Navigation – Plan du site
La facétie sur les tréteaux (XVe-XVIIe siècle)

Facétieuses comédies

Les métamorphoses de l’Oiseleur (Plaute, Asinaria, v. 215-225), de la Chrysis de Piccolomini à La Trésorière de Grévin
Mathieu Ferrand
p. 205-220

Résumés

L’article se propose d’étudier trois réécritures, dans des pièces néo-latines puis française, d’un texte antique facétieux, le monologue de Cléérète (Plaute, Asinaria). En déplaçant les propos de la maquerelle en des contextes divers ou en les modifiant, les auteurs s’amusent de la confusion des modèles, comiques et farcesques, et instaurent ainsi, avec leur public expert, une connivence enjouée. À cet égard, c’est l’acte même d’écrire une comédie qui devient, pour eux, geste facétieux

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

« Facetia », « facetus », « facetissimus » : question de vocabulaire
Farce et comédie : une rencontre facétieuse
La tirade de cléérète
Deux réécritures néo-latines
La trésorière de grévin

Aperçu du texte

Marci Plauti Comici Clarissimi Comoediae luculentissimae ac facetissimae. Tel est le titre de la première édition parisienne des comédies de Plaute, qui paraît en 1512 sous les presses de Denis Roce. Le caractère publicitaire d’une telle formule, qui multiplie les superlatifs, ne fait aucun doute. Associé à l’adjectif « loculentissimae », le mot « facetissimae » insiste sur l’esprit brillant et acéré du comique latin.

Lorsque, aux xve et xvie siècles, certains s’essayèrent à l’imitation de Plaute et composèrent, en latin ou en langue vernaculaire, les premières comédies à l’antique, c’est aussi cet esprit facétieux qu’ils tentaient de faire revivre. Et Plaute, plus que Térence d’ailleurs, fut une source féconde pour les premières comédies originales, en France comme en Italie. Les textes conservés montrent il est vrai de nombreux décalages avec leurs modèles ; de fait, l’imitatio est avant tout aemulatio qui s’affranchit volontiers des « archétypes ». Mais l’esprit facétieux vint alo...

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Ferrand, « Facétieuses comédies », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 32 | 2016, 205-220.

Référence électronique

Mathieu Ferrand, « Facétieuses comédies », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/14104 ; DOI : 10.4000/crm.14104

Haut de page

Auteur

Mathieu Ferrand

Université de Louvain-la-Neuve UCL-GEMCA
Mathieu Ferrand a enseigné la littérature latine à l’université de Bourgogne et poursuit ses recherches à l’université catholique de Louvain. Son travail porte sur le théâtre français et latin du xvie siècle et sur la production intellectuelle des collèges humanistes. Il a codirigé Nouveaux regards sur les « Apollons de collège » (Genève, 2014) et prépare l’édition d’un ouvrage sur le théâtre néo-latin en France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals