Navigation – Plan du site

Les Enfances Renier, traduction en français moderne par Delphine Dalens-Marekovic

Gauthier Grüber
Référence(s) :

Les Enfances Renier, traduction en français moderne par Delphine Dalens-Marekovic, Paris, Champion (« TCMA » 98), 2016, 633 p.

ISBN 978-2-7453-2954-7

Texte intégral

  • 1 Enfances Renier, chanson de geste du XIIIe siècle, éditée par Delphine Dalens-Marekovic, Paris, Cha (...)
  • 2 C’est, pour Félix Lecoy, « une des plus insipides des chansons du cycle de Guillaume d’Orange », co (...)
  • 3 20 064 vers, auxquels il faut ajouter une lacune estimée par l’éditrice à près de neuf cents vers.

1Avec cette traduction des Enfances Renier, et après une édition du texte original en 2009 dans la collection des CFMA1, Mme Dalens-Marekovic continue d’œuvrer à la réhabilitation de cette chanson de geste qui a longtemps pâti d’une réputation désastreuse2. À cela, plusieurs raisons : il s’agit d’un texte tardif ; l’histoire s’étend sur plus de vingt mille vers3, et ses nombreuses ramifications la rendent très complexe ; le style est jugé d’une grande « platitude » par l’éditrice elle-même. Reste que les Enfances Renier, en tant que témoignage de l’évolution de la chanson de geste, méritaient assurément d’être mises à la disposition des lecteurs modernes. C’est en suivant cet objectif que Mme Dalens-Marekovic nous livre ici un ouvrage sérieux, fruit d’un travail qu’on imagine immense.

2L’introduction, succincte, permettra tout d’abord aux lecteurs contemporains de se familiariser avec le contexte d’écriture de l’œuvre, notamment par le biais de nombreux renvois à l’introduction (fort complète) du texte en ancien français. On regrettera à ce propos que l’intéressante tentative de reconstitution de la fin de la chanson qu’avait proposée l’éditrice ne soit pas ici développée, rendant la lecture de la conclusion du texte quelque peu abrupte. On appréciera en revanche les quelques notes qui suivent la traduction et surtout l’important index des noms propres, qui facilite grandement la lecture d’un récit aux multiples entrelacs.

  • 4 Ce choix appellerait une réflexion qui dépasse le cadre de ce compte rendu. Si nous rejoignons l’av (...)
  • 5 On pourra se demander, dans le cadre du projet de l’éditrice, si certains termes techniques ou arch (...)

3Mme Dalens-Marekovic justifie, dans la suite de l’introduction, son choix d’une traduction qui serait un « juste milieu » entre une traduction « dépaysante » et une traduction « rapatriante ». Afin de ne pas « décourager le lecteur moderne » face à un style qu’elle estime « mécanique et monotone », l’éditrice s’est donc efforcée d’en atténuer les « lourdeurs »4. Ce travail de réécriture du texte, qui peut avoir ses détracteurs, est ici assumé5 et contribue finalement au rapprochement de la chanson avec le roman.

  • 6 Voir par exemple la traduction de l’expression récurrente « ainz [...] jours acompliz et passez » ( (...)
  • 7 C’est ainsi que le terme « chartre », répété au vers 9 845 et 9 848, est successivement traduit « g (...)

4C’est ainsi que les nombreuses redondances synonymiques, caractéristiques de l’écriture épique, sont le plus souvent simplifiées6 et que les répétitions de vocabulaire, courantes dans le texte en ancien français, sont soigneusement évitées7.

  • 8 Voir par exemple la traduction de « .I. Sarrazin apele, qui iert moult adoulez : / « Sire, dist il, (...)
  • 9 C’est ainsi que « Grandoce apele, si l’a mis a reson / Que l’endemain, se ce li semble bon, / Voudo (...)

5Ces réécritures sont particulièrement prégnantes dans les scènes de dialogues, où le verbe « dire » est systématiquement remplacé par des équivalents sémantiquement plus marqués (« répliquer », « interrompre », « s’écrier », etc.)8. On trouve, dans le même ordre d’idée, l’utilisation par endroits du discours indirect libre pour traduire le discours indirect9. Ce que le texte perd de son style formulaire original, il le gagne assurément en modernité.

  • 10 Un exemple avec la traduction de « Le roy Butor fist forment a cremir : / Entre nos genz se fiert p (...)
  • 11 Voir par exemple la traduction d’« oiseaus chantent seri » (v. 643) par « les oiseaux font entendre (...)

6Les tournures de phrases obéissent à ce même souci d’embellir le style et d’apporter de la variété au texte, notamment par l’utilisation fréquente de la forme exclamative, qui par ailleurs peut rappeler l’oralité du texte original10. Le vocabulaire n’est pas en reste puisqu’il fait, lui aussi, l’objet d’une attention toute particulière, avec le souci constant d’une expression recherchée11.

  • 12 Voir par exemple la précision « roi d’Egypte » pour traduire le seul « Rois » du vers 369, ou bien (...)
  • 13 Introduction, p. 14.
  • 14 Il en va ainsi à la page 24, avec la traduction de : « Dist Pecoulés : « G’en sui seürs et fis / Qu (...)

7On saura gré à l’éditrice de proposer aux lecteurs modernes un texte accessible, notamment en corrigeant de manière heureuse la leçon du manuscrit face à certains sous-entendus ou certaines incohérences12, mais aussi en facilitant la lecture des « périodes alambiquées dont le poète s’est fait une spécialité »13. De ce fait, certaines structures de phrases, dans les cas de propositions enchâssées, sont bouleversées et proposent un découpage plus proche du français contemporain14.

  • 15 Précisons pour terminer que nous n’avons repéré qu’une lacune d’une dizaine de vers (v. 4 164-72, n (...)

8Nous espérons donc qu’avec cette traduction moderne du texte Mme Dalens-Marekovic pourra donner une seconde jeunesse à ce texte d’« enfances »15.

Notes

1 Enfances Renier, chanson de geste du XIIIe siècle, éditée par Delphine Dalens-Marekovic, Paris, Champion (« CFMA » 160), 2009.

2 C’est, pour Félix Lecoy, « une des plus insipides des chansons du cycle de Guillaume d’Orange », compte rendu de Carla Cremonesi, Enfances Renier, dans Romania 80, 1959, p. 533.

3 20 064 vers, auxquels il faut ajouter une lacune estimée par l’éditrice à près de neuf cents vers.

4 Ce choix appellerait une réflexion qui dépasse le cadre de ce compte rendu. Si nous rejoignons l’avis de Paulin Paris sur la nécessité de traductions « plus fidèles dans leur ensemble que dans tous les détails » afin de rendre les chansons de geste « familières aux amis des lettres » (P. Paris, Étude sur les chansons de gestes et sur le Garin le Loherain de Jean de Flagy, Paris, 1863), nous ne partageons pas complètement, en revanche, la lecture de Mme Dalens-Marekovic quant à la stéréotypie des Enfances Renier. Que le poète recoure constamment à un style formulaire ne disqualifie pas forcément la qualité du style. Une telle entrée en matière risque de perpétuer le regard négatif du public contemporain sur l’œuvre dans sa version originale, ce qui n’est évidemment pas l’intention de l’éditrice.

5 On pourra se demander, dans le cadre du projet de l’éditrice, si certains termes techniques ou archaïques n’auraient pas pu être modernisés pour les lecteurs contemporains, même s’ils participent à la coloration médiévale du texte et donc à son « dépaysement ». Pourquoi, par exemple, ne pas traduire les termes « dromon » (v. 289), « periere » (v. 14 991), ou plus simplement encore l’unité de mesure « pied » ? La même question pourra être posée quant au maintien de formes redondantes qui auraient pu être simplifiées sans nuire à la qualité de la traduction. Voir par exemple la traduction de « Sus le brasier le rousti et le tourna » (v. 9 758) par « il fait rôtir sa victime au tournebroche au-dessus des flammes » (p. 299-300) ou encore « Et si li dites basset a vois serie » (v. 14 628) par « Et dites lui à voix basse en chuchotant » (p. 443). Les redondances sont certes présentes dans le texte original, mais il nous semble qu’en cohérence avec le projet de l’éditrice, ce type de phrases aurait pu être allégé. Ces remarques, somme toute secondaires, illustrent surtout les difficultés qu’a dû rencontrer l’éditrice, face à une œuvre aussi immense, pour trouver – comme elle y réussit en général – une traduction qui soit un « juste milieu ».

6 Voir par exemple la traduction de l’expression récurrente « ainz [...] jours acompliz et passez » (v. 14 754) par « avant que les ... jours ne se soient écoulés » (p. 446).

7 C’est ainsi que le terme « chartre », répété au vers 9 845 et 9 848, est successivement traduit « geôle », puis « prison » (p. 302).

8 Voir par exemple la traduction de « .I. Sarrazin apele, qui iert moult adoulez : / « Sire, dist il, se vous le conmandez, / Ce roit espié vous iert du cors ostez. » / Tibaut li dist : « De folie parlez ! / S’on le m’ostoit, tot seroie finez. / Ge veull qu’il soit soiez et recopez /Et le tronçon me soit el cors remez. » / Dïent paiens : « Si com vous conmandez. » (v. 1 028-1 036) par « Un Sarrasin du nom de Josué apostrophe Thibaut, qui souffre atrocement : « Seigneur, si vous l’ordonnez, nous allons vous retirer cet épieu du corps. – Ne dites pas de sottises ! Réplique Thibaut. Si on me l’ôte, je suis mort ! Sectionnez-le à la base et laissez le tronçon dans mon corps. – À vos ordres ! » répondent les païens » (p. 47).

9 C’est ainsi que « Grandoce apele, si l’a mis a reson / Que l’endemain, se ce li semble bon, / Voudont aller au Sepulcre a bandon. » (v. 19 663-64) est traduit par « [il] apostrophe Grandoce, puis se met à lui parler. Il lui dit que ses hommes et lui ont l’intention de se rendre dès le lendemain au Saint-Sépulcre ; est-il d’accord ? » (p. 589). De même pour « Moult se merveille pour quoi se va celant » (v. 4 043) qui est traduit par « Mais pourquoi cherche-t-il à la cacher ? » (p. 135).

10 Un exemple avec la traduction de « Le roy Butor fist forment a cremir : / Entre nos genz se fiert par grant aïr, / Plus de .L. en fist le jour mourir » (v. 4 458-60) par « Le roi Butor fait vraiment peur à voir ! Il fonce dans le tas. Ce jour-là, il a fait cinquante victimes ! » (p. 146). À noter, au passage, la traduction pertinente par l’expression imagée « dans le tas » du tour « se ferir par grant aïr entre... ».

11 Voir par exemple la traduction d’« oiseaus chantent seri » (v. 643) par « les oiseaux font entendre d’harmonieux ramages » (p. 35). Au final, si nous ne pouvons évidemment reprocher à la traductrice la richesse de son expression, certains choix nous semblent ne pas correspondre tout à fait à l’esprit original du texte. C’est le cas au vers 54, où l’expression « L’enfant y font .I. petitet chaufer » est traduit page 18 par « Elles passent l’enfant à travers les flammes ». Ce baptême par le feu (sur lequel revient fort judicieusement l’éditrice dans une longue note) nous semble ici sur-traduit par l’expression « passer à travers les flammes ».

12 Voir par exemple la précision « roi d’Egypte » pour traduire le seul « Rois » du vers 369, ou bien l’annonce proleptique du nom d’un pirate au vers 9 011 (« Ot .I. larron » traduit par « Se tient un pirate du nom de Rohard »). Voir également la correction du vers 9 031 à la page 279 où le chiffre « quarante » est corrigé – logiquement – en « soixante ».

13 Introduction, p. 14.

14 Il en va ainsi à la page 24, avec la traduction de : « Dist Pecoulés : « G’en sui seürs et fis / Que ja Tiebaut ne sera si hardis / Que il reviengne jamais en cest païs. / Assez a terres et viles et pourpris / Que jadis tint Desramez li floris ; / Vostre aÿous fu, s’estes couars faillis / Quanr de l’onnour n’estes pieça saisis / De Loquiferne malgré Turs et Persis. / A vous doit estre touz li païs subgis. » (v. 240-48) par : « – J’en suis absolument convaincu ! Renchérit Pecolet. Thibaut n’aura pas l’audace de remettre les pieds dans ce pays ; il a suffisamment de terres, de villes et de conquêtes qu’il a reçues en héritage de votre ancêtre, le chenu Déramé. Il est déshonorant pour vous de ne toujours pas être investi de Loquiferne. Qu’importe si cela déplaît aux Turcs et aux Perses, tout le pays doit être sous votre domination ! » (p. 24).

15 Précisons pour terminer que nous n’avons repéré qu’une lacune d’une dizaine de vers (v. 4 164-72, non traduits) et quelques coquilles sur un sondage plus précis de 5 000 vers : p. 42, ne pas lire « Otran se met à appeler Otran de Nîmes », mais « Rubyon se met... » ; p. 150, ne pas lire « plus de cent », mais « plus de deux cents » ; même page, la numérotation interne « v. 5 273 » est fausse ; p. 299, « telle était volonté de Dieu » doit certainement être une coquille par oubli du déterminant « la » ; p. 446, ne pas lire « trois Paiens », mais « quatre », …

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gauthier Grüber, « Les Enfances Renier, traduction en français moderne par Delphine Dalens-Marekovic  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 05 janvier 2018, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14207

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals