Navigation – Plan du site
La réception de la Chronique du Pseudo-Turpin en Europe

La réception du Pseudo-Turpin en Allemagne au Moyen Âge

Danielle Buschinger
p. 519-530

Résumés

L’article étudie l’influence que le Pseudo-Turpin a pu avoir sur le Rolandslied de Konrad et sur le Karlmeinet. Contrairement à ce que l’on a parfois affirmé, le premier de ces deux poèmes présente seulement de rares similitudes avec le texte de la chronique latine. Au contraire, la troisième partie du Karlmeinet adapte assez fidèlement le texte de Turpin, en insistant moins sur l’idéologie de la guerre sainte, mais en utilisant l’image de Charlemagne au service des revendications allemandes contre les prétentions françaises sur l’Empire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. A. de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe, II, Chronique de T (...)
  • 2  A. Moisan, « L’exploitation de la Chronique du Pseudo-Turpin », Marche Romane, Cahiers de l’A.R.V. (...)
  • 3  A. de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe, I, La geste de Charlem (...)
  • 4  Id., ibid.
  • 5  Les Textes de la Chanson de Roland, éd. R. Mortier, t. 10, Le Texte de Conrad, trad. J. Graff, Par (...)
  • 6  Das Rolandslied des Pfaffen Konrad : Mittelhochdeutsch-Neuhochdeutsch, éd. et trad. D. Kartschoke, (...)
  • 7  Die Chronik von Karl dem Großen und Roland. Der lateinische Pseudo-Turpin in den Handschriften aus (...)

1Le Pseudo-Turpin, œuvre écrite en latin par un clerc français entre 1130 et 1140, a été diffusé dans toute l’Europe par trois cents manuscrits en de nombreuses langues1. Il ne serait donc pas étonnant que ce texte ait été également répandu en pays de langue allemande. André Moisan souligne ainsi qu’il est vraisemblable de penser que le Curé Konrad, dans son Rolandslied, adaptation d’un manuscrit inconnu de la Chanson de Roland, avait de son propre chef cléricalisé la légende sans recourir obligatoirement au Pseudo-Turpin2, alors que André de Mandach estime « la dépendance du Ruolantes Liet à l’égard du Pseudo-Turpin bien établie »3. De fait, on a pu relever dans ce texte un certain nombre de points repris par Konrad dans son Rolandslied4. Je vais reprendre tous les points recensés par mes prédécesseurs, en particulier Jean Graff dans sa traduction du Curé Konrad5, Dieter Kartschoke dans son édition et traduction allemande du Rolandslied6 et Hans-Wilhelm Klein, dans son édition et traduction allemande du Pseudo-Turpin7, et les examiner sur nouveaux frais.

  • 8  R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, Les Be (...)
  • 9  Karl Meinet, éd. A. von Keller, Stuttgart, 1858, (Bibl. des lit. Vereins in Stuttgart 45), Reprint (...)

2Il convient de noter aussi que, selon Robert Folz8, c’est d’après le Pseudo-Turpin que le Karlmeinet, au XIVe siècle, relate dans sa troisième partie les guerres livrées par l’empereur en Espagne9. Je comparerai donc le texte moyen-bas-allemand au Pseudo-Turpin afin d’observer la technique d’adaptation de l’auteur du Karlmeinet, ce qui, à ma connaissance, n’a pas encore été fait.

Rolandslied et Pseudo-Turpin

  • 10  Cf. D. Buschinger, « Le Curé Konrad, adaptateur de la Chanson de Roland », Cahiers de civilisation (...)
  • 11  Historia Turpini. Liber Sancti Jacobi, Codex Calixtinus, éd. K. Herbers et M. Santos Noia, Saint-J (...)
  • 12  Das Rolandslied des Pfaffen Konrad, éd. C. Wesle, 3e éd. rev. par P. Wapnewski, Tübingen, Niemeyer (...)
  • 13  D. Kartschoke est d’avis que Konrad n’a pas emprunté cette dénomination au Pseudo-Turpin (op. cit. (...)

3Selon mon hypothèse, la source de Konrad est un texte de la Chanson de Roland appartenant à la famille Châteauroux, Venise IV et Venise VII10. Les versions A et D du Pseudo-Turpin et leurs dérivés font en effet de Naime un duc de Bavière : Naaman, dux Baioarie11. Konrad, qui l’appelle « Naimes uone Baieren »12 a pu reprendre ce détail à la chronique pour rendre hommage à son mécène, Henri le Lion, duc de Saxe (1142-1180) sous le nom de Henri III, et duc de Bavière (1156-1180) sous celui de Henri XII13.

4Konrad donne, d’autre part, du nom de Durendart, dans les v. 3302 sq. de son poème, une explication étymologique qui pourrait faire remonter ce nom au latin durus :

  • 14  Das Rolandslied des Pfaffen Konrad, éd. C. Wesle et P. Wapnewski, v. 3307-09.

Alle thie ie smithen begunden,
Thie ne wessen noh ne kunden,
Wie thaz swert gehertet was.14
[Tous ceux qui jamais se mirent à forger ne savaient pas et ignoraient comment l’épée a été durcie.]

5C’est aussi l’explication que propose le Pseudo-Turpin :

  • 15  Historia Turpini, éd. cit., cap. XXII, p. 218.

Habebat ipse adhuc quandam spatam suam secum […] nomine Durenda. Durenda interpretatur durum ictum cum ea da, vel dure cum ea percute Sarracenum, quia frangi ullo modo nequit.15

  • 16  Das Rolandslied…, éd. C. Wesle…, v. 6858-59.
  • 17  Historia Turpini, loc. cit. ; cf. J. Graff, op. cit., p. 66, n. 10. Cf. aussi D. Kartschoke, op. c (...)

6À propos de cette épée, J. Graff compare une remarque du texte de Konrad : « iane wart din geliche / nie gesmidet uf dirre erde »16, [jamais ta pareille ne fut forgée sur terre], à un passage du même chapitre du Pseudo-Turpin : qui te fabricavit, nec ante nec post consimilem fecit17.

  • 18  Das Rolandslied…, éd. C. Wesle …, v. 47-63.
  • 19  La Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969, v. 3993 sq. Cf. D. Buschinger, « Le Cur (...)

7D’après Konrad, Charles, en prière, reçoit du ciel l’ordre de partir pour l’Espagne18, ce qui se trouve dans le Pseudo-Turpin, à la fin du chapitre I. La différence est que dans le texte latin c’est l’apôtre Jacques lui-même qui donne cet ordre, alors que chez Konrad c’est un ange anonyme, « l’ange du ciel ». Cette absence, chez Konrad, du nom de saint Jacques, pourrait prouver que le Turpin est une œuvre postérieure, mais il n’en reste pas moins que cette coïncidence est intéressante. Il me semble toutefois que, pour introduire son œuvre, Konrad est parti de l’épilogue de la Chanson, où l’archange Gabriel ordonne à Charles de convoquer son armée et d’aller secourir un roi chrétien assiégé par les païens19.

  • 20  Das Rolandslied…, éd. C. Wesle…, v. 4192-216.
  • 21  Historia Turpini, éd. cit., cap. XV, p. 210.

8Certes l’allusion à la cupidité de certains chrétiens figure aussi bien dans le Rolandslied20 que dans le Pseudo-Turpin21, mais absolument pas dans le même contexte.

  • 22  J. Graff, op. cit., p. 5, n. 1 et p. 19, n. 1.
  • 23  « die heiden tuont uns grozin scadin ;/ si ritent in diu lant », Das Rolandslied…, éd. C. Wesle…, (...)

9Jean Graff rapproche aussi deux autres passages du Rolandslied et du Pseudo-Turpin22. Il s’agit d’une part d’une remarque à propos des Sarrasins : « Les païens nous font grand dommage ; ils envahissent le pays »23, qui lui rappelle l’ouverture, dans la chronique latine, de l’invasion d’Agolant :

  • 24  Historia Turpini, éd. cit., cap. VI, p. 203.

Rex affricanus nomine Aigolandus cum suis exercitibus terram Yspanorum sibi adquisivit, eiectis etiam et interfectis […] custodibus christianis.24

  • 25  Das Rolandslied…, éd. C. Wesle…, v. 946-47 : « Fais conduire ton armée partout jusqu’à la mer ».
  • 26  Historia Turpini, éd. cit., cap. VI, p. 201.

10Il s’agit d’autre part d’une brève indication du Rolandslied : « la din here leite/ allenthalben unz an daz mere »25 [« Fais conduire ton armée partout jusqu’à la mer »], et d’un détail du chapitre I du Pseudo-Turpin : et post te omnes populi a mari usque ad mare peregrinantes…26. Cependant le rapport est bien lâche.

  • 27  Cf. J. Graff, op. cit., p. 123, n. 2.
  • 28  La Chanson de Roland, éd. cit., v. 597 : « le destre braz del cors », et Historia Turpini, éd. cit (...)
  • 29  Das Rolandslied…, éd. C. Wesle…, v. 2974 : « Mon neveu Roland, c’était ma main droite ».
  • 30  Ibid., v. 7517 :« Tu étais ma main droite ».

11Que dans le v. 6103 du Rolandslied comme dans le chapitre XXIII du Pseudo-Turpin Ganelon soit comparé avec Judas n’est pas étonnant27 : Judas est le traître par excellence ; et que Roland ait été le bras droit de Charles est un topos. Mais les concordances ne se trouvent pas dans le même contexte, et surtout le texte du Pseudo-Turpin est le calque exact de celui de la Chanson28, alors que celui du Rolandslied est différent : « min neie Ruolant/ was min zesewe hant »29 dit l’empereur, et il reprend plus loin : « du ware min zesewíu hant »30. Cet exemple n’est pas non plus probant.

  • 31  Ibid., v. 280-81.
  • 32  Historia Turpini, éd. cit., cap. IX, p. 206.

12Dans le Rolandslied, les païens ravagent le pays « unz an die Gerunde »31, jusqu’à la Gironde, tandis que dans le Pseudo-Turpin le païen Aigoland et ses alliés traversent fluvium Garonam pour échapper à Charles32 : une nouvelle fois le contexte est différent dans les deux œuvres.

  • 33  W. Decker, « Über Rolandslied und Pseudo-Turpin », Euphorion, 72, 1978, p 133-42.

13Ainsi, seules quelques similitudes entre le Rolandslied et le Pseudo-Turpin pourraient être probantes. Très souvent cependant les concordances sont ténues, bien vagues et surtout extraites de leur contexte, si bien qu’il me semble dangereux de s’appuyer dessus pour prouver que Konrad a fait des emprunts au Pseudo-Turpin. Wolfgang Decker33 qui met le pluriel « diu buoch » [les livres, v. 4851] en relation avec la Chanson de Roland et le Pseudo-Turpin, tant il est sûr que Konrad avait à sa disposition les deux textes, est bien hardi !

Karlmeinet et Pseudo-Turpin

  • 34  Karl Meinet, éd. cit. ; Morant und Galie, éd. Th. Frings et E. Linke, Berlin, Akademie Verlag, 197 (...)

14En revanche, il semble à peu près certain que le compilateur du Karlmeinet a adapté le récit de Turpin dans la branche III de son œuvre gigantesque. Le Karlmeinet [Carolus Magnitus]34, une œuvre de caractère cyclique d’environ trente-six mille vers écrite en dialecte ripuaire et qui devrait plutôt avoir pour titre le Livre de Charles, comprend 6 parties :

  1. Charles et Galie ;

  2. Morant et Galie ;

  3. Les guerres de Charles ;

  4. Charles et Elegast ;

  5. Adaptation du Rolandslied avec l’intercalation de l’Ospinel ;

  6. Mort de Charles avec la fin hagiographique.

  • 35  R. Folz, op. cit., p 332.
  • 36 Rolandslied, v. 8659 sq., correspondant à Karlmeinet, 488, 69 sq.
  • 37  Cf. U. von der Burg, « Konrads Rolandslied und das Rolandslied des Karlmeinet ; Untersuchungen und (...)
  • 38  Cf. D. Buschinger , « Zum Verhältnis des deutschen Prosa-Lancelot zur altfranzösischen Vorlage », (...)

15Les parties 1, 2, 4 et 5 remontent à des poèmes indépendants à l’origine, dont la source, non parvenue jusqu’à nous, était française. La partie 4, Charles et Elegast, est quant à elle la traduction presque littérale d’un poème néerlandais, Carle ende Elegast, qui adapte une œuvre française perdue. Les parties 3 et 6 n’ont pas, à l’opposé des autres parties, existé en tant que poèmes indépendants avant la rédaction de la compilation. Elles ont été composées par le compilateur sur la base de chroniques latines. En outre, celui-ci a utilisé comme sources complémentaires la partie consacrée à Charlemagne du Speculum Historiale de Vincent de Beauvais et empruntée au Pseudo-Turpin, la Vita Caroli Magni d’Eginhart, la Chronique universelle de Saxe (version B) de même que le Speghel Historiae du poète néerlandais Jacob von Maerlant. Robert Folz est d’avis que, dans la troisième partie, le compilateur « suit de près les grandes compilations historiques françaises, […] amalgamant tant bien que mal des renseignements français sur Charlemagne à des traditions allemandes, sans arriver toutefois à dégager une image précise de son héros »35. Quant à la partie 5, après que cesse la correspondance avec le texte du Curé Konrad36, elle suit peut-être un poème de Roland en langue française de date plus récente, le Roland rimé de la Meuse, ou bien un texte de la Chanson de Roland française appartenant à une version représentée par les manuscrits de Châteauroux et Venise VII37 ; et si cela est effectivement le cas, le compilateur aurait eu recours à la source même de Konrad. Il est possible que nous ayons affaire à un compilateur « intelligent » qui, comme l’auteur du Prosa-Lancelot38 a recouru, non seulement à des textes allemands, mais aussi à des témoins français.

16Le Karlmeinet passe pour être de la littérature de divertissement. De fait, l’action est passionnante et variée. Citons par exemple

  • la description mouvementée de la jeunesse de Charles avec l’histoire des amours réciproques, racontée sous l’influence du roman courtois, de Charles et de Galie ;

  • l’action bouleversante de l’épisode de Morant et Galie, où Morant, le porte-étendard de Charles, accusé de relations interdites avec Galie, prouve son innocence dans un combat singulier contre le chef des calomniateurs, combat que Charles s’est vu contraint d’organiser pour restaurer son propre honneur et l’honneur de la reine. La réconciliation de Charles avec son épouse est scellée par une grande fête et par l’union de Morant avec Florette, l’amie intime de Galie ;

  • les descriptions des combats et batailles (en partie dans la tradition de la littérature de croisade) ; les campagnes de Charles contre les Saxons, les Bavarois, les Lombards et les Huns, puis quelques épisodes de sa vie privée (la légende de son péché secret, son amour pour une femme morte, et celle de la fondation d’Aix-la-Chapelle, liée causalement au péché), la libération du pape, contre lequel avait été fomenté un complot, et le couronnement impérial, puis l’expédition en Terre Sainte avec le transfert de reliques à Aix-la-Chapelle, et les combats en Espagne contre les Sarrasins, ces deux derniers points préparant Charles à la situation dans laquelle il peut devenir un saint ;

  • les déguisements de Charles en pèlerin (Charles et Galie) ou en bandit (Charles et Elegast) ;

    • 39  Karl Meinet, éd. cit., 382, 23 sq.

    l’épisode burlesque dans lequel Charles, sous un nom d’emprunt, va en rapine avec Elegast et propose même de voler « le trésor de Charles », c’est-à-dire son propre trésor39 (Charles et Elegast).

  • 40 Ibid., 422, 4.
  • 41  Ibid., 419, 39 sq.

17Citons en outre l’épisode grotesque où Roland, impressionné par la beauté de Magdelin, oublie son épée Durendart : « Ich han is verloren vmb eyn wiff », [« Je l’ai perdue à cause d’une femme »]40, retourne dans le camp de Charles, demande à son oncle de convoquer l’ost pour aller chercher l’épée, puis la retrouve dans l’herbe41.

  • 42 Ibid., 293, 47 sq.
  • 43 Ibid., 395, 10 et 537, 31 sq.

18Attirons l’attention sur la variété et la richesse des visages que présente Charles : tout d’abord il est le fils de roi abaissé au rôle de cuisinier qui peut reconquérir son héritage et être couronné roi de France. Puis il apparaît en tant que personne privée, soupçonneuse, qui croit les calomnies d’intrigants. Dans la troisième partie il est de nouveau personnage officiel : il est même représenté comme rex justus et pacificus42 : nous avons affaire ici, comme souvent dans la littérature du Moyen Âge tardif, à un « miroir de prince ». À l’inverse, dans Charles et Elegast nous avons un portrait d’empereur burlesque. Mais dans la cinquième partie comme dans le texte source, le Rolandslied, Charles apparaît en tant que « godes deenst man »43, vassal de Dieu, et à la fin il devient un saint.

  • 44 Ibid., 340, 9 : « comme je l’ai lu en latin », 341, 6 : « comme nous le dit le latin ».

19Arrêtons-nous maintenant à la branche III du Karlmeinet : comment le compilateur a-t-il adapté le Pseudo-Turpin ? Il se réfère explicitement à une source latine : « alsus ich in dem latine las », « als uns dat latin quyt »44.

20La comparaison que j’ai faite entre les deux textes prouve à l’évidence que l’auteur du Karlmeinet suit de près son modèle. L’action se déroule de la même façon et les éléments de récit se suivent pareillement (il n’y a pas de répétitions dans le texte moyen-bas-allemand, parfois un élément est translaté) ; le compilateur garde en général les noms propres en en modifiant ou en en germanisant la graphie. Il conserve même la plupart des nombres, en particulier le nombre de combattants. Un exemple de traduction presque littérale : il y avait tant de morts parmi les païens

  • 45  Ibid., 360, 9-11.

dat de Cristen in dem blode
Ouer ere enckele woeden45
[que les chrétiens pataugeaient dans le sang jusqu’aux chevilles.]

  • 46  Historia Turpini, éd. cit., cap. XIV, p. 210.

21Le Pseudo-Turpin ne disait pas autre chose : quod victores usque ad bases in sanguine natabant46.

22Je vais présenter un certain nombre de points où le compilateur a fait quelques modifications.

23Le miracle des lances qui, plantées dans le sol, reverdissent et se couvrent de feuilles est selon le Pseudo-Turpin le signe que tous les guerriers auxquels elles appartiennent recevront la palme du martyre lors de la bataille contre Aygolant, ce que ne dit pas le Karlmeinet, moins religieux ici que le Pseudo-Turpin (soit dit en passant, le Karlmeinet ne répète pas dans l’épisode suivant le miracle des lances).

  • 47  Karl Meinet, éd. cit., 346, 12.

24De même, lorsque Milon, le père de Roland, est tué, il est dit dans le Pseudo-Turpin qu’il conquiert la palme du martyre avec ses compagnons. Dans le Karlmeinet il est seulement dit qu’il meurt « als got geboit »47, c’est-à-dire comme l’avait ordonné Dieu. Le Karlmeinet ne dit donc pas, dans la bataille contre Aygolant, que le salut est assuré pour les combattants chrétiens, et il ne fait pas non plus une exégèse religieuse, selon laquelle de même que les chevaliers de Charles succombent en combattant pour la foi en Dieu, de même nous devons mourir aux vices et vivre pour les vertus.

  • 48  Historia Turpini, éd. cit., cap. XI, p. 207.
  • 49  Karl Meinet, éd. cit., 357, 16-358, 17.
  • 50  Ibid., 358, 14.

25Après la première bataille contre Aygolant, Charles rentre en France afin de convoquer une grande armée. Dans les deux textes il affranchit les serfs et donne la liberté également à leurs familles. Il prend d’autres mesures « sociales », dirait-on maintenant, réconcilie ceux qui se font la guerre privée, pardonne à ceux qui l’avaient offensé… Ces mesures sont un peu différentes dans l’un et l’autre texte et plus nombreuses dans le Pseudo-Turpin. Charles rassemble de cette manière une grande armée, forte de 134000 (Pseudo-Turpin), 124000 (Karlmeinet) chevaliers pleins d’allant : « on ne pouvait pas compter les hommes d’armes ni les piétons, tant ils étaient nombreux », dit le compilateur. Parmi eux se trouvent, selon les deux textes, l’évêque Turpin et le vaillant comte Roland avec ses quatre mille hommes. Mais le Pseudo-Turpin présente ensuite la liste des autres chefs de guerre48, tandis que dans le Karlmeinet, cette liste figurera dans la deuxième grande bataille49. Au reste, alors que la chronique latine fait de Naimes, comme on l’a vu, un duc de Bavière (Naaman, dux Baioarie), ce n’est pas le cas dans le Karlmeinet, où il est seulement question « des guden hertzogen Nayman »50, du valeureux duc Naimes : cela veut-il dire que Konrad, pour son Rolandslied, aurait disposé d’un autre manuscrit du Pseudo-Turpin ?

  • 51  Historia Turpini, éd. cit., cap. XII, p. 208.
  • 52  Karl Meinet, éd. cit., 352, 49.

26Dans ce texte, lors de son entrevue avec Aygolant, l’empereur s’adresse à son adversaire en arabe [loquelam arabicam], et précise qu’il a appris la linguam sarracenicam à Tolède dans son enfance51 ; il est intéressant de constater que le texte latin du Pseudo-Turpin connaît le vrai nom de la langue, alors que le Karlmeinet utilise la dénomination traditionnelle en langue vernaculaire de « langue païenne », « de heydesche sprach »52. Lors de cette entrevue entre Charles et Aygolant ce dernier, dans le Karlmeinet, ne fait pas à Charles le reproche de lui avoir enlevé ses terres, et l’aspect de « sermon de croisade » est considérablement atténué par le compilateur. C’est Aygolant qui, dans le Karlmeinet, prend les devants dans la discussion théologique : chacun, dit-il, pense que sa religion est la vraie religion. Si chacun devait combattre avec tout son peuple pour sa religion, ils en auraient tous deux du dommage. Il est donc préférable de faire combattre seulement une petite partie de chaque armée l’une contre l’autre. Dans le Karlmeinet Charles ne demande pas à Aygolant de se convertir et Aygolant ne promet pas de le faire s’il est battu ; il est seulement précisé que c’est Charles qui fixe la date du combat à trois jours plus tard. Mais dans les deux textes il y a de chaque côté vingt combattants, et aucun païen ne survit. Puis ce sont quarante combattants qui se battent pour chacun des camps et, à nouveau, tous les païens sont tués. Puis ce sont cent guerriers de chaque côté, et cette fois les chrétiens ont le dessous, mais ils prennent la fuite. Ce sont ensuite deux cents combattants de chaque côté : dans le Karlmeinet les chrétiens tuent la plupart de leurs adversaires et les survivants s’enfuient, alors que dans la chronique de Turpin tous les païens sont tués. Le troisième jour on envoie s’affronter mille guerriers de chaque camp, et tous les païens sont tués. Aygolant commence alors à douter de Mahomet et à penser que le Dieu des chrétiens est meilleur, et qu’il vaut mieux se faire baptiser plutôt que de mourir tous honteusement sur le champ de bataille : c’est là une addition du Karlmeinet. Le roi païen fait savoir à Charles que lui-même et ses hommes veulent devenir chrétiens. Mais il refuse finalement d’être baptisé car il voit à la cour de Charles que des pauvres ne sont pas bien traités. Dans le Pseudo-Turpin il est question de douze pauvres misérablement vêtus, en souvenir des douze apôtres, messagers de Dieu ; dans le Karlmeinet ils sont treize en souvenir de Jésus Christ et des douze apôtres. Mais dans ce texte, (et non point dans le Pseudo-Turpin), Charles répare son erreur : il fait vêtir les pauvres de son armée et leur fait donner à manger et à boire à satiété. Au lieu de cela, le Pseudo-Turpin développe un excursus moralisateur : la loi du Seigneur et la foi doivent s’accomplir dans les œuvres : « La foi sans les bonnes œuvres est une foi morte », – ce qui, soit dit en passant, est le contraire du sola fide de Martin Luther –. Et si un païen refuse le baptême parce qu’il ne trouve pas en Charlemagne les œuvres justes qu’implique le baptême, qu’en sera-t-il au Jugement dernier ? Alors que le narrateur de la chronique latine condamne sa conduite, l’auteur du Karlmeinet lui permet de s’amender : de fait, le Karlmeinet est un texte hagiographique qui vise à montrer la sainteté de l’empereur.

  • 53  Ibid., 359, 4-5.
  • 54  Ibid., 359, 23.
  • 55  Historia Turpini, éd. cit., cap. XV, p. 210.

27Pour la seconde grande bataille, le texte est le même, mais le Karlmeinet délaye un peu, et on y trouve certains poncifs des récits de bataille. Il n’y a plus grand chose de l’idéologie de la croisade, alors que dans le Pseudo-Turpin c’est Charles lui-même qui tue Aygolant « pour défendre la valeur de la foi chrétienne ». Il n’y a pas non plus d’allocution aux chrétiens, leur enjoignant de croire en Dieu. Charles se contente, dans le Karlmeinet, de remercier Dieu de lui avoir donné la victoire53. Toutefois, il se rend à Pampelune où il tue tous les païens, les envoyant en enfer où ils sont les compagnons des diables. Dans les deux textes, des chrétiens retournent sur le champ de bataille afin de dépouiller les morts, chrétiens et païens ; ils agissent « durch ire gyrheit »54, [à cause de leur cupidité]. Des fuyards païens surgissent et tuent les voleurs, qui sont au nombre de mille. Mais le Karlmeinet omet de dire que ceux qui sont revenus pour prendre un butin défendu ont été tués pour expier leur faute : ils ont perdu leur vie terrestre et trouvé une mort ignominieuse ; en même temps, ils perdent la vie céleste et trouvent une mort éternelle55. Le côté religieux est ainsi de nouveau atténué par le compilateur.

  • 56  Karl Meinet, éd. cit., 364, 5.
  • 57  Ce détail se trouve seulement dans le Karlmeinet (364, 59 sq.), mais non dans le Pseudo-Turpin.
  • 58  Cf. J. Subrenat, « Laudatio Turpini. Simples réflexions sur la Chronique du pseudo-Turpin », Le Li (...)
  • 59 Karl Meinet, éd. cit., 368, 14 sq.
  • 60 Ibid., 368, 23.

28Citons encore le combat de Roland contre le géant Ferracutus (Pseudo-Turpin) / Farracuc (Karlmeinet) qui est venu combattre en Espagne à la tête de vingt mille Turcs. Dans les deux textes figure cet épisode où Roland, armé de son épée Durendart, fait montre d’une grande témérité. Après la mort de son père Myle, il devient, dans le Karlmeinet uniquement, maréchal de l’armée impériale : « ir syt marschalck van desem her »56 ; en effet, le compilateur est soucieux de toujours suivre la ligne directrice de son œuvre, un poème à la gloire de Charles. Nous relevons dans cet épisode toute une série de traits inhabituels dans une œuvre de ce genre. Le premier détail est surprenant et relève plutôt du roman post-arthurien : en effet, le géant prend les guerriers de Charles simplement sous le bras et les emporte prisonniers dans la ville : ainsi Ogier de Danemark et d’autres compagnons de Roland, dont les noms diffèrent d’une œuvre à l’autre – ce motif comique voire burlesque se trouvait dSjà dflexions suss="num œuvre, o. Dal6harles. Nous relevons dans cet épisode toute unes="num œuvre, o. Dal6harles. Nous relevons dans cet épisode toute unes="num œuvre, o. Dal6harles.aef="LalcompilatiSnre.kit ( voire b la libertmoiœuvlatias e>Karècle).m> uniquemuésor les et de Gali(-Turpin<56" id="bodyftn56">56 )lle afin dbody de icompilati tête Parmie Karlmeine35.les guerriers dque n-left:0cm; linpisodetrêvose de Konranue K ne piftn5Mais fête rlmeirs="footé. Aprèsunons de .aeormir le me parce la> nt la44">4udecall" hrefjours s euseuiompagnons de r guelurpre vingt a chroniqlée par ln Aygolanl classute :il. S de ssponepas n,réflexions sur la Chronique du de Chgnnmpom>RoleinetCharleprend n , de re acrès lfoidit ede Konranola filevtrès ls. Apan te en leui tue class=c ido="footno lforrtrarlmeif style deux taq Deranla chronique" id=adonc pimpagnque lie de l vingt /em> v class="tela reine. re, un poème à la gloire de Charl, ce n’est pl, i> D Pseud,la chronirlmeo grandun pr. Le . Au resttée au 6t du Pseud6t ons e es pentes"> ilateur si52. Lors de cettte paï/em>, de xions fornet buti.m> uniquetiens oit viceux4ude,o lvelo Karlmeine. Ceus et compranolandsliehurien : enineteinet56  Karl Meinet, éd. cit., 364, 5.

  • 57  Ce détail se trouve seulement dans l617Citons en outre lontre64-6 le Pseudo-Turpin. (Pseudo-Turpin) / Farracuc (Karlmeinet) qui est venu De de Rolent un sainoland, »sola emin6le Karlmei6lel617KarlSventchosetiens
  • nts, et aéde», « et toui Nous tn55">55 hommes d’aigneuses s que des pauvres nechronr qui peut dnts, etlfgang Decurles c cont ont léclass="num">56  Karl Meinet, éd. cit., 364, 5.
  • 57  Ce détail se trouve seulement dans l6.
  • ="paranumber">27Pour la seconde grande I 55 rand chosetiens odermine
    do-Turpin50, du giographique qui vir quultipe ets de guoc quenoses"rum bien m quenoses"rum ft:r">4u m queexutebis queex:r">4urelesesi un « miroir de prince ». À l’in6de lui avoir e6del6.aniA29">29 dleau 53. res chrDeckesins, t vu ordurprenanurles s suss="numm>Ps lmg33a"#ftn54" i>  Cf. D. Buschinger #tocfrom1n style="margin-left:0cm;m ight:0cm;texis etantesque. ref="#ftn32" id="bodyftn32">32 "margviceuximmparatlent eclass="s»47, c’lass="num">56  Karl Meinet, éd. cit., 364, 5.
  • 57  Ce détail se trouve seulement dans l64...)
  • 44.otnotecaler32<, et idomme ns a Dane iatiocaductiuraient t="bodyfte grmili>56  Karl Meinet, éd. cit., 364, 5.
  • 57  Ce détail se trouve seulement dans l65 73pini-6texte est le même, mais le Karlmeinet délaye un peu, et on y trouve certains poncifs des récit3.
  • ce, s à ns le,me que leSpeghel Historiae dopre trésorde dans son r le conde téme l’auteur du 53
    .preIngelheim miroir de prince ». À l’in6ass="textandno6asl65 clasmêmeltr"ss="tnet bliparce qustie il est i>dissociales, cet parei pauvrlmei,acisé qpar pfalz"side S les tt,que ldaneatinesin< Laond774ent lmatexta
    uara,ringet,que nef="#ftittftn48"> qustdsliehurteburleserS priv do-Tcand ee lLotantagnPs inhycstquiompys, cet ndre laait d’onc ps="footno doybm seutrvival" hrems diffèrenpreIngelheimoème de soucret, son Mae téme

     Cf. J.>

  • qu’il lmeine do-Turpin eslupart desdt aucifil a fuiir et flexioeus avons as et Elegrvit. Puis cien que mnt quie il est de nouveau pe guel cet pnt surrftittt s la s-Drce ="texta blitnpreIngelheimoompi a croisaait drand "mlerSpegdnotes"> lciliatit– csor do-piriers pouvremi–ile bEt comme sr gueur du qu, ceti leldetrônieux de tou"> e text6Le . Fn de douzees copegetournenclappsurprenir un saint ;compilateccas d

    baumfait, leve plutm>Karl Meinet, éd. cit., 346, 12.

  • 28Citonber">24DIm">55Dinum">55Pseudo-Turpin. 68Karlmeinet (364, 59 sq.), mais non535, 21-3

    l’épisode burlesque dans lequKarlmeinet délaye un peu, et on y trouve certains poncifs des récit34...)Ka tegançai  class="textandnotes">textngulier contre le chef dcultebr Kona ôt du etirl Metp> ,arties 3 earle edNous renseigrpin m>Pext6 Elegrvit. PuaPse compr : « ir r gnceft:0lere grme="paraut recodégager une D beti leéflexioeet les tmique tiasV>Karèclent, v tos poir mu ontxpteau00 (Ps–ile e55 aoteeurn parè: idans son < E la part miroir de prince ». À l’in6es. Nous relev6esu66.. claalementvepoe àler  Lals pchtcompilatir quSacht flpieg0cm;texci, ne sa condui Ps lmg<Pext6Le  miroir de prince ». À l’in6le salut est a6leonber Cure="bodyfse, seloli>u’il meurnet<="#ftncondui sc leiss Senseigremi m>Pext6 la est lea guerucst vspan>Le ci, lle de la Souabt6 leau pncepouiTk etngepouiWaatphle cpouimorte, eFlan>Le ,terrrarlesgneAlsapde  miroir de prince ». À l’in6ftn49" id="bod6ft 68ds pn Bebenburg,es. 13="teharle», r diffèrenpreIngelheimlasmêmeltr"ss="ctiu les où nl conserveguerreetemess lel>Karlm ceautrene sont vu ordurl’auteur du cultebcallion ducall" >is et13re dd allsne la liberta faiePs lmgKarlurles s sunir un saint ;uo le.arlurles s sunirti lae, pard refurgeoune  miroir de prince ». À l’in7t du Pseud7t "70 tus..arls païvepoe àbodyfte grest sura cro-TurpinKarècle onne foi morte ieuxélennne tivantve plucondu,nl’auteur du lblt su: la loingenne="bm>Chélent de cro, vie céaNous reénomiêtsnte tes,s realorrniers vres m qus, parr ,ee>cultebc pne sa condurints où le compilateur a fait quelques modifi a fai a fait quelques modi. citu N ...)Pseudle eudle>17 A. le ,ss="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud2e eud2">27Pseud3e eud3">37Pseud5e eudes">7.,s0/em>. Graff, urrft, Ée> le soGe daneau pnr,l1944="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud6e eudesu67. ns laPfacett#tocfroci, Mvtrlhochd sch-Neuhochd sch où il), maompilde> Pseud7e eudleo77.al6hGroßandundal6harl. Deeuratar irlmei.

    , [àn Htes"chriftns les AachandundaA nach où il), mun pormaompilde> H.‑W Pseud9e eud, "97.< (364, 59 sq.), maA. l pn PetlAm derdrmlaRodopi, 1971n sion 10- 73pi6s="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud10e eudlt "107 .,95-1s6=tRem>P r="mar . ogiqus laKocfro où .oGe aréltebAufsätze, Gparfswaldl1996,41-64="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud1le eudlle>117.<="paranumber">27. Le, p Su pti Jacobi, Codexmnalixtinus 59 sq.), maKm>,H ea gueM m>. . Elz estcleranche f dM duk allin ="p . Elz est d•teauéqPse, maR.NspaWalpol ,mna :idle,Mroi.,eMediarmi Acaal6yiofAmerocd, 1979,eXXIV clas0n mm>,s45lacomLe I , 11-12n mm>,s75="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud12e eud12e>127. ns laPfacett#tocfro 59 sq.), maCspaWesl ,m3e osup>.), marev.,s011, n-left:0cm;="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud13e eud13e>137 uyftn52">52, 48 ,664-6 ); il est donc r teanslaent so e l’idéoe Chgnrrup quetecall" Ch>all" ant >all" href="#ft.#tocfrom1 puque arm d’une que dclass=" uduiteanslagnrrarlueignes de s’amifoisrvidclasst erissocis mpcèPseud14e eud14e>147. ns laPfacett#tocfro 59 sq.), maCspaWesl ignePspaWapnewski, vm>,3307-09="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud15e eud15e>157.<="paranumber">27Pour la seconde grande Pseud16e eud16e>167. …q.), maCspaWesl …q.vm>,68nt-59="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud17e eud17e>177.<="paranumber">27n51" icr la s> Graff, net, 48./Psmm>,66, nm>,s0rvii> lmeine , 488, 69 ,69treème deCspaMr irerdu leCspaMr irigne …qPse, maCspaWesl i…q.vm>,47-63m>Karl Meinet, < un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud19e eud19e>197.,3993.  claftn3randpparte où n q. ogiqus laKocfroilpem>, 48. < nm>,30="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud20e eud20e>207. …q.), maCspaWesl …q.vm>,4192-2s6="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud2le eud2leftn46ou>.<="paranumber">27Pour la sec grande lle, le textts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud22e eud22"ltr">ou>, 488, 69 ,5, nm>,s; il m>,s nm>,s="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud23e eud23eus leou>s;/raisrile de, [iu selon q. …q.), maCspaWesl …q.vm>,p 0-0s="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud24e eud24ees coou>.<="paranumber">27Pour la seconde grandV

    Karl Meinet, < un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud25e eud25et lesou>. …q.), maCspaWesl …q.vm>,946-47 étais Faustiela sem>)loi du Seip> e arjusnechrm>.arlsn œuvm>Karl Meinet, < un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud26e eud26eise qou>.<="paranumber">27qPse, mala seconde grandV /Psmm>,20s="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud27e eud27ets deou> Graff, /em>, 48 ,123 nm>,2="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud28e eud28eu comou>.27qPse, mala sec grande lle, le20 étngulbtPseud29e eud29eu ou>. …q.), maCspaWesl …q.vm>,2974 étais mux teveum> uniquec a liun e droiteœuvm>Karl Meinet, < un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud30e eud30et3s eou>.<"num">55,7517 éais Ture mils liun e droiteœuvm>Karl Meinet, < un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud3le eud3leo317.<"num">55,280-8s="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud32e eud32et3..<="paranumber">27Pour la seconde grandIX/Psmm>,206="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud33e eud33"l3li>ou>  Cf. D. Buschingeundaiséhel Historiaen q.72,e197trep>,133-42="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud34e eud34et34..ou>.< (364, 59 sq.), mala sn ; ngulier conunda le chef dq.), maThm>Ka tegançai unda le chef d.t combattre ave,oTeil IqPse, maDm>,H lm, Berltr,eAkaal6i .Ka tegançai .. der us laMvtrlaldersaqVspfss="r>Karkl 4, Berltr-New Yorkil1983Pseud36e eud36e>3e qou>Spegdnotes"> vm>,86ni.l’épits où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud37e eud37e>3 deou> U. l pn enr Burg,ens laocfros >  Cf. D. Buschingeundadas >  Cf. D. Buschingedn dbody Pampelune où n ; Umargsuchu neundaÜ, plegu nezu elunm ü, phuartrtjährexte Prouze n q.Pseud39e eud39e>397.<< un «n /em> (364, 59 sq.), mais non 82 con:0cm;">l’épits où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud40e eud40e>40 qou>Speg"num">55Pseud4le eud4le>417.<"num">55l’épits où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud42e eud42e>42 qou>Speg"num">55l’épits où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud43e eud43e>43 qou>Speg"num">55l’épits où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud44e eudeentr4 qou>Speg"num">55Ps BeauéqPseud45e eud45e>457.<"num">5527Pour la seconde grandeI bataille, le textts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud47e eud47e>47..ou>.< (364, 59 sq.), mala s/e346il12="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud48e eud48e>48 qou>.<="paranumber">27Pour la seconde grandeI

    Pseud50e eud50e>5s eou>.<"num">55Pseud5le eud5le>5n46ou>.<="paranumber">27Pour la seconde grandeII

    Pseud53e eudx textes, class="num">55  Hts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud54e eud omet de d10. ts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud55e eudees"> n class="paranumber">27Pour la seconde grande bataille, le textts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud56e eudons dans clmeinet (364, 59 sq.), mais non dans le ts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud57e eudlle 58  Cf. J. Subrenat, « Laudatio Turpini. Simples réflexions sur la Chronique du psts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud58e eud <58ns c>

  • 59 Karl Meinet, éd. cit., 368, 14 sq.
  • plement Jfilels eter s de sa vieu
  • ‑CspaVl coe e, Lyn mpPreene Un sitle guElegLyn mp2011, nm>,79="fts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud59e eudl, i>

    Pseud60e eud6t ons e >Speg"num">55Pseud6le eud6lel617Citons en outre lontre64-6 le ts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud62e eud6del6.tngul="paranumber">27Pour la seconde grande I Pseud63e eud6. l6li>a> class="num">55Pseud64e eud6peu6 de d>

  • Pseud65e eud6asl65 c 73pini-6textts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud66e eudeesu66.. c> em>Karlmeinet, 488, 69 ,402 class="texte" ts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud67e eud6leonber /span>DIm">55Dinum">55Pseud68e eud6ft 68 (364, 59 sq.), mais non535, 21-3 ts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud69e eud6, "69..a>> em>Karlmeinet, 488, 69 ,44 ts où le compilate< un peu, ba tén y trouve cer miroir Fe princSymbo». À lm>Pseud70e eud7t "70 (364, 59 sq.), mais non 36, 6t:0cm;">l’épiper miroir go-top. À la plcle-13130etHaua claténs cert fait quelques modi. citu Plassgilerehuria plcle...)Rid="de 1c à Ae. r/h3> où le compilate< c ses"ngœuvre,xiontains ponciffamilyName">Bu"ch r...). où le compilate< c ses"ngœuvre,xiontains ponciffamilyName">Bu"ch r...).t quelques modi. citu Ade l...) 1313leluvre,xiontains ponciffamilyName">Bu"ch r...) où le compilate< s poncifs et de Gal">Amèmepiper miroir go-top. À la plcle-13130etHaua claténs cert fait quelques modi. citu Droitss suss= l...)© nahs noms d pche s mparvtrles etehuil is ..per miroir go-top. À la plcle-13130etHaua claténs cert fai a fait quelques mo. cit., 346,navEnt sae refttomcer rev="lerSommle gs certains poncifses deara"> - ...)Documnts, et aédents cert fai a fai a fait quelque. citu t quelques

    Navigtien

    t quelques < citu ues mot quelques modi.p cl 2409">Ade lss certainues mot quelques modi.p cl 2407">Ade lsittte s lsifêtede ns tnn censéss certainues mot quelques modi.p cl 6252e>Ode ns tnn censéss certainues Kfi a fai t quelques < citu CorpsilOgiei scèKteganLike Semi-Gods...)L ivm em quiucun..9 s illusesun...)Châene ,e cffres eteti id=s :s mer gardeéflexior gard...)L b latocd ntnantrammltocd...)L em dèlste, aloa spde ce mparvtrle o.)Kfis t quelques mo.h2MustousedJ.> au Moy d Âge...) ldroit œuno ure...)Au-delt mi id=s : r t o> El, aloa eau pe legrvit. PuV guervit. PuV I...)Plassir psttt dantl'ft:0cmum pnTurpis...) s pixcst un ivesilOgi gardemparvtrl o.) s«5 hommsiu les où s» au Moy d Âge,nr gndn lea guel tns la ltiens...)Idylle guel ccitsidyllent dem>.arl s Moy d Âge...) sî. Pub troncent d étetaices etehrt retéss .) lsystt surdnt foote demnts,occhrt ral (XIe osup>-XVIe osup>Karècle)s .) lppisemifois lusns tnau Moy d Âge...)L br gcepsa vient IsidolementSventcho s rouveagnMoy d Âge tardif (XIIe osup>-XVe osup>Ka.)s .)L bTa ltienem à rod El, aloa t mparvtrle o.)Lnt la troisilegrvoisièmlant roy ss .)La eig Ju
  • Césarnau Moy d Âgeacomplioa Reiatioca (II)s .)La Nouzesid= Alnt dtiene(XIIIe osup>-XVe osup>Ka.)s .)La eig Ju
  • Césarnau Moy d Âgeacomplioa Reiatiocas .)L s de sa vien » ilu Moy d Âgeac uXIXe osup>Karècles .)Uneburles,sir D5"ifaie<: Orl gnlesgneJe#fn d'Arc...)eig > mythent demparvtrles > XIXe osup>KgueXXe osup>Karècless .)Ele :Moy d ÂgeacomReiatioca :une ginun lea guelup s es la oïygor/.)PaysnlesgnchrDeckemmunfootn o.)Lec s gueusns tnd'ivm o.) b lotgenioud-piriers l au Moy d Âge...)Droits il es,s rss .)Vulgrrfteeuracspde ce...)Lcilioirtl>Karlret d(XIIIe osup>-XVe osup>Karècles)s .)Êe gre"bodyes arl s Moy d Âge...)Etaice v leu, mesbent,euxéifai...)Regrrdsesn54" iMoy d Âge...)C n’y s ctehraieKfis t quelques mo.h2tu Tuvre numKonra oh2 t quelques < citu ues mot quelques modi.p cl 17e>2000..certainues mot quelques modi.p cl 16e>200120022003200420052006200720082010..certainues mot quelques modi.p cl 12267e>2011201220132014201520162017Kfis t quelques mo.h2Kfis t quelques mo.h2Étue additi5"ifde reeKfis t quelques mo.h2Comn ledjointeAssi5"apila/di, dnceft:Comn leKfis t quelques mo.h2Chorin="tCRMH0/ Jue nel,of Mediarmi nenHuil is ic Studros o.) ade lsi/grplauahor o.)ContnceeC paraePl> sKfi a fai t quelques < citu Fl RSS..certainues Kfi a fai t quelques < citu r r.openee sa v.org"> bLetpoiient OpenEe sa v..certainues Kfi a fait quelque.a fait quelque. citu t quelques

    Affilitiens/n-lseiroaKfis t quelques mo.p cl http://www. s-grr .com/ee sa vs/e t sle="C s Grr "climgKt quelque.a fait quelque. citu Plan s sitor/ce – l 415">ContnceeC paraeFl ent yndic Nuvread la ondem>.OpenEe sa v Jue nelste sleAcce de, ceti le a fai a fait que//Petl : "Imptert so ocumnts" }, // Zoomeuxéls strTa cI ch: { prevelque: "Pet aédent", na c;lque: "Suivant", c et dque: "Ferer", originel,: "Originel", magnifyue: "A hommir" }, // D s strA plcle: { illusesen s : "Illusesen s" } }; //]]t que//C sle t que quevar_paq = _paq || []; que// ese.kit meahodlalcke "setCuseomDtensien should be e ed befolem"ese.kPélView" que_paq.push(['setCuseomVrrfable', 1, 'Doilau', ocumnts.doilau, 'tén']); que_paq.push(['ebleCrossDoilauLinking']); que_paq.push(["setDocumntsT sle", ocumnts.doilau + "/e + ocumnts.t sle]); que_paq.push(['ese.kPélView']); que_paq.push(['ebleLinkTse.king']); que(funeniou() { uelquevaru https://pk.labocleo.org/e; uelque_paq.push(['setTse.kitUrl', u+'pk.php']); queue_paq.push(['setSileId', '3']); queuevard= ocumnts, g=d.createECf. J('et de '), s=d.letECf. JsByTagName('et de ')[0]; queueg.typei'et o/javaet de ';eg.a ync=s ue;eg.defer=s ue;eg.src=u+'pk.js';es.par. JNode.inetitBefole(g,s); que})(); ql/et de > ql!-- End Piwik Code --> t quel!-- quejQgory( ocumnts).ready(funeniou($) { uif ( $.fn.fancybox ==eundefrleen) { uelqueeeeeee$.letSt de ("https://sétic-origin.openee sa v.org/js/fancybox/jygory.fancybox-1.3.1.j , funeniou() { uelquelqueeeeeee$('a.igame').fancybox(); queueeeeeee}); queueee} elt d{ uelqueeeeeee$('a.igame').fancybox(); queueee} queueeeauahurl= queueee$.j onp({ uelqueeeeeeeurl: ('https://auah.openee sa v.org/auaht rec e'), uelqueeeeeeee be.kPgamee r: 'e be.k', uelqueeeeeeesuccess: funeniou(aa a) { uelquelqueeeeeee$('#auahaa a').html('limg l '+aa a.url+'">'+aa a.name+'sig , ").html("rtains ponci\"cookieet o\">Eldclassuivant vopoiinavigtienesn54 sosito, vovreaccepsez l'ut lns /didookies. l \ http://www.openee sa v.org/6540\">Elds que dcluePs"); $("a,.c et cookie lert").click(funeniou() { v-leftpDate = new Date(); ftpDate.setTte(ftpDate.getTte() + (365 * 24 * 3600 * 1000)); ocumnts.cookie = "__cookie lert=1;ftpiroa=e + ftpDate.toGMTSt teg() + ";doilau=.openee sa v.org;path=/e; $("#cookie lert").remove(); }); } }); que}); --> aet de >t que< citu t queuelq. ci> t queuelqlq. cit., 346,first"OpenEe sa v..ceueuelqlq.ul submntuinav-toggle-show"> t queuelqlqlqlq.ainues molqlqlq..)rtains poncife sle">OpenEe sa v Book o.) ples scde cesehuilauva œueial plesr <Ée s lsElds que dcluertains poncife sle">OpenEe sa v Jue nels s pvelsElds que dcluertains poncife sle">Cal ndaAccéeer > anno cesElds que dcluertains poncife sle">HypothèsesCa alogt in="tcarneto t quelques mo.ul submntu"> t queuelqlqlqlq.ainues molqlqlq..)r.openee sa v.org">rtains poncife sle">Lctpoirtains poncife sle">Alertesi& bonnef. Js eti ic OpenEe sa v Freemi m anues mooooortainues molq./ulnues moues molqlqt queuelqlqlq. cit., 346,are d-r ght"> t queuelqlqlqlq.forr nceft:="//sea .openee sa v.org/" meahod="get"> t queuelqlqlqlqlq.fieldsetnues mooooooooooooooooooooooo queueeeeeeeueeeee. fai oooooooooooooooooooooooooooooo queueeeeeeeueeeeeee.input name="q" typeifet o" /a queueeeeeeeueeeeeee. cit., 346,sea -lioice"> oooooooooooooooooo queueeeeeeeueeeeeeeee.input typeif de oe theque nel de oe name="ul" value http://que nels.openee sa v.org/crm" ckeem> ckee" /a queueeeeeeeueeeeeeelq.aabel form>theque nel de oe>l, aloa revgor/aabela
    openee sa v de oe name="ul" value e .aabel form>openee sa v de oe>l, alOpenEe sa v..aabela oooooooooooooooooo.a fai oooooooooo oooooooooooooooooo queueeeeeeeueeeeeee<.)oooooo .a fai oooo.a fai oo.a fai .a fai oooot quelq. cit., 346,ler t quelque. cit poncife sle-share"> t quelques submntu"> t queuelqlqlq.ai bg- av"> ueueeeeeeeueeeeeee<.)i oooooooooo oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlq.ainues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlque. >i oooooooooo oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. t>Tipoii:.a tnues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. dEldb i:.a tnues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. dRevgoiénerdicdpliiroeineti oooooooooo rtainues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlq.ainues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlque. >i oooooooooo ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. t>Ee s li:.a tnues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. dSup ce :.a tnues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. d

    E ISSN:.a tnues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. d<2273-0893.. dISSNimpteé:.a tnues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. d<2115-63ns e di oooooooooo rtainues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlq.ainues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlque. >i oooooooooo oooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. t>Accès:.a tnues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. di oooooooooo rtainues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlq.ain. //www.openee sa v.org/484">Vue dr no iceeéflexioc alogt OpenEe sa v..certainues mooooooooooooooooooooooooo rtm>i oooooooooo rtainues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlq.ai bg- av pont"coooooooooooooo ra)i oooooooooo oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlq.ainues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlque. >i oooooooooo oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. t>DOI :.a tnues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlqueue. d< te4000/crm.13130pi di oooooooooo rtainues mooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooot queuelqlqlqlqlq.ain. poncifigame 13130?forrt=gil i oooooooooo lqlqlqlq.tain.!-- /DOI / Rid="de 1c s --> t queuelqlqlq.ai bg- av pont" dlLinks"ertainues mooooooooooooooooooooooooo queuelqlqlqlqlqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq.tm>i oooooooooo t quelques share"> oooo t quelques lq.ai i cha i ch-twitp "c. http://twitp .com/share? +en+ila condu+au+Moy d%C2%A0%C3%82ge&url=&via=OpenEe sa vActu twitp but)lo-w,ppe><.) +en+ila condu+au+Moy d%C2%A0%C3%82ge&t sle="s ponciffac book but)lo-w,ppe><.) +en+ila condu+au+Moy d%C2%A0%C3%82ge&t sle="s poncifgoogle but)lo-w,ppe><.)i oo.a fai oooooot quelque. cit poncifare d-r ght"> queueeeee. citu .a fai oo.a fai .a fai oot quelq.but)loi i cha i ch- av"> a fait quePs> ql/html>