Navigation – Plan du site

Philippe Haugeard, Du « Roman de Thèbes » à « Renaut de Montauban ». Une genèse sociale des représentations familiales

P. Cordella
Référence(s) :

Philippe Haugeard, Du « Roman de Thèbes » à « Renaut de Montauban ». Une genèse sociale des représentations familiales, Paris, PUF (« Perspectives littéraires »), 2002, 305 p.
ISBN 2-13-053193-8

Texte intégral

1L’ouvrage de Ph. Haugeard est une approche psycho-sociologique de la représentation des membres de la famille dans les œuvres littéraires du XIIe siècle à travers la pratique de l’héritage. Haugeard explique en effet que c’est dans ces conflits de succession que les représentations de soi et de l’autre dans la structure familiale nucléaire (père, mère, fils aîné, fils cadets) se rendent explicites. Dans son introduction, où il fait état des différentes méthodes d’approche de la famille, Haugeard situe son étude dans le courant méthodologique de la psycho-sociologie de Moscovic qui prend en compte l’individu par rapport à la structure sociale, c’est-à-dire l’individu dans la famille et la famille dans la société. Or, la conception lignagère étant verticale et passant par les seuls fils aînés, il s’agit de rechercher comment la structure sociale qui a mis en place le droit d’aînesse peut influencer, certes, la conscience de l’aîné, chéri et élevé pour être l’héritier du patrimoine des ancêtres, mais aussi les cadets, lésés tant de l’amour de leur famille que de la jouissance du patrimoine paternel.

2Dans la première partie de l’étude, l’analyse de quelques passages extraits d’ouvrages historiques et littéraires montre que les clercs et les trouvères du XIIe siècle acceptent comme une évidence le droit d’aînesse, bien que l’égalité des fils ne soit jamais contestée. Cependant, s’il n’existe pas de stéréotype de l’aîné à proprement parler, un automatisme social fait que l’aîné est l’objet d’une attention particulière par rapport à ses frères (dans une fratrie, il est souvent le seul a être nommé). Haugeard démontre que les œuvres littéraires du XIIe siècle, bien qu’accueillant le principe de primogéniture, prenaient en considération le problème de l’héritage non partagé et de l’avenir des cadets, voire qu’elles manifestaient plutôt le point de vue de ces derniers. Dans une sorte de logique compensatoire, les œuvres offraient aux cadets des solutions alternatives à leur avenir de déshérités très peu réalisées dans la réalité.

3La deuxième partie est dédiée au Roman de Thèbes. L’auteur fait preuve de réalisme en « coupant l’herbe sous le pied » (p. 112) des critiques voulant en faire une Consolatio Philosophie, un affrontement Orient vs Occident (A. Petit) ou une œuvre de propagande pour Henri II Plantagenêt. En faisant un état de la question sur la datation du roman, il arrive ainsi à démontrer que Thèbes était conçu indépendamment des Roman d’Eneas, de Troie, de Brut et de la Chronique des ducs de Normandie et qu’il ne s’inscrivait pas dans un projet de propagande explicite. Au contraire, les rapprochements entre la succession dans le royaume de Thèbes et l’histoire récente de la couronne d’Angleterre n’auraient pas été vraiment en faveur de cette dernière. En revanche, les enjeux du partage de l’héritage et les rivalités internes à toute famille aristocratique au XIIe siècle suffisaient à rendre le thème de la désastreuse succession thébaine fort actuel. Le Roman de Thèbes est donc pour Haugeard avant tout « le récit tragique d’une lutte fratricide dont il convient de tirer une leçon » (p. 112). Un autre thème, dont Haugeard souligne l’importance au niveau des représentations psychologiques, est celui de la mort du fils, à commencer par la tentative d’infanticide de Laïus : la privation de l’héritage ou la malédiction des fils ne serait qu’une autre façon de perpétrer un infanticide. C’est en cela que Le Roman de Thèbes représente « une longue variation sur le thème du lien affectif et social père-fils » (p. 195).

4Dans la troisième partie, Haugeard passe en revue trois autres textes. D’abord Prothesilaus : ici la ressemblance quasi totale du fils cadet avec le père génère le conflit entre héritages biologique et social. Puis Les Narbonnais, où Haugeard accepte avec réserve l’interprétation de J. Grisward quant au « partage du monde ». Il préfère expliquer le recours à ce thème, certes d’origine indoéuropéenne, comme une autre solution compensatoire pour l’avenir des fils déshérités. L’auteur anonyme des Narbonnais a donc recours à une pratique propre aux origines de la féodalité, quand « l’espace du monde » était encore assez ouvert pour que chaque jeune chevalier se procure un territoire. Ainsi, l’image négative d’Aymeri déshéritant ses fils et les chassant de sa maison est tempérée par Charlemagne qui confirme la distribution des terres effectuée par Aymeri, donnant aux six enfants le droit d’être casés, et en fin de compte, d’exister. Dans Renaut de Montauban, dernier ouvrage analysé, le rêve du père nourricier et protecteur, qu’Aymon ne peut pas être en raison de son lien vassalique avec Charlemagne, et que les quatre fils d’Aymon retrouvent en Yon (tant qu’il ne les trahit pas !), permet à Haugeard une nouvelle interprétation de la fin de cette chanson : le départ au Saint Sépulcre, l’ermitage et la solitude finale de Renaut ne seraient qu’un refus du monde dû au traumatisme d’avoir été banni par le père. Les couples Œdipe-Adrastus, Aymeri-Charlemagne et enfin Aymon-Yon formeraient donc trois images du père idéal. En effet, au rapport complexe de rejet/attraction des trois pères biologiques qui maudissent, déshéritent ou bannissent leurs enfants, s’oppose et s’intègre la représentation des pères virtuels, qui accueillent les enfants et les nourrissent, leur donnent femme et territoire, en reconnaissant ainsi leur droit à l’existence. Pour compléter l’imaginaire familial, Haugeard n’oublie pas la représentation des mères, expression de l’amour et de la tendresse, qui cherchent vainement à limiter les ravages psychologiques exercés par leur mari sur les enfants.

5Le seul défaut peut-être d’Haugeard est de transposer parfois ses conclusions psychologiques à des sentiments qui paraissent plutôt dictés par la conscience de soi de notre époque – époque post-moderne et en continuelle psychanalyse – que déduits des ouvrages étudiés. Bien qu’il reconnaisse lui-même que la subjectivité littéraire des auteurs pris en considération se borne au niveau moral et social plutôt qu’intime, Haugeard nous parle d’un « idéal d’amour, de compréhension et de solidarité, d’une nostalgie pour le temps de l’enfance et d’un rêve d’unité familiale indestructible » (p. 284) qui nous paraissent sinon impossibles dans la vision du monde propre au XIIe siècle, du moins improbables. Autrement, le choix de la perspective psycho-sociologique est original et très intéressant et, malgré quelques lourdeurs et répétitions dans l’analyse détaillée des passages, on salue avec reconnaissance cette étude qui met l’accent sur les retentissements psychologiques à l’intérieur de la famille d’une pratique sociale si importante et structurante que la répartition de l’héritage.

Pour citer cet article

Référence électronique

P. Cordella, « Philippe Haugeard, Du « Roman de Thèbes » à « Renaut de Montauban ». Une genèse sociale des représentations familiales », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/267

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals