Navigation – Plan du site

‘Lors est ce jour grant joie nee’. Essais de langue et de littérature françaises du Moyen Âge, éd. Michèle Goyens et Werner Verbeke

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

‘Lors est ce jour grant joie nee’. Essais de langue et de littérature françaises du Moyen Âge, éd. Michèle Goyens et Werner Verbeke, Leuven, Leuven University Press, 2009, 198p.

ISBN 978-90-5867-740-2.

Texte intégral

1Le présent volume recueille plusieurs études en hommage à Willy Van Hoecke, aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Leuven, dont le parcours ainsi que les principaux travaux et centres d’intérêt sont rappelés en quelques pages introductives (« De Baudouin de Condé à Jean d’Antioche : un parcours ondoyant dans la diachronie du français ») ; à cet égard, on retiendra en particulier les deux grandes entreprises que sont l’édition critique des œuvres de Baudouin de Condé (L’œuvre de Baudouin de Condé et le problème de l’édition critique, thèse de doctorat de l’Université de Leuven, 1970), qui n’a malheureusement pas été publiée, et celle de la Rectorique de Marc Tulles Cyceron de Jean d’Antioche, qui de son côté est annoncée en cours de publication (cf. p. 135). Viennent ensuite les huit contributions constituant ce volume de mélanges, qui forment un ensemble aussi varié qu’intéressant.

2En guise d’ouverture, Claude Buridant livre une très copieuse « esquisse de bilan » consacrée à la phraséologie historique du français ; en cinquante pages, le lecteur bénéficie d’un tour d’horizon très complet de la question, « depuis les collocations élémentaires jusqu’aux parémies » (p. 43), qui s’appuie sur une riche bibliographie, rassemblée à la fin de l’article. Brigitte L. Calay propose ensuite une réflexion sur l’auteur du Guillaume d’Angleterre, non pas pour se demander s’il s’agit de Chrétien de Troyes, puisqu’en ce qui la concerne elle place ce roman au début du XIIIe siècle, mais plutôt pour s’interroger sur l’étendue de son expérience littéraire, à l’aide d’une analyse très serrée du v. 18 du prologue (« Crestïens dit, qui dire siaut ») et du sens à donner dans ce contexte au verbe dire (simplement « réciter », ou bien « composer » ?), qui apparaît finalement presque indécidable. La troisième contribution, de Colette Van Coolput-Storms, est consacrée quant à elle à une œuvre « singulièrement méconnue », le Romanz de Dieu et de sa Mere d’Herman de Valenciennes (c. 1188-1195), qui pourtant « peut revendiquer l’honneur d’être le premier abrégé de la Bible en français, destiné à un public de laïcs » (p. 71) ; il s’agit de s’intéresser à la « manière » (p. 72) de l’auteur, que caractérise un goût pour la dramatisation et l’émotivité, ici bien mis en évidence grâce à une analyse du rôle des larmes dans le texte. Dans « Variations autour d’une figure d’auteur : Baudouin de Condé dans les manuscrits », Yasmina Foehr-Janssens s’attache à montrer comment, « au tournant des XIIIe et XIVe siècles […], à travers l’œuvre de ces ménestrels [c’est-à-dire Baudouin de Condé, comparé sur ce point à Jean de Condé ou Watriquet de Couvin], mais aussi par le biais de la diffusion manuscrite dont celles-ci ont joui, on peut percevoir la mise en place de certains traits constitutifs de la notion moderne d’auteur » (p. 99) ; mais les modalités de cette mise en place sont diverses, comme le cas de Baudouin de Condé – cher au récipiendaire de ce volume – l’illustre bien, dont la figure d’auteur est tantôt fortement mise en valeur dans certains manuscrits (ici YFJ renvoie aux analyses de W. Azzam et O. Collet consacrées au ms. Arsenal 3142), tantôt moins, ou différemment, ainsi dans le manuscrit de Bruxelles BR 9411-26, objet d’une attention particulière dans cet article, qui se caractérise plutôt par la mise en scène d’une « parole magistrale (p. 103) reléguant au second plan la dimension écrite du texte. Cinzia Pignatelli, quant à elle, se penche sur les exempla ajoutés à l’une des deux traductions françaises des Otia imperialia de Gervais de Tilbury, confirmant selon elle l’identification du traducteur – désigné comme Harent d’Antioche dans la seule copie de ce texte – à Jean d’Antioche. Herman Braet et Dulce Maria Gonzalez-Doreste consacrent leur étude aux représentations de la mort de Didon dans la littérature et l’enluminure médiévales, qui peuvent se répartir en deux groupes, l’un se situant « dans le sillage de l’Enéide » et s’intéressant « en particulier au récit des amours fatales », l’autre tendant « à montrer l’héroïne comme une figure exemplaire et fai[sant] volontiers l’impasse sur la destinée que lui a réservée Virgile » (p. 142). Geert H. M. Claassens propose une analyse de Torec, un roman arthurien en moyen néerlandais ayant très probablement pour source un roman français aujourd’hui perdu, mais dont il est fait mention dans l’inventaire de la bibliothèque du Louvre (cf. p. 160). Enfin Remco Sleiderink s’intéresse à la mystérieuse dame d’Audenarde mentionnée aussi bien dans Li Romans du Vergier et de l’Arbre d’Amors (un art d’aimer allégorique) que dans une chanson du trouvère Gillebert de Berneville, aboutissant à des conclusions sur les rapports entre les deux textes qui paraissent tout de même un peu fragiles.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « ‘Lors est ce jour grant joie nee’. Essais de langue et de littérature françaises du Moyen Âge, éd. Michèle Goyens et Werner Verbeke  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 14 novembre 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/12123

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals