Navigation – Plan du site

Image et images du Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Jacques Charles Lemaire, éd. Alain Goldschläger

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Image et images du Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Jacques Charles Lemaire, éd. Alain Goldschläger, Orléans, Paradigme (« Medievalia » 84), 2014, 186 p.

ISBN 978-2-86878-301-1

Texte intégral

  • 1  Précision, pour ceux qui se le demandaient, figurant p. 15 : « En 2001, pour éviter toute confusio (...)

1La dizaine d’articles réunis dans le présent recueil l’a été en hommage à Jacques Charles Lemaire1, qui enseigna notamment à Lille et à Bruxelles. Comme il est d’usage dans ce type de publication, le volume s’ouvre sur une présentation bio-bibliographique du récipiendaire, ce qui est l’occasion de rappeler que ce dernier n’est pas seulement un médiéviste (mais aussi un spécialiste de la littérature française du XVIIIe siècle et de l’histoire de la franc-maçonnerie), même s’il a, entre autres, consacré récemment plusieurs publications à l’édition et à la traduction de trois romans arthuriens, Gliglois en 2005, Biaudouz de Robert de Blois en 2007 et Yder en 2010.

2Parmi les quatre contributions consacrées à l’histoire littéraire, F. Suard passe en revue « Quelques variations médiévales sur le personnage de Roland » ; Ph. Logié esquisse une exploration comparative de la mémoire et de l’oubli dans l’Eneas et les romans de Chrétien de Troyes ; Y. Ferroul défend cette thèse étonnante que « les femmes et l’amour ne sont pas considérés par les auteurs de romans des XIIe et XIIIe siècles comme devant orienter la vie des hommes » (p. 77) ; enfin D. Hüe s’intéresse à la Supplication que Jean Meschinot adresse au duc de Bretagne François II, « premier ‘poème en prose’ de notre littérature » (p. 89).

3Cinq autres contributions portent sur des questions plus spécifiquement ecdotiques – édition d’un fragment inconnu de l’Estoire del saint Graal par B. Roy ; édition et traduction par A. Brasseur d’un passage du Miserere du Reclus de Molliens, qui veut mettre en évidence « la qualité de son écriture » (p. 102) – ou bien codicologiques : sur « La théorie de l’atelier et de l’officine dans la miniature septentrionale (L. Delaissé) : modèles alternatifs à la lumière des sources et de la recherche actuelle » (M. Gil) ; « à propos de quelques colophons poétiques dans les manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique » (L. Reynhout) ; sans oublier l’analyse d’un « petit armorial de poche de la fin du XIVe siècle » (p. 153) récemment acquis par la même bibliothèque, le KBR, IV 1249 (Ch. Van den Bergen-Pantens). L’étude d’A. Goldschläger, « De l’utilité du Juif au Moyen Age », referme le volume.

Notes

1  Précision, pour ceux qui se le demandaient, figurant p. 15 : « En 2001, pour éviter toute confusion sur la paternité de ses travaux avec un homonyme, qui est chercheur en Bretagne, Jacques Lemaire décide d’adjoindre son second prénom, Charles, dans son patronyme » (sic).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Image et images du Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Jacques Charles Lemaire, éd. Alain Goldschläger », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/13359

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals