Navigation – Plan du site
Les savoirs et le modèle théâtral à la Renaissance

Le Theatre des bons engins de Guillaume de La Perrière

Une théâtrale et opportune illustration du renouveau du stoïcisme à la Renaissance
Géraldine Cazals
p. 271-304

Résumés

Composé par Guillaume de La Perrière pour Marguerite de Navarre en 1535, le Théâtre des Bons Engins constitue une œuvre singulière. Théâtre philosophique de la vie humaine inspiré par le stoïcisme, il fait écho à une actualité intellectuelle, politique, et religieuse brûlante : celle de la réhabilitation des œuvres de Sénèque par Calvin, au moment même où l’évangélisme prôné par la souveraine de Navarre est mis en échec par la politique menée par François Ier au lendemain de l’affaire des Placards.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

Le Theatre des bons engins, l’emblématique comme théâtre philosophique de la vie humaine
Le Theatre des bons engins, un miroir des princes théâtre de l’actualité intellectuelle, politique et religieuse du temps
Conclusion

Aperçu du texte

Si, du XVIe au XVIIe siècle, l’idée de théâtre a donné lieu à une foule d’imprimés, c’est au Theatre des bons engins de Guillaume de La Perrière d’ouvrir le bal. La chose peut aujourd’hui étonner. Premier ouvrage d’emblèmes français, associant selon les canons du genre de petites pièces épigrammatiques à des gravures, le Theatre des Bons Engins s’avère en effet bien différent des œuvres que nous avons l’habitude de considérer comme relevant du théâtre. Pourtant, dans la décennie 1530, celles-ci se montraient extrêmement diversifiées, tenant tout aussi bien des mystères médiévaux que des tragédies et des comédies antiques que les humanistes s’efforçaient de traduire et déjà d’imiter. Et, dans la société du temps, la théâtralité prenait des formes mouvantes, donnant lieu à des propositions diverses dont nous peinons encore à imaginer les contours. L’œuvre de La Perrière en constitue une illustration de poids. L’humaniste n’ignore de fait ni les formes traditionnellement associées au t...

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Cazals, « Le Theatre des bons engins de Guillaume de La Perrière », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 29 | 2015, 271-304.

Référence électronique

Géraldine Cazals, « Le Theatre des bons engins de Guillaume de La Perrière », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2018, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/13786 ; DOI : 10.4000/crm.13786

Haut de page

Auteur

Géraldine Cazals

Institut universitaire de France Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse Laboratoire « Biens, normes, contrats »

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals