Navigation – Plan du site

Vincent Corriol, Les serfs de Saint-Claude. Étude sur la condition servile au Moyen Âge

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Vincent Corriol, Les serfs de Saint-Claude. Étude sur la condition servile au Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 399p.

ISBN 978-2-7535-0957-3

Texte intégral

1La servitude de la plupart de habitants la terre de l’abbaye de Saint-Claude jusqu’à la fin du xviiie siècle fut portée à la connaissance de l’opinion publique par Voltaire, alerté en 1777 par l’avocat sanclaudien Christin, on sait que seule la Révolution mit fin à cette « humiliante » particularité. Depuis, nombre d’historiens de la servitude et de la Franche-Comté ont abordé et développé le sujet sans le prendre au point de départ : l’apparition de cette condition, ce qui est ici souligné dès l’introduction. Tout en rendant hommage à ses prédécesseurs, l’auteur tente – et il y réussit – de déterminer les origines, le développement et les limites de ce qui serait un « second servage », mis en place au xiiie siècle et très fermement implanté au début du xvie siècle, même si des affranchissements individuels ou familiaux sont accordés dès la fin du xive siècle et plus encore à l’aube des temps modernes. La démonstration est menée selon un plan ternaire rigoureux : trois parties (cadres généraux, formation et extension du statut servile, vivre en servitude), et trois fois trois chapitres bien équilibrés, annoncés avec pédagogie (p. 18).

2La première partie s’ouvre sur un chapitre historiographique certes un peu scolaire mais utile en fin de compte. La question des serfs soulevée par Marc Bloch (dès 1920, et jusqu’au grand article – posthume – de 1947, il eût été bon de le noter) est exposée avec clarté dans sa nouveauté d’alors comme réflexion sur la nature remarquable de rapports d’homme à homme qui différentient de manière fondamentale le servage de l’esclavage antique tout en se doublant d’un lien fort à l’exploitation du sol. Les discussions qui suivirent (L. Verriest, G. Duby) et amenèrent à la nécessité de saisir les points de flexion entre les périodes et donc de mettre en avant l’apparition de la seigneurie banale d’où aurait disparu la distinction antique entre esclave et libres de naissance au bénéfice d’un pouvoir de contrainte seigneurial sur tous les homines proprii du seigneur, chronologie et conséquences plus ou moins reprises par P. Bonnassie, semblèrent aboutir à de notables avancées. Puis l’examen fin de la terminologie et la méfiance envers les excès du juridisme, ensuite l’attention aux réalités régionales et – époque oblige – la prise en compte des rapports de classe (R. Boutruche, G. Fourquin et autres) ont provoqué une sorte de flou : tout serait affaire de degré, de nuances, d’espace et de temps (p. 21-32). Il serait peut-être nécessaire de reprendre la question et d’introduire un peu d’ordre. C’est l’ambition de Vincent Corriol, en s’inscrivant, certes, dans la suite de Duby et D. Barthelemy, mais surtout en s’insérant dans les recherches actuelles européennes, assez longuement rappelées (P. Freedman, L. To Figueras, M. Bourin), que de remettre le phénomène du servage des hommes de Saint-Claude à la fin du Moyen Âge dans son époque, celle du « second servage », servage ici pris comme sujet principal d’une recherche locale.

3Tout naturellement, s’ouvre alors le second chapitre, destiné à tracer les cadres seigneuriaux au début de la période, le tournant des xiiie et xive siècles. On doit faire à cet égard une critique majeure : c’est l’absence totale d’aide apportée au lecteur en matière de localisation et de cadre spatial. Il n’est pas acceptable que pas une carte, pas une détermination des lieux cités (en grand nombre) n’accompagnent un travail dont on souligne par ailleurs les grandes qualités. À moins de bénéficier personnellement, par une grâce native ou conjugale, d’une fort bonne connaissance des lieux, on ne peut que rester dans l’incapacité de placer les communautés et les gens dont il sera longuement question dans des paysages, des réseaux hydrographiques, des voies de communications, pis même dans un schéma politique compréhensible. Fondée au ve siècle sur un confluent de gorges creusées dans de vastes montagnes forestières, et relevant de l’Empire, l’abbaye de Saint-Oyend de Joux est déjà très puissante et cherche à s’affirmer de plus en plus en face d’implantations concurrentes quand à la fin du xiie s. y est redécouvert le corps de saint Claude, que l’on dit avoir été archevêque de Besançon. Les moines obtiennent en 1184 un diplôme impérial fixant un espace seigneurial, « terre de saint Oyend », qui sera de plus en plus souvent désigné à la fin du Moyen Âge comme la « Terre de Saint-Claude ». C’est aussi le début, semble-t-il, de la richesse documentaire disponible pour l’historien : il faut défendre les limites et organiser les rapports entre l’abbé, le monastère et les dépendants. Dans les années 1230-1280, l’aire du pouvoir seigneurial monastique se consolide par la récupération ou l’obtention de dîmes, l’acquisition de dépendances (comme, au nord ouest, l’absorption de l’abbaye de chanoines réguliers du Grandvaux et de ses biens terminée en 1244), les conventions de pariage avec les seigneurs de Clairvaux (vers l’ouest) ou ceux de Gex (dans la vallée de la Valserine, au sud), de Chalon-Arlay (au nord, prieuré de Mouthe) et avec les comtes de Savoie (col de la Givrine et Saint-Cergues vers la plaine suisse), s’accompagnent de quelques châteaux périphériques rarement entièrement contrôlés par l’abbé et aucun édifié dans la « terre » même. À partir du milieu du xiiie siècle, les abbés connaissent des difficultés financières et personnelles avec les dignitaires du monastère et le chapitre conventuel, la mense abbatiale est alors amputée au profit des grands offices. À court d’argent l’abbé se tourne vers ses dépendants et l’historien constate lors des négociations l’importance des communautés de tailliabiles qui achètent cher des exemptions de servicia (Longchaumois, 1298-1291, p. 67-68), et aussi, avec l’accroissement démographique, l’âpreté des constations sur les immenses forêts. Si les premières, et rares, déditions d’hommes se font jour vers 1240, toujours liées à des terres (p. 74), et si l’on peut avoir une sorte d’« état des lieux » vers 1307-1320, ce ne serait vraiment qu’au xive s. finissant que serait alourdie une dépendance débouchant sur une véritable définition de la servitude sanclaudienne. Le terme d’« homme lige », qui se répand au xve s. et perdure en certains lieux, relève peut être d’un emprunt au vocabulaire savoyard.

4Le troisième chapitre est consacré au Livre d’or confectionné sous l’abbatiat d’Eudes de Vaudrey (abbé de 1305/1307 à 1320) et dont ne sont connues que des copies partielles. Ce recueil comprenait des listes de dîmes, de bénéfices à la collation de l’abbé, les cens et redevances à lui dues par les paysans et enfin, les aveux et dénombrements des vassaux entre 1307 et 1316. L’étude, finement menée, montre d’abord un véritable rayonnement régional de l’abbé dans les diocèses de Besançon et le comté de Bourgogne. Les hommages sont rendus par 119 vassaux, dont quelques-uns de haut rang mais périphériques : les Chalon-Arlay (branche issue des comtes de Bourgogne), les Chalon-Rochefort, le comte de Savoie, et quelques uns de leurs vassaux. La plupart sont néanmoins de très petits seigneurs de la Terre de Saint-Claude. Dans cette dernière, les centres de recueil des hommages sont Saint-Claude et le château abbatial de Moirans (Jura, chef-l. can., arr. Saint-Claude). Le Livre d’or permet ainsi de retrouver les rouages administratifs qui gèrent l’espace seigneurial de l’abbé : une douzaine de prévôtés regroupant 49 villages et hameaux, les dîmeries subdivisant les prévôtés. Dans les co-seigneuries, on rencontre deux prévôts, avec des prérogatives judiciaires et fiscales. Les offices du monastère ont organisé leurs ressorts de la même façon, en « prieurés », maisons, granges ou « prévôtés », également assez étroitement calés sur les paroisses (p. 89-98), alors que certains ne sont pas même dotés de lieux de culte. Les familles prévôtales tendent à patrimonialiser leur fonction avec les avantages qui en découlent et le glissement vers le fief, irrésistible dès le xiiie siècle, est assuré deux siècles plus tard. Le Livre d’or est également un terrier et un inventaire des redevances seigneuriales, village par village. Les charges sur les hommes qui peuvent faire journée (nos serfs) sont les plus remarquables : « censes » (une capitation à taux fixe en nature et en argent) doublées d’une perception par train de charrue, tailles par feu (annuelle et arbitraire), corvées jamais énumérées. Les droits sur la terre, en nature ou en espèce et assez légers, sont prélevés par « maix » (feu, « hostal »), unités fiscales. Les francs sont généralement astreints à des prélèvements tous les trois ans (la « complainte »). Enfin viennent les « servi », ce sont en général des non taillables qui versent des cens ou loyers sur la terre, mais parfois le terme désigne une simple recognition de seigneur. On retrouve, selon les villages, des droits exceptionnels (la géline par feu, la gerbe, la maille par vache vêlant, par chevreau…), des versements pour les chiens, du lard et autres variations locales. Dans ce désordre apparent, l’auteur a recherché une démarche progressive de rationalisation, ne serait-ce que par l’utilisation ultérieure du document et de ses copies totales ou partielles pour retrouver les statuts des individus. En effet, le Livre d’or prouve une stratification sociale : à Moirans, depuis le début du xive s. on trouve des « bourgeois » soumis aux corvées et banalités, aux censes, et aux échutes (sur les héritages) ; les francs vassaux ou, en dessous, tenanciers y sont soumis à la complainte ; enfin les taillables qui finiront par être désignés comme serfs.

5La seconde partie, reprend les origines (« formation ») du servage de la Terre de Saint-Claude et son expansion (« extension ») aux derniers siècles du Moyen Âge, en avançant avec circonspection et en multipliant des exemples, parfois contradictoires. Il s’agit d’une différenciation juridique des individus dont le fondement et la preuve furent assises sur des distinctions fiscales avant de se présenter comme un statut quasi général.

6Ce qui peu à peu a imposé un statut servile, que reflètent l’évolution du vocabulaire et les usages notariaux, est la main morte caractérisée par le droit d’échute, c’est d’ailleurs le leit motiv de l’ouvrage, c’est à dire le droit (et le risque) de la récupération par le seigneur des biens immobiliers exploités par le dépendant mort sans héritier au foyer. La taille à merci avait longtemps été le critère de la dépendance personnelle et se présentait comme majoritaire jusqu’à la fin du xiiie s., obligeant même les rares francs qui ne payaient que de trois en trois ans, et aussi ceux qui n’avaient qu’une faible redevance annuelle, à se défendre contre la tendance à les englober dans le système général : la « frontière était fragile ». On trouve ici l’exemple heureux des Favre et Millet dont le Livre d’or enregistrait bel et bien la franchise (p. 120-121). Ces prélèvements imposés à certains en tant qu’habitants, à d’autres en tant que personnes, tendirent à une confusion des statuts, comme à Cluny ou en Catalogne, en Savoie et en Dauphiné. Le taillable glisse vers la non liberté et les servicia (corvées) deviennent une discrimination supplémentaire. La mainmorte vint aggraver le système : pour acquérir la bourgeoisie ou déguerpir, il fallut dès la fin du xiiie s., céder les immeubles et le tiers des meubles (p. 127) et l’échute (ailleurs « échoite ») se précise dans des délais divers pour les taillables intestats, les morts sans héritiers au foyer. Les franchises collectives et les affranchissements individuels comprennent désormais des clauses sur la mainmorte laquelle apparaît désormais de « coutume », et statutaire de la condition servile sanclaudienne (dès 1355, p. 132, en 1289, p. 141). En écho, le statut des bourgeois (Saint-Claude à partir de 1310-1330, Moirans 1352) émerge peu à peu. Le personnel administratif de plus en plus abondant et qualifié (familles notariales) qui gravite autour de l’abbaye apparaît en partie responsable de l’intrusion du droit romain qui aide à nommer et rationaliser (simplifier, figer, voire aggraver peut-être) des traditions antérieures.

7Le statut servile fut-il favorisé par la conjoncture démographique, militaire, « économique du second xive s. » ? Faute de sources précises, un rapide tour d’horizon évoque, outre le soutien perdu du Dauphiné entré dans l’orbite des Valois, quelques difficultés financières aussi bien dans les prieurés qu’à la maison mère. L’auteur relève comme un signe de la généralisation du servage les baux perpétuels de tenures qui réduiraient la mobilité des échanges fonciers, et les pointes d’accensements (1420-1430 surtout, 1470-1500) comme des reprises après désertification ou épidémies. Des régions de majorité liberté connaissent aussi ce type de baux et de mouvement (Val de Loire, Normandie, Flandres et même le Berry). Moins qu’un signe la démonstration est celle d’une cause : les concessions annoncent clairement la couleur de la coutume qui attache le tenancier à la terre. Le paysan sera l’homme de son seigneur, il résidera, versera la taille par foyer et sera de main morte.

8Le dépendant serf n’est pas seul face au seigneur : les habitants, sans que soit nommé leur regroupement autrement que par la prévôté, la paroisse ou le village (hameau), le finage, le territoire poussèrent devant leur seigneur un noble ou un clerc avant de paraître en bloc (Longchaumois 1298, qui obtint en 1391 de véritables institutions, Moirans, Saint-Cergues, le Grandvaux). Le terme de communitas villageoise pour Lavancia (1347, p. 181) n’a guère que deux autres occurrences pour Lavans, Les Bouchoux ; à Septmoncel une universitas surgit sans lendemain en 1364. Les dépendants négocient avec l’abbé en envoyant quelques représentants pour des abonnements de dîmes, l’usage et la police des incultes étroitement surveillés. S’agit-il de véritables élus permanents ou de procureurs ad hoc ? Qu’il n’y ait pas de chartes communales n’empêche ni les relations verticales, ni surtout une certaine « autonomie de gestion » à l’intérieur des territoires. Les reprises de terre, les concessions –payantes – de portions forestières communes, les contestations en face d’appropriations de vaines pâtures, les dîmes abonnées, la prise en charge collective de moulins attestent de la vitalité des initiatives locales communautaires. Le cas du conflit des Bouchoux avec ses voisins (1391, p. 202-204) qui connaît la victoire d’un village pourtant doté de vastes terrains de pacages montrerait d’âpres rivalités entre communautés voisines. En tout état de cause, malgré les traces de tension çà et là, les mouvements de liberté sont limités. La relativement tardive installation du second servage en Terre de Saint-Claude expliquerait-elle cette soumission tacite avec de rares résistances individuelles dont les textes veulent bien parler ? Des heurts se sont bien produits en Catalogne, Angleterre, dans l’Empire, dans le Dauphiné amenant assez souvent de véritables affranchissements ou la présomption de liberté, mais celle-ci s’est répandue aussi en Savoie et sans troubles préexistants (on pourrait ajouter que les chartes de Beaumont et de Lorris, largement diffusées, n’ont pas été sans rôle dans le recul précoce du servage dans le domaine royal français, certes resté inégal…). Les terres de l’abbaye ne connaissent pas de mouvements de déguerpissement vers la liberté au moment où s’aggrave la servitude et les enclaves extérieures en terres de libertés ne reçoivent que de chiches aménagements. En fait, et c’est sans doute là l’argument le plus neuf et intéressant de toute cette recherche, la coutume servile qui se fixe au second tiers du xive siècle s’est trouvée en quelque sorte à la fois confortée à chaque accensement de terre et rendue supportable par les progrès de l’autonomie des communautés d’habitants au sein de leurs territoires et vis à vis et de l’abbé et des dignitaires de Saint-Claude (p. 219-226).

9« Vivre en servitude » est le chapeau de la dernière partie. Comme certains cherchent néanmoins à s’affranchir des charges serviles, paradoxe un peu facile peut-être, c’est par la négation que commence l’approche des serfs. Et puisque ce n’est pas aux moines de faire la preuve des libertés, ces affranchissements dont ils ne gardèrent pas trace sont des textes rares (le premier vrai en 1419, p. 238, plus fréquents après 1440, p. 233, histogramme). Ils concernent souvent des agents ou familiers de l’abbé et sont conservés uniquement hors de la seigneurie monastique. Les mots de la servitude et de ses charges (tableaux p. 243-245) sont donc en « creux » de la liberté : le bourgeois n’est pas serf, ni astreint à la taille, la quête la mainmorte et autres charges et corvées et l’on voit ainsi combien la servitude réelle, celle des terres prises en accense et celle de l’habitat, a renforcé la dépendance personnelle. Il s’agit dans les affranchissements, généralement de pouvoir aller ailleurs, surtout pour devenir… bourgeois dans la seigneurie (p. 268). La bourgeoisie, ici comme ailleurs, ne coupe donc pas tous les liens, il faut l’acheter en payant une valeur estimée du tiers des biens et continuer, au moins jusqu’au milieu du xve siècle à verser un cens unique.

10La mainmorte, incapacité de disposer de ses biens meubles et immeubles, par aliénation ou testament, place la terre tenue de l’abbaye au centre de la servitude : les affranchis doivent abandonner ce qu’ils tiennent du monastère et qui revient aux seuls mainmortables, ne garder que les biens francs qu’ils pourraient détenir. Le droit de suite, certes rarement attesté, en est un corollaire (p. 281 et p. 289, procès d’Huguenin Chardoz). Se pose alors les questions de la dévolution au sein des familles serviles et d’une solution trouvée : la communauté familiale, à distinguer des indivisions. L’analyse de ces familles est, on doit le dire, un peu décevante car elle néglige tout un pan de comparaisons possibles avec le royaume de France déjà bien étudié (Nivernais, Bourbonnais, Berry, Marche, Limousin, Auvergne). Le Terrier de la pitance distingue communauté (ou communion familiale) et indivision et le Recueil des Moysons de sept villages proches de l’abbaye, pour des versements fixes et reconnus par le chef de foyer (1417-1419), montre qu’une seule personne (presque toujours un homme) est déclarante dans presque 72, 4% des cas et des frères dans 15,7% (p. 299), mais dans la seigneurie monastique du « Châtillonnais » (sur le revers ouest de la vallée de la Bienne) on tombe à 60% et le poids des hommes y est moins écrasant. Apparemment, donc, les familles sont nucléaires et les communions de frères, d’oncles et neveux (ailleurs frérèches ou comparsonneries) seraient rares. Mais cela ne signifie pas partage des biens : les héritiers – filles et garçons – sont tous à part égale, mais un seul succède au père comme chef d’hostal. Les mariages avec les dots des filles et des brus entrant et sortant dans la famille font que les unités d’exploitation (les « meix ») évoluent dans leur composition, voire s’ajoutent, dans la mesure où toutes sont de mainmorte et que les prises d’accense se font sur des terres chargées (ou jouissant, selon le point de vue auquel on se place) de cette macule. L’éclatement d’une communion par décès ou départ du chef d’hostal peut provoquer une récupération totale par l’abbaye, les autres serfs de la communauté villageoise pouvant se porter acquéreurs en payant des droits de lods et vente (p. 308-309).

11C’est le marché de la terre qui permet de connaître la distinction entre terres libres et mainmortables : les premières sont taxées de droits (lods et vente) au douzième, mais les secondes, si même le seigneur ne les retient pas, au quart denier, voire au tiers, ce qui est exorbitant et devrait empêcher pratiquement toute transaction (p. 314). Ce n’est pourtant pas le cas car les prix des parcelles mainmortables sont assez faibles pour que soit compensée la hauteur des taxes. Serfs et bourgeois de Saint-Claude se concurrencent donc et, à partir des années 1340, ces derniers recherchent des prairies d’altitude, y compris des mainmortables, malgré les rappels à l’ordre des abbés, soucieux des ennuis prévisibles, et les réticences des communautés serviles jalouses de leurs espaces (p. 317-318). Peut-être pourrions-nous avoir une idée des mesures locales avant la n. 33 de la p. 322. Pour des prairies d’altitude, les redevances des bourgeois sont alors six fois plus lourdes que celles des serfs (p. 320). Quant aux terres serviles, la rareté des déclarations conservées ne permet, comme souvent, de ne connaître que les plus belles exploitations ou des déclarations ne concernant que quelques villages et à ce propos n’y avait-t-il vraiment que 36 tenanciers serfs, les quatre villages de Chanon, Lavancia, Sièges et Rhien (à la localisation non fournie) ? La moyenne des exploitation est de 11,7 ha, ce qui serait tout à fait honorable, mais en réalité 60% des tenures font moins de cette moyenne et la parcellisation comme les disparités sont remarquables : la servitude n’est pas un nivellement par le bas. On aimerait en savoir plus sur les structures et l’habitat, l’équipement rural et ses responsables, l’économie pastorale et forestière, mais sans doute aurions-nous perdu de vue la question des statuts des personnes ou plutôt des blocs d’habitants. La conjoncture fait donc un retour : le duc-comte Philippe le Bon, tout en réservant les particularités judiciaires de la Terre de Saint-Claude, réaffirme l’appartenance de celle-ci à la Comté (1436) et les élections des abbés révèlent des tensions sérieuses entre les abbés et le chapitre, entre autres sur des questions judiciaires pour lesquelles un des abbés voulut instaurer un juge d’appel ce qui provoqua une crise dans le Grandvaux dans les années 1460. La bourgeoisie sanclaudienne se montre l’alliée du chapitre, occupe les échevinats, et la petite noblesse qui pouvait subsister est réduite aux marges de la Terre et ne se retrouve que dans un recrutement monastique : bourgeois et nobles finissent par fusionner au bénéfice des premiers et d’un patriciat urbain, ce qui rigidifie le clivage servage/liberté. La servitude s’en trouve renforcée et les affranchissements de « communion » du début du xvie siècle (3 cas étudiés dont celui des Droniers, ancêtres de Lamartine, p. 337-339) ont des caractères nouveaux qui trahissent un affaiblissement abbatial : affirmés comme ressource financière, ils s’accompagnent d’un affranchissement des biens, lesquels quittent alors la mainmorte tout en étant grevés de charges élevées.

12Le second servage, tardif dans cette région et peu à peu clairement lisible comme le statut normal de tenanciers en face de celui des bourgeois urbains, n’était donc pas du tout en voie de régression au tournant de l’époque moderne. Ce n’était pas une situation « résiduelle des plus pauvres ». Les communautés villageoises regroupant des ménages et des communions familiales offraient un vrai contrepoids de responsabilité de gestion locale aux empiétements des bourgeois urbains et aux exigences des  abbés et des officiers monastiques. Le servage de la terre de Saint-Claude avait reçu l’accord tacite de la population.

13On comprendra que cette recherche qui fait vraiment pour la première fois le point sur ce qui apparut à Voltaire comme une injustice « féodale » flagrante est convaincante dans ses conclusions chronologiques. La médiéviste reste néanmoins perplexe sur la perception raisonnée que l’on peut avoir et faire partager sur une population uniquement vue « en creux » à travers de rares affranchissements, qui chacun se révèle une sorte d’unicum exemplaire. Finalement, seuls émergent les libres ou aspirants à la liberté et quelques abbés, ce qui est pour le moins paradoxal, tandis que la grande masse des serfs de Saint-Claude, flottant dans un espace hors champs, reste une masse imprécise. On n’a pas vraiment vu comment vivre en servitude mais plutôt pourquoi et comment en sortir, ce qui n’était pas apparemment le vœu général.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Vincent Corriol, Les serfs de Saint-Claude. Étude sur la condition servile au Moyen Âge  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 26 juin 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/12295

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals