Navigation – Plan du site

Thomas Middleton, La Sorcière,texte établi, traduit et annoté par Pierre Kapitaniak

Marianne Closson
Référence(s) :

Thomas Middleton, La Sorcière,texte établi, traduit et annoté par Pierre Kapitaniak, Paris, Classiques Garnier (« Textes de la Renaissance » 180), Paris, 2012, 392 p.

ISBN 978-2-8124-0823-6

Texte intégral

1On doit à Pierre Kapitaniak, spécialiste du théâtre et de la démonologie à l’époque élisabéthaine, la première traduction de cette tragicomédie peu connue de Middleton, auteur qui bénéficie d’un regain d’intérêt depuis quelques années et dont on sait qu’il a collaboré avec Shakespeare pour Timon d’Athènes, et probablement aussi pour Macbeth. Cette œuvre, dans laquelle selon la formule de Corneille présentant Médée, il y a « peu de personnages sur la scène dont les mœurs ne soient plus mauvaises que bonnes », met en scène des hommes et des femmes de la plus haute société aristocratique qui n’hésitent pas à avoir recours aux pouvoirs des sorcières pour arranger leurs affaires : rendre impuissant un mari, obtenir un charme aux vertus aphrodisiaques, ou encore se procurer un poison pour éliminer un témoin gênant. La Sorcière est une pièce particulièrement noire, où s’entremêlent trois intrigues, dont P. Kapitaniak examine attentivement les sources : empêcher la consommation d’un mariage, dissimuler un accouchement, et enfin se venger d’un mari quelque peu barbare qui vous oblige à boire dans une coupe faite du crâne de votre père. La pièce, dont on attendrait qu’elle s’achève dans un bain de sang, est déroutante pour un lecteur moderne car elle se termine « bien » : le duc que sa femme croyait avoir fait assassiner se relève miraculeusement et pardonne à son épouse ; le mari aussi impuissant qu’importun tombe opportunément par une trappe dans les oubliettes permettant le mariage d’Isabella – la seule héroïne vertueuse ? – devenue veuve et de celui auquel elle s’était promise mais qu’elle croyait mort ; le vin empoisonné ne l’était pas et les amants coupables d’avoir caché la naissance d’un enfant, pourront probablement poursuivre tranquillement leur existence, etc. Le caractère aussi artificiel qu’invraisemblable du dénouement souligne la dimension parodique de la pièce qui contamine jusqu’aux scènes de sorcellerie : Middleton s’est en effet directement inspiré, comme le montre encore une fois P. Kapitaniak, du traité de Reginald Scot, The Discovery of Witchcraft (La Sorcellerie démystifiée),ouvragequi démonte les tours et les ficelles des sorcières et voit en elles davantage des victimes que des suppôts de Satan : aussi Hécate âgée de cent vingt ans fait-elle son entrée dans la scène 2 de l’acte I avec, comme le précise la didascalie, « les habits et accessoires de circonstance », c’est-à-dire un « bébé » et des « serpents », qui serviront à la préparation des maléfices dans le grand chaudron qu’agitent ses deux sœurs Stadlin et Hoppo ; un esprit ayant pris la forme d’un chat, un fils incestueux, une statue de cire, la promesse de corrompre hommes et femmes la nuit sous formes d’incubes et de succubes, aucun des motifs attendus pour une scène de sorcellerie n’est absent ; c’est d’ailleurs dans une ambiance quelque peu carnavalesque que les sorcières dansent et chantent, ravies d’être l’objet de tant de sollicitations. Le surnaturel diabolique apparaît donc là encore comme une forme de transcription « tragicomique » des (méchants) désirs humains.

2L’intérêt de cette pièce, pleine de verve et de rebondissements et à la tonalité double, ne s’arrête cependant pas là ; le texte appartient en effet à ces « pièces à sorcières » qui connurent une grand vogue dans le théâtre élisabéthain et dont la plus connue est bien sûr Macbeth ; or, les deux chansons d'Hécate et de ses acolytes figurant dans La Sorcière se retrouvent également dans Macbeth, joué vers 1606, mais dont la seule version est dans l’in-folio de 1623. Aussi la critique s’interroge-t-elle, non sur la paternité de ces textes qui seraient bien de Middleton, mais sur les vers d’Hécate ajoutés dans Macbeth etqu’on ne sait à qui attribuer. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que c’est là un indice du succès de ces chansons et par là même de La Sorcière. Or, ce texte semble avoir été censuré, et ce pour des raisons que P. Kapitaniak analyse soigneusement, envisageant toutes les hypothèses, dont celle d’une pièce ayant déplu dans son traitement de la question de la sorcellerie au roi Jacques 1er, auteur d’un traité de démonologie. Mais ce que l’on peut retenir, c’est que la tragicomédie est surtout remplie d’allusions au plus grand scandale politique du règne du premier Stuart : en 1613, Lady Frances Howard obtient l’annulation de son mariage avec le comte d’Essex au motif qu’il n’a jamais été consommé et épouse le favori du roi, Robert Carr, comte de Somerset ; leurs noces sont l’occasion de festivités au cours desquelles est représenté Le Masque de Cupidon de Middleton. Mais des rumeurs se répandent sur la mort suspecte en prison de Sir Overbury qui, autrefois ami de Carr, s’était opposé à ce mariage ; les aveux d’empoisonnement faits par des comparses exécutés les uns après les autres n’épargnent plus le couple ; en mai 1616 ils sont l’un et l’autre condamnés à mort, Lady Frances ayant tout avoué. Ils seront néanmoins ensuite graciés par Jacques 1er, sur fond de rééquilibrage politique entre les différents partis qui s’affrontent pour obtenir la faveur royale. Si La Sorcière a bien été jouée entre novembre 1615 et janvier 1616, comme le suppose P. Kapitaniak, elle pouvait apparaître comme une violente satire politique de la cour. C’est là probablement la raison pour laquelle il n’en existe qu’une seule copie manuscrite, dans laquelle, de façon bien énigmatique, l’auteur se plaint que son ouvrage ait connu « par ignorance » un « sort funeste », au point de « rester longtemps dans une obscure prison ».

3Ce n’est désormais plus le cas ! Si le texte a été édité à plusieurs reprises en anglais, il est désormais accessible dans cette excellente traduction de Pierre Kapitaniak, qui reprend la dernière édition critique, celle de Marion O’Connor parue dans les Œuvres complètes (The Collected works)de Middleton, publiées en 2007 par G. Taylor et J. Lavagnino. Le choix d’un vers libre de 11 à 14 syllabes (pour le pentamètre iambique anglais non rimé), de l’alexandrin pour certains morceaux, ou encore la fidélité à la longueur des vers dans les chansons – puisque pour deux d’entre elles la musique a été conservée – permettent de percevoir la forme rythmique originelle du texte. La vivacité et la violence des dialogues, l’humour souvent caustique qui ne cesse d’affleurer, et la tentative très réussie de rendre compte des très nombreux jeux de mots souvent grivois, laissent espérer que ce texte pourra un jour, comme le souhaite P. Kapitaniak, être adapté et « joué, devant un public français ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Closson, « Thomas Middleton, La Sorcière,texte établi, traduit et annoté par Pierre Kapitaniak », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 07 avril 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/13364

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals