Navigation – Plan du site

Paul Bretel (éd.), Le Jongleur de Notre-Dame

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Le Jongleur de Notre-Dame, traduit et commenté par P. Bretel, Paris, Champion, 2003, 179 p.

Texte intégral

1Le Jongleur de Notre-Dame jouit d’une situation pour le moins paradoxale: la légende est connue, a bénéficié d’une longue postérité, jusque très récemment (M. Zink l’a adaptée en 1999), mais le texte original, injustement, semblait tombé dans un certain oubli (aucune mention dans le Dictionnaire des lettres françaises), en dépit de l’édition/traduction procurée en 1981 par P. Kunstmann (Vierge et merveille, Paris, U.G.E., 10/18).

2L’oubli est donc réparé, et le récit rendu à nouveau accessible grâce aux bons soins de P. Bretel, qui offre au lecteur un texte de grande qualité, dans une présentation qui ne l’est pas moins. Une copieuse introduction dresse un tableau très complet du contexte: littérature mariale, situation du jongleur et du convers, réhabilitation du jongleur, liée à une évolution de la spiritualité et de la réflexion théologique etc. C’est en effet le grand intérêt de ce texte que de présenter un témoignage sur l’évolution durant le XIIIe siècle de l’attitude de l’Église vis-à-vis de ce métier très déprécié déjà par les Pères. On peut ainsi mettre Le Jongleur de Notre-Dame en rapport avec une série de textes plus ou moins similaires, que P. Bretel ne manque pas d’évoquer, quand bien même le cadre des comparaisons proposées aurait certainement pu être élargi: on regrettera notamment qu’aucun rapprochement ne soit suggéré avec certains romans contemporains, comme Le Roman de la Rose de Jean Renart par exemple, qui témoignent également, quoiqu’à leur manière, d’une réhabilitation des professionnels du divertissement. Mais il est vrai que le jongleur n’était pas forcément la préoccupation principale de P. Bretel, auteur, rappelons-le, d’une étude sur les ermites et les moines dans la littérature française du Moyen Âge (Paris, Champion, 1995).

3Après l’introduction suivent la traduction de P. Bretel, puis une édition du texte en ancien français, dont, bizarrement, l’origine n’est nulle part clairement précisée, mais dont on croit néanmoins comprendre qu’elle a été procurée par A. Meiller. Si l’édition en elle-même n’apporte pas d’améliorations notables à un texte qui ne semble pas poser de difficultés majeures, en revanche la traduction se recommande par sa clarté et sa grande précision, constamment éclairée par les nombreuses notes lexicales et commentaires très fournis qui couvrent à la fin de l’ouvrage plus de cinquante pages (à lire à la loupe!). On saluera en fin de compte le travail d’analyse extrêmement fouillé auquel s’est livré P. Bretel, qui restitue ce texte pourtant bref (684 vers) dans toute sa richesse.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Paul Bretel (éd.), Le Jongleur de Notre-Dame », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/233

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
#content--> logosv id="nav">

li>
  • L ="ht ure s-gssique.com/arch.ops/e="submit" ure slassiquesf=img alt35Logo " ure slassiques srccotion.org/docanne<0a heame=i>24e />e)
  • L : http://journals.openediation/pdf"o avl Cahitent">PaSdans lsvaleet leLe dr">11="na img alt35O/seErch.op aselinese srccon" tys/logo-hitent-nedMH_160x7e) fooSe cor="nav">
  • L : http://journals.openedition.org/crm/?page=map">Plan duation – 415a hrnt"se9">Auation – < 73ssC=usAuation< /a> – Flévuneyndype="ape) < t"
  • L : http://journals.openedia>N="24adres. nidyllO/seErch.op aselinesavigation –