Navigation – Plan du site

L’Humain et l’animal dans la France médiévale (XIIe-XVe s.) – Human and Animal in Medieval France (12th-15th c.), éd. Irène Fabry-Tehranchi et Anna Russakoff

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

L’Humain et l’animal dans la France médiévale (XIIe-XVe s.) – Human and Animal in Medieval France (12th-15th c.), éd. Irène Fabry-Tehranchi et Anna Russakoff, Rodopi, Amsterdam-New-York, 2014, 231 p.

ISBN 978-90-420-3865-3

Texte intégral

1Le volume, bilingue (avec un très bel équilibre entre l’anglais et le français), est issu de la 9ème conférence de la Société Internationale des Médiévistes, de juin 2012, sur le thème Humain / Animal. Il est divisé en 4 parties, après une introduction en français d’Irène Fabry-Tehranchi. Elle y rappelle la perspective interdisciplinaire et le point de départ que constitue la Bible, dans la France médiévale, mais aussi l’héritage de la philosophie antique ou des Pères de l’Église. Elle présente la structure du volume et synthétise les différents articles en quelques phrases.

2D’un point de vue pratique, il est très agréable, dans le cadre d’un volume bilingue, d’avoir un résumé de chaque article, qui le précède immédiatement dans l’autre langue que celle dans laquelle il est écrit.

3La première partie, « Penser l’humanité et l’animalité : des distinctions problématiques », « se concentre sur différentes formes de théorisation et de représentation de la distinction médiévale entre l’humain et l’animal. L’animal est un ‘marqueur de frontières’ : par opposition ou par complémentarité, il contribue à définir les limites de l’humanité » (p. 16). Il y est question de la métamorphose ou de la monstruosité par exemple. Cette partie regroupe différents articles :

  • « The Wild Man and His Kin in Tristan de Nanteuil » de Peggy McCracken observe l’opposition paradoxale entre un monde animal régi par des relations sociales opposé à un monde humain dominé par l’instinct et la corporalité. Le passage de l’homme sauvage à la pleine humanité nécessite la découverte de son sexe et du désir sexuel, suivi d’un apprentissage de la chevalerie conduisant à la prise de conscience de sa pleine généalogie familiale.

  • « The Raw and the Cooked in Le Roman de Silence : Merlin at the Limit of the Human » de Robert S. Sturges examine l’épisode célèbre du roman où Merlin, malgré sa forme animale, se laisse piéger par son amour de la viande cuite, par le prisme de l’anthropologie moderne de Claude Lévi-Strauss et de Richard Wrangham. Le passage apparaît à la fois comme une critique de la définition scolastique de la différence entre l’homme et l’animal et comme une réflexion sur l’opposition entre masculin et féminin, en sorte que différentes questions ontologiques se mêlent. De fait, Derrida, Wolfe ou Haraway soulignent combien la question éthique ne peut se penser sans son volet ontologique.

  • « Animal and Human Emotions in Early Branches of Le Roman de Renart » d’Evelyn Birge Vitz souligne que l’homme ou l’animal agissent selon leur nature et que ce qui importe le plus est l’émotion à laquelle est invité le public (essentiellement le rire).

4La deuxième partie, « Mises en scène littéraires et artistiques du contact entre l’humain et l’animal », « pos[e] la question du mélange et de l’hybridité dans la culture médiévale. Les limites de la distinction entre l’homme et l’animal s’expriment dans les différents efforts de définition des espèces et à travers les phénomènes d’échange ou de contact manifestés par l’expérience et la mise en scène de l’hybridité, des textes littéraires à l’iconographie des manuscrits enluminés » (p. 17) :

  • « Une esthétique originale du motif de la femme-serpent : recherches ontologiques et picturales sur Mélusine au XVe siècle » de Joanna Pavlevski met en lumière l’évolution qui s’opère entre le début du XVe siècle où les enlumineurs choisissent une esthétique du double pour représenter Mélusine (d’une part, l’humain, de l’autre, l’animal) et la fin du siècle où ils choisissent davantage l’hybridité (Mélusine moitié humaine et moitié animale). Ce mouvement accompagne des prises de positions contrastées sur la différence ontologique sous-jacente.

  • « Animals on the Edge : Humans and Hybrids in a Late Medieval Pontifical from Avignon (Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève 143) » de Katherine Clark revient sur la question de l’influence des questions d’ambition cléricale et de réforme de l’Église dans les images marginales de manuscrits religieux.

5La troisième partie, « L’humain et l’animal au croisement des cultures religieuse et profane », « s’intéresse aux discours scientifiques et théologiques, ainsi qu’aux pratiques liturgiques à travers lesquels s’exprime la conception de l’homme et de ses liens avec l’animal » (p. 17) :

  • « La redéfinition du sujet humain de l’Art de Raymond Lulle entre 1290 et 1300 » de Constantin Teleanu part de la distinction de certaines branches de l’arbre de Porphyre (philosophe néo-platonicien du troisième siècle) qui viendrait se substituer à la définition aristotélicienne de l’homme : rationale – animal – irrationale et mortale – rationale animal – immortale. Il faudra attendre Raymond Lull pour retrouver une nouvelle tentative de définition autour des trois mêmes prédicats que chez Porphyre : genus, species, differentia.

  • « The Bestiary as a Source of Sermon exempla : the Case of Paris, BNF lat. 15971 » de Patricia Stewart examine un recueil de la fin du XIIIe siècle, vraisemblablement écrit par Pierre de Limoges, qui a modifié des bestiaires du groupe H, dans le but d’en faire une source adaptée aux exempla, comme en témoignent les chapitres consacrés à la belette, au hérisson, au porc ou au chat.

  • « Beastly yet Loftly Burdens : the Donkey and the Subdeacon in the Middle Ages » de Dongmyung Ahn s’intéresse à un manuscrit de Beauvais, BL Egerton 2615 datant du XIIIe siècle, qui contient l’Office pour la Fête des Fous ou fête de l’âne. Le sous-diacre est rapproché, au moins métaphoriquement, d’un âne, ce qui met en lumière quelques paradoxes de la doctrine chrétienne. Depuis la Bible, l’âne comme le sous-diacre sont au point de contact entre le sacré et le profane, à la fois inférieurs et supérieurs. Ceci dit, le rapprochement n’en demeure pas moins subversif.

6La quatrième partie, « Présence et représentation de l’animal dans la société du la fin du Moyen Âge », « montre que si l’animal est un puissant vecteur symbolique souvent utilisé à des fins idéologiques ou politiques par la noblesse et le pouvoir royal, l’homme et l’animal font aussi l’objet d’interactions réelles attestées à tous les niveaux sociaux. Il est donc important de s’intéresser aux manifestations culturelles, juridiques et historiques concernant leurs relations dans la société urbaine de la fin du Moyen Âge. Le rapport entre les hommes et les animaux y est à la fois imaginé, codifié et institutionalisé » (p. 18) :

  • « Le léopard et le coucou. La figure animale dans les textes de propagande français à la fin du Moyen Âge » d’Henri Simonneau rappelle l’usage totémique de l’animal autour de différents exemples historiques. Ce fonctionnement se cristallise pendant la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, en France, entre 1409 et 1435, notamment avec l’usage de surnoms d’origine animale, dans le sens d’une prophétie politique ou d’une propagande royale.

  • « ‘Alors sailly un serf’ : une chasse royale en plein Paris, le 2 décembre 1431 » de William Blanc évoque le jour de l’entrée du jeune Henri VI à Paris, à laquelle ont participé deux cerfs vivants. Les animaux ont tenu un rôle singulier dans ce rituel monarchique, en pleine Guerre de Cent Ans et après l’avènement de Charles VII. Il faut comprendre que le cerf, gibier royal, symbolisait la volonté de contrôler un certain espace, en raison de sa course rapide et de son consentement à la soumission et à la capture. De fait, le cerf pouvait à la fois être un animal sauvage et être domestiqué dans un environnement urbain, ce qui permet symboliquement l’appropriation de la ville. « Plus qu’une symbolique complexe, les cerfs apportent avec eux l’espace de la forêt en plein cœur de la ville et deviennent tels des vassaux humains, une extension du dominium royal » (p. 190). Cet article nous a paru particulièrement intéressant.

  • « ‘Chairs loyales et déloyales’ : les animaux de boucherie dans les règlements de métiers urbains à la fin du Moyen Âge » de Benoît Descamps analyse les faits à Paris et dans la Nord de la France en se demandant « quelle est la place de l’animal destiné à la boucherie dans la ville, quels goûts et dégoûts révèlent la norme professionnelle ou quels critères définissent la valeur des viandes établissant une hiérarchie des animaux » (p. 194), depuis les viandes interdites jusqu’aux viandes malsaines ou indignes. La valeur de l’animal est perçue de façon relativement complexe et dépend de différents facteurs comme l’âge de l’animal et son sexe, par exemple.

7Il revient à Nathalie Le Luel de conclure le volume avec « Animalité et humanité, des rapports remis en question », en montrant que l’intérêt suscité par l’animal s’accroît depuis les années 1990 et les travaux de Michel Pastoureau, par exemple.

8On apprécie tout particulièrement la bibliographie synthétique finale et l’abondante iconographie en couleurs.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « L’Humain et l’animal dans la France médiévale (XIIe-XVe s.) – Human and Animal in Medieval France (12th-15th c.), éd. Irène Fabry-Tehranchi et Anna Russakoff  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 14 juillet 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/13509

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals