Navigation – Plan du site

Kathleen Walker-Meikle, Medieval Pets

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Kathleen Walker-Meikle, Medieval Pets, Woodbridge, Boydell, 2012, 179p. 

ISBN 978-1-84383-758-9

Texte intégral

1Le volume se divise en six chapitres : le premier définit ce qu’est le « medieval pet », le deuxième évoque la façon de se procurer un animal de compagnie, le troisième traite de la qualité de vie des animaux de compagnie, le quatrième des façons de vivre avec eux, le cinquième de leur représentation iconographique et le sixième de la littérature. D’emblée, le plan peut surprendre car les premiers chapitres utilisent déjà iconographie et littérature. Toutefois, l’auteur prend en charge cette ambiguïté et l’assume en affirmant qu’elle approfondira davantage le propos dans les derniers chapitres. L’ensemble est suivi d’une conclusion qui est avant tout un résumé général.

2Dans le premier chapitre, l’auteur souligne les questions sous-jacentes au traitement de son sujet. De fait, l’animal de compagnie interroge les frontières entre l’humain et l’animal (avec Adelard de Bath ou Thomas d’Aquin, à propos de l’existence de l’âme des animaux, par exemple). L’un des traits définitoires de l’animal de compagnie au Moyen Âge semble être de vivre à l’intérieur, auprès des humains, et notamment des femmes, des clercs ou des intellectuels qui vivaient une vie domestique (l’association avec tel ou tel animal apparaît très sexuée). Une grande place est faite au chien, animal de compagnie médiéval par excellence, avant le chat ou le singe, en raison des qualités morales qu’on lui attribue (notamment loyauté, amour, fidélité…). Le développement sur les liens entre les saints et les animaux est particulièrement intéressant (p. 20-23). On aurait aimé le voir approfondi.

3Dans le deuxième chapitre, on prend conscience du statut de l’animal de compagnie comme cadeau amoureux, par exemple, entre autres motivations de l’acquisition d’un animal. On observe également le deuil de celui qui perd son compagnon.

4Dans le troisième chapitre, on comprend que le statut et le mode de vie de l’animal dépendent de ceux de son possesseur. Il est question notamment du cas de Pétrarque et de ses chiens. Les animaux trop nourris se rencontraient déjà à l’époque médiévale. L’auteur expose également le raffinement d’objets en lien avec la possession d’un compagnon animal (colliers, coussins, cages…).

5Le quatrième chapitre rappelle que la plupart des animaux de compagnie sont de petite taille, afin de pouvoir être emmenés partout. L’impression d’une grande promiscuité entre l’homme et l’animal ressort de ce passage (on voyage, on dîne, on dort, on prie… avec son animal de compagnie), jusqu’à donner lieu à des quiproquos ou des difficultés. L’excès de soin donné à un animal était l’objet d’une critique sociale : pourquoi offrir à un animal ce que des hommes pauvres n’ont pas ? Toutefois, l’affection portée à un animal pouvait parfois être valorisée et considérée comme une préparation à l’amour du prochain et, in fine, à l’amour de Dieu.

6Le cinquième chapitre met en lumière la façon dont la présence d’un animal dans l’iconographie est une indication sur l’identité des humains auprès desquels ils se trouvent, aussi bien sur les images publiques comme les sceaux ou les monuments funéraires, que dans les images plus privées, comme les portraits.

7Le sixième chapitre fait référence au chien comme substitut et/ou cadeau de l’être aimé, comme dans la légende de Tristan et Iseut, mais aussi au genre des élégies écrites en l’honneur d’un compagnon perdu (Du Bellay, Théodore de Bèze, Jules César Scaliger, Jean Lemaire de Belges, Sir David Lindsay…).

8De façon générale, on saluera la diversité des sources, des textes des théologiens à d’anciens textes de loi irlandais, en passant par l’iconographie ou la littérature romanesque et poétique, par exemple. On peut déplorer en revanche la difficulté de la consultation des notes qui sont non seulement en fin de volume, mais numérotées en fonction du chapitre… Une numérotation continue aurait été plus aisée, au moins. En outre, l’ouvrage est souvent descriptif et manque parfois de distance par rapport au sujet : ainsi l’assertion selon laquelle la majorité des chats médiévaux sont gris à rayures (p. 11) ne s’appuie guère que sur quelques indications et ne semble pas être mise en perspective avec des réalités génétiques, encore vraies aujourd’hui. Enfin, le volume est riche d’une belle iconographie, qui rend l’objet agréable.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Kathleen Walker-Meikle, Medieval Pets », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 26 mai 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/13020

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals