Navigation – Plan du site

Joël Biard et Irène Rosier-Catach (éds.), La tradition médiévale des catégories (XIIe-XVe siècles)

Max Lejbowicz
Référence(s) :

La tradition médiévale des catégories (XIIe-XVe siècles). Actes du XIIIe Symposium européen de logique et de sémantique médiévales (Avignon, 6-10 juin 2000), Joël Biard et Irène Rosier-Catach (éds.), Louvain-la Neuve/Leuven-Paris, Éditions de l’Institut supérieur de philosophie/Éditions Peeters (« Philosophes médiévaux » XLV), 2003, XII-404 p., 16x24cm, bibliographie, index des noms
ISBN 90-429-1335-5 (Peeters, Leuven) et 2-87723-733-8 (Peeters, France)

Texte intégral

1Une historienne de la grammaire et un historien de la logique, tous les deux médiévistes, ont réuni leurs efforts et leurs compétences pour organiser en 2000 un colloque international sur les Catégories d’Aristote et pour en publier les actes trois ans plus tard. Le recueil contient vingt-deux études. Seize sont rédigées en anglais et six en français. Ce bilinguisme ne rend pas compte de la diversité des contributeurs. Diversité d’origine : douze nationalités sont représentées, dont sept européennes ; et ce sont presque autant de traditions intellectuelles de recherches et d’enseignement qui coexistent. Mais aussi, en dépit de la bannière commune qui les rassemble, diversité des sujets abordés et diversité des modes d’analyse. En somme, une diversité qui défie une présentation ordonnée du volume. Qu’on en juge !

2L’ensemble a beau se distribuer formellement en cinq parties (A. Nombre et nature des catégories ; B. Problèmes linguistiques et logiques ; C. Problèmes physiques, psychologiques, métaphysiques ; D. Problèmes théologiques ; E. Monographies), sa lecture en continu ne va pas sans d’amples sinuosités, à l’occasion desquelles le fil conducteur des Catégories s’estompe et se délite. Les éditeurs eux-mêmes témoignent de l’amplitude de cette dispersion et de la quasi-impossibilité de recentrer le volume sur le thème qui leur sert de titre. Ils rédigent leur présentation en adoptant une pratique peu usuelle dans ce genre littéraire. Après quatre pages d’un survol aussi intéressant que général sur l’accueil et le traitement des Catégories par les auteurs médiévaux, où aucune contribution n’est, si je puis dire, mise à contribution, ils en viennent à elles en deux pages. Ils en parlent en multipliant les points de vue et sans jamais reprendre à leur compte les cinq parties dont je viens de parler et dont on aurait pu penser qu’elles constituaient la charpente du volume. Ils passent d’un point de vue chronologique (de l’auteur le plus ancien, Guillaume de Champeaux, à l’auteur le plus récent, Blaise de Parme), à un point de vue d’historiens paléographes. Ils mettent en avant les contributions qui, s’appuyant sur des inédits, en éditent de larges extraits (celles de William Courtenay sur Michel de Massa ; de Sten Ebbesen sur l’Anonyme d’Orvillensis ; de Yukio Iwakuma sur Guillaume de Champeaux ; de Joke Spruyt sur une série de gloses anonymes du XIIe siècle). Ils parlent ensuite des contributions qui privilégient l’analyse diachronique (E. Jennifer Ashworth, qui suit le thème de l’équivocité des noms propres depuis Priscien et Porphyre jusqu’à Jean Dorp et Paul de Venise ; Simo Knuuttila, qui, après avoir résumé le chapitre 8 des Catégories, se livre à un panorama sur le traitement des émotions dans des textes aussi divers que la Summa de anima de Jean de la Rochelle, le De bono d’Albert le Grand et la Summa theologiae de Thomas d’Aquin, sans oublier le De natura hominis de Nemesius d’Émèse et le commentaire des Catégories de Simplicius...). Après quoi, ils abordent le nombre et le statut des catégories, soit la matière attribuée à la partie A du volume. Sur les cinq contributions qu’ils citent, deux seulement sont classées dans cette partie, les autres le sont en B, C et E. Etc. Le lecteur est confirmé dans sa découverte : il a entre les mains un recueil factice, qui s’est formé aux hasards de rencontres érudites.

3Un oubli inexplicable fait éclater le cadre chronologique pourtant clairement affiché dans le titre et repris sans ambiguïté dans la présentation. La contribution d’Alan Back, « Avicenna on Relations » parle de l’œuvre originale d’Avicenne, non de sa réception par les Latins. N’est-ce pas au début du XIe siècle qu’elle a vu le jour, bien avant celle de Guillaume de Champeaux ? Même chez des médiévistes de tradition laïque, un arabisant est marginalisé au point d’être passé sous silence dans le titre du recueil auquel il appartient de droit.

4Je voudrais dire un dernier mot sur l’une des catégories d’Aristote, celle du lieu, et plus précisément sur la localisation des institutions auxquelles les contributeurs appartiennent. La présentation parle d’un Australien, introuvable dans le volume, sauf à admettre que la ville d’Auckland s’est transportée pendant la nuit de la terre des Maoris à celle des Aborigènes ! Peut-on oublier que les Catégories s’ouvrent par des considérations sur les ambiguïtés du langage au point de ne pas ressentir le besoin de préciser que l’université de Waterloo ne se trouve pas en Belgique, comme la mémoire européenne inclinerait à le penser, mais dans l’Ontario, au Canada ? Comment savoir dans quel Akron se trouve l’université de William Edward McMahon ? Il y en a une demi-douzaine aux États-Unis ; après recherche, celui qui est en cause s’élève dans les plaines de l’Ohio. J’aimerais bien connaître le nombre de médiévistes qui savent spontanément situer sur une carte l’université de Kutztown. À Kutztown sans doute, mais Kutztown ? Suffit-il de gloser savamment sur la distinction entre les mots et les choses pour se croire dispenser de rattacher les villes à des ensembles aisément répétables ?

5Il reste que les dieux de l’érudition ont été bienveillants. Pour surprenants qu’ils soient, les errements dont je viens de parler sont sans incidence sur la qualité des études si bizarrement réunies dans le même volume. Elles sont pour la plupart d’autant plus passionnantes que chacune ne « roule » que pour elle. Elles surgissent comme des singularités irréductibles à un thème commun, à moins de l’envisager depuis Sirius. L’Aristote historique et l’Aristote latin ne bornent en rien l’horizon de ce beau travail. Mieux vaut le savoir avant d’entreprendre le voyage.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Joël Biard et Irène Rosier-Catach (éds.), La tradition médiévale des catégories (XIIe-XVe siècles) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 09 juillet 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/211

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals