Navigation – Plan du site

Albert von Stade, Troilus, éd. Thomas Gärtner

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Albert von Stade, Troilus, éd. Thomas Gärtner, Hildesheim, Weidmann, 2007, 326p.

ISBN 978-3-615-00337-6.

Texte intégral

  • 1  Voir sur ce point J.-Y. Tilliette, « Troiae ab oris. Aspects de la révolution poétique de la secon (...)
  • 2  Voir les analyses de M.-R. Jung, « L’histoire grecque : Darès et les suites », Entre fiction et hi (...)
  • 3  Signalons à propos de ce texte la récente thèse de Sébastien Peyrard (L’Ilias de Simon Chèvre d’Or (...)

1On sait – notamment par les travaux de M.-R. Jung, en ce qui concerne la littérature française – l’extraordinaire succès qu’ont rencontré au Moyen Age les récits de la guerre de Troie, dans toute l’Europe, aussi bien vernaculaire que latine. Pour s’en tenir à la production latine dans ce domaine, on peut distinguer pour simplifier trois phases principales de développement : celle des résumés de l’Antiquité tardive d’abord (Ilias latina de Baebius Italicus, Ephemeridos belli troiani libri de Dictys, De excidio Troiae historia de Darès et Excidium Troie anonyme), qui se caractérisent notamment par une revendication d’historicité ; une première phase médiévale, à partir du milieu du XIe siècle (Troie est presque totalement absente de la poésie avant 1050-1060)1, qui marque la reprise d’une élaboration poétique à thématique troyenne, mais dans les limites de pièces relativement courtes et de tonalité élégiaque, avec les poèmes de Baudri de Bourgueil, Hughes Primat ou Pierre de Saintes, sans oublier le célèbre Pergama flere volo ; puis, à partir du milieu du XIIe siècle, en même temps que Darès s’impose comme la source première en matière troyenne2, une seconde phase médiévale, qui se signale par le retour au poème narratif (en hexamètres ou en distiques élégiaques) et par des compositions de plus en plus ambitieuses, de l’Ilias de Simon Chèvre d’Or (497 distiques dans sa version la plus longue)3 et de l’Historia troyana Daretis Frigii anonyme (918 vers) jusqu’aux vastes poèmes de Joseph d’Exeter (c. 1183-1190) et enfin d’Albert de Stade (c. 1249) – ce dernier, si on laisse de côté le cas un peu particulier de Guido delle Colonne, constituant en quelque sorte le point d’orgue de ce processus, puisque le Troilus est la plus tardive (la plus retardataire ?) mais aussi la plus étendue (5342 vers, principalement en distiques, contre 3873 hexamètres pour l’Ilias de Joseph d’Exeter) des épopées latines consacrées à la guerre de Troie au Moyen Age.

  • 4  Voir G. Maeck, Die Weltchronik des Albert von Stade. Ein Zeitzeugnis des Mittelalters, Books on De (...)
  • 5  Ce vers, c’est à noter, reprend à peu de choses près l’hexamètre d’ouverture de l’Historia troyana (...)

2Peut-être plus connu pour sa Weltchronik (les Annales Stadenses)4, le franciscain Albert de Stade (avant 1200 – c. 1265) est donc également l’auteur d’une vaste épopée troyenne en six livres et plus de 5300 vers, composée vers 1249 (la date figure dans le texte lui-même, livre VI, v. 671-672). Pourquoi Troilus ? Peut-être, comme le suggère astucieusement, et de façon étonnamment plus convaincante que le prologue (v. 35-36), l’accessus placé en tête du poème, non seulement « propter quandam similitudinem nominis materie competentem, ut Troilus quasi Troicus » (ce que dit le prologue), mais aussi « quia idem Troilus fratrum suorum minimus erat et ultimus, strennuus tamen, et hic liber quia de eadem materia est extremus, utilis tamen » (p. 309). Quant au récit en lui-même, il s’agit d’une relation complète de la guerre de Troie, depuis les origines du conflit jusqu’aux retours des Grecs, où Albert de Stade, comme Joseph d’Exeter avant lui, suit avant tout le canevas de Darès, donné encore une fois comme le garant de la vérité des faits, sans que le poète s’interdise pour autant de broder sur son texte : « Hanc quoque materiam figmenta poetica turbant5 / Sicut Virgilius arma virumque canens. / Sed Frigii tenet historiam liber iste Daretis, / Qui preter verum scriptitat inde nichil. / Hunc sequor adiciens interdum verba virorum, / Queve loquebantur vel potuere loqui. / Ponatur, quod et hii non sint ea forte locuti : / Cause presentis sunt tamen apta rei » (livre III, v. 237-244). Autre trait qui n’est pas sans rappeler Joseph d’Exeter, Albert de Stade ne fait pas mystère de ses intentions moralisantes (« Et fortasse legens sic dicet : ‘Cur tulit auctor / In cameram studii Troica bella sibi ?’ / Non propter Troiam Troianum scribere bellum / Aut cepit Frigium sollicitare stilum, / Sed ductos meliore via compescere pravos / Et servare Dei vult in amore bonos » (livre VI, v. 365-370), le sort que subissent les héros grecs ou troyens étant volontiers présenté comme le juste châtiment de leurs péchés. On notera enfin qu’Albert de Stade pratique dans son poème une écriture farcie d’emprunts et de réminiscences, parfois proche du centon, piochant à qui mieux mieux dans le fonds classique ou médiéval clausules et juncturae, voire des vers entiers, comme en rend bien compte l’apparat critique de TG, qu’avait d’ailleurs préparé une importante étude sur l’imitation chez Joseph d’Exeter et Albert de Stade (Thomas Gärtner, Klassische Vorbilder mittelalterlicher Trojaepen, Stuttgart / Leipzig, Teubner, 1999 : à propos de cet ouvrage, les réfractaires à la langue de Goethe peuvent notamment consulter le compte rendu de C.J. McDonough paru dans Mnemosyne, 55, 2002, p. 758-762).

3C’est en fait cette étude qui a été l’occasion pour TG de reprendre à nouveaux frais la collation du manuscrit unique de Wolfenbüttel, ce qui a permis, comme le note C.J. McDonough dans sa recension, d’apporter d’utiles corrections à l’ancienne édition de T. Merzdorf (Troilus Albertis Stadensis, Leipzig, Teubner, 1875). C’est donc un texte amélioré qui est ici proposé, accompagné d’un volumineux apparat critique à deux étages, le premier consacré aux diverses corrections et conjectures, le second aux sources du récit et aux multiples réminiscences et emprunts, plus ou moins avérés, que l’éditeur a pu déceler dans le poème. Pour le reste, on regrettera le léger goût d’inachevé que ne peut manquer de laisser le travail éditorial de TG : les quatre pages d’introduction, uniquement consacrées aux principes d’édition, auraient avantageusement pu s’accroître d’une présentation, même rapide, de l’auteur, de son œuvre en général et du Troilus en particulier ; manquent également une bibliographie, un index verborum (même si on peut le supposer très classique, on ne sait rien du vocabulaire d’Albert de Stade) et un index nominum. Il est dommage en somme qu’au prix d’un petit effort supplémentaire TG n’ait pas fait de son édition l’instrument de travail qu’elle méritait d’être.

Notes

1  Voir sur ce point J.-Y. Tilliette, « Troiae ab oris. Aspects de la révolution poétique de la seconde moitié du XIe siècle », Latomus, 58, 1999, p. 405-431.

2  Voir les analyses de M.-R. Jung, « L’histoire grecque : Darès et les suites », Entre fiction et histoire : Troie et Rome au Moyen Age, éd. E. Baumgartner et L. Harf-Lancner, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1997, p. 185-206.

3  Signalons à propos de ce texte la récente thèse de Sébastien Peyrard (L’Ilias de Simon Chèvre d’Or. Edition critique et commentaire, Ecole Nationale des Chartes, 2007), dont on espère la publication prochaine. Voir la présentation à l’adresse suivante : http://theses.enc.sorbonne.fr/document1098.html

4  Voir G. Maeck, Die Weltchronik des Albert von Stade. Ein Zeitzeugnis des Mittelalters, Books on Demand Gmbh, 2001.

5  Ce vers, c’est à noter, reprend à peu de choses près l’hexamètre d’ouverture de l’Historia troyana Daretis Frigii anonyme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Albert von Stade, Troilus, éd. Thomas Gärtner  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/11834

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals