Navigation – Plan du site
Pour une poétique de l'exemplum courtois

La morale enchâssée : le cœur mangé dans le prologue du Romant de la Rose moralisé de Jean Molinet

Philippe Frieden
p. 85-99

Résumés

L’usage des exempla à la fin du moyen âge a longtemps été considéré comme frappé de décadence. De même, le motif du cœur mangé aurait connu une période de silence à la même époque. Pourtant, Jean Molinet reprend le motif dans une version en prose du Roman de la Rose et le place au cœur de son prologue, lui faisant jouer un rôle similaire à celui observé dans les sermons plus anciens. On s’interrogera donc sur la valeur de cette reprise et son rôle au sein du prologue d’une entreprise assez méconnue de l’indiciaire de Bourgogne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Fr. C. Tubach, « Exempla in the decline», Traditio 18, 1962, p. 407-417.

1En postulant un déclin dans l’usage des exempla à la fin du moyen âge, Fr. C. Tubach, dans un article qui fait date1, non seulement projette sur le genre et sa pratique une vision évolutionniste, mais il obère, après tant d’autres, le XVe siècle en l’associant à une fin nécessairement déceptive en regard de ce qui avait été « inventé» quelques siècles plus tôt. Ne faudrait-il pas plutôt envisager la question sur d’autres bases, comme cela a pu être fait dans des domaines voisins, afin de modifier cette perception négative et préjudiciable d’une recherche qui a souvent déjà trouvé ce qu’elle prétendait découvrir. Le terme d’excentricité me paraît plus motivant et décrit mieux certains phénomènes dont le XVe siècle est certes redevable mais qu’il a su revisiter, et je l’emploierai ici pour tenter une approche, bien sûr très partielle, d’un usage de l’exemplum. Pris dans un discours qui enregistre certes l’écart entre un texte courtois et la glose spirituelle proposée, mais qui tente moins d’en accuser la distance qu’il n’essaie d’en résoudre la discordance, le récit du cœur mangé que l’on va lire me semble parfaitement illustrer certaines innovations de ce moyen âge dit finissant et qui, depuis qu’on a voulu le voir s’achever, ne cesse de renaître de ses cendres.

  • 2  Cf. E. Langlois, Recueil d’arts de seconde rhétorique, Paris, Imprimerie Nationale, 1902. Pour les (...)
  • 3  Il s’agit des manuscrits : La Haye, Bibliothèque Royale, ms. 128 C 5 et Paris, BnF fr. 24393, et d (...)
  • 4  Elle n’est pas nulle pour autant et s’est vue récemment augmentée de quelques interventions, souve (...)

2Le Romant de la Rose moralisé de Jean Molinet peut être qualifié de texte excentrique à plus d’un titre. Auteur de cour, promu au rang d’indiciaire après le décès de son prédécesseur, George Chastelain, en 1475, Jean Molinet a essentiellement fourni une production historiographique, que ce soit dans les Chroniques couvrant les années 1475-1507, ou dans plus de la moitié de ce que l’on nomme, après l’édition de N. Dupire, les Faictz et Dictz. Pièces plus brèves et généralement versifiées elles ajoutent, développent, ou modulent ce qui avait été exposé en prose dans les chapitres d’histoire. À l’exception d’un Art de seconde Rhétorique2, l’œuvre de l’auteur bourguignon s’inscrit donc dans une pratique de l’histoire qu’il s’est attaché à moduler en fonction des circonstances et des champs d’écriture où il l’émancipait. Si le traité de rhétorique et la version moralisée du Roman de la Rose apparaissent par leur objet comme des œuvres déjà en marge de cette production historiographique, le second a également subi, et subit encore, le fait de n’avoir pas été l’objet d’une édition moderne. Il ne se lit que dans deux manuscrits et quelques imprimés3. Autant dire qu’il ne se lit pas et la bibliographie à son sujet en fait foi4. Enfin, l’issue de sa rédaction étant située entre 1500 et 1501, il est non seulement l’une des dernières compositions du poète mais il semble clore, symboliquement, la période médiévale.

  • 5  On sait que la version imprimée du Roman de la Rose a d’ailleurs longtemps été attribuée à Marot. (...)
  • 6  « Modus legendi in dividendo constat. Omnis divisio incipit a finitis, et ad infinita usque progre (...)
  • 7  « Les lectures du Roman de la Rose au XIVe siècle ont donc deux traits sans doute liés. Elles sont (...)

3Le projet même de la moralisation peut relever de l’excentricité, dans un sens a priori péjoratif. Certes, quelques années plus tard, Guillaume Michel en éditant le Roman de Guillaume de Lorris et Jean de Meun fournira en préambule à son travail une introduction qui n’est pas sans rappeler la démarche de l’indiciaire. Mais en proposant au XVIe siècle naissant l’édition d’un texte qu’il s’est efforcé de rendre au plus près de l’original, Guillaume Michel se rattache résolument à un esprit humaniste, tel celui qui incitera Clément Marot à éditer les œuvres de François Villon5. Rien de cela dans le projet de Jean Molinet qui rejoint davantage une tradition bien ancrée dans le moyen âge et qui, pour un texte laïc, a déjà vu fleurir avec l’Ovide moralisé un modèle achevé d’allégorisation. Pourtant, concernant spécifiquement le Roman de la Rose, l’auteur bourguignon propose ici une lecture « originale» que l’on ne rencontre guère à propos de ce texte imposant. En divisant le récit en cent sept chapitres auxquels il appose habituellement une seule glose, il offre de façon exceptionnelle une lecture complète de l’œuvre du XIIIe siècle. Je reviendrai plus en détail sur le programme annoncé dans le prologue, mais il faut souligner cette entreprise qui, se conformant aux principes jadis formulés par Hugues de Saint-Victor dans le Didascalicon6, parvient à la complétude en proposant une lecture fragmentée, mais précisément non fragmentaire, du roman originel. Généralement disséqué afin d’en extraire plus aisément quelques morceaux choisis, le Roman de la Rose a davantage été lu de façon partielle7. On doit donc reconnaître à Jean Molinet d’en proposer une version complète et fidèle de surcroît au texte original toujours mis en parallèle de son commentaire. Le lecteur est ainsi en mesure de lire intégralement l’œuvre source et de la confronter à la glose proposée. De surcroît, conformément à la tendance qui se dessine à la fin du moyen âge, les imprimés – mais c’est également le cas du manuscrit de La Haye – facilitent les parcours de lecture en affichant systématiquement en ouverture du livre une table des matières détaillée qui reproduit les en-têtes des chapitres.

  • 8  On lira avec profit l’ouvrage que N. Labère consacre à l’émergence du genre en France dans : Défri (...)

4Dans ses grandes lignes, la moralisation de l’indiciaire de Bourgogne propose un trajet parallèle à celui de l’Amant dans le verger de Deduit. Spiritualisé, le nouveau parcours lui substitue le cheminement d’un jeune religieux. La Rose, but de la quête originelle, est remplacée par Dieu, ou plutôt par une image du Christ en croix. Au divertissement fait place une lecture méditative concentrée sur la figure souffrante du Fils de l’Homme, programme initié dès la rencontre de l’Amant avec la rose et qui devient le leitmotiv de la moralisation. Le commentaire n’est cependant pas rectiligne, loin s’en faut. De lieu en lieu, digressions et « accidents» l’engagent sur d’autres voies. Gloses absentes en raison d’un pré-texte jugé déjà moral (comme c’est le cas au chapitre 25), ou au contraire motivées par un extrait impossible à moraliser (chap. 15), se rencontrent parfois et viennent en quelque sorte dévoyer l’entreprise. Mais il n’est pas rare non plus de découvrir des digressions soit en complément d’une glose soit aux endroits où elle fait défaut. L’historiette fait alors son entrée et vient remplacer l’encodage allégorique habituel. C’est ici, dans ces propositions digressives que se rencontrent de courts récits dont la fonction se veut sinon exemplaire du moins illustrative. On y retrouve alors ce que déplorait Tubach, à savoir une sorte de dégradation de l’exemplum qui le rapproche du simple conte voire de la nouvelle dont le XVe siècle a vu l’émergence en langue française sous l’impulsion de la traduction du Decameron de Boccace par Laurent de Premierfait8. Le divertissement semble se substituer à la morale, pour le plus grand plaisir du lecteur laïc. Les récits proposés par Jean Molinet sont d’ailleurs souvent plaisants, à l’instar de cette histoire d’un meunier devenu astrologue d’un roi de France grâce à son âne (chap. 81), ou de celle du vilain qui, en pastichant les habitudes les plus vulgaires de la noblesse, parvient à se faire anoblir et à être exempté d’impôts (chap. 46).

5La place occupée par ce récit dans ce chapitre XLVI est ménagée par le préambule à la moralisation :

  • 9  Comme je l’ai dit plus haut, il n’existe pas d’édition du Romant. Néanmoins, le texte a fait l’obj (...)

Plusieurs malicieuses persuasions, cautelles et fallaces mect avant Amys a l’amant tant pour conquerre que pour entretenir en amour illicite les simples malheureuses foles par grans trafficques abusees. Mais pour ce que telles deceptions deroguent totalement au salut des ames et effacent directement la doctrine de bonnes meurs, je les laisse de telle condition que le maistre les a couchees sans coment, postille, ne glose.9

6Puisque la glose ne saurait prendre en charge un contenu par trop provocateur, il faut y suppléer par un chemin de traverse qui sera précisément celui de la narration venant s’insérer en miroir de l’extrait du chapitre. Dans cet exemple, le récit original n’est plus seulement commenté, il est aussi dédoublé par un autre récit comme si ici raconter équivalait à gloser. Mais le subterfuge évoqué pour introduire une narration en lieu et place d’une glose ne doit pas nous tromper. Il relève de l’artifice. Il possède en puissance une gratuité que trahit ailleurs l’usage de commentaire sur des passages dont la charge provocatrice est aussi virulente, voire davantage, comme c’est le cas du récit métaphorique et sexuel final qui sera soigneusement allégorisé par le moralisateur (chap. 104-106). L’ensemble ressortit à l’aléa qui en gouverne, finalement, la procédure.

  • 10  Voir sur cet aspect : J. Devaux, « Pour plus fresche memoire : la fonction didactique de l’histoir (...)

7Il faut encore relever que dans les chapitres 46 et 81, le récit supplétif n’est jamais introduit par le terme « exemple». Molinet l’utilise pourtant ailleurs afin de ménager un autre type d’insertions compensatoires. C’est le cas aux chapitres 32 et 33 où il est question, de façon symétrique, des agissements de Fortune sur les destinées humaines. À ces deux occasions, l’histoire fait retour pour nourrir le commentaire10. Dans le premier chapitre, Olivier le Daim, barbier de Louis XI, qui connut une ascension sociale fulgurante, puis une chute non moins retentissante, figure la versatilité des grands. Dans le second, c’est aussi les revers de fortune qui sont exploités mais les retournements accablent cette fois les grands eux-mêmes :

Mais l’en se doit fort esbahir quant nobles hommes, vertueux et bien entenduz, […] sont tresbuchez au val des malheurez. Il semble que justice y est tresmal gardee, dont pour avoir certain exemplaire que ainsi en est advenu, n’est besoing alleguer gens du temps ancien, recommandez en preudommie comme furent Scipion, Pompee, et Cathon, degectez en tenebres aprés avoir receü glorieuse resplendissance en leurs primerains jours ; mais nous avons veü en nostre temps trois illustres personnaiges… (chap. 33, p. 208)

8Les princes, en l’occurrence Henri VI d’Angleterre, Charles le Téméraire et Louis de Luxembourg, ne sont pas épargnés, au contraire, et la surprise que suscite chez le glosateur le cas de leur déchéance est à la mesure de leur exemplarité.

  • 11  Cf. Cicéron, De oratore, éd. et trad. E. Courbaud et H. Bornecque, Paris, Les Belles Lettres, 1928 (...)
  • 12  Voir au sujet des différentes voies de l’exemplum : Cl. Bremond, J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt, L’E (...)
  • 13  On trouve ainsi dans le premier volume des Chroniques cette incise : « Maintenant, sans querir anc (...)

9Délaissant dans ces moralisations la fabula, le commentateur quitte l’habit trop étroit du moralisateur pour revêtir celui de l’indiciaire et puise dans l’histoire la leçon la plus apte à illustrer son propos. Mais il n’emprunte pas à n’importe quelle source historique. Il va chercher dans la chronique récente les exemples en question. La glose du chapitre 32 évoquait déjà cet aspect : « Nous avons exemple en nostre temps assez convenable a l’histoire» (chap. 32, p. 205). Celle du chapitre suivant est encore plus précise sur ce point : « n’est besoing alleguer gens du temps ancien […] mais nous avons veü en nostre temps trois illustres personnaiges…» (chap. 33, p.208). La prétérition souligne le choix très net d’un recours exclusif à l’histoire immédiate, au détriment d’une histoire peut-être plus illustre mais révolue. Ces deux particularités appellent quelques remarques complémentaires. La première concerne le socle épistémologique qui autorise le moralisateur à emprunter cette passerelle pour les besoins de sa démonstration. Si l’histoire peut être convoquée aussi facilement pour suppléer la glose morale, c’est qu’elle recèle, et ce au moins depuis Cicéron, une potentialité éthique qu’il suffit de réactiver pour pouvoir l’y insérer. On se souvient en effet que le rhéteur latin définit l’histoire comme : Testis temporum, lux ueritatis, uita memoriae, magistra uitae, nuntia uetustatis11. Le magistra uitae est le lien qui assure la circulation entre morale et histoire. De ce fait, et en raison des exemples choisis, surtout au chapitre 33, le modèle exemplaire de Molinet s’éloigne quelque peu de l’exemplum homilétique pour se rapprocher de l’exemplum antique, fondé en grande partie sur la « biographie» d’hommes illustres12. Mais comme c’est déjà le cas dans les Chroniques de l’indiciaire, les figures exemplaires ne sont plus à chercher dans un passé antique ou légendaire, mais dans le présent le plus contemporain. On trouve en effet en abondance dans ce texte des formules similaires à celle relevée plus haut où le passé est délaissé au profit du présent13. Ce point permet de rapprocher les deux parties du corpus, en apparence hétérogènes.

10Réunissant les différents critères envisagés jusqu’ici, le prologue du Romant de la Rose moralisé exploite trois courts récits qu’il annonce comme des « exemples» en relation avec l’histoire d’actualité :

De ceste fole desordonnee amour, confite en rage et en train de forsenerie, furent jadis enflambez non seulement les innocens et simples ydiotz, mais aussi aucuns renommez philosophes, roys, princes et ducz, et qui plus est, plusieurs glorieux personnaiges deïfiez au miserable monde, lesquelz pour estaindre le chault tison de l’esprise amoureuse ont queru pour remede et forsement, puys de larmes, sourses de plains et portion d’eaue mortelle ; dont sans desployer les anciennes hystoires de Jupiter et Calistone, de Orpheus et Euridice, de Piramus et Tisbee, et de plusieurs autres, nous avons exemples sans nombre plus prouchaines de nous et de plus fraische memoire. (Prol., p. 17-18)

11Il est peut-être nécessaire de présenter dans un premier temps le plan général de ce prologue afin de mieux cerner l’enjeu de cette triple insertion. À l’évidence, reprendre une œuvre aussi célèbre que le Roman de la Rose ne va pas de soi et l’auteur se préserve en introduisant soigneusement son intervention. Cette partie liminaire peut être divisée en six sections distinctes dont l’enchaînement est souvent serré. Les moments de l’argumentation sont les suivants :

  1. Une adresse au dédicataire – anonyme – où s’établit un parallèle entre armes et amour. Le prince s’est illustré dans les unes et désire maintenant investir l’autre. On le prévient des risques.

  2. Une série assez hétéroclite de définitions de l’amour où interviennent nombre d’autorités, de saint Augustin à Aeneas Piccolomini, en passant par Ovide, Virgile et Cicéron, entre autres.

  3. De ces définitions peuvent être extraites trois branches amoureuses : a) l’amour divin ; b) l’amour naturel, c’est-à-dire celui de la régénération de l’espèce et enfin c) les « amours fatuelles» ou criminelles. À leur suite s’insèrent les trois exempla.

  4. Au nom de l’amour, aussi bien païens que chrétiens se sont sacrifiés. Ces actes sont maintenant révolus et on ne souffre plus que de « blanches fievres» par amour.

  5. Présentation et défense du projet de ce livre qui se propose d’être un guide amoureux (un ars amandi) en prose. Deux difficultés surgissent : a) le Roman de la Rose est encore dans toutes les mémoires et b) l’amour est un sentiment universel, quel besoin y aurait-il à le théoriser ?

  6. Les atouts de cette version : a) renouveler une langue passablement vieillie ; b) proposer une nouvelle lecture, en fait moraliser.

12Les trois exempla servent donc d’illustration, de contre-exemple apparemment, aux amours criminelles. La dé-valorisation de ces historiettes, celle du « cœur mangé» en particulier, ne semble pas faire de doute au vu de leur position dans le discours du prologue.

  • 14  G. Paris, « Le Roman du châtelain de Couci», Romania 8, 1879, p. 343-373 ; J.E. Matzke, « The Lege (...)
  • 15  Dans son édition du roman, M. Delbouille retrace le parcours du manuscrit qui porte la cote BnF fr (...)

13Depuis l’article de G. Paris écrit en 1879 pour la Romania jusqu’au livre récent de M. Di Maio, le motif du cœur mangé a déjà été abondamment traité14. Je ne reviendrai ici ni sur son origine (celtique, allemande, indienne ?) ni sur ses soubassements anthropologiques. Je noterai toutefois qu’aucune de ces études ne fait mention de la version de Jean Molinet. L’excentricité du Romant dont il a été question plus haut se confirme également ici en rapport avec sa reprise du « cœur mangé». Mais je n’essaierai pas pour autant de retracer la source dont s’est inspiré le chanoine de Valencienne. À la fin du XVe siècle, les influences ont pu être multiples et l’origine plurielle, du Roman du Chastelain de Couci et de la Dame de Fayel, dont les ducs de Bourgogne possédaient un exemplaire, aujourd’hui à Paris, aux Sermones parati, souvent copiés à cette époque et dont la circulation semble avoir été assez large15.

  • 16  VoirLe Livre des amours du Chastellain de Coucy et de la Dame de Fayel, éd. A. Petit et F.Suard, P (...)
  • 17  Cf. L. Rossi, « Suggestion métaphorique et réalité historique dans la légende du cœur mangé», Micr (...)

14En revanche, contrairement à ce qui est souvent avancé, je n’irais pas jusqu’à dire que le motif est lui-même frappé d’excentricité, même si la période la plus fertile de sa diffusion s’achève un siècle plus tôt. Les Sermones parati, la version en prose16 du Chastelain de Couci et celle de Molinet l’attestent. Certes, il semble toutefois qu’on soit revenu à un stade plus originel de son emploi. Car il apparaît évident que, outre les détails structurels du motif qui ont varié d’une version à une autre (présence ou absence de pèlerinage, défenestration de la Dame ou diète mortelle, amant chevalier ou poète, etc.), variations qui ont bien sûr leur importance en soi et en rapport avec les possibles filiations du récit, le modus operandi du « cœur mangé» se répartit en deux grands champs : d’un côté les textes qui, à l’instar du Chastelain de Couci ou du Lai d’Ignauré, se constituent à partir du motif auquel ils offrent un prétexte plus ou moins élaboré, le moment de la consommation marquant la clôture du texte ; de l’autre, les récits qui insèrent le motif en le réduisant souvent à un schéma minimal, comme on le trouve dans le fragment Sneyd du Tristan de Thomas d’Angleterre, dans les Sermones évidemment qui ne fonctionnent pas autrement s’agissant d’exempla, et comme l’applique également Jean Molinet dans son prologue. Pour cette seconde voie, il s’agit alors de comprendre de quelle façon le motif peut fonctionner et résonner avec le récit-cadre. L. Rossi a ainsi explicité la mise en abyme qu’introduit le Lai Guiron pour le récit des amants de Cornouaille17. Comme dans toute insertion, qu’elle soit lyrique ou comme ici narrative, l’enchâssement n’est pas gratuit et le récit inséré n’est jamais un intermède futile.

15Il faut donc, s’agissant de la reprise du motif par l’indiciaire de Bourgogne, s’interroger sur sa place et son ou ses « effets» au sein du prologue du Romant de la Rose moralisé, et reprendre plus en détail le plan exposé précédemment, ainsi que son contenu. Tout se passe ici dans l’enchaînement logico-narratif qui est présenté et qui suggère, comme je l’ai évoqué, une condamnation des amours dites « fatuelles» illustrées par les trois exempla. Des trois branches dégagées à partir des multiples définitions de l’amour, les deux premières sont « liquidées» en quelques lignes, l’une par une accumulation qualitative : « Amour divine est ardent feu, resplendissant lumiere, doulx miel, fort vin, irradiant soleil et riche tresor insaciable» (Prol., p. 17) alors que l’autre se déploie selon les bénéfices de son action sur terre : « Amour naturelle, licite, et honneste entretient humain lignage en son espece, soubstient les enfans en vie, nourrist les faons des animaulx, unist les provinces en paix, lie les cités en concorde, enlace divers cueurs ensemble.» (ibid.)

16Dans le premier temps de l’exposition, le troisième cas ne diffère pas vraiment des précédents. Pour en établir la définition, Jean Molinet emprunte une voie analogue à celle qu’avait suivie Raison au début de la seconde partie du Roman. Déployant les effets d’une prose rimée, il procède par une construction syntaxique « à rebours», inversant noms et compléments de nom : « de rage, amere portion ; de vray repos, destruction» la chaîne s’achevant surun irrévocable « et de l’ame, damnation» (ibid.). La condamnation retentit, apparemment sans appel. Il évoque ensuite l’universalisation, dans le temps et dans l’espace, de ce mal qui a frappé et frappe encore grands et petits, « simple ydiotz et renommez philosophes» (ibid.). Viennent alors les trois récits, qui en illustrent la partie contemporaine. Leur présence marque certes une sorte de décrochement dans l’argumentation qui ne se situe plus désormais sur un strict plan théorique et général mais en appelle à l’illustration par le particulier. Ce saut qualitatif est conforté par un saut quantitatif, les trois exempla assumant ici encore une fonction d’amplification du discours, comme c’était déjà le cas des récits insérés dans les chapitres du Romant où ils grossissaient voire remplaçaient le commentaire moral. Pourtant le symptôme que cette copia serait en mesure de signaler est dans un premier temps neutralisé par le soin avec lequel l’auteur s’emploie à parfaire la filiation de ses histoires avec le genre moral de l’exemplum précisément.

  • 18  Critères retenus par les auteurs de l’Exemplum, op. cit., p. 36-38.
  • 19  Ainsi au tout début du sixième argument du prologue lit-on : « Et pour ce, mon tresredoubté prince (...)

17Le texte, on l’a vu, use du terme « exemple» pour introduire ces récits. Ce seul indice ne suffirait pas à y voir de réels exempla. Une érosion sémantique – opérations commencées au XVe siècle déjà et qui trouverait son achèvement dans la langue contemporaine où le mot ne désigne souvent qu’un élément pris dans un ensemble (on parle d’exemples de grammaire) – sépare profondément l’exemple de l’exemplum, analysé aujourd’hui en relation avec une littérature essentiellement homilétique. Il faut chercher d’autres facteurs constitutifs du genre pour oser le rapprochement. Or si elle ne s’impose pas et nécessite certains ajustements, la piste du sermon n’est pas pour autant sans issue en regard de ces textes. Ainsi sur les neuf critères retenus pour définir l’exemplum, les exemples de Molinet satisfont au moins à sept d’entre eux18. Ils sont en effet : narratifs, brefs et se veulent vrais ; ils dépendent d’un discours englobant – ici le prologue –, ont pour fonction de persuader le lecteur par la leçon qu’ils formulent et sont finalement compris dans un rapport précis entre locuteur et allocutaire. Ce point mérite qu’on s’y arrête. En effet, l’exemplum étant généralement serti dans un discours, une parole vive s’adressant à un auditoire, un lien existe, fort, entre les deux pôles de la transmission. Le prologue du Romant de la Rose moralisé ne peut évidemment pas prétendre à une telle relation. Pourtant, comme c’est le cas dans nombre de morceaux du genre, celui-ci s’adresse directement à son dédicataire. La rhétorique mise en œuvre le rapproche beaucoup de ce fait d’un échange oral, même si tout cela n’est que mise en scène. Il n’empêche qu’un Je s’adresse ici « directement» à un vous et permet d’envisager le morceau en affinité avec le discours oral du sermon19.

18Les deux points auxquels dérogent ces récits exemplaires sont, on vient de le dire, le fait de n’être pas inclus dans un sermon, et que leur leçon ne concerne (peut-être) pas les fins dernières dont les croyants doivent se soucier à l’écoute de l’homélie. On conviendra néanmoins que, dans cette situation discursive précise, les exempla s’ajustent bien à ce qui devrait être leur place, leur lieu d’insertion. Il en découle que leur « fonction» peut être assimilée à celle de l’exemplum dans un sermon : une partie « récréative» propre toutefois à divulguer une ligne de conduite, à suivre ou à éviter. En ce sens, les trois exemples servent le discours condamnant les excès commis sous l’emprise d’un amour littéralement in-sensé, qui mène le sujet à une perte de raison.

19Pourtant nous l’avons vu, le dérèglement amoureux qui s’empare des patients et les achemine vers les plus graves excès pose problème. L’amplification mise au service de la condamnation crée au sein même du discours qui l’exploite une anomalie, une enflure à même de signaler un symptôme d’un autre ordre. Le mal d’amour débouche sur un malaise. Et le malaise est encore plus perceptible dans la partie qui suit exactement le dernier exemplum. Cette dernière opère un retournement saisissant qui débute par une condamnation et finit sur une déploration. Le tout en cinq phases :

« Autres personnage plus de dix expirez, plus de cent deplaiiés, et plus de mille langoureux pourrois je mettre en compte se longue histoire ne vous causoit ennuy, lesquelz acheméz d’amoureuse folie confite en grant rage desmesuree ont miserablement finé leurs jours. Non seulement par amour fatuelle et mondaine se sont privez du benefice de vivre loyaulx et certains amoureux, mais aussi par amour espirituel et divine se sont offers a glorieux martire.» (Prol., p. 19)

  • 20  Le manuscrit de La Haye donne cependant un sujet à cette proposition en ponctuant la phrase différ (...)

20Les phrases (nommons-les A et B) sont apparemment comprises dans une même logique : A usant de la prétérition expose que les exemples ne manquent pas et que seul l’ennui qu’ils susciteraient prévient leur compte-rendu. Avec son mouvement balancé (non seulement… mais aussi) B se présente comme le prolongement de A. Pourtant la seconde proposition de B n’est plus du tout en adéquation avec le propos. La pirouette réside dans l’unicité grammaticale du sujet qui ne change pas d’une proposition à l’autre et laisse donc entendre que ce sont les mêmes personnages qui ont succombé aux amours « fatuelles» et ont « offers glorieux martire»20.

21La suite ne s’intéresse plus qu’à cette chute et développe la question du martyre ou plus généralement du sacrifice. Elle s’articule en trois temps. Molinet commence par évoquer les « champions de nostre foi», sans plus de précision, lesquels se sont sacrifiés, qui pour sa femme, qui pour son enfant, ou encore pour son seigneur. Dans la phrase suivante, le propos abandonne la chrétienté pour s’intéresser aux infidèles qui ont aussi commis des sacrifices personnels tant pour leurs dieux que pour leur conjoint. Ici, l’articulation s’effectue par parataxe, sans outils logiques. Enfin, le dernier moment de l’argumentation achève le renversement en prenant appui sur l’idée d’une fracture entre passé et présent, laquelle recoupe l’autre différenciation qui distinguait païens et chrétiens :

« Et maintenant la charité que nous chrestiens devons avoir a ung seul dieu, la vraye amytié que devons rendre a noz proesmes, et le loyal amour dont nous devons servir les dames sont de nous tant esloingnez et refroidiez que nul ne veult recevoir martire pour le nom de Dieu.» (Prol., p. 19)

22On est donc passé par le biais de ces allers et retours entre passé et présent, couplés à la séparation païens vs. chrétiens, à une assimilation entre amour divin et amour profane. Les « malades d’amour» ne meurent plus, et leurs tourments se résument à de simples fièvres. Parti d’une vituperatio des folies commises sous l’emprise des amours illicites de la troisième branche, le moralisateur en vient à dénoncer la tiédeur des amours contemporaines qui précisément n’aboutissent plus à de telles extrémités. Un peu comme le premier glissement observé, que ménageait une ambiguïté grammaticale, une autre ambiguïté, terminologique celle-ci, brouille le discours et assure le dernier « effet glissade». Si dans un premier temps, celui de la condamnation, l’objet visé est clairement défini, dans le second temps de l’argumentation règne un grand flou sur ce « loyal amour dont nous devons servir les dames» (p.19). Tout le désigne comme l’amour courtois, c’est-à-dire celui-là même qui est au cœur du roman à venir, mais rien ne l’affirme.

23Le malaise suscité semble pouvoir être balayé par un premier argument de nature extrinsèque. C’est ce que suggère l’enchaînement avec le cinquième point de l’argumentation qui fait ressurgir le dédicataire. Il rappelle la dépendance dans laquelle se trouve l’auteur par rapport à celui qui a commandé l’entreprise. Dans ce cadre, et bien que la suture logique soit fragile (« Et pour ce, mon tresredoubté prince…», Prol., p. 20), le Roman « translaté» servira d’indispensable « quarte marine» à ce nouveau champion des dames pour qu’il ne s’égare pas dans son aventure. On ne peut donc condamner tout à fait l’objet (l’amour courtois) choisi par le prince. Mais si la convocation du mécène absout l’auteur d’une façon très globale, elle ne permet pas d’expliquer par quel moyen peut être récupéré cet amour courtois à qui on a fait subir un renversement total des valeurs, le faisant passer de la vituperatio à la laudatio. Ce que suggère à tout le moins l’oscillation, c’est que les exempla qui ont servi l’argumentation d’abord négative, mais qui ont aussi permis le retournement, contiennent un potentiel suffisamment ambivalent pour permettre la transition d’une posture à l’autre. Il s’agira donc maintenant de les relire dans cette perspective.

  • 21  Précisons que le schéma suit ici celui du don contraignant, le jeune homme ayant demandé à celle q (...)

24L’excès apparaît comme le trait saillant de ces trois récits : excès amoureux, excès de confiance, excès de souffrance. Ces débordements se concentrent principalement sur le corps qui en est le premier patient. Œil, doigt, cœur, chaque récit fait subir au corps un dommage où s’exprime dans le même temps la force des sentiments. Dans le premier exemple, qui n’est contenu que dans le manuscrit de La Haye, la jeune fille dont l’amour s’est vu bafoué se coupe le doigt pour rendre l’anneau que lui a donné son amant en lui jurant fidélité et qu’elle ne parvient plus à ôter. Dans le deuxième, le Florentin offre ses yeux à sa belle qui les lui a demandés comme gage d’amour21. Enfin, le cœur du troisième personnage est envoyé à la dame également comme marque de fidélité puis, selon le schéma du motif, pour devenir objet de consommation.

25Par de subtiles variations, les trois récits n’apparaissent pas seulement comme juxtaposés mais ils s’insèrent dans un véritable mouvement sériel. Cette évolution est la plus visible en ce qui concerne le sentiment amoureux. Le premier exemple illustre un changement des passions qui de l’amour aboutit à la haine. Le geste de la fille exalte son ressentiment et le doigt coupé accuse doublement son destinataire : parce qu’il est le trompeur et que par sa faute elle doit en venir à cet excès. Si le deuxième exemple met en scène un amour sans altération, il n’en reflète pas moins l’évolution de l’image de la dame souveraine du XIIe siècle devenue, trois cents ans plus tard, une dame sans merci. En effet, le don contraignant auquel se soumet le jeune homme et la nature de l’organe exigé par la dame placent celle-ci dans une posture toute-puissante qui, implicitement, désigne son a-moralité. L’issue dément en apparence cette perversion puisque la jeune fille, émue par le geste parfait de son amant, s’apprête à l’imiter avant d’être arrêtée par ses parents. L’amant n’en portera pas moins en creux et pour toujours la marque de son aveuglement qui est aussi la plus grande preuve de son amour. Enfin, le sentiment absolu du dernier exemple s’incarne directement dans ce qui est généralement considéré comme son siège, puisque c’est le cœur qui est offert. Par ailleurs, l’exemple prolonge le récit précédent en poussant jusqu’à l’extrémité d’une mort réciproque ce qui n’avait été que souhaité.

  • 22  Andreae Capellani, De amore, éd. W. Trojel, München: Wilhelm Fink Verlag, 1972, p. 3. On pourra ég (...)
  • 23  Si l’on invoque ici encore André le Chapelain qui pose cette question et y répond par la négative, (...)

26Les organes affectés par les diverses mutilations sont également présentés dans un ordre « hiérarchique» : doigt, œil, cœur, les trois récits vont du plus extérieur (le doigt n’est d’ailleurs que le support de l’anneau, véritable symbole d’amour) au plus intime, en passant par l’organe-clé du phénomène amoureux, si l’on suit la célèbre définition qu’en donne déjà André le Chapelain dans son De amore : Amor est passio quaedam innata ex visione procedens22. La mutilation exigée par la jeune fille condamne doublement le soupirant : non seulement, défiguré, il est à jamais exclu et ne peut plus être aimé mais aveugle, il ne pourra plus aimer lui-même23. Elle s’assure ainsi une exclusivité et une maîtrise totales sur la personne du Florentin et confirme ce que je soulevais d’une potentielle figure de belle dame sans merci dissimulée sous les traits de cette Italienne. Après le doigt et les yeux, le cœur clôt le dé-membrement. De lui dépendent et l’amour et la vie. Il est donc justement placé en dernière position, comme conclusion dramatique. Dans cette série de dons, on assiste à un accroissement en proportion de la charge symbolique attachée à chaque organe. Partie d’une sorte de pastiche qui frôle la drôlerie, la série aboutit à une tragédie macabre dont le cœur constitue l’enjeu de l’exemplum.

27Mais on peut aller plus loin dans la lecture sérielle des exempla et relever également une participation rétrospective de certains détails. Ces éléments, situés dans les deux premiers récits, « préparent» ou annoncent le dernier. Ainsi du doigt coupé. Le texte précise que la jeune fille « (le) met sur le bloc» et le tranche à l’aide d’« ung grant couteau dont on minche la poree» (p. 18). Le membre ne sera pas mangé mais le couteau fait déjà signe vers le repas funeste. De même, la raison invoquée par le narrateur du choix des yeux du Florentin dans le deuxième exemple ne paraît pas relever du hasard : « La damoyselle voulant esprouver se la bouche et le cueur estoient d’ung accord, luy demanda les deux yeulx de son chief.» (p. 18) Les yeux et la valeur qu’ils représentent sont placés là comme un relais vers le cœur qui est en fait le vrai motif du don, celui que l’on désire mettre à l’épreuve. Cette histoire oriente déjà la trajectoire vers une conclusion qui se concentre exclusivement sur cet organe, devenu à la fois l’objet du don et le symbole palpable du sentiment avoué, voire exhibé. Tout se passe donc comme si Jean Molinet avait balisé la voie qui conduit au motif du cœur mangé à l’aide des deux exempla qui le précèdent. Mais on peut aussi procéder inversement et lire le dernier récit comme la synthèse des deux autres (on y retrouve également la jalousie présente dans le premier exemple) et comme le lieu d’une révélation de ce qui figurait dans leurs narrations, rétrospectivement.

  • 24  « Dont ja soit ce que les arcz, les dartz, les lances, et les harnoys de l’amoureuse artillerie so (...)
  • 25  « Toutesvoyes je me confie tant en la serenité de vostre illustre seigneurie, dont le commendement (...)

28Cette lecture fondée en jeu d’échos ne profite pas seulement à la lecture des trois exempla. Sa pertinence se vérifie également pour l’ensemble du prologue et renforce la place centrale occupée par ces trois récits, en particulier le dernier, celui du cœur mangé. En effet, en relisant de près le reste du prologue, on s’aperçoit que le signifiant « cœur» apparaît bien avant le récit qui l’enchâsse. Dans le premier point de son argumentation, par exemple, lorsqu’il évoque la topique des flèches d’amour. Celles-ci génèrent, par l’art de la grande rhétorique, une variété d’armes de jet qui ont finalement toutes comme but le cœur de l’amant24. De même, le point 5 qui convoque à nouveau la figure du dédicataire se greffe-t-il sur l’image des commandements d’Amour. Dans cette reprise imagée, Philippe de Clèves revêt les traits d’Amour récitant son décalogue à Jean Molinet, commandement que l’auteur reçoit, comme les flèches, en plein cœur25. Mais les reprises du cœur et de son signifiant ne suffiraient pas à rendre le macabre motif exemplaire pour toute la partie. Il y manque le second temps, celui de l’absorption. Il n’est pourtant pas absent. À deux reprises, Molinet y a recours.

  • 26  J’emprunte à J. Devaux cette terminologie qui distingue la mise en prose, telle qu’elle se pratiqu (...)

29La première occurrence évoque la réception, au XVe siècle, de ce best-seller : il est si connu, il a été tant lu, que l’entreprise semble vaine. Pour dire cette fréquentation exceptionnelle du Roman de la Rose, l’indiciaire emploie une image nourricière : le roman est à proprement parler « incorporé» dans la mémoire de ses lecteurs. Le sixième point, en recourant à la même isotopie, prolonge la thématique et parvient à en dépasser la limitation. L’utilité du projet est au centre de cet argument. Celle-ci réside en trois « translations» apportées au texte d’origine : transformer sa langue en la rajeunissant ; transformer sa facture en le dérimant26, et transformer son contenu en le moralisant. C’est ici, pour dire cette ultime opération – pourtant première en importance – que Molinet retrouve le propos du troisième exemplum :

« Et par ainsi nous tirerons le miel hors de la dure pierre et la Rose vermeille hors des poignans espines ou nous trouverons grain et graine, fruict, fleur, et fueille, tressouefve odeur, odorant verdure, verdoyant floriture, florissant nourriture, nourrissant fruict et fructifiant pasture.» (Prol., p. 21)

  • 27  J’ai développé cet aspect complexe qui fait intervenir la question de la mémoire et de la méditati (...)

30On le voit, en exploitant la même métaphore que celle qui semblait fixer les limites de son entreprise, Jean Molinet offre un dépassement à cette « incorporation». Il n’est plus seulement question de connaître par cœur le texte d’origine, il faut aussi en dépasser la lettre. Il serait trop long de détailler ici les étapes et les images qui engagent une lecture méditative elle-même fondée sur une exploitation des images, à commencer par celle du Christ en croix27. Ce qu’il importe de retenir ici réside dans le rôle attribué au motif du cœur mangé. La position centrale qu’il occupe, enchâssée, a son importance. Place privilégiée s’il en est, elle lui permet à la fois de nouer et de résoudre les conflits latents de l’entreprise. Parce qu’ils sont porteurs d’un discours excessif, le cœur et le récit qui l’insère sont d’abord condamnés. Mais par le fait même qu’ils s’accordent finalement à l’image d’incorporation qui allégorise la moralisation, le même cœur et son récit sont rédimés.

  • 28  La Cène intervient en fait en deux temps, dans deux séries différentes de chapitres. Voir sur cet (...)
  • 29  Cf. op. cit., p. 477.
  • 30  Parmi les variations existant dans la tradition du cœur mangé, l’une d’elles concerne l’extraction (...)

31Un dernier nœud permet de mieux assujettir encore le court récit à l’ensemble du projet. La lecture méditative proposée d’abord à Philippe de Clèves puis à tous les lecteurs du Romant repose, on l’a dit, sur une méditation du corps du Christ. Dans ce parcours qui débute au chapitre 1 avec la gestation du Christ au sein de sa mère et s’achève avec sa mise en croix, la Cène joue un rôle pivot dans la version moralisée28. Mais la Cène est aussi l’une des lectures sous-jacentes au motif du cœur mangé, comme le rappelle L. Rossi29. On saisit dès lors l’importance du don du corps qui permet de réunir les trois exempla. Ce don appelle, via la pasture exposée à la fin du prologue, le don fait par le Fils de l’Homme30. Mais on saisit également pour quelle raison les exempla aboutissent à celui du « cœur mangé», puisque le don du corps doit finalement subir une ultime dévoration. Si le roman courtois du XIIIe siècle peut être figuré par le cœur de l’amant castillan, alors ce cœur est bien appelé à être absorbé, à servir de pasture à la lecture méditative proposée au XVe siècle par le chanoine de Valenciennes. Il devient l’aliment premier qui sert à transformer « le vicieux en vertueux, le corporel en l’espirituel, la mondanité en divinité, et souverainement de le moraliser.» (p. 21)

  • 31  Mais ce tour de moulin, n’est-il pas celui que le poète annonce en le récusant lorsqu’il envisage (...)

32Concluons. Les différents exempla observés au fil de la lecture du Romant de la rose moralisé proposent, à l’instar de la moralisation fragmentée, différentes facettes du genre. Tantôt historiettes où prévaut le divertissement (moralité 81), tantôt exemple historique faisant écho au corpus majeur de l’indiciaire (moralités 32 et 33), ils recouvrent voire recoupent certains traits définitoires de l’exemplum tel qu’il a pu être analysé a posteriori. Les trois exempla du prologue, quant à eux, offrent au lecteur la version la plus proche de cet archétype dessiné par la recherche moderne, tant par leur mode de présentation, leur insertion, que leur fonctionnalité qui unit au placere l’efficace du docere. Mais le troisième exemple, qui use du motif du cœur mangé, paraît se détacher sensiblement de l’ensemble. Il entre ici en résonance avec le propos global du Romant pour devenir, mutatis mutandis, programmatique. Non plus excentré, c’est au cœur même du prologue qu’il agit pour en ré-orienter le propos. En ce sens, et par rapport aux traits définitoires du genre rappelés plus haut, il devient paradoxalement, plus excentrique. Il formerait même une variante exemplaire qui en exploite les principales ressources pour forger une nouvelle mouture : ni exemplum rhétorique et encore moins antique, dépassant dans cette occurrence les visées de l’exemplum homilétique, il accomplit un ultime retournement pour devenir, à proprement parler, un exemple poétique31.

Notes

1  Fr. C. Tubach, « Exempla in the decline», Traditio 18, 1962, p. 407-417.

2  Cf. E. Langlois, Recueil d’arts de seconde rhétorique, Paris, Imprimerie Nationale, 1902. Pour les autres parties du corpus de l’indiciaire, cf. Jean Molinet, Chroniques, éd. G.Doutrepont et O. Jodogne 3 vol. , Bruxelles Palais des Académies, 1935-1937 (Académie royale de Belgique. Classe des lettres et des sciences morales et politiques. Collection des anciens auteurs belges) et Les Faictz et Dictz, édition N. Dupire, Paris, S.A.T.F., 1936-1939, 3 volumes à pagination continue.

3  Il s’agit des manuscrits : La Haye, Bibliothèque Royale, ms. 128 C 5 et Paris, BnF fr. 24393, et des éditions : Paris, Vérard (ca 1500) ; Lyon, G. Balsarin, 1503 et Paris, M. Le Noir, 1521.

4  Elle n’est pas nulle pour autant et s’est vue récemment augmentée de quelques interventions, souvent suscitées par sa proximité avec le roman d’origine. Signalons donc les commentaires suivants : M. Randall, Building Resemblance. Analogical Imagery in the Early French Renaissance, Baltimore – London, The Johns Hopkins University Press, 1996 ; Cl. M. Croft, « Pygmalion and the Metamorphosis of Meaning in Jean Molinet’s Roman de la Rose moralisé», French Studies, 59, 2005, p. 453-466 ; N. Freeman Regalado, « Le Romant de la Rose moralisé de Jean Molinet : Alchimie d’une lecture méditative», Mouvances et Jointures. Du manuscrit au texte médiéval, Actes du Colloque international organisé par le CeReS – Université de Limoges, Facultés des Lettres et des Sciences humaines, 21-23 novembre 2002, dir. M. Mikhaïlova, Orléans, éditions Paradigme (« Medievalia» 55), 2005, p. 97-116 ; J. Devaux, « De l’amour profane à l’amour sacré : Jean Molinet et sa version moralisée du Roman de la Rose», Image et mémoire du Hainaut médiéval. Actes du Colloque organisé par le CAMELIA (Valenciennes, 28-29 novembre 2002), dir. J.-Ch. Herbin, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2004, p. 21-32 ; idem, « L’art de la mise en prose à la cour de Bourgogne. Jean Molinet, dérimeur du Roman de la Rose», La Littérature à la cour de Bourgogne. Actualités et perspectives de recherches. Actes de 1er colloque international du Groupe de recherche sur le moyen français, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 8-9-10 mai 2003, dir. Cl. Thiry et T. Van Hemelryck, Le Moyen Français, 57-58, 2005-2006, p. 87-104 ; et idem, « Tradition textuelle et technique de réécriture : le Roman de la Rose moralisé de Jean Molinet», De la Rose. Sur le texte, les images et la fortune du Roman de la Rose. Actes du Colloque international organisé par l’Université d’Anvers (10-12 avril 2003), dir. H. Braet, Louvain, Peeters, 2006, p. 377-392.

5  On sait que la version imprimée du Roman de la Rose a d’ailleurs longtemps été attribuée à Marot. Son édition de Villon date de 1533 et celle du Roman de la Rose par G. Michel de 1526, pour la première, et de 1538 pour la seconde.

6  « Modus legendi in dividendo constat. Omnis divisio incipit a finitis, et ad infinita usque progreditur. Omne autem finitum magis notum est, et scientia comprehensibile» ; cf. PL 176 col. 772a.

7  « Les lectures du Roman de la Rose au XIVe siècle ont donc deux traits sans doute liés. Elles sont mutilantes. Elles sont fragmentaires.» Ainsi P.-Y. Badel conclut-il son ouvrage sur la réception du roman à cette époque. Voir P.-Y. Badel, Le Roman de la Rose au XIVe siècle. Étude de la réception d’une œuvre, Genève, Droz, 1980, p. 499. Certains manuscrits n’ont d’ailleurs transmis que des extraits du roman, comme dans le Poitiers, Bibliothèque Municipale ms. 215. Ils semblent attester cette lecture fragmentée qui a prévalu.

8  On lira avec profit l’ouvrage que N. Labère consacre à l’émergence du genre en France dans : Défricher le jeune plant. Étude du genre de la nouvelle au Moyen Âge, Paris, Champion, 2006, en particulier les pages en relation avec l’exemplum.

9  Comme je l’ai dit plus haut, il n’existe pas d’édition du Romant. Néanmoins, le texte a fait l’objet d’une thèse non publiée. C’est ce texte que je citerai en mentionnant désormais le chapitre et la page dans le corps du texte. Cf. R. N. Andes, Le Roman de la Rose moralisé, Ph.D. diss., Chapel Hill, 1948, chap. 46, p. 295 pour la citation.

10  Voir sur cet aspect : J. Devaux, « Pour plus fresche memoire : la fonction didactique de l’histoire dans le Roman de la Rose moralisé de Jean Molinet», dans Littérature et culture historiques à la cour de Bourgogne. Actes des Rencontres internationales organisées à Dunkerque (Université du Littoral – Côte d’Opale) le jeudi 27 octobre 2005, dir. J. Devaux et A. Marchandisse, Le Moyen Âge, 112, 2006, p. 557-573.

11  Cf. Cicéron, De oratore, éd. et trad. E. Courbaud et H. Bornecque, Paris, Les Belles Lettres, 1928, II, 36 pour la citation.

12  Voir au sujet des différentes voies de l’exemplum : Cl. Bremond, J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, (« Typologie des Sources du Moyen Âge Occidental, fasc. 40»), 1982, en particulier le chapitre III : « Évolution», qui passe en revue les différents aspects que le terme a pu recouvrir dans le temps. On consultera également en relation avec Molinet l’article suivant : T. VanHemelryck, « Les figures exemplaires au secours du héros bourguignon : exemples de chroniqueurs», dans Le héros bourguignon : histoire et épopée. Rencontres d’Édimbourg – Glasgow (28 septembre – 1er octobre 2000), dir. J.-M. Cauchies, Gr. Smallet A. Brown, Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.), 41, 2001, p. 39-51.

13  On trouve ainsi dans le premier volume des Chroniques cette incise : « Maintenant, sans querir anciennes hystoires loingtaines, voyons nous clèrement en la detention et très dure adversité du très victorieux roy Maximilian, la subite, estrange et desriglée mutabilité de fortune» (Chr. I, p. 606). Un exemple parmi d’autres.

14  G. Paris, « Le Roman du châtelain de Couci», Romania 8, 1879, p. 343-373 ; J.E. Matzke, « The Legend of the Eaten Heart», Modern Language Notes, 26, 1911, p. 1-8 ; H. Hauvette, « La 39ème nouvelle du Décaméron et la légende du cœur mangé», Romania, 41, 1912, p. 184-205 ; J.-J. Vincensini, « Figure de l’imaginaire et figure du discours. Le motif du Cœur Mangé dans la narration médiévale», Senefiance, 30 (« Le cœur au moyen âge»), 1991, p. 439-460 ; M. Di Maio, Le cœur mangé. Histoire d’un thème littéraire du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, PUPS, 2005. On ajoutera la récente édition du récit de Jakemés, Le roman du châtelain de Coucy et de la dame de Fayel, publ., trad. et notes par Catherine Gaullier-Bougassas, Paris, H. Champion, 2009.

15  Dans son édition du roman, M. Delbouille retrace le parcours du manuscrit qui porte la cote BnF fr. 15098. Cf. Le Roman du Chastelain de Couci et de la Dame de Fayel, éd. M.Delbouille, Paris, SATF, 1936 (p. xii pour les traces de ce manuscrit). G. Paris transcrit dans son article de la Romania le passage des Sermones concernant le cœur mangé, op. cit., p. 367.

16  VoirLe Livre des amours du Chastellain de Coucy et de la Dame de Fayel, éd. A. Petit et F.Suard, Presses Universitaires de Lille, 1994.

17  Cf. L. Rossi, « Suggestion métaphorique et réalité historique dans la légende du cœur mangé», Micrologus, 11, 2003, p. 469-500, p. 470 pour l’analyse en question.

18  Critères retenus par les auteurs de l’Exemplum, op. cit., p. 36-38.

19  Ainsi au tout début du sixième argument du prologue lit-on : « Et pour ce, mon tresredoubté prince qui desirez estre escolier en l’université et magistrale faculté d’Amours, qui est ung dur, perilleux laborinth a passer a ceulx qui ne congnoissent la quarte marine, il a pleü a vostre treshaulte et noble seigneurie moy commander de reduyre le Roman de la Rose de rethorique en prose.» (Prol., p. 20 ; je souligne).

20  Le manuscrit de La Haye donne cependant un sujet à cette proposition en ponctuant la phrase différemment laquelle devient : « Non seulement par amour fatuelle et mondaine se sont privez du benefice de vivre loyaulx et certains amoureux, mais aussi par amour esprituel et divine se sont offers a glorieux martire les champions de nostre foi». Notre analyse est ici prise en défaut. Il n’en demeure pas moins que, ainsi construit, l’ensemble s’articule toujours par l’enchaînement non seulement… mais aussi et tend à mettre sur un même niveau les pécheurs et les champions.

21  Précisons que le schéma suit ici celui du don contraignant, le jeune homme ayant demandé à celle qu’il aime d’exiger de lui le don qu’elle voudrait pour lui prouver son amour.

22  Andreae Capellani, De amore, éd. W. Trojel, München: Wilhelm Fink Verlag, 1972, p. 3. On pourra également relever l’incise suivante du premier récit : « le jovencel enoeulla une aultre fille» (p. 18). L’œil apparaît avec ce verbe qui trahit bien la faute et l’organe qui en est la cause et appelle déjà le récit qui suit.

23  Si l’on invoque ici encore André le Chapelain qui pose cette question et y répond par la négative, ce qu’il démentira néanmoins par la suite dans les histoires. Pratique et théorie ne s’accordent pas sur ce point, et sur bien d’autres, dans le traité. Cf. à ce sujet l’article de J.-Y. Tilliette, « Amor est passio quaedam innata ex visione procedens. Amour et vision dans le Tractatus amoris d’André le Chapelain», Micrologus 6, 1998, p. 187-200.

24  « Dont ja soit ce que les arcz, les dartz, les lances, et les harnoys de l’amoureuse artillerie soient de plus tendre trempeüre que ceulx de guerre que l’on forge a Milan, touteffois quant ilz sont subtillement envoyez par Doulx Regard, le secret sagitaire, ilz penetrent les cueurs des loyaulx amans et les actaint si au vif de ses saiettes barbees confites en tresdoulx amer que l’ardant feu d’Amours s’i boute, dont ilz sont mutz, pales, et mates.» (Prol., p. 15)

25  « Toutesvoyes je me confie tant en la serenité de vostre illustre seigneurie, dont le commendement me va fort pres du cueur…» (Prol., p. 21).

26  J’emprunte à J. Devaux cette terminologie qui distingue la mise en prose, telle qu’elle se pratiquait également à la cour de Bourgogne mais qui a, sinon pour but du moins comme modalité, de récrire le récit d’origine, alors que le dérimage ne propose, comme le terme l’indique, qu’une mise bout à bout des vers dans une ligne de prose. Cf. J. Devaux, « L’art de la mise en prose à la cour de Bourgogne», op. cit., p. 88.

27  J’ai développé cet aspect complexe qui fait intervenir la question de la mémoire et de la méditation dans le deuxième chapitre de ma thèse : La lettre et le miroir. Écrire l’histoire d’actualité selon Jean Molinet (à paraître).

28  La Cène intervient en fait en deux temps, dans deux séries différentes de chapitres. Voir sur cet aspect mon article : Ph. Frieden, « La Rose et le Christ : lecture eucharistique du Romant de la Rose moralisé», La littérature à la cour de Bourgogne. Actualités et perspectives de recherches. Actes de 1er colloque international du Groupe de recherche sur le moyen français, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 8-9-10 mai 2003, dir. Cl.Thiry et T. Van Hemelryck, Le Moyen Français, 57-58, 2005-2006, p. 139-151.

29  Cf. op. cit., p. 477.

30  Parmi les variations existant dans la tradition du cœur mangé, l’une d’elles concerne l’extraction même du cœur, tantôt prélevé par le mari jaloux après l’assassinat de son rival, tantôt envoyé par ce dernier depuis le lieu de son pèlerinage. Que Molinet ait choisi cette variante permet de mieux resserrer les trois exempla en les réunissant sous le signe exclusif du don. Il me semble que c’est précisément cet angle d’approche que manque une vision trop généralisante du motif, comme c’est le cas des approches anthropologiques. Ces dernières ne considèrent jamais le texte cadre qui forcément exploite et travaille le motif à des fins propres.

31  Mais ce tour de moulin, n’est-il pas celui que le poète annonce en le récusant lorsqu’il envisage les limites de son entreprise : « Laquelle chose mise a execution semblera de prime face fort estrange, de grant labeur et d’inutile fruict, consideré que ledit romant a esté ourdy tant subtillement et tissu de si bonne main et est l’ouvrage tant incorporé en la memoire des hommes que de le coucher en autre stille ne sera moindre nouvelleté que de forgier un nouvel abc.» (Prol., p. 20). La citation, tronquée dans un premier temps, l’exprime assez exactement une fois complétée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Frieden, « La morale enchâssée : le cœur mangé dans le prologue du Romant de la Rose moralisé de Jean Molinet », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 23 | 2012, 85-99.

Référence électronique

Philippe Frieden, « La morale enchâssée : le cœur mangé dans le prologue du Romant de la Rose moralisé de Jean Molinet », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 23 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/12811 ; DOI : 10.4000/crm.12811

Haut de page

Auteur

Philippe Frieden

Boursier FNS

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals