Navigation – Plan du site

Jean Calvin, Commentarii in Epistolas Canonicas, Ionannis Calvini Opera Omnia 2.20, éd. Kenneth Hagen

Luce Albert
Référence(s) :

Jean Calvin, Commentarii in Epistolas Canonicas, Ionannis Calvini Opera Omnia 2.20, éd. Kenneth Hagen, Genève, Droz, 2009, 406p.

ISBN 978-2-600-01223-2.

Texte intégral

1Les Commentarii in epistolas canonicas de Jean Calvin constituent le volume XX de la deuxième série des Opera omnia du réformateur, publiées chez Droz. Cette série regroupe ses Opera exegetica, dont plusieurs volumes sont déjà parus. Le véritable « programme exégétique » que s’impose Calvin tout au long de sa carrière ecclésiastique le conduit à publier régulièrement, à partir de 1540, ses commentaires bibliques. Les commentaires des Épîtres canoniques possèdent une histoire éditoriale originale : le commentaire de l’Épître de Jacques a d'abord été publié isolément en 1550 chez Jean Girard, en français. Puis le texte latin original de l’ensemble des commentaires des Épîtres canoniques est sorti des presses de Jean Crespin au tout début de l’année 1551. Il est rapidement suivi de l’impression de sa version française par Jean Girard, selon une formule originale dont la publication isolée du commentaire à l’Épître de Jacques semble avoir été une avant-première éditoriale : les commentaires pouvaient être achetés soit groupés, soit séparés en quatre fascicules possédant chacun une page de titre et proposés dans l’ordre suivant : Jacques, Pierre, Jude et Jean. On sait le succès des Commentarii de Calvin auprès des réformés, et cette tentative éditoriale originale confirme l’importance du volume qui nous occupe. L’édition latine de 1551 (A) sera rééditée en 1554 (B), puis en 1556 (C). Le texte que nous propose Kenneth Hagen est celui de 1556 (C) : il s’agit de l’édition définitive en latin de l’ensemble des commentaires de Calvin sur les Épîtres du Nouveau Testament, édition revue et augmentée par l’auteur. Kenneth Hagen nous signale les variantes dans A et B, mais de fait, elles sont assez rares (souvent des omissions) et d’un intérêt limité : la lecture est donc peu interrompue. L’ouvrage s’ouvre sur une très courte introduction suivie des principes d’édition critique du texte, de la liste des différentes éditions des commentaires de Calvin aux Épîtres canoniques et de leurs traductions en français, en néerlandais et en anglais, ainsi que d’une bibliographie.

2Le texte de Calvin commence par une dédicace à Edouard VI par laquelle le réformateur encourage le monarque dans ses efforts de Réforme et en profite pour dénoncer la relance du concile de Trente. Cet écrit dédicatoire possède une certaine importance politique, et il avait beaucoup plu en milieu réformé. Les commentaires eux-mêmes, ensuite, s’attachent à cinq des sept épîtres canoniques, et sont donnés dans l’ordre suivant : 1 Pierre, 1 Jean, Jacques, 2 Pierre et Jude. Il aurait été intéressant d’approfondir en introduction les raisons profondes qui ont poussé Calvin à opérer ce choix dans les Épîtres et à les présenter dans cet ordre. On voit que dans ses commentaires comme dans ses autres écrits, le réformateur procède en pasteur et en professeur, privilégiant la clarté et la brièveté, attirant l’attention du lecteur sur la dispositio des Épîtres pour en permettre une compréhension globale. Suivant la méthode médiévale, il propose un argumentum en tête de chaque commentaire, puis il analyse le vocabulaire, la grammaire, le sens des mots grecs, la pertinence des traductions (Vulgate, Érasme). Il soulève également des interrogations auxquelles il répond, mais aussi, dès que l’occasion se présente, notamment en 1 Pierre et 1 Jean, il polémique contre les arrêts du Concile de Trente, particulièrement autour de la notion d’élection par les mérites, ou encore au sujet de l’ambiguïté des Écritures. Fidèle à sa devise purum putum, Calvin procède donc avec clarté, brièveté et concision, s’adaptant avec souplesse au style de chaque Épître, comme le souligne Kenneth Hagen en introduction, et montrant ainsi par son propre style combien la Bible est « ferme » plutôt qu’ambiguë. Cette porosité du style calvinien ainsi que sa propension à la polémique au cœur même de l’exégèse doivent être soulignées, notamment en ce qui concerne la contamination qui s’exerce entre certaines Épîtres particulièrement violentes et la prose même de Calvin, dans ses commentaires mais aussi dans d’autres ouvrages. On pensera en particulier à la seconde Épître de Pierre et à l’Épître de Jude (il est dommage que cette dernière ne soit presque pas annotée), souvent utilisées ou citées par Calvin contre ses multiples adversaires. Elles sont par exemple explicitement et longuement convoquées dans le Contre la secte phantasticque et furieuse des Libertins…, et Calvin en exploite aussi bien le fond que la forme. Il montre que les libertins ont déjà été condamnés en la personne des faux-docteurs décrits par Pierre et Jude, et il puise, comme dans un réservoir de munitions, les éléments du portrait moral des imposteurs, les injures et les accusations qu’il leur lance, aiguisant ainsi sa plume pour la modeler sur le « glaive » de la parole divine, qui abat et édifie en un même mouvement. Cette édition du texte latin des Commentarii in epistolas canonicas est donc extrêmement précieuse à divers égards, et l’on apprécie aussi bien la clarté de sa présentation, que ses Index finaux, en particulier l’Index de sujets.

Pour citer cet article

Référence électronique

Luce Albert, « Jean Calvin, Commentarii in Epistolas Canonicas, Ionannis Calvini Opera Omnia 2.20, éd. Kenneth Hagen  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 05 septembre 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/12036

Haut de page

Auteur

Luce Albert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals