Navigation – Plan du site

Alain Corbellari, Des fabliaux et des hommes. Narration brève et matérialisme au Moyen Âge

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Alain Corbellari, Des fabliaux et des hommes. Narration brève et matérialisme au Moyen Âge, Genève, Droz (« PRF » 264), 2015, 205 p.

ISBN 978-2-600-01884-5

Texte intégral

  • 1 Le constat serait juste si AC, fâché contre le « réalisme », n’oubliait regrettablement de mentionn (...)
  • 2 Voir en particulier, dans le récent volume L’étude des fabliaux après le « Nouveau recueil complet (...)

1Voilà un petit ouvrage fort bienvenu sur les fabliaux – alors, comme le rappelle l’auteur p. 11 de son introduction, que depuis « trente ans aucune étude de fond n’a paru sur les fabliaux dans la langue de Molière »1 – qui vient à point nous rappeler que ces « contes à rire en vers » appartiennent avant tout à la littérature ; une littérature qui, sans être nécessairement beaucoup plus obscène, ni beaucoup plus réaliste, qu’une autre, est en tout cas plus amusante, plus intrigante aussi, d’où certainement son durable succès, aussi bien éditorial (depuis les premières éditions au XVIIIe siècle jusqu’à la multiplication récente des anthologies et des traductions)2 que critique (celui-ci remontant au moins, bien avant la fin du XIXe siècle et la thèse de Bédier, au Recueil des origines de la langue et poesie françoise de Claude Fauchet, dont la seconde partie anthologique fait une large et remarquable place aux fabliaux).

  • 3 Une thèse qui n’est pas sans faire penser, même si elle ne lui est pas équivalente, à celle autrefo (...)

2Plus précisément, le livre d’AC, qui dans les douze chapitres qui le composent reprend en fait pour l’essentiel (exception faite du chapitre IV) la matière d’études antérieurement publiées, repose sur ce qu’on peut bien appeler une thèse, considérant que « les fabliaux témoignent d’une optique résolument matérialiste, en opposition à l’idéalisme d’une bonne partie de la littérature ‘courtoise’ de leur temps » (p. 17)3. A ce propos, l’auteur précise un peu plus loin : « Mon but est donc ici de réfléchir sur ce qui fait des fabliaux ce qu’ils sont, à savoir des machines de guerre, en actes autant sinon plus qu’en paroles, contre l’idéalisme majoritaire de la littérature de leur temps. Mon parcours se déroulera en un certain nombre d’étapes développant les concepts clés permettant de cerner, en autant d’approches concentriques, cet obscur objet du désir critique qu’est le fabliau. A partir d’une réflexion sur la diffusion et les transformations génériques du conte bref jusqu’à aujourd’hui, on évoquera les questions du merveilleux, du rêve, du calembour, du monologue, de la (feinte) naïveté ou encore de l’escroquerie, toutes thématiques qui figurent autant de procédés par lesquels le fabliau parvient à ses fins, à savoir la mise en coupe réglée et la démystification des habitudes de pensée idéalistes de la majorité de ses lecteurs » (p. 19).

  • 4 Cf. les pages 129-130 : « On a déjà amplement vu que ce nominalisme radical n’était pas isolé dans (...)

3Certes, on pourrait s’inquiéter, à première vue, du recours aux notions un brin galvaudées de « démystification » ou encore, un peu plus loin, de « subversion » (p. 21). Néanmoins, toujours alerte et intelligente, éventuellement un peu alambiquée (je pense en particulier au chapitre VIII, consacré à Boivin de Provins), la démonstration prend peu à peu corps au fil d’un parcours riche et varié, quitte parfois à s’écarter de son sujet (cf. les chapitres II, sur le motif du cœur mangé chez Léon Bloy, et XI, sur les « dits professionnels »), et conduit le lecteur, après quelques étapes particulièrement éclairantes – ainsi le chapitre III, convoquant fort à propos, du moins à mon sens, la notion moderne de « légende urbaine » pour finalement voir dans le fabliau la « fusion » (p. 51) de cette dernière et de l’histoire drôle, ou encore le chapitre IX, qui donne en analysant l’une des scènes inaugurales de Trubert, celle où le personnage se montre incapable de reconnaître le Christ en croix, une illustration jusqu’à l’absurde de ce « matérialisme »4 –, à des résultats bien résumés en conclusion : même si « la définition du genre reste irrémédiablement floue en regard de l’infinie variété intentionnelle et extensionnelle des textes brefs du Moyen Age français », le fabliau repose sur une « vision du monde bien caractérisée [par le] refus du surnaturel, du double sens symbolique, de l’affectation de sublimité et, partant, de la sublimation dans tous les sens du terme, [et par la] mise en exergue du matérialisme, des besoins et des appétits corporels, du profit immédiat et du carpe diem » (p. 173).

4Sans prétendre le renouveler complètement, ce qui serait bien prétentieux, AC permet en tout cas à son lecteur, dans cet essai court mais séduisant, de porter sur les fabliaux un regard rafraîchi qui est aussi une invitation à lire, à relire et à étudier ces textes qui, qu’on les voie plutôt réalistes, obscènes, amusants, ou matérialistes, ont encore, à n’en pas douter, beaucoup à nous dire.

Notes

1 Le constat serait juste si AC, fâché contre le « réalisme », n’oubliait regrettablement de mentionner Le quotidien au temps des fabliaux de D. Alexandre-Bidon et M.-T. Lorcin (Paris, Picard, 2003), ouvrage passionnant qui tisse mille liens de détails entre les fabliaux et la vie matérielle au XIIIe siècle, via l’iconographie et l’archéologie.

2 Voir en particulier, dans le récent volume L’étude des fabliaux après le « Nouveau recueil complet des fabliaux » dirigé par O. Collet et alii (Paris, Classiques Garnier, 2014), les contributions d’A. Corbellari, « D’un recueil ‘complet’ à l’autre. Les répertoires de fabliaux, de Montaiglon-Raynaud au NRCF » et de M. Veneziale, « Aux origines d’un canon. Les Fabliaux ou contes de Legrand d’Aussy ».

3 Une thèse qui n’est pas sans faire penser, même si elle ne lui est pas équivalente, à celle autrefois formulée par P. Nykrog, qui voyait dans les fabliaux une « parodie de la courtoisie » : cf. P. Nykrog, Les fabliaux, Copenhague, 1957, p. 72-104.

4 Cf. les pages 129-130 : « On a déjà amplement vu que ce nominalisme radical n’était pas isolé dans les fabliaux et qu’il en gouvernait souterrainement toute l’idéologie ; de la même manière que les rêves y tournent en ridicule les prétentions prémonitoires généralement prêtées aux songes, les objets qui parcourent les fabliaux ne sont jamais que par dérision investis d’un pouvoir ou simplement d’une aura symbolique : leur matérialité, leur ‘réalité’ mettent constamment en échec la récupération idéaliste que l’on serait tenté d’en faire. C’est dans ce sens-là et non, on l’a vu, dans celui d’un mimétisme vulgaire, qu’il faut comprendre leur ‘réalisme’ : les fabliaux sont réalistes parce qu’ils ne nous parlent jamais que du réel. Le mystère chrétien n’est pourtant qu’exceptionnellement la cible de l’esthétique nivelante des fabliaux, et c’est précisément là ce qui donne son prix à l’indignation de Trubert. Celui-ci, en ne voyant dans le crucifix que ce qu’il représente directement, tord le cou à la prolifération des signifiés qui fait la cohérence et la complexité de l’univers chrétien du Moyen Age, mais aussi la richesse symbolique des ‘grands genres’ de la littérature courtoise. A son point ultime d’aboutissement, le matérialisme des fabliaux coïncide avec l’oubli de Dieu, oubli qui est en même temps un déni car, bien différent de celui, passager, qui affecte Perceval après son échec au château du Graal, il ne saurait trouver nulle rémission et ne peut que s’entretenir lui-même dans la négation de toute transcendance. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Alain Corbellari, Des fabliaux et des hommes. Narration brève et matérialisme au Moyen Âge  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 22 juillet 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/13929

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals