Navigation – Plan du site

Vieillir à la Renaissance, éd. Colette H. Winn et Cathy Yandell

Bruno Méniel
Référence(s) :

Vieillir à la Renaissance, éd. Colette H. Winn et Cathy Yandell, Paris, Champion (« Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance européenne » 62), 2009, 406p.

ISBN 978-2-7453-1746-9

Texte intégral

1Les âges de la vie sont un lieu essentiel de la pensée anthropologique de la Renaissance, et il manquait un ouvrage portant sur ce thème en particulier. Pour combler cette lacune, Colette H. Winn et Cathy Yandell ont réuni un ensemble de spécialistes éminents de la littérature, dont les analyses éclairent le thème.

2Le livre s’ouvre par un essai sur la relation que la Renaissance entretient avec le grand âge, qui rappelle que l’Antiquité avait plusieurs conceptions des âges de la vie : la période de la vieillesse commence, selon les penseurs grecs, entre 42 et 77 ans. Pour Galien, le phénomène du vieillissement résulte d’une perte progressive de chaleur, du calor innatus. Chez Platon et Cicéron, la vieillesse est appréhendée sous l’angle moral : dans la République, Céphale subordonne sa qualité au caractère de la personne, alors que, dans le traité De Senectute, Caton affirme qu’elle est abordée avec sérénité par qui sait tirer de lui-même les bienfaits de la vie. Elle apparaît donc aux hommes de la Renaissance comme une période ambiguë, où la sagesse voisine avec la folie, l’allégresse avec la tristesse, la maîtrise avec la perte de soi. Alors que la fin du Moyen Âge, dans les artes moriendi, l’associait à la préoccupation de la mort, la Renaissance, dans des ouvrages tels que le Trattato de la vita sobria de Luigi Cornaro, témoigne d’une approche plus bienveillante. Elle produit notamment plusieurs régimes de santé, qui s’adressent en particulier aux plus âgés, comme le De triplici vita de Marsile Ficin ou le Discours, auquel est traicté de la vieillesse, d’André Du Laurens.

3Le livre s’organise en quatre grandes parties. La première examine les idées transmises par la culture savante et la tradition populaire. Ilana Zinguer analyse le traité de Du Laurens et en dégage les caractéristiques de la pensée médicale sur le grand âge à la Renaissance. Cathy Yandell tire de l’analyse des écrits de Marc-Antoine Muret une réflexion sur les aspects physiques, psychologiques et économiques du vieillissement. Jean Vignes s’appuie sur l’étude des proverbes pour souligner l’ambivalence du statut des vieillards, qui inspirent le respect, mais que l’on souhaite voir céder la place aux plus jeunes.

4Le second mouvement de l’ouvrage présente des témoignages sur la façon dont la vieillesse était vécue par les hommes et les femmes de la Renaissance. François Rouget et Philip Ford se penchent sur le cas de Ronsard. Le premier montre que le Vandômois a éprouvé dès la trentaine, en raison de sa semi-surdité, le sentiment d’un vieillissement précoce, et qu’en revendiquant l’autorité que donne l’âge, il s’est posé tour à tour en écrivain mélancolique, en père de la poésie française, en sage conseiller des rois, en vieillard amoureux. Le second se concentre sur les Sonets pour Helene, recueil où le poète, constatant avec amertume la différence d’âge entre lui et sa maîtresse, trouve cependant le moyen de renouveler sa veine créatrice. Catherine Magnien examine le rapport d’Étienne Pasquier, mort à quatre-vingt six ans, avec la vieillesse, en s’appuyant notamment sur les Lettres et les poèmes en latin et en français : dans la quatrième partie des Jeux poétiques, Pasquier décline le thème du vieillard amoureux : « Il fait l’amour, et on luy fait la moue ». Marie-Madeleine Fragonard oppose à la jeunesse violente et passionnée d’Aubigné sa vieillesse vigoureuse et équanime. Elle insiste sur l’importance de la production du grand âge : seconde édition de l’Histoire universelle (1626), préparation probable de la seconde édition des Tragiques, reprise des poèmes, recopiage des lettres et des épigrammes après 1626, sa Vie à ses enfants (1628 ou 1629), continuation de Faeneste… Colette H. Winn constate que peu de femmes ont laissé trace de la façon dont elles avaient vécu le fait de vieillir. Ce silence s’explique par la réserve qui était requise des femmes, qui ne devaient ni se plaindre, ni se lamenter, mais se préparer à la confrontation avec Dieu.

5La troisième partie porte sur les représentations littéraires et artistiques de la vieillesse. Gilles Banderier étudie le personnage du vieillard dans la satire française et latine : alors que la raillerie se borne le plus souvent à présenter les hommes âgés comme des impuissants et des cocus, elle s’élève, chez le Jésuite bavarois Jacob Balde, jusqu’à la considération de la miseria hominis. Hervé-Thomas Campangne examine les trois figures de la sénescence qui apparaissent dans l’histoire tragique de Rhomeo et Julliette racontée par Boaistuau : le père autoritaire, seigneur Antonio, la dame d’honneur de la jeune fille et le sage Frère Laurens. Madeleine Kern examine celui de la femme âgée dans la comédie humaniste, dont les principaux types sont l’entremetteuse – cynique, cupide et, depuis la Celestina, bigote –, la mère de la jeune première et la veuve. Kathleen Wilson-Chevalier étudie les représentations du vieillissement à la Renaissance, par le dessin, la peinture, la sculpture et les émaux : alors que les grandes dames fixent leur image vénérable en faisant sculpter de luxueux gisants, la figure de la vieille femme sert aussi à incarner des vices épouvantables tels que l’Avarice ou l’Envie.

6La quatrième partie traite de la signification de certaines représentations du grand âge. Dora E. Polachek se penche sur les Vies des dames galantes de Brantôme, qui fait l’éloge de la vieille dame galante épanouie en mettant en évidence l’attrait physique qu’elle continue d’exercer, le brio intellectuel et la générosité dont elle est capable. Nadine Kuperty-Tsur montre que, dans les mémoires de la Renaissance, la vieillesse apparaît parfois comme une aliénation. Elle est l’époque de la vie où les grands capitaines transmettent leur savoir-faire et leur sagesse, mais aussi manifestent les qualités politiques qu’une longue expérience leur a permis d’acquérir : elle ne décourage d’être encore utile au roi. Surtout, « le moment de la vieillesse est [...] celui de la cristallisation du sens d’une existence » (p. 306). Kathryn Banks s’intéresse à la représentation du monde vieillissant dans les poèmes eschatologiques de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle, tels que La Sepmaine de Du Bartas ou les œuvres de Serclier, Quillian, Duchesne et Chevalier. Cynthia Skenazi se penche sur deux chapitres des Essais de Montaigne, « Sur des vers de Virgile » et « De l’experience ». Dans le premier de ces chapitres, reconnaissant que le temps des amours est désormais révolu, Montaigne trouve dans la lecture de passages érotiques de la poésie latine le moyen de réveiller ses désirs assoupis et de chasser la morosité de ses pensées. Il constate, au fil des ans, une aptitude croissante à la volupté, dans les domaines amoureux et gastronomique. Dans le second chapitre considéré, il explique que, si le grand âge lui fait éprouver la nostalgie de la jeunesse, il l’incite aussi à jouir de son être à chaque instant. Dans les deux cas, Montaigne montre qu’il sait se jouer des contraintes de l’âge.

7Cet ouvrage se signale par l’intérêt de son thème, essentiel pour bien comprendre la civilisation de la Renaissance, par l’ampleur de l’enquête, qui aborde la plupart des genres et dépasse les limites du champ littéraire, et par l’indéniable qualité de la réflexion.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Vieillir à la Renaissance, éd. Colette H. Winn et Cathy Yandell », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/12264

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals