Navigation – Plan du site

Danielle Jacquart, Recherches médiévales sur la nature humaine. Essais sur la réflexion médicale (XIIe-XVe s.)

Joël Chandelier
Référence(s) :

Danielle Jacquart, Recherches médiévales sur la nature humaine. Essais sur la réflexion médicale (XIIe-XVe s.), Florence, SISMEL-Edizioni del Galluzzo (Micrologus’ Library, 63), 2014, 477 p.

ISBN : 978-88-8450-578-1

Texte intégral

1Le plus souvent, les recueils d’articles d’un même historien ont pour but de faire le bilan – parfois provisoire – d’une carrière, en sélectionnant et en rendant accessibles les textes les plus connus, les plus utiles ou les plus significatifs d’un parcours scientifique. Danielle Jacquart s’est d’ailleurs déjà pliée à l’exercice en 1997, avec la parution, dans la collection Variorum reprints, d’un volume intitulé La science médicale entre deux renaissances (XIIe-XVe siècles). Ses Recherches médiévales sur la nature humaine parues en 2014 n’ont toutefois pas pour simple objectif de prolonger cette première publication pour la quinzaine d’années qui a suivi. En effet, les principes qui ont présidé à la constitution du volume, et qui sont rappelés en introduction, sont fort différents et font tout son intérêt ; car ici les textes proviennent (à l’exception de deux inédits) d’une unique source, à savoir les contributions de Danielle Jacquart parues entre 1993 et 2014 dans les volumes de Micrologus et de la Micrologus’ Library. Or ces deux séries, publiée par la SISMEL sous l’égide du professeur Agostino Paravicini Bagliani, promeuvent depuis plus de vingt ans une approche globale de l’histoire des savoirs, tâchant de relier les connaissances tant scientifiques, littéraires que philosophiques à la société médiévale elle-même. Les seize articles ici réunis ne se limitent donc pas à une analyse approfondie des doctrines médicales sur l’homme ; ils tentent de cerner aussi bien la manière dont ces savoirs sont produits et utilisés au sein de la société, que les apports possibles de l’étude de la médecine médiévale à l’histoire générale de la période. Apparaît de cette manière le sillon tracé par l’auteur depuis une vingtaine d’années : la volonté de replacer l’histoire de la médecine au sein de l’histoire des savoirs au Moyen Âge, et au sein de l’histoire du Moyen Âge tout court.

2Le premier article en fournit une bonne illustration. Paru en 1993 et intitulé « La physiognomonie à l’époque de Frédéric II : le traité de Michel Scot », il montre comment l’ouvrage du philosophe et traducteur, tout en s’inscrivant dans la tradition de la médecine salernitaine du XIIe siècle, apporte de nombreuses nouveautés, qui s’expliquent à la fois par le contexte général – la première moitié du XIIIe siècle, qui voit l’assimilation progressive des autorités traduites au siècle précédent, est une période de forte créativité – et par les conditions particulières de sa production, puisque l’insistance sur la génération, qui fait son intérêt, peut s’expliquer tant par la vogue de l’astrologie que par les besoins du destinataire, Frédéric II, qui était alors veuf. Le second article, plus ambitieux, analyse la conception que les médecins médiévaux avaient de la morphologie du corps féminin (« La morphologie du corps féminin selon les médecins de la fin du Moyen Âge »). L’auteur y montre qu’alors que les propos des maîtres sont souvent peu approfondis et marqués par des préjugés, le regard tend à changer à la fin de la période médiévale et à la Renaissance, non sous l’effet d’un quelconque féminisme, mais plutôt en raison des importants progrès de l’anatomie, qui conduisent les auteurs à revoir certaines de leurs préconceptions. Le troisième texte enfin, intitulé « L’observation dans les sciences de la nature au Moyen Âge : limites et possibilités », propose une synthèse éclairante sur les liens entre observation, expérience et expérimentation dans l’ensemble de la science médiévale à travers l’analyse de réflexions tirées de quatre disciplines différentes et complémentaires, astronomie, médecine, optique et enfin physique.

3Ces trois premiers articles, originellement parus en 1993, 1994 et 1996, envisagent la science et la médecine médiévales dans leur globalité et forment une sorte d’introduction. Les suivants, parus de 2002 à 2014, se concentrent ensuite sur des points plus précis ; leur proximité chronologique explique l’impression de forte unité qui s’en dégage, malgré la diversité des thèmes. Il est possible de les regrouper selon trois approches différentes adoptées par l’auteur. La première est une étude des genres littéraires : genre des secrets (« Du genre des secrets dans la médecine médiévale ») ou de la physiognomonie (article sur Michel Scot déjà cité, « Autour de la Compilatio phisionomiae de Pietro d’Abano »). La deuxième est une étude plus thématique : sont par exemple abordées la question de la sensation (« Médecine et morale : les cinq sens chez Evrard de Conty († 1405) », « Cœur ou cerveau ? Les hésitations médiévales sur l’origine de la sensation et le choix de Turisanus »), celle des liens entre la médecine et les autres disciplines (alchimie dans « Calculs et Pierres », astrologie dans « Le soleil, la lune et les états du corps humain », philosophie dans « Les emprunts de Guillaume de Conches aux théories médicales »), le développement des spécialités médicales (dermatologie dans « À la recherche de la peau dans le discours médical de la fin du Moyen Âge », pédiatrie dans « Naissance d’une pédiatrie en milieu de cour ») ou enfin les problèmes épistémologiques de la science médicale (« De la faillibilité de l’art médical aux erreurs du praticien au début du XIVe siècle : une imperceptible marge »). Enfin, la dernière manière d’aborder le sujet prend pour point de départ les auteurs : ainsi Mondino de’Liuzzi (Au nom de la nature : le plaisir sexuel selon le médecin bolonais Mondino de’Liuzzi († 1326) »), Pietro d’Abano (« La complexion selon Pietro d’Abano »), Jacques Despars (« Où il est à nouveau question de Jacques Despars : les marginalia du latin 6915 » et « Le mouvement volontaire selon Jacques Despars († 1458) »), ou encore Michel Savonarole (« En feuilletant la Practica maior de Michel Savonarole : quelques échos d’une pratique »). Évidemment, comme l’indique la simple lecture des titres des différents articles, la plupart d’entre eux mêle ces différentes approches, favorisant l’une ou l’autre selon les besoins du sujet lui-même. Toutefois, cette catégorisation illustre le fait que l’ambition du regroupement n’est pas de produire une synthèse, mais d’aborder la question de la médecine par l’ensemble de ses facettes et, pour prendre une métaphore alpine, en la gravissant par ses multiples voies. En fin de compte, le titre de l’ouvrage paraît presque restrictif, puisque les articles abordent des problématiques sortant du cadre fixé ; mais c’est en fait pour mieux cerner, en retour, la spécificité du discours médical sur l’homme.

4De ce parcours aux méthodes et aux intérêts divers, plusieurs thématiques fortes ressortent. D’abord, l’importance de la contribution des savants et médecins du Moyen Âge à l’évolution de la méthode scientifique, avec ses avancées réelles et ses contraintes structurelles. De ce point de vue, l’article sur l’observation dans les sciences et la nature est essentiel. Dépassant comme on l’a vu le cadre de la médecine, il montre le caractère décisif de la mise en récit de l’observation, ce qui n’est certes pas absolument spécifique au Moyen Âge (une observation est toujours un récit), mais est à cette époque particulièrement crucial du fait de l’absence d’un régime de vérification scientifique commun accepté par tous, et ce malgré quelques tentatives, comme celle d’Avicenne proposant par exemple sept règles pour l’expérimentation médicale. Cette limite explique l’importance des « ingenia », c’est-à-dire des applications pratiques dérivant de la connaissance d’un phénomène naturel, comme dans le cas de l’aimant, qui acquiert une place paradigmatique. Une deuxième thématique récurrente est l’insertion des médecins et de leur discours dans la société médiévale. En effet, la médecine étant par nature théorique et pratique, son application se fait nécessairement dans un contexte historique précis, ce qui a deux conséquences. D’abord, le fait que les médecins doivent tenir compte de la société dans laquelle ils vivent, et sont souvent influencés par elle sans même s’en rendre compte, comme dans le cas de la misogynie pour l’article sur la morphologie du corps féminin ; mais aussi le fait que ces mêmes médecins ne sont pas que des observateurs passifs : ils tiennent un discours original sur la société, ainsi qu’il apparaît pour la naissance de la pédiatrie en milieu de cour, où l’insistance sur les enfants princiers induit peu à peu l’apparition d’une distinction entre riches et pauvres.

5Dans ces cas, le propos se fait presque nécessairement moral, soulignant les liens (anciens) que la médecine conserve avec la philosophie. De fait, le savoir médical déborde souvent de son cadre strict, et l’auteur montre avec régularité que la médecine n’est pas que dans la scolastique médicale, ni même que dans la seule médecine : elle constitue un savoir englobant qui vise à une idée totale de l’homme, ce qui s’exprime par des formes d’écritures souvent d’une grande liberté, ou par la volonté de promouvoir un savoir universel, sur le modèle de la physica au XIIe siècle. Cette volonté globale propose une vision de l’homme et de la nature fort différente de celles, bien connues, qui existent alors au Moyen Âge, notamment celle des philosophes et celle des clercs. En effet, elle s’appuie sur l’analyse concrète de ce qui fait l’homme : les sens, le mouvement volontaire, les processus physiques à l’œuvre, en soulignant toujours ce qui fait la distinction physiologique et intellectuelle entre l’homme et les animaux, mais en n’excluant pas une optique morale et normative.

6En somme, Danielle Jacquart se positionne souvent, dans les articles ici réunis, à la limite. Elle ne propose ni une simple histoire des maladies et de leur traitement – singulièrement absente sauf dans le cas des calculs et des pierres, dont le traitement est cependant très original –, ni une présentation systématique des conceptions physiologiques anciennes ; bien plutôt, elle mène une étude sur les bornes médicales de l’humanité médiévale, qui permet de définir la nature humaine en creux : les médecins sont en effet nécessairement confrontés au moment où l’humanité sort de son état normal (les médiévaux diraient : qu’elle s’éloigne de la complexion tempérée humaine), et dès lors portent un intérêt particulier pour ses frontières : femmes et enfants de leur point de vue masculin, la peau du point de vue anatomique, l’erreur du point de vue intellectuel… Mais, au-delà de cette approche, il est possible d’identifier quelques propositions méthodologiques pour l’histoire des sciences qui, si elles ne sont pas toujours explicitement formulées, sont souvent démontrées par l’exemple. D’abord, l’idée, déjà évoquée, qu’il ne faut pas séparer la médecine, et les sciences en général, de la société dans laquelle elles se déploient. L’opposition classique entre étude internaliste et étude externaliste est ainsi totalement dépassée, comme le montrent les deux articles finaux, inédits, sur la complexion chez Pietro d’Abano et le mouvement volontaire chez Jacques Despars. En apparence, ils se présentent comme des études purement théoriques, tentant de reconstituer patiemment la pensée d’un unique auteur. Et c’est, de fait, ce qu’ils font ; mais ils vont bien plus loin, en replaçant ces auteurs dans un contexte intellectuel précis, et en identifiant les contraintes, les choix et les difficultés induites par la situation du temps, en particulier les problèmes philosophiques et surtout théologiques rencontrant les débats de leur époque. Par ailleurs, l’importance accordée à la matérialité des sources et à l’étude des manuscrits contribue puissamment à ancrer l’analyse doctrinale dans un contexte social donné, des contraintes institutionnelles fortes ou des parcours biographiques précis.

7Sur ce dernier point, on ne peut que souligner l’importance accordée à certains médecins, qui reviennent régulièrement dans les différents articles ou font l’objet d’études spécifiques : citons Pietro d’Abano, Mondino de’Liuzzi, Pietro Torrigiano, Evrard de Conty, Michel Savonarole ou encore Jacques Despars. Tout spécialiste de la médecine médiévale reconnaîtra dans ces derniers de fortes personnalités, tant du point de vue de leur histoire personnelle que de leur pensée. D’une certaine manière, on relève un intérêt particulier pour les « grands » auteurs, du moins les auteurs faisant montre d’une véritable originalité. Il ne s’agit bien sûr pas d’un retour à une histoire des sciences classique par grands hommes et grandes découvertes ; à notre sens, cela s’explique certes par un goût personnel, mais surtout par l’idée que l’originalité et le caractère exceptionnel d’un penseur révèle aussi quelque chose de la société et de son cadre mental : là encore, on peut considérer ces auteurs comme des cas limite, au sens où ils exacerbent et pointent mieux que d’autres les possibilités et les contradictions de la pensée médiévale. Cette tendance se marque également pour les auteurs qui ne sont pas à proprement parler des médecins : l’étude sur Guillaume de Conches illustre ainsi les potentialités offertes aux philosophes par l’introduction des théories médicales gréco-arabes au XIe et XIIe siècle.

8Le corollaire de cette préférence pour les auteurs originaux est l’importance accordée à leur écriture. En effet, beaucoup d’entre eux jouent avec les modèles légués par les siècles précédents, transformant et transcendant des genres bien établis, voire innovant totalement en créant leur propre style ou leur propre langue. Dans la première catégorie, on mettra par exemple les commentaires étudiés, comme celui de Pietro Torrigiano au Tegni, qui est loin de se limiter à l’exposition coutumière et scolastique du texte mais renouvelle totalement un genre devenu alors assez routinier, celui de Jacques Despars au Canon, qui se présente comme une véritable somme, ou encore le commentaire de Mondino de’Liuzzi, dont la forme orale (il est issu de la reportation d’un cours) permet une grande liberté et, parfois, une véritable crudité. Plus intéressants encore sont les auteurs qui font des choix volontairement innovants : ainsi Evrard de Conty, qui décide de gloser en français un poème pour y présenter ses conceptions scientifiques et morales, ou Pietro d’Abano, qui invente un genre tout à la fois personnel et rigide, la differentia, pour aborder les débats qui agitent la communauté médicale. Cet intérêt pour l’écriture est également manifeste dans la place qu’occupe la présentation du style des auteurs. La note inédite sur « le mode d’écriture d’Angelo d’Aquila », venant compléter l’article sur « Calculs et Pierres », est ainsi un modèle d’une analyse serrée visant non seulement à comprendre l’originalité d’un savant, mais aussi à saisir les implications scientifiques de ses choix rhétoriques. En somme, et sans bien sûr que ne soit négligé l’aspect purement scientifique, les médecins sont ici traités comme de véritables auteurs, et la médecine comme un authentique champ littéraire : la compréhension du discours savant y gagne énormément.

9L’approche et les résultats de ce recueil sont donc particulièrement riches et, bien que totalement historiques, débordent en direction de la philosophie et même de la littérature. Par cette large ambition, Danielle Jacquart démontre tout l’intérêt de l’histoire de la médecine comme discipline globale : d’abord parce que celle-ci ne peut jamais être séparée de son contexte sanitaire, humain et intellectuel ; mais aussi car elle fournit un excellent outil de lecture de la société médiévale toute entière.

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Chandelier, « Danielle Jacquart, Recherches médiévales sur la nature humaine. Essais sur la réflexion médicale (XIIe-XVe s.) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 10 août 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/13951

Haut de page

Auteur

Joël Chandelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals