entre volonté totalisatrice du savoir et fragmentation de la lettre qui doit en rendre compte, ouvrant vers une esthétique de la discontinuité et du dialogisme. Le travail de L. P. s’arrête plus précisément sur les composantes performatives du texte, en particulier sur la structuration du débat imaginaire que propose le poète. Les accusations permettent de se défendre, dans un constant retournement de l’argumentation. Des phénomènes d’ironie, de discours implicite, des réseaux d’allusions peuvent ainsi se tisser. La seconde étude s’arrête sur un autre thème bien connu, la méditation villonienne sur la médisance et la flatterie (« Langues cuisans, flambans et rouges, la médisance entre affabulation et poésie »). Ces deux formes de langage éclairent la question du pouvoir, toujours sous-jacent à l’utilisation du discours. Les deux études, souvent fines dans le détail, sont assez classiques dans l’interprétation. Si le lecteur reste un peu sur sa faim, leur rapprochement cependant fait naître certaines questions qu’il serait judicieux de préciser. L’utilisation de la parole opaque, flatterie ou mensonge, n’est pas sans lien avec le cadre judiciaire du Testament : ce sont des moyens d’interroger le statut autorisé ou non de la parole, en particulier de la parole publique. Or la question est fondamentale et largement débattue au sein du système judiciaire, sous la plume des prédicateurs (songeons à Gerson) et dans les expressions théâtrales contemporaines. Il y a là un contexte qu’il pourrait être intéressant de mieux cerner, puisqu’il est un corollaire indispensable à la « prise à la lettre » des œuvres.

3Les deux contributions suivantes abordent les Cent Nouvelles Nouvelles à travers un questionnement analogue, en faisant référence à juste titre aux études de N. Labère sur cette œuvre. La première, intitulée « Soufre, diables et diabolisations narratives dans les nouvelles du XVe siècle », se fonde sur le paradoxe célèbre d’une réapparition du diable dans les textes littéraires des 14e et 15e siècles, alors que la question semble peu émouvoir les écrivains en ancien français. Le diable est cependant peint comme un phénomène intérieur, habitant la bouche et le corps de l’homme (et surtout de la femme). Il représente la diabolè, la fracture qui menace l’unité spirituelle et qui introduit l’opacité dans le discours. Diabolique est alors la ruse trompeuse, diabolique le texte jouant avec ses propres mots. Cette longue lecture est complétée par l’article « La douce rage des passions dans les Cent Nouvelles Nouvelles ». Il s’agit d’une étude lexicale du terme passion, qui s’appuie sur les analyses d’Aristote traduites par Oresme. La mise en perspective est bienvenue et aurait pu s’enrichir d’une petite comparaison diachronique, pour évaluer l’évolution du lexique et de la pensée d’Oresme par rapport à Thomas d’Aquin (cité n. 10, p. 111) par exemple. L’étude des champs lexicaux dans les CNN permet de montrer la mouvance des termes, leur inscription dans les corps et amène à interroger leur importance dans l’esthétique du mouvement et de la transformation qui est sensible dans les nouvelles.

4Les derniers articles portent plus précisément sur la question du langage et de son évolution dans le passage d’un genre à un autre. C’est ce qu’esquisse, assez rapidement, l’étude en italien sur les expressions animales au 15e siècle, par exemple dans l’écriture fatrasique – on s’étonne de ne pas voir citer à ce sujet les travaux d’E. Rassart-Eeckhout sur les locutions et expressions figurées fondées sur l’animalité en moyen français.  Le travail sur Andrea da Barberino (« La rhétorique de l’oralité dans I Reali di Francia d’A. da Barberino ») offre d’abord au lecteur français un éclairage intéressant sur l’œuvre romanesque de ce metteur en prose toscan fort populaire en son temps. De plus, même si les exemples ne sont pas toujours très convaincants (la tension entre oralité et écriture dans la coordination des subordonnées n’emporte pas entièrement l’adhésion, par exemple), L. P. pose la question de la littérarisation dans la prose toscane de la chanson de geste française : en d’autres termes la tension entre voix et écriture au 15e siècle. Le sujet est complexe, en premier lieu parce qu’il s’accompagne souvent, de la part de la critique, d’une méconnaissance du contexte culturel contemporain. La mise en relation du discours sur la lecture, mis en lumière par Fl. Bouchet pour le 15e siècle français, de ce que l’on peut savoir de la mutation historique des pratiques et de l’étude précise, comme celle que propose L. P., des structures rhétoriques reste assez rare et c’est dommage. La notion de « théâtralité » pour définir les phénomènes d’oralisation ou de littérarisation nous semble présenter les dangers de l’apparente simplicité. Il est possible qu’elle nous cache aujourd’hui plus qu’elle ne nous révèle ce qui était en jeu au 15e siècle, et cela rend urgente sa redéfinition critique. Enfin le travail d’Andrea da Barberino, translatio interlinguale et mise en prose, gagnera sans doute à être mis en relation avec le renouveau actuel des études sur la mise en prose en langue française.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Luca Pierdominici, Les Passions du Mot. Etudes de littérature du XVe siècle  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/11819

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals