Navigation – Plan du site

Jean Miélot, Vie de sainte Katherine, éd. Maria Colombo Timelli

Olivier Delsaux
Référence(s) :

Jean Miélot, Vie de sainte Katherine, éd. Maria Colombo Timelli, Paris, Classiques Garnier (« Textes littéraires du Moyen Âge » 34), 2015, 276 p.

ISBN 978-2-8124-3878-3

Texte intégral

  • 1 Parmi la liste des manuscrits réputés autographes de Jean Miélot (p. 14, note 5), l’on ajoutera le (...)

1Malgré le regain d’intérêt dont fait l’objet le traducteur et entrepreneur de livres bourguignon Jean Miélot depuis une dizaine d’années, un grand nombre de ses textes demeurent inédits ou mal édités. C’est le cas de sa traduction de la Vie de sainte Katherine [i.e. sainte Catherine d’Alexandrie] (1457). L’édition proposée s’appuie sur le témoignage des deux manuscrits conservés : Paris, BnF, fr. 6449 (sans doute supervisé par Jean Miélot1 et illustré par Willem Vrelant ; 1er possesseur et commanditaire : Philippe le Bon, duc de Bourgogne) et Paris, BnF, nafr. 28650 (copié par David Aubert et illustré par Simon Marmion ; 1er possesseur : Marguerite d’York [lacunaire des 22 premiers chapitres]), acquis en 2010 par la BnF. Malgré l’existence d’une édition partielle réalisée en 1881 par Maurice Sepet, ses choix éditoriaux (nombreuses modifications et suppressions) empêchent un accès au texte authentique de Miélot, qui faute d’édition fiable a peu attiré l’attention de la critique.

  • 2 Malheureusement, l’éditrice n’a pu travailler que sur l’imprimé de 1500 de cette legenda (p. 20).

2Le texte de Jean Miélot, commandé par le duc de Bourgogne Philippe le Bon, procède d’une traduction-compilation de sources diverses, en particulier la Legenda rédigée par le franciscain Frater Petrus au xiiie siècle2 ; il est structuré comme suit : prologue du traducteur ; prologue de l’auteur-source ; récit (1° contexte historique et généalogique de Catherine ; 2° vie de Catherine ; 3° retour à l’histoire romaine) ; épilogue de l’auteur-source ; intitulé de clôture du traducteur ; en outre, de longs fragments du texte latin sont insérés aux ff. 11r et 14r, sans doute pour des raisons de mise en page (combler le vide laissé par les miniatures, placées au verso). Il apparaît que Miélot a fidèlement suivi son modèle, excepté la suppression de quelques passages qui perturbaient la linéarité du texte ou dont le sujet ne concerne pas directement la sainte ; tout en se modelant sur les formes du latin, le texte traduit demeure lisible.

  • 3 Vu les variantes que l’on peut observer entre les deux manuscrits autographes d’un texte même chez (...)

3L’Introduction de l’édition propose une courte et dense présentation des deux manuscrits du texte (pp. 11-13) ; une remise en contexte de la Vie dans la production hagiographique de Miélot (pp. 14-16) ; une présentation de la structure du texte français et de son traitement critique (pp. 16-20) ; une étude de ses sources et du processus de traduction en français (modifications lexicales, morpho-syntaxiques, discursives) ; une comparaison philologique entre les deux manuscrits du texte et la mise en évidence des interventions de David Aubert (tendance à l’amplificatio et à l’ornatus ; développement des passages de transition)3 ; une étude linguistique présentant les éléments les plus significatifs du texte ; le texte critique des deux manuscrits ; un glossaire sélectif (mots disparus ou dont le sens a évolué), qui comprend également les mots de la copie de David Aubert ; un index des noms propres.

4Le texte est établi sur la base du manuscrit BnF, fr. 6449, le seul manuscrit complet conservé et le seul à être « peut-être sorti de son atelier » (p. 39) ; il est contrôlé par la source latine de Frater Petrus et le manuscrit de David Aubert. Cette politique éditoriale présente évidemment le danger d’émender des leçons authentiques du texte par des leçons meilleures, mais inauthentiques. En outre, l’éditrice a fait suivre l’édition du BnF, fr. 6449 de celle de la version de David Aubert, en raison, d’une part, de l’impossibilité de les enregistrer dans un apparat critique infra-paginal (vu la nature et le volume de ses variantes) et en raison, d’autre part, de l’intérêt de lire cette adaptation pour elle-même. La solution d’une mise en page plus efficace, offrant les deux textes en regard, n’a pu être réalisée pour des raisons techniques. Enfin, l’Annexe 3 offre une transcription de la Vie de sainte Katherine contenue dans le Martyrologue de Jean Miélot (Bruxelles, KBR, 9946-9948, ff. 120v-123v).

5En somme, cette édition offre un texte sûr et parfaitement contextualisé, qui présente toutes les qualités des travaux antérieurs de l’éditeur.

Notes

1 Parmi la liste des manuscrits réputés autographes de Jean Miélot (p. 14, note 5), l’on ajoutera le Bruxelles, KBR, 11123 (Miroir de l’ame pecheresse) et Paris, BnF, fr. 6275 (Miroir de la salvation humaine).

2 Malheureusement, l’éditrice n’a pu travailler que sur l’imprimé de 1500 de cette legenda (p. 20).

3 Vu les variantes que l’on peut observer entre les deux manuscrits autographes d’un texte même chez Miélot (cf. pour le Miroir de la salvation humaine, le Miroir de l’ame pecheresse ou la Brieve compilation des histoires), il serait également possible d’attribuer à Miélot lui-même une partie des variantes observables dans le manuscrit de Sainte Katherine copié par Aubert. Ainsi, la « copie perdue » supposée comme modèle dans le stemma codicum de la page 39 pourrait être un manuscrit copié par Miélot ou une version ultérieure, réécrite, de la maquette de Miélot. Sur les variantes entre les manuscrits originaux d’un même texte de Jean Miélot, voir A. Schoysman, « Les deux manuscrits du remaniement de l’Epistre Othea de Christine de Pizan par Jean Miélot », Le Moyen Français, 51-53 (2002-2003), pp. 505-528 ; A. Schoysman, « Les minutes de Jean Miélot : le cas de la Briefve compilation de toutes les histoires de la Bible dans les mss Paris, BnF, fr. 17001 et Bruxelles, KBR, II 239 », Le Moyen Français, 67 (2010), pp. 79-100

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Delsaux, « Jean Miélot, Vie de sainte Katherine, éd. Maria Colombo Timelli  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 08 mars 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/13797

Haut de page

Auteur

Olivier Delsaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals