Navigation – Plan du site
En hommage à Éric Hicks

Éric est parti…

Bernard Ribémont
p. 7

Ce numéro spécial des Cahiers de Recherches Médiévales est dédié à Éric Hicks. Ce numéro est en effet consacré à la fin du Moyen Âge : le dernier travail d’Éric n’est-il pas une édition complétée d’une traduction particulièrement vivifiante des Ballades en jargon de Villon ?

Éric Hicks, qui nous a quittés le 3 janvier 2004, quelques semaines à peine après avoir pris sa retraite, était Professeur honoraire de l’Université de Lausanne. Atteint d’une maladie incurable, il a lutté avec un courage exemplaire contre l’inexorable, à tel point qu’il avait fini par donner un véritable espoir à tous ceux qui, comme moi, malgré l’inéluctable, se voulaient d’espérer.

Éric était un grand médiéviste. La palette de ses travaux et de ses connaissances étaient particulièrement étendue : c’est qu’il n’était pas de ceux qui aimaient à s’enfermer dans la cellule de l’ultra-spécialisation. Hors de la cage de tous les académismes s’envolait souvent son esprit fécond. Éric avait des idées. Elles étaient originales, novatrices et bousculaient souvent ; il n’hésitait pas à les avancer, mordant parfois, toujours avec une pointe d’humour… l’humour, non la moindre de ses qualités. Et qui ne cédait en rien à la rigueur de son travail.

Éric était un ami, et c’est l’image de l’homme que je retiendrai avant tout. Ceux qui l’ont connu d’un peu plus près ont su apprécier son humanité, sa joie de vivre, qui se manifestaient dans son sourire. Un sourire qu’on ne peut décrire, mais seulement ressentir et qui disait tant de choses ; qui disait son goût de la vie, sa chaleur et sa fidélité en amitié, ses qualités d’époux, de père et de grand-père. Ce sourire s’est éteint, mouché par la cruauté et l’injustice d’une mort survenue bien trop tôt. Mais il reste gravé, indélébile, au fond du cœur de ceux qui ont aimé Éric ; petit signal éternel rappelant la fragilité des choses et la supériorité de l’humour et de la chaleur humaine sur les petites ambitions, les mesquines querelles et la misérable vanité qui animent trop souvent notre monde universitaire.

  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals