Navigation – Plan du site

Florian Mazel, L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle)

Bruno Varennes
Référence(s) :

Florian Mazel, L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle), Paris, Seuil, 2016, (« L’univers historique »), 544 p.

ISBN : 978-2021183108

Texte intégral

  • 1 À ce propos, plusieurs travaux de l’auteur doivent être rappelés : « Introduction », « Cujus dominu (...)

1Comme Florian Mazel l’expose en introduction (p. 26), son ouvrage se veut une étude qui « tient plus de l’essai ou de la synthèse que de la monographie ». Il se situe au cœur des axes de recherche de l’auteur1 et était attendu au regard des évolutions historiographiques récentes.

  • 2 A. Frémont, La région, espace vécu. Mélanges offerts à A. Meynier, Rennes, PUB, 1972, p. 663-678.
  • 3 Un rapide état de la question est présenté par Fanny Madeline dans l’introduction de son article dé (...)
  • 4 B. Cursente et M. Mousnier, Les territoires du médiéviste, Rennes, PUR, 2005. Le compte-rendu fort (...)
  • 5 Construction de l’espace au Moyen Âge : pratique et représentation, Paris, Publications de la Sorbo (...)
  • 6 F. Mazel (dir.), L’espace du diocèse.

2En effet, l’approche historique du territoire et de la territorialisation, qui doit beaucoup à la géographie2, a été profondément renouvelée ces quinze dernières années, pour l’ensemble des champs historiques de l’époque médiévale3. Doivent être rappelés quelques travaux (re)fondateurs, comme Les territoires du médiéviste, issus d’une réflexion commune d’historiens méridionaux publiés en 20044. Ils ont été accompagnés, en 2007, par la publication des Actes du congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public de l’année précédente (Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations), ouvrant les interrogations à un monde plus septentrional dépassant la frontière du Rhin5. Enfin, le recueil d’articles L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve-XIIIe siècle), dont F. Mazel a assuré la direction (2008), permettait de réfléchir à une synthèse plus large6.

  • 7 Il faut naturellement insister ici sur le rôle des ouvrages de Michel Lauwers sur le cimetière, et (...)
  • 8 À cette période, le diocèse est « un espace délimité entièrement soumis à la souveraineté de l’évêq (...)
  • 9 Ces constats sont nombreux. Pour n’en signaler que quelques uns, parmi les plus récents, on peut so (...)

3Au sein du champ particulier qu’est l’histoire religieuse, L’évêque et le territoire est complémentaire des travaux relatifs à la polarisation de l’Église autour de ses lieux sacrés au cours de la période médiévale7. Interrogeant la relation de l’Église à l’espace dans sa capacité à construire du territoire, Florian Mazel invite ici à « un parcours […] de la cité antique au diocèse médiéval tout en cheminant entre ville et campagne » (p. 27). En se positionnant au niveau de l’évêque, et en étirant son étude du Ve au XIIIe siècle, il cherche à scruter la lente maturation de la territorialisation des pouvoirs d’une fonction religieuse dévolue à l’origine à la charge d’âmes. Partant du constat d’une « territorialité diocésaine effective » dans la Chrétienté d’Occident entre 1250 et 13508, l’auteur s’est efforcé de chercher un point de départ cohérent offrant prise à l’analyse du phénomène dans son ampleur temporelle. La synthèse qu’il propose permet de dépasser et surtout d’historiciser un phénomène attesté au bas Moyen Âge9.

4La méthodologie mise en œuvre tend à limiter les écueils inhérents à la rareté des sources durant la première moitié du Moyen Âge. L’auteur estime nécessaire de réévaluer les informations, et refuse l’usage de « la méthode régressive ». Enfin, il appuie son discours essentiellement sur la comparaison de deux « régions » européennes dont il maîtrise parfaitement les sources, l’une méditerranéenne, centrée sur un large Midi, l’autre du nord-ouest autour de l’Anjou, sans refuser les ouvertures aux autres espaces, que ce soient les terres ibériques, anglo-normandes, germaniques ou italiques.

5L’introduction part de Rome et de l’État romain, afin de mieux revenir à la spécificité de la ville éternelle en conclusion, alors que la référence pontificale est un arrière-plan omniprésent. Dès ce point de départ, l’auteur souligne que l’étude historique du territoire relève autant – si ce n’est plus – d’une histoire politique que d’une histoire religieuse, plaçant l’Église au-devant de toute autre institution dans la structuration étatique, et offrant, à terme, les outils nécessaires au développement de l’État de la première modernité.

6L’ouvrage s’articule en cinq chapitres formant en réalité trois parties (p. 26-27). Le premier sert de « préambule » : il analyse les rapports hérités de Rome entre les évêques et les cités. Les quatre suivants développent sur le temps long la structuration de l’espace diocésain, à partir de la lente montée en puissance de la parochia de l’évêque, devenue après les mutations des XIe-XIIIe siècles un territoire soumis aux prélats.

7Si la relation ville/évêque est érigée sur l’héritage de l’Antiquité, elle s’en détache pour devenir un élément structurant au haut Moyen Âge (Chapitre 1, « L’évêché-cité, Ve-XIe siècle », p. 31-89). L’auteur souligne le rôle centralisateur des prélats lorsqu’ils sont définitivement rattachés aux cités. Dès lors, dans une période d’intenses mutations, leurs circonscriptions territoriales deviennent un enjeu, mais aussi et surtout un modèle pour les structures étatiques à toutes les échelles. Seule la fin de la période introduit une vraie rupture, l’enracinement territorial des comtes et ducs venant concurrencer le pouvoir épiscopal tandis que pointe la réforme grégorienne.

8Les deux parties suivantes interrogent le lien entretenu et renouvelé entre la cité vue comme centre et ses périphéries rurales.

9Il s’agit pour l’auteur d’analyser une première période correspondant pour partie au haut Moyen Âge et au Moyen Âge central. Du Ve au XIe siècle, il questionne la lente maturation de l’espace hors de la cité (Chapitre 2, « Au-delà de la cité, Ve-XIe siècle », p. 91-157), et son regroupement en une parochia épiscopale (Chapitre 3, « La ‘paroisse’ de l’évêque : un espace plastique, Ve-XIe siècle », p. 159-235). Il s’efforce tout d’abord (ch. 2) d’étudier comment, derrière une « représentation idéale » offrant une « triple logique de polarisation, de hiérarchisation et de continuité spatiales », le glissement se produit de la civitas du VIe siècle héritée de l’Empire romain, conservant son rôle d’organisation des pouvoirs à l’échelon provincial, à la réalité du XIe siècle dans laquelle l’episcopatus domine (p. 92). De manière utile, Florian Mazel évoque le sens des termes utilisés à cette même période pour désigner le territoire, soulignant leur polysémie. Il utilise à bon escient l’expression « principe territorial » (p. 97-101) permettant de concevoir la territorialisation comme la déterritorialisation d’un pouvoir. Le troisième chapitre, questionnant la thèse de la « continuité territoriale » (p. 165) de la cité antique au diocèse du bas Moyen Âge, permet à l’auteur de justifier ses craintes de l’usage immodéré de la méthode régressive à travers l’analyse de l’historiographie. Si, dans la progression voulue, ce chapitre se positionne de manière à démontrer la principale limite du lien entre la cité antique et son environnement à travers sa relation à ses marges, cet exposé, justifiant la méthode énoncée en introduction, arrive un peu tard.

  • 10 Si, comme l’expose Élisabeth Zadora-Rio, « les territoires paroissiaux apparaissent comme des espac (...)

10Le quatrième chapitre (« La fabrique du diocèse : genèse d’un territoire, Xe-XIIIe siècle », p. 237-306) se penche sur un temps de rupture, celui des Xe-XIIIe siècles, durant lesquels la territorialisation devient effective avec la mise en œuvre des diocèses dans leur acception actuelle. Le rôle fondamental de la réforme grégorienne dans ses amples développements est souligné avec justesse. Ce révélateur du nouveau rôle qu’entend jouer la monarchie pontificale donne à l’Église les moyens juridiques et techniques d’un contrôle effectif des biens ecclésiaux accompagnant la territorialisation à toutes les échelles géographiques, de la paroisse au diocèse, attestant d’un investissement effectif de chaque parcelle de terre chrétienne. Nous devons souligner que c’est non sans raison que Florian Mazel insiste sur l’importance du lien direct entre la délimitation diocésaine et la territorialisation la plus fine, celle des paroisses10.

11Enfin, la structuration de l’Église comme institution territoriale clôt l’ensemble (Chapitre 5, « L’Église institution territoriale, XIIe-XIVe siècle, p. 307-364). Dressant un bilan de la situation au bas Moyen Âge, Florian Mazel rappelle la mise en œuvre d’un « nouveau mode de gouvernement » de l’épiscopat, dominant un territoire subdivisé (en archidiaconés, doyennés et archiprêtrés), contrôlant les clercs par une réactualisation des visites pastorales et de la pratique synodale, mais aussi par une fiscalité affinée soulignant la « dimension recognitive » de la dépendance à l’évêché. C’est une nouvelle « géographie de la Chrétienté » qui voit alors le jour, appuyant la nouvelle centralité de la métropole épiscopale, et renforçant le pouvoir de l’Église catholique romaine.

  • 11 La lecture admise depuis le XIXe siècle est celle d’un « haut Moyen Âge » dans la continuité de l’A (...)

12Revenant donc sur Rome, la conclusion rappelle l’existence d’autres acteurs de territorialisation, et la transmission de l’Église à l’État. Mais l’apport principal ne réside pas là. En soulignant la césure magistrale que constituent les décennies de la réforme grégorienne et ses influences directes, depuis la montée en puissance de la monarchie pontificale au milieu du XIe siècle, jusqu’à ses étirements dans un long XIIe siècle, Florian Mazel promeut une périodisation du Moyen Âge en rupture avec les césures traditionnelles11, afin de n’en garder que deux, un long « premier Moyen Âge » (Ve-XIe siècle), « enraciné » dans l’Antiquité tardive, que suit un « second Moyen Âge » se prolongeant au-delà du XVe siècle (p. 376).

13Rappelant que la territorialisation de l’Église est ici le « creuset d’une nouvelle souveraineté fondée sur un rapport peuple territorialisé à travers l’exercice d’une juridiction et d’une fiscalité spécifique » (p. 13-14), l’auteur insiste à la fois sur le pouvoir de juridiction et la collecte des droits épiscopaux par l’évêque. Il invite à décloisonner l’étude du fait religieux en le replaçant dans son contexte sociétal. L’évêque, comme souvent l’abbé ou le prieur, était aussi un seigneur ne distinguant pas, sur le temps long du Moyen Âge, ce qu’il possédait de droits ecclésiastiques de ceux seigneuriaux, unis théoriquement jusqu’à la réforme grégorienne dans une seule mense.

  • 12 L. Febvre, « Limites et frontières, une enquête : la succession des circonscriptions », Annales ESC(...)

14Florian Mazel expose un regret relatif à la cartographie accompagnant l’ouvrage, qui limite le discours à des cartes de situation (p. 30). Il faut souligner leur nombre (31 cartes), et leur insertion à propos dans le corps du texte. Mais il faut cependant partager le regret de l’auteur qui fait sienne la critique émise par Lucien Febvre en 1947, qui s’opposait à « ces belles marqueteries cartographiques »12 : un véritable essai cartographique, qui aurait appuyé la démonstration en ce qui concerne la territorialisation, aurait admirablement complété l’ensemble.

  • 13 F. Mazel, « Amitié et rupture de l’amitié. Moines et grands laïcs provençaux au temps de la crise g (...)
  • 14 F. Mazel, Découper le temps ? Actualité de la périodisation en histoire (en collaboration avec S. G (...)

15Effectuant la synthèse de travaux existants et entrecroisant, au-delà de la territorialisation du diocèse, des thématiques qui lui sont chères (la réforme grégorienne13, comme le découpage de la temporalité en histoire médiévale14), Florian Mazel offre ici l’aboutissement d’une partie des avancées récentes de la recherche.

Notes

1 À ce propos, plusieurs travaux de l’auteur doivent être rappelés : « Introduction », « Cujus dominus, ejus episcopatus ? Pouvoirs seigneuriaux et territoires diocésains (Xe-XIIIe siècle) », et « L’espace du diocèse dans les cartulaires cathédraux (XIe-XIVe siècle) », dans F. Mazel (dir.), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve-XIIIe siècle), Rennes, PUR, 2008, p. 11-21, p. 213-252 et 367-400 ; « Le diocèse : territoire et conflits aux XIe-XIIe siècles. Notes de lecture », dans S. Boissellier (éd.), De l’espace aux territoires : pour une étude de la territorialité des processus sociaux et culturels au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2010, p. 261-275 ; « Dîme, territoire et prélèvement : réflexions sur le cas de l’ouest de la France (Anjou, Maine, haute-Bretagne, IXe-XIIIe siècle) », dans M. Lauwers (dir.), La dîme, l’Église et la société féodale, Turnhout, Brepols, 2012, p. 155-189.

2 A. Frémont, La région, espace vécu. Mélanges offerts à A. Meynier, Rennes, PUB, 1972, p. 663-678.

3 Un rapide état de la question est présenté par Fanny Madeline dans l’introduction de son article dédié à l’usage de la cartographie dans l’étude historique, sur l’exemple de « l’empire Normand et Plangenêt ». Cf. F. Madeline, « Itinéraires royaux, spatialisation du pouvoir et pensée politique de l’espace dans le monde anglo-normand et Plantagenêt. Propositions cartographiques pour l’étude des modes de gouvernement à l’époque féodal », dans 911-2011. Penser les mondes normands médiévaux, D. Bates et P. Bauduin (dir.), Presses Universitaires de Caen, 2016, p. 430-443.

4 B. Cursente et M. Mousnier, Les territoires du médiéviste, Rennes, PUR, 2005. Le compte-rendu fort complet de Stéphane Boisselier, dans les Cahiers de civilisation médiévale, permet d’embrasser la totalité des articles qui composent cette étude [http://www.persee.fr/doc/ccmed_0007-9731_2007_num_50_198_2964_t1_0211_0000_2?q=les%20territoires%20du%20m%C3%A9di%C3%A9viste].

5 Construction de l’espace au Moyen Âge : pratique et représentation, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, (« Histoire ancienne et médiévale », 96), Actes du XXXVIIe Congrès de la SHMESP (Mulhouse, 2-4 juin 2006).

6 F. Mazel (dir.), L’espace du diocèse.

7 Il faut naturellement insister ici sur le rôle des ouvrages de Michel Lauwers sur le cimetière, et de Dominique Iogna-Prat sur la fixation de l’église dans la pierre, ainsi que sur celui des tables rondes préliminaires. Ces dernières ont été organisées à Nice, par M. Lauwers (Objets, lieux et territoires sacrés dans l’Occident médiéval, 30 et 31 janvier 2004 ; et La territorialisation du sacré dans l’Occident médiéval, 25 et 26 février 2005). Cf. M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terres des morts dans l’Occident médiéval, Paris, 2005 ; D. Iogna-Prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), Paris, Seuil (« L’Univers historique »), 2006.

8 À cette période, le diocèse est « un espace délimité entièrement soumis à la souveraineté de l’évêque » (p. 25).

9 Ces constats sont nombreux. Pour n’en signaler que quelques uns, parmi les plus récents, on peut souligner un article d’Aurélien Le Coq, « Réformer l’Église, produire du territoire : le diocèse de Die aux XIe-XIIIe siècles », La pierre et l’écrit, Presses Universitaires de Grenoble, 2015, p. 47-68.

10 Si, comme l’expose Élisabeth Zadora-Rio, « les territoires paroissiaux apparaissent comme des espaces en négociation permanente, constamment redéfinis par les usages », ce constat n’apparaît plus valable à la frontière des diocèses. Cf. É. Zadora-Rio, « Territoires paroissiaux et construction de l’espace vernaculaire », Médiévales, 49, automne 2005, p. 105-120, disponible en ligne.

11 La lecture admise depuis le XIXe siècle est celle d’un « haut Moyen Âge » dans la continuité de l’Antiquité tardive, un « Moyen Âge central » articulé autour de la « mutation de l’An Mil », et un « bas Moyen Âge » venant clore la période.

12 L. Febvre, « Limites et frontières, une enquête : la succession des circonscriptions », Annales ESC, 2, 1947, p. 201-204.

13 F. Mazel, « Amitié et rupture de l’amitié. Moines et grands laïcs provençaux au temps de la crise grégorienne (milieu XIe-début XIIIe siècle) », Revue historique, 307, 2005, p. 53-95 ; « Pour une redéfinition de la réforme grégorienne. Éléments d’introduction », dans F. Mazel (dir.), La réforme « grégorienne » dans le Midi (milieu XIe-début XIIIe siècle), Cahiers de Fanjeaux, 48, 2013, p. 9- 38.

14 F. Mazel, Découper le temps ? Actualité de la périodisation en histoire (en collaboration avec S. Gibert et J. Le Bihan), Atala. Cultures et sciences humaines, 17, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Varennes, « Florian Mazel, L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 23 décembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/14044

Haut de page

Auteur

Bruno Varennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals