Navigation – Plan du site
Regard sur une œuvre : Girart d’Amiens

Escanor dans son roman

Damien de Carné
p. 153-175

Texte intégral

  • 1  Dans l’Introduction du texte de référence (Girart d’Amiens, Escanor, éd. Richard Trachsler, Genève (...)
  • 2  C’est là un des pôles de la maigre bibliographie critique consacrée à Escanor : sur le rôle de Gau (...)

1Le roman d’Escanor, offert par Girart d’Amiens à la reine d’Angleterre vers 1280, arrive tard dans la tradition arthurienne. Sous sa forme versifiée, cette littérature s’essouffle inexorablement1. Le monde arthurien représenté dans ce long texte de 26 000 vers est tributaire, tant dans la représentation de la société que dans les modalités narratives, d’un héritage très solidement constitué qui intègre les apports nombreux des précédents romans en vers mais aussi des récits en prose. De cet héritage, Girart n’a pas souhaité se défaire. Il apparaît au contraire qu’il y avait de l’amusement, pour lui, à laisser ressentir le poids du genre. C’est d’ailleurs dans cette perspective que les gauchissements infligés à la caractérisation habituelle des personnages prennent sens : ainsi des succès chevaleresques et des tentatives amoureuses de Keu, et du trouble relatif jeté sur la figure de Gauvain2. Pour le reste, le personnel arthurien est semblable à lui-même : Agravain, Mordret, Dynadan, Perceval, sont conformes à l’image que le roman arthurien en a généralement laissé. Dans ces conditions, le soin qu’a pris Girart de mettre en relief des acteurs étrangers à la tradition, ou du moins qui n’appartiennent pas à la nomenclature standardisée de la chevalerie arthurienne, mérite une attention particulière.

  • 3  Signalons l’exception du Chevalier à l’épée. D’habitude, le titre désigne le héros (Erec et Enide, (...)

2Escanor le Bel, ou Escanor de la Blanche Montagne, est un personnage soigné, un « méchant » subtil, ni vil ni monstrueux. Il fournit au roman son titre, quoiqu’il puisse moins que Gauvain ou Keu prétendre au statut de protagoniste, et alors qu’il est fort rare, dans le récit arthurien, que celui qui s’oppose à Arthur et à ses chevaliers donne son nom au texte auquel il prend part3. L’importance manifeste que Girart a accordée à Escanor encourage à examiner selon quels procédés le récit parvient à caractériser efficacement le personnage et à le revêtir de traits spécifiques.

  • 4  Sur le titre du roman, voir l’Introduction de l’édition, p. 26.

3Plus que son portrait, qui ne nous retiendra guère, ce qui nous intéresse est l’implication d’Escanor au sein du système des personnages non seulement de ce roman, mais également de certains qui l’ont précédé. Nombre d’aspects de son rôle dans le roman de Girart s’éclairent si l’on considère l’histoire d’Escanor au fil de différents romans aussi bien que la diversité de ses avatars au sein de ce roman précis qui, le titre l’atteste, devait être le sien, et dont il modèle en profondeur l’organisation4.

Le bel Escanor et son oncle

4Escanor le Bel avait tout pour plaire. Personnage parfaitement recommandable, il ne lui manque aucune qualité. Brillant combattant (il met Gauvain en péril lors de leur duel, v. 21114-21166), précieux homme de guerre (v. 20408-20414), fins amant et mari sans reproche (v. 3310-3314) d’une femme à la beauté superlative (v. 8391-8476), souverain fortuné et adoré par ses sujets (il est décrit par les gens de sa suite comme leur douz seingnour, gentil, sage et soutil, ou encore preudome, v. 8185-8205), capable enfin de la hauteur morale qui autorise les héros à se retirer du monde et à finir saintement, il apparaît comme un rival accompli des plus grande figures du royaume de Logres, sur les trois plans de la chevalerie, de la courtoisie et de la politique.

5Pourtant, quelques étrangetés écaillent la surface polie du personnage. Sa généalogie, peu indispensable de prime abord au déroulement de l’action, confère à Escanor une dimension inquiétante.

  • 5  On aura reconnu deux des modalités du « fantastique » médiéval désignées par le travail fondateur (...)

6Dans le roman arthurien, celui qui vient à la cour semer le désordre finit souvent par s’avérer un être de l’Ailleurs. Escanor, que son nom relie à une « Montagne », qui plus est « Blanche », présente cette altérité potentiellement fantastique5. Il possède un oncle qui révèle cette anormalité du personnage : par le père de cet oncle, Escanor le Bel appartient à une lignée de géants. L’oncle, en effet, Escanor le Grand, ou Escanor de la Montagne,

[…] fu fix d’un roy,
Un jaiant qui ainc ne mist roi
Qu’en cruauté et en mal faire. (v. 13497-134999)

Autre fait inquiétant, il hait farouchement Gauvain :

Mais s’il veïst que par droiture
Pourchacier venjance en peüst,
De rienz si grant joie n’eüst. (v. 13640-13642)

  • 6  Éd. cit., Introduction, p. 77.
  • 7 Ibid.

7La consubstantialité génétique de l’oncle et du neveu est considérablement soulignée par leur homonymie. Ce redoublement d’Escanor est un des faits les plus mystérieux de l’ensemble de l’œuvre. Il permet sans doute, comme l’écrit Richard Trachsler, de voir « la taille de géant habilement déléguée à l’oncle »6. Cependant, dénuée de développements complémentaires, cette explication n’en est pas vraiment une. Pourquoi Escanor devrait-il avoir une taille de géant et une ascendance gigantesque, lui qui est représenté comme un être totalement soumis aux exigences chevaleresques et courtoises ? Et pourquoi lui avoir donné un nom – « cette Blanche Montagne située dans le lointain nord de l’île » – qui, tout comme la taille de géant, « évoqu[e] la sauvagerie »7 ? Ces éléments inexpliqués sont selon nous la marque des exigences intertextuelles auxquelles l’auteur a dû, ou voulu, se plier. L’observation du passé littéraire d’Escanor fournit sur ce point des indices probants qui aident à comprendre comment s’est construit le duo oncle/neveu.

Un lourd passé arthurien

  • 8 Ibid., p. 76.
  • 9  Il ne figure dans aucun des armoriaux présentés par Richard Trachsler en annexe de son ouvrage, Cl (...)

8Richard Trachsler rappelle les occurrences antérieures d’Escanor dans la littérature arthurienne : la Troisième Continuation du Conte du Graal, de Gerbert de Montreuil, L’Âtre périlleux, Guiron le Courtois et la Compilation de Rusticien de Pise8. Bien qu’il n’ait jamais bénéficié d’une intégration complète, d’une place propre au sein de la littérature arthurienne9, Escanor n’est donc pas un personnage sans passé littéraire. Les apparitions successives d’« Escanor » disposent progressivement un ensemble de données dont Girart s’est habilement servi.

  • 10  Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, t. 3, éd. Marguerite Oswald, Paris, Champion, c (...)

9Escanor apparaît pour la première fois chez Gerbert de Montreuil10. Son rôle y est extrêmement limité, puisqu’il se contente de participer à un tournoi et ne sert, renversé par Tristan comme d’autres chevaliers malchanceux, qu’à faire ressortir le prestige du héros de Cornouailles. Il faut signaler néanmoins que le nom figure déjà dans son entier : Tristan

  • 11  Et ce en dépit d’une certaine variance du nom : Eschanor (v. 4172) ne pose pas de problème, mais M (...)

Sor l’escu d’or al lïoncel
Fiert Escanor de le Montaigne,
Jus l’abat del cheval d’Espaigne. (v. 4254-4256)11

  • 12  Les références à L’Âtre périlleux sont faites à partir de l’édition Woledge, L’Âtre périlleux, Par (...)

10Escanor est encore un chevalier normal. Ce n’est plus le cas lors de ses apparitions ultérieures. Il est difficile de déterminer dans quel ordre s’enchaînent les occurrences suivantes du personnage, si L’Âtre périlleux précède ou non Guiron le Courtois12. Dans les deux cas, pourtant, les auteurs ont imprimé au chevalier une notable dimension maléfique.

11L’Escanor que représente L’Âtre périlleux est un géant. Plus exactement, il est ce modèle déguisé de géant que Francis Dubost a désigné, comme les textes médiévaux, du nom de grant chevalier :

  • 13  Francis Dubost, op. cit., p. 578.

Le géant relève d’une altérité projetée très loin à l’extérieur de la classe chevaleresque, tandis que le grant chevalier relève d’une altérité plus proche et donc plus troublante. Il peut provoquer un malaise comparable à cette inquiétante étrangeté que l’on découvre parfois avec horreur dans les choses les plus familières.13

  • 14  Dans l’étude qui précédait son édition (L’« Âtre périlleux », études sur les manuscrits, la langue (...)
  • 15  Francis Dubost considère qu’il « appartient à la catégorie des “Orgueilleux” » (op. cit., t. 2, p. (...)

12Malgré cette nuance, l’Escanor de L’Âtre périlleux, créature grande, maléfique et étrangère, correspond au type du géant. La taille du chevalier est évoquée à plusieurs reprises14. Cet Escanor se manifeste dès son entrée en scène par sa violence et son mépris des règles sociales élémentaires15 :

Tant fu orgellox le vassal
Qu’ainques ne retint son ceval
Tant que il vint devant le roi,
Et se vint par itel desroi
Que son frain hurta a le table. (v. 155-159)

  • 16  Tout comme le versant maléfique du chevalier insolent envers Arthur, dévoré de haine jalouse pour (...)

13Ces deux points de description du personnage étaient absents du chevalier si banal de la Continuation de Gerbert16. Ils donnent à Escanor le trait gigantesque qui a perduré dans le roman de Girart d’Amiens. Pourquoi l’auteur de L’Âtre a-t-il choisi ce personnage, ou du moins ce nom (« C’est Escanors de la Montaigne », révèle à Gauvain, au vers 1598, la demoiselle qu’il a sauvée du cimetière diabolique) ? Sans doute la connotation fantastique portée par le nom de Montaigne est-elle à l’origine de cette évolution :

  • 17  Francis Dubost, op. cit., p. 605.

On a déjà montré que le géant occupait souvent la fonction dévolue par ailleurs à « la bête de la montagne ». Le roman va cristalliser sur ce personnage l’expression de la brutalité sauvage, la hantise du retour à la barbarie où prévaut la loi du plus fort, l’obsession de la violence sexuelle et plus généralement tous les périls que l’éthique courtoise s’efforçait de conjurer.17

  • 18  Brian Woledge, op. cit., p. 96. Signalons toutefois que Gaston Paris avait émis l’idée que le seco (...)
  • 19  Le lien organique qui relie L’Âtre périlleux à Escanor est confirmé également par l’aventure de l’ (...)

14L’influence de L’Âtre périlleux sur Escanor ne doit pas faire de doute. Elle a été relevée il y a longtemps par Gaston Paris et admise sans réserves par Brian Woledge : « l’auteur [du roman d’Escanor] semble y avoir pris son principal personnage et l’idée de sa rivalité avec Gauvain »18. Sur cette rivalité, qui montre avec une plus grande exactitude encore la filiation, nous reviendrons dans quelques pages19.

  • 20  Voir les remarques de Richard Trachsler, éd. cit., Introduction, p. 81-85 et 94. Aux noms relevés, (...)
  • 21  La liste des quêteurs de Girflet mentionne li cortois Pellesvaus (v. 14390), alors même que Percev (...)
  • 22  Si le nom d’Andrivete vient du nom de l’amie de Keu dans le Conte du Mantel (R. Trachsler, éd. cit (...)

15Le rapport d’Escanor avec Guiron le Courtois est moins visible. Tout au plus peut-on rappeler que Girart connaissait fort bien les textes en prose ; non seulement le Lancelot dans son ensemble et le Tristan20, mais aussi le Perlesvaus21, et probablement le Perceval en prose22 : on ne voit pas pourquoi, dans ces conditions, il aurait ignoré Guiron le Courtois. Or, l’Escanor de Guiron le Courtois est revêtu à son tour des caractéristiques qui intéressent l’histoire du personnage, et qui ne sont pas sans rapport avec le roman de Girart.

  • 23 Op. cit., p. 117.
  • 24  Op. cit., p. 118 : « Peut-être, dans le meilleur des cas, le scribe avait-il à sa disposition un t (...)

16Le nom du personnage, en premier lieu, pose problème. L’Escanor de Guiron est appelé Escanor le Grand (§ 4, § 53…). On remarque avec intérêt qu’il répond également au nom d’Escanor de la Montagne, comme l’oncle d’Escanor le Bel dans le roman de Girart, qui porte aussi bien les deux noms. Malheureusement, le nom d’Escanor de la Montagne est localisé dans deux passages isolés de Guiron (§ 155 et 198 n. 2) dont l’authenticité est fort douteuse. Dans le premier cas, il s’agit de la version divergente de 338, que Roger Lathuillère estime avoir été « écrite après coup, par un arrangeur, pour masquer une déficience du texte »23 et pour laquelle il suggère une datation très tardive24 ; la deuxième occurrence de ce nom se trouve dans la version particulière qui correspond au manuscrit 3325 de la Bibliothèque de l’Arsenal, mais au cours d’un épisode qu’ont intercalé sous cette forme les trois seuls témoins F, 358 et R, manuscrits composites et datant du XIVe (F et R) ou du XVe siècle (358). Il semble que l’assimilation d’Escanor le Grand à Escanor de la Montagne dans Guiron soit réservée à des épisodes refaits récemment. Dans ces conditions, elle serait originellement le fait de Girart d’Amiens dans Escanor.

17Quoi qu’il en soit d’Escanor de la Montagne, l’idée qu’a eue Girart de donner à l’oncle d’Escanor le Bel le nom d’Escanor le Grand lui vient nécessairement de Guiron, à la version de base duquel il est largement postérieur.

18Escanor le Grand, dans Guiron, a beau être désormais un chevalier de la Table Ronde, il fait partie des fauteurs de désordre du monde arthurien, puisqu’il est le premier à transgresser la loi de courtoisie guerrière de merci accordée à un vaincu :

Et bien estoit a celui tens la coustume del roialme de Logres que nul chevalier ne meïst l’autre a mort puis qu’il l’eust asseuré ; et dura ceste costume dusqu’a tant que Escanor le grant, qui compaingnon fu de la Table Reonde, encommencha les felonnies del roialme de Logres. (§ 4)

19Gauvain, Lac et Meliadus, libérés du château d’Escanor où ils ont été emprisonnés et maltraités, craignent qu’il ne continue à faire grant anui as chevaliers errant (§ 53).

  • 25  Ces indications sont issues de l’édition partielle que Venceslas Bubenicek a donnée de ce manuscri (...)
  • 26 Op. cit., p. 123-124.

20La version particulière du manuscrit 3325 de l’Arsenal conforte le personnage dans son statut de nuisible, acquis dans la version de base. La date de cette version est mystérieuse. Le manuscrit remonte, selon Roger Lathuillère, à 1250-1275, et plutôt au début de cette période. Venceslas Bubenicek est moins « optimiste » : fin XIIIe ou début XIVe siècle, mais le manuscrit ressemble beaucoup, matériellement, à un groupe de témoins que l’on peut précisément dater de 1274 à 129825. Roger Lathuillère considérait cependant que, dans la mesure où ce manuscrit était (et demeure, même avec les dates proposées par V. Bubenicek) un des plus anciens témoins, la version qu’il contient devrait être assez peu postérieure à la version de base26. Girart a très bien pu connaître cette rédaction dans laquelle le géant Escanor le Grand informe beaucoup plus précisément l’oncle d’Escanor le Bel que ne le fait l’Escanor de la version de base de Guiron.

  • 27  Transcription du ms Ars. 3325, folio 185, verso, col. a : « Ge demandai a celui qi ce me dist se i (...)

21En effet, Escanor le Grand, dans ce manuscrit, descend de géants. Il est d’une force gigantesque27, il est un personnage maléfique (parent de Caradoc de la Douloureuse Tour), comme nous l’apprend ce passage consacré à Guiron et Danain :

  • 28  Ars 3325, folio 185, verso, col. a, lettre ornée. Cette aventure correspond au § 198 de l’analyse (...)

Endementiers qe il aloient andui parlant de Escanor le Grant qi segnor estoit de celui chastel qe il veoient devant eaus (et a la verité a dire celui Escanor qe ge vos di n’estoit mie moins grant d’un jaianz, et se il estoit grant, n’estoit mie grant merveille, qar sanz faille il estoit estret de par som pere e de par sa mere dou lingnage de [ja]ianz, et parant estoit il prochains de Carados le Grant, le segnor de la Doloreuse Tor dont vos parlerom en nostre livre auqune foiz qant il en sera le lix e tens).28

22Danain et Guiron approchent du Hombre, et, spectacle désolant, près de la rive

  • 29  Ars 3325, folio 185, verso, col. b.

avoit une damoisele toute nue, en chemise en tel guise que nulle robe dou monde n’avoit fors que sa chemise, et estoit en l’eve dusqe de sa ceinture, e si estoit l’eve si froide estrangemant come cele qi pres de toute estoit engelee fors qe la ou ele estoit, dont ce estoit une grant merveille que la damoisele n’estoit morte del grant froit qe ele enduroit dedenz l’eve.
E le damoisele dont ge vos cont estoit en l’eve en tel maniere e plouroit mout angoisseusemant. Et se ne fust ce que la grant poine dou grant froit qu’ele avoit a celui point, qi la color li toloit, bien la peust l’en tenir seuremant por bele damoisele e por avenant, qar ele estoit de toutz membres mout bien fete e covenable.29

23C’est bien sûr Escanor le Grand qui retient la demoiselle de cette sauvage façon.

24Avant de considérer le traitement par Girart de ces données qu’il avait à sa disposition pour façonner son propre Escanor, il convient d’ouvrir une parenthèse sur les rapports entre L’Âtre périlleux et le Guiron le Courtois de la version de l’Arsenal. Le motif de la demoiselle tenue dans l’eau froide est assez peu attesté : outre le Perlesvaus et le postérieur Claris et Laris, on le trouve seulement dans deux romans qui sont, justement, L’Âtre périlleux et la Continuation de Gerbert de Montreuil.

  • 30  Il existe une petite bibliographie consacrée à ce motif, au premier rang de laquelle on placera Je (...)
  • 31  C’est le nom de Perceval que donne la demoiselle chez Gerbert (v. 15057) ; dans L’Âtre, la demoise (...)
  • 32  L’Âtre périlleux, Appendice, v. 20 sqq., et ci-dessus n. 26 pour Guiron.
  • 33  L’Âtre périlleux, Appendice, v. 98-101 (Lors a veüe la fontaine,/Qui sist mout pres de le chité,/E (...)

25Il est étonnant de rencontrer à nouveau ce même trio de textes qui font figurer Escanor. Cela rend plus plausible l’influence des uns sur les autres. L’aventure30 racontée chez Gerbert (éd. cit., v. 14999 sqq.) ressemble de près à la version qu’en donne L’Âtre périlleux. Élément constitutif du motif, les raisons du châtiment de la demoiselle sont les mêmes : la malheureuse a affirmé à celui qui la maltraite que l’on pouvait trouver meilleur chevalier que lui31. Dans le Guiron, cette donnée n’apparaît pas. Mais on perçoit dans ce dernier texte des points communs avec la version de L’Âtre, relatifs à la construction de l’épisode : un récit relatif au chevalier-bourreau précède l’aventure elle-même32, et le panorama offert à Gauvain ou Danain et Guiron commence par le chevalier armé, avant la demoiselle dans l’eau33.

  • 34  Cette addition est impossible à dater avec précision. Brian Woledge ne peut que constater que le m (...)

26L’existence d’un lien entre les textes est plausible. Le texte de Gerbert est le premier. Au vu de la proximité des versions d’une part de Gerbert et L’Âtre périlleux, d’autre part de celui-ci et Guiron, il est tentant de considérer que L’Âtre s’est d’abord servi de Gerbert, et ensuite Guiron de L’Âtre. Il est vrai pourtant que, comme dans le cas de Guiron, cet épisode de L’Âtre périlleux est donné seulement par une version particulière, ajoutée postérieurement à l’original34. On hésitera donc sur l’ordre ; il reste néanmoins que la figure d’Escanor relie fortement L’Âtre périlleux et le Guiron le Courtois de l’Arsenal.

  • 35  Folio 185, col. b. Pour réfléchir aux rapports entre Guiron et L’Âtre périlleux, il est dommage de (...)

27Certes, dans L’Âtre périlleux, Escanor est déjà mort au moment où Gauvain rencontre la demoiselle. Mais celui qui a interpolé cet épisode a tout fait pour que le Roi de la Rouge Cité, qui tient la demoiselle dans l’eau, apparaisse comme un Escanor de substitution : la mention de la couleur rouge et l’équipement rouge du malfaisant (Appendice, v. 111-112, Il n’i ot seur li point de blanc,/Ains iert plus rouge que nul sanc ; l’épée est rouge, v. 116 ; le heaume également, v. 399) équivalent aux armes vermeilles d’Escanor (v. 1517) ; le Roi de la Rouge Cité est un orgueilleux (Appendice, v. 21, mout outrequidiés et fier), qui met à mort avec sauvagerie tous ceux qu’il vainc ; enfin, et ce détail n’est pas sans importance, son « repaire » se situe à proximité d’une montagne (Appendice, v. 96-99, Tant esperonne le destrier/Qu’il ot passee le montagne ;/Lors a veüe le fontaine,/Qui sist mout pres de le chité). Dans Guiron le courtois, l’aventure de Danain et Guiron se déroule, comme dans L’Âtre, dans la montagne : il neige, le Hombre prend sa source tout près, les chevaliers ont logé, la veille, dans un château de Léodagan situé « au pied d’une montagne » (Lathuillère, § 197) et ils aperçoivent le château d’Escanor qui estoit fermez ou pié d’une montaigne35.

Escanor et Gauvain

  • 36  Il n’y a, d’après l’analyse d’Eilhart Löseth, rien à dire de particulier sur l’Escanor de Rusticie (...)

28Qu’a fait Girart d’Amiens de ces données, dans l’établissement de son personnage36 ? On comprend mieux le redoublement d’Escanor, la « délégation » de la taille de géant, et l’organisation générale de la généalogie.

  • 37  L’Escanor de Guiron a des démêlés avec Gauvain, dont il serait néanmoins hasardeux de tirer des co (...)
  • 38  Pour les traits de chevalier faé du ravisseur de L’Âtre périlleux, voir Huguette Legros, « Le Chev (...)

29Girart a pris à L’Âtre périlleux le nom d’Escanor « de la Montagne », son hostilité fondamentale à Gauvain, beaucoup moins caractéristique dans le Guiron37, l’opposition à l’autorité d’Arthur et des éléments de surnaturel. Il y a vu sans doute aussi le caractère faé du neveu38 et d’encombrants indices de gigantisme. Il a trouvé dans Guiron l’autre nom du personnage (le Grant) et la confirmation des aspects turbulents d’Escanor : un gigantisme affirmé, une marginalité assumée au sein du monde d’Arthur, une connotation générale de maléfice beaucoup plus appuyée. Le passé de géant d’« Escanor » et son rôle nuisible étaient si prégnants que Girart ne pouvait laisser de côté purement et simplement cette donnée. Il a en quelque sorte coupé le personnage en deux : à l’oncle, le gigantisme et les traits qui s’y rattachent, au neveu la tâche de normaliser son lignage et de véhiculer un merveilleux plus discret et de bon aloi.

30Escanor le Grand est donc le fils d’un jaiant peu aimable et, pour compléter son appartenance surnaturelle, d’une enchanteresse qui ne se distingue pas, elle non plus, par sa grandeur d’âme :

Une fenme ot malicieuse,
Cil rois, selonc c’on percevoit,
Et cele roïne savoit
Tot le pooir d’enchantement
Et tant qu’il n’estoit nulement
Adonques si male sorchiere
Ne qui honor eüst mains chiere. (v. 13502-13508)

31Il est lui-même un orgueilleux, comme son modèle de L’Âtre périlleux :

  • 39  Voir aussi v. 13611, 13589 et 13630.

Escanor le Grant, qui monta
En grant orgueil de sorquidance. (v. 13510-13511)39

32En bon fils de géant, il a hérité de la force physique sans équivalent de ses ancêtres, tant biologiques qu’intertextuels, lui qui fu de si grant puissance/Que nus hom n’estoit de sa force (v. 13512-13513), ainsi que de leur propension au mal :

Et d’Escanor revit bien l’estre
Qu’il seroit grans et fors sor toz,
Mais il seroit fel et estouz
Et de mal faire adez engranz. (v. 13532-13535)

33La manière dont est présenté son neveu est destinée à infléchir cet héritage trop sombre. Tout dans cet enfant civilise son lignage. Il n’est pas le fils d’Escanor : il a pour mère la sœur de ce dernier, qui n’est pas une jaiande, mais

[…] une douce jovencele,
Une petite damoisele
Que l’on clamoit Alïenor. (v. 13545-13547)

  • 40  Brunz est l’équivalent de Brehus, et l’on trouve aussi bien Brunz sans Pitié que Brehus sanz Pitié(...)

34Et même si le nom de son père, Brunz, signifie une certaine démesure40, il est adouci par l’épithète civilisatrice de Prophés ; rien, d’ailleurs, dans son évocation en tant que riches rois n’engage à y voir plus qu’un humain normal (v. 13563-13564). Le gigantisme est de la sorte mis à distance, d’autant que c’est par la famille de sa compagne que le neveu d’Escanor le Grand recevra son chasement (v. 13700-13701). La narration prend soin de mentionner le baptême du jeune garçon (v. 13576). Sont mis en relief son excellent naturel et la différence de tempérament entre lui et son oncle :

Mais Dix ot tant en cestui mis
De bienz c’ainc si biax ne fu nez
Ne pluz tost se fust adonez
A quanques bonz enfes doit faire.
Enfes fu de si douce afaire
Que de chascuns estoit amez. (v. 13570-13575)

35Ce transfert de la sauvagerie initiale à l’intégration courtoise se traduit très explicitement dans les nuances apportées aux noms du neveu : le Grant, où se lisaient la démesure et la force physique de l’oncle et sa nature de géant, est remplacé par le Bel, qui substitue à la force de la nature une qualité sociale et culturelle. Quant à la Montagne, préciser qu’elle est Blanche, dans le cas du neveu, n’en supprime pas les connotations merveilleuses mais en atténue largement la dimension inquiétante.

36La différenciation lisible des deux Escanor permet d’éradiquer les souvenirs déplaisants attachés au nom du personnage tout en donnant plus d’ampleur à ce qui est sa caractéristique fondamentale : sa rivalité avec Gauvain.

37Ce trait historique, que nous avions laissé en sommeil, continue d’unir l’oncle et le neveu, malgré leurs différences, et constitue un prolongement de leur modèle principal : l’Escanor de L’Âtre périlleux. Dans tous les cas, en effet, il s’agit d’une relation d’hostilité issue du sentiment, exprimé par Escanor, que la suprématie chevaleresque de Gauvain l’empêche d’accomplir sa propre identité héroïque. Il se trouve que ces deux romans sont aussi des textes qui déconstruisent plus ou moins violemment l’image de Gauvain, qui pourra redevenir le héros qu’il était à partir seulement du moment où la concurrence avec Escanor aura été surmontée.

  • 41  Nous avons déjà proposé, dans un article précédent, des exemples et des outils d’analyse de ce typ (...)

38C’est dans la mesure où cette rivalité met en cause l’identité même des personnages, la légitimité de leur rôle respectif dans le récit, et les fait s’opposer sur la possession d’un trait que chacun revendique comme exclusif et définitoire de lui-même, que nous parlerons de la relation de concurrence qui les oppose41.

39Pour qu’il y ait concurrence, il faut tout d’abord que le texte montre entre les concurrents une forme de duplication, et donc des manifestations d’assimilation ou, éventuellement, de dissimilation. Il faut également que les personnages concernés ne se contentent pas de cette situation instable, expriment leur insatisfaction devant la place qu’occupe l’autre dans le récit, ou qu’ils occupent eux-mêmes à cause de l’autre : qu’ainsi, ils tentent, à défaut d’éliminer le rival, de mettre tout au moins un terme chez lui à la prétention qu’ils nourrissent en commun.

40Dans L’Âtre périlleux, la concurrence entre les deux personnages est facile à identifier. L’entreprise d’Escanor a été sans ambages – quoiqu’en secret au début du roman – dirigée contre Gauvain. Les atermoiements de la demoiselle traîtresse, qui ne désigne pas nommément à Arthur le protecteur qu’elle souhaite, n’empêchent pas de deviner qu’à Gauvain échoira la tâche : Escanor n’en doutait pas (voir l’aveu d’Escanor à Gauvain cité plus haut). Alors qu’il est parti en emmenant la demoiselle, le ravisseur, suivi par Keu, se retourne et demande :

[…] « Est ce Gavain
Qui ci me suit si derreés ?
[Puis, apprenant que ce n’est pas le cas :]
Ore, fait cil, a mal eür,
Que vous ne demandoie mie ». (v. 266-271),

41Il trahit ainsi son appétit de combattre le neveu d’Arthur. Et les lamentations de son amie, après la mort du grant chevalier, jetteront une lumière définitive sur les motivations concurrentielles de l’orgueilleux :

« Il cuidoit bien estre certains,
Se il Gavain vaintre peüst,
Que en tout le siecle n’eüst
Chevalier qui l’osast atendre ». (v. 2402-2405)

  • 42  Voir les v. 1594-1598 : « Et si vous dist et devisa/Qu’il n’avoit si fel chevalier,/Si outrequidié (...)

42Si ce chevalier souhaitait se défaire de Gauvain, c’est donc parce que, désireux d’occuper la première place chevaleresque, et ayant peut-être les moyens de conquérir et d’assumer cette position42, il voyait Gauvain, au lieu de lui-même, revêtu de l’impartageable qualité de premier chevalier du monde.

43Il existe un facteur d’assimilation très remarquable, entre les deux chevaliers, qui rend particulièrement voyante la dimension d’accomplissement identitaire de cette relation de concurrence. Escanor jouit d’un privilège solaire :

« Il a dusqu’a none de jor
La force de trois chevaliers,
Les plus hardis et les plus fiers
Que on puist en nul liu trover ;
Qant le solel doit decliner,
Des qu’il est none et en avant,
Va un petit afebloiant.
Petit et petit afoiblie
Desi a l’ore de complie ». (v. 1560-1568)

Or ce privilège fait partie des pouvoirs spécifiques de Gauvain. Cette duplication du personnage, qui signifie une dépossession des qualités propres de Gauvain, a été commentée à plusieurs reprises. Selon Huguette Legros,

  • 43  Huguette Legros, « Le Chevalier-faé… »,art. cit., p. 246.

L’Âtre périlleux ne dit rien de ce trait particulier, mais le lecteur le sait et comprend qu’Escanor est le double de Gauvain, un double-faé et capable de le déposséder de son statut.43

Francis Dubost interprète ce phénomène de façon analogue. Mutatis mutandis, Escanor est un double de Gauvain :

  • 44  Francis Dubost, op. cit., t. 2, p. 947, n. 23.

C’est aussi, d’une certaine manière, un double de Gauvain, puisqu’il est dit de lui que ses forces vont déclinant quand le soleil commence à décliner. Il représente le versant décadent du chevalier solaire, alors que la position de Gauvain se situe sur le versant ascendant.44

Et il en est de même pour Annie Combes :

  • 45  Annie Combes, « L’Âtre périlleux. Cénotaphe d’un héros retrouvé », Romania, 113, 1992-1995, p. 140 (...)

Comme on le sait, il est une caractéristique de Gauvain qui correspond à celle-ci. Elle est passée sous silence dans L’Âtre périlleux mais le Lancelot, par exemple, la répète à loisir […]. Cette différence que dispose le texte sans pour autant la souligner relie les deux personnages pour mieux les opposer. Comme l’avers et le revers d’une médaille, ils dessinent, si on les assemble, l’image d’un chevalier avec ses vertus et ses vices. L’enjeu de l’affrontement est le renom de Gauvain, un renom que dénaturerait, s’il l’acquérait, le prétentieux Escanor.45

  • 46  On trouvera dans Annie Combes, art. cit. n. précédente, article auquel nous reprenons ces éléments (...)

44Le fait est que Gauvain est rapidement dépossédé de son rang, voire de lui-même. L’irruption d’Escanor dans le récit a provoqué une dégradation profonde de l’image admise du neveu d’Arthur. Son hésitation coupable lui fait perdre d’un coup tout ce qui était admis du personnage. Keu tout d’abord, Arthur ensuite, ne s’y trompent pas ; le jeu du narrateur avec le surnom (le Bon Chevalier, vers 3, nié par Keu au vers 241) et le nom du personnage, sa mort supposée qu’il apprend dès qu’il part de la cour, le démembrement du pseudo-Gauvain, tout cela montre également combien le personnage voit s’estomper tous ses traits définitoires46.

45Il se passe exactement la même chose dans Escanor, que l’on considère l’oncle ou le neveu – qui, à cet égard, ont des fonctions absolument similaires et sont des doubles parfaits.

46L’oncle est motivé, et en grande partie défini, par une rivalité fondamentale et originelle avec le neveu d’Arthur. Peu avant l’accouchement, la mère d’Escanor le Grand fait regarder dans les étoiles le destin de son fils :

Quant sot que traveillier devoit,
Une cousine qu’ele avoit,
Qui adez ot usé d’enfance
D’astrenomie et nigremance,
Fist regarder en l’air adonques.
Et sachiez, li airs en fu onques
Si biauz qu’il estoit par parance,
Si que cele vit la naissance
De Gavain tot premierement
Et li sambla tot vraiement
Qu’il devoit fiers et puissanz estre.
Et d’Escanor revit bien l’estre. (v. 13522-13532)

  • 47  La demoiselle que Gauvain a sauvée du cimetière diabolique lui rappelle que sa mère avait envisagé (...)

47Dès ce moment, Escanor voit apparaître Gauvain en travers de son chemin. Celui-ci a, dans le ciel, littéralement pris la place qui était prévue pour celui-là : en cherchant Escanor, la cousine a trouvé Gauvain. Escanor passe en seconde position (revit) ; Gauvain est en lieu de lui. Escanor est destiné, à l’origine de son existence, à la concurrence avec Gauvain – cette destination originelle, issue d’une prédiction, rappelle d’ailleurs tout à fait la prédiction de la mère de Gauvain relative à Escanor dans L’Âtre périlleux47.

48Dans des faits évoqués par le texte en guise d’explication rétrospective, le géant a effectivement consacré une part de son existence à accomplir cette rivalité et à surpasser Gauvain :

« Car jamais ne serai estanz
En une vile c’une nuit,
Conment que vouz ne autre anuit,
Tant que j’aie Gavain trové
Et mon cors vers lui esprouvé ».
S’il le dist, point ne s’en meffist ;
Ainz traveilla tant et tant fist
Que monseingnor Gauvain trouva
Et fist tant qu’a lui s’esprova. (v. 13616-13624)

49Conformément au fonctionnement de la concurrence, la défaite qu’il subit met en grave péril l’intégrité du personnage :

Mais l’orgueil Escanor plaissa
Dont il fu si mors et honis
Qu’il s’en tint a avilonis
Si durement en son corage
Qu’il s’en dona si grande rage
Et tel anuit et tel ahan
Qu’il en jut au lit plus d’un an. (v. 13630-13636),

50Et lorsqu’il a finalement surmonté cette crise, il réapparaît soulagé de l’ambition concurrentielle, amèrement convaincu de la supériorité réelle de son rival :

Mais ne pooit sanz lui meffaire
Envers monseignor Gavain faire
Chose qui fust desavenant,
Tant i ot trouvé d’avenant,
De courtoisie et de raison. (v. 13643-13647)

51Mais la futilité du motif de cette hostilité, le seul souci d’orgueil personnel sur lequel elle reposait (v. 13604 sqq.), montraient déjà la dimension proprement concurrentielle de cet antagonisme, tout comme dans L’Âtre périlleux.

52L’identité du moment de conception des deux personnages, induite par le cafouillage de la prédiction astrologique, est un facteur d’assimilation important, le signe d’une communauté de nature. Il n’est pas impossible que transparaisse par ce biais un autre point commun, tout aussi éloquent.

  • 48  C’est le cas aussi dans Escanor : des fées penchées sur son berceau lui accordent ce privilège (v. (...)
  • 49  La Mort le roi Artu, éd. Jean Frappier, Genève, Droz, coll. Textes Littéraires Français n° 58, 3e (...)
  • 50  Il faut reconnaître que le récit du baptême de Gauvain dans la Mort Artu ne donne aucune indicatio (...)

53Le pouvoir solaire de Gauvain, que rappelle notre texte (v. 21282-21283), est attesté dans plusieurs récits. Peu d’entre eux proposent d’en expliquer l’origine. Dans La Mort le roi Artu48, sur l’intervention miraculeuse de l’ermite qui a baptisé Gauvain à midi, le chevalier verra croître sa force à l’heure de son baptême49. Le pouvoir de Gauvain est mis en relation avec une heure qui marque en quelque sorte son entrée dans l’existence. Quoique l’imprécision du rapprochement50 nous condamne à ne présenter que très prudemment et sous forme d’hypothèse cette interprétation, peut-être doit-on lire en filigrane, dans la conception simultanée des deux personnages, une indication du partage de ce pouvoir entre Gauvain et Escanor le Grand.

54Escanor le Bel ne jouit pas de ce pouvoir, dont il est même la victime. Mais ce personnage se définit lui aussi par une rivalité d’ordre identitaire avec Gauvain. Tout comme la rivalité de son oncle avec le neveu d’Arthur, celle qu’il nourrit est gratuite, et repose sur des raisons identiques à celles qui avaient motivé l’ambition concurrentielle de l’oncle : il a juré, au cours de son mariage, que

  • 51  Son oncle, qui a souhaité le détourner de ce projet, a avivé l’orgueil d’Escanor et précipité l’op (...)

Fust en au meillor ou au pire,
Il feroit tant et chaceroit
C’au meilleur se combateroit
Tant c’outrez en seroit li unz
Et que le verroit li conmunz.
Et sachiez, por rienz pluz n’ala
A la court quant il apela
Monseingnor Gavain de lait fait. (v. 13726-13733)51

  • 52  Sur cet épisode, voir Richard Trachsler, « Qui a donné le Gringalet à Gauvain ? À propos d’un épis (...)

55Une nouvelle fois la qualité sans partage de meilleur chevalier, définitoire de Gauvain selon sa réputation admise, est l’objet auquel prétend le concurrent. Ce n’est pas le seul trait que le personnage ait en commun avec Gauvain. L’épisode du Gringalet52, pour se présenter comme une explication étiologique de la possession par Gauvain de ce merveilleux cheval, n’en attribue pas moins à Escanor le Bel un élément habituel de définition du neveu d’Arthur : Escanor est, comme Gauvain dans les autres textes, |le chevalier qui possède le Gringalet.

  • 53  Dans le duel entre Gauvain et Escanor de L’Âtre périlleux, le rôle du combat concurrentiel, mais q (...)

56Parmi les deux concurrents qui ambitionnent la même position dans le roman, l’un est surnuméraire, et leur coprésence dans le récit est problématique. Cette incompatibilité concurrentielle pousse chacun des rivaux à annihiler l’autre de la façon la plus complète (il ne peut exister pleinement si l’autre est encore là) et engage en outre le récit à empêcher ou retarder autant que possible la mise en présence des personnages concernés. Ce phénomène est constatable dans Escanor : Gauvain, à cause de ses blessures, ne peut se rendre au tournoi organisé en Northumberland, auquel Escanor, accompagné de son oncle, devait participer – et dont il sera en fin de compte absent, comme si représenter Escanor dans ce tournoi n’avait dès lors plus d’intérêt. Puis la rencontre qui devait avoir lieu à la cour est reportée du fait de l’attentat de Galantinet. En revanche, lorsque les deux chevaliers vont se battre pour de bon, Gauvain souligne que l’un des deux personnages y perdra la possibilité de demeurer dans le récit53 :

« Il couvient que je le mete mort
Ou il me tramete a la mort,
Autrement ne puet mais remaindre.
Autrement ne porroit estaindre
L’orgueuz granz et la sourquidance
Qui nouz met en tel malvoeillance ». (v. 20479-20484)

57Comme celle de l’oncle, l’ambition concurrentielle entretenue par Escanor le Bel est en partie tributaire de L’Âtre périlleux. Le prétexte à la rencontre des deux concurrents, l’accusation qui vise Gauvain, est un cache-misère mensonger de la tentative concurrentielle, tout comme l’enlèvement de la demoiselle au début de L’Âtre était simulé et n’occultait que pendant un peu plus de deux mille vers les véritables raisons de la provocation.

Escanor au cœur du roman

58La concurrence à laquelle Gauvain doit faire face se déclare avec l’accusation de traîtrise lancée contre lui. L’inauguration en est donc marquée dans le récit par la remise en cause des qualités attachées normalement à Gauvain, qui n’aurait pas pu commettre si vil et orible fait. Or, quoique le narrateur nous rassure sur l’innocence du héros, cette remise en cause rencontre un certain écho tout au long du roman. Étonnée par l’inquiétude de Gauvain, la cour le soupçonne. L’attentat sur la personne d’Escanor, auquel Gauvain est absolument étranger, confirme aux yeux d’Escanor le Grand et du peuple du royaume de la Blanche Montagne la culpabilité de Gauvain, redoublée désormais par sa félonie. Arthur lui-même, devant la difficulié dà Gypouve qon neveu e su défaire deEscanor, ae choit eoupable :

  • 454/span>  Voir lgalement ces v. 121143-21145/li>

Es sachiez,qu’il nuidoit bd tou
Que me ce te urant craîon br />C’an lai met it sas sanz Paisons
Fiut encorbrem et lüst maitEnvers mDeu i vil in eeffair,
Quiil en just adlai mour ecez, (v. 20115-212157

56Corte rise en cause rénérale de mauvain(5< emble, l fait paincipaldu roman.,celui-autaur dequel Gsorganisa le monuvment du pécit La npouotivn mame de Geu ae sonérhacldans Escanornous parlît soulagner ra défhéeace de tauvain, tout erelative t telptrtire du’elle sout Leu, sli, eut sarticiper u tournoi ,remplrte s’ambor d’aAdreve e raors qu’il ecrigneit que chrte rictiire devitenn à Gauvain,(v. <286-287), bnérfcie

560/span>Cor ernier,personnage, se chureux EBria des dÎls<,ne jouiepas unerôle dnordn dans leschemin.me ceoitxde Gauvain. CLi aussi pon entnmin il re pousruit se son amnimsiti de pus le <ébut du roman Il nst p l’origine de s’avernure de g’autorr enshant dv. 20513sqq./em>),. Pus dtrd, olors que la pour es quitr de tairfet ’agpprtr d loigr dans lon cheâteau il rrovoqu dnornymment dauvain en tuel en li vr battille dontre lui. Lerte raernure dst auspremier cbord qeu pxplicatbe. QBria deisarlît sès qu’il pe rendrcompte au’il pvaperdre ,personne dn le rconnaîtrea et lul le fenr plus cll"uion a cet e raernure

56Il t’est pas lifficuie d’adentifier.dans cet t périlétit un crccoucri d l’affrire duiopposerEscanor le Bel e Gauvain ? le <ême sihéema ynst p l’ourve ,pont in rierouve q l’inentiquesles étéments

MN porrautre phose d’alait
TVeillant mocldonseingnr Gavain
Firs plur celque la pfee[scaareonde.,son amie,]un mein
QLidist eu’ele avoit, oïdir=ebr />C’an le savoit< elmonde dller=ebr />CNu chevalier,pluz ncuvenitbe.br />Ne pluz tcotoisile smtxdet tbe.br />Nue moeireuGavain zestoit
Se onc c que l’un en eontrit
TE eu’el courtit li renom ee,br />TE eu’elsre desvit bien ebass eebr />Totue damo au’il pdingnoroit
TAer ceautsi pn l’ambroit<
Cor snz n’alvit bers lui evallance
ABria z qui mont dotgrant pueance
De Gc qu’ele ao dit de envise,br />T…] Pur celqut sl rea volntéebr />De Gmnseingnor Gavain drouverabr />Peor son bors valui esprouve. (v. 13578-156800

46 uis la rfasse cccusation de traîtrise ,lancée c Gauvain,(evant la dour, lbsolument nentiquesl cellesd’Escanor : /p>

« Cavain < tu azmeivainsment
Etré, acene pues au de sdre,
Ie Gmnsdousnc gr ain nocirre
Cor su d’amsmort sn travon ». (v. 15625-25625)

<

« CO l’aipee, dest el, aavain
Felui-qui montdousnc gr ain br />Moa lort sfassment, lanz Paisons». (v. 16973-697)

36 Esuite,ql compatt,lifficuie domme lontre lscanor, que fait pcrigdre aa défaite q l’int,ur,ge d’urthur. Etnfn, la cictiire de Gauvain. CBria dst, ce même pu’Escanor ee la Bontagne un double deEscanor le GBl, mouble donctionneml(il nst lui-aussi pu partnt d’escanor, q. 157147; Gl rrovoqu dne parilétit uui est s’équivalent deune prrilétit urovoqué par Escanor le Bel )et donble dntertextuels

  • 45  Lae récérences,sont daite sq l’idicion de tW. Fors tr, em>LiChevalier< assdeux estpee, EHale, tNemeny(...)

464/span> Cr ce bBria des dÎlsgrrlaesauxs/em>. il a hté cxteait pans prande rransfermaiion de tem>Morilaeuxc/em>, o gLeChevalier,a class="footnotecall" id="bodyftn45" href="#ftn43">(5.goitume de sIl ls dv. 20798)qui a semando leameinMe metlor /t lesplus cienl ki elmondtsout /em>, et luerlBria dsidonn, etle prétcsa le mom de G’idluet engage eon stoupirnt à laaffrontement Il nst pmpossible qdene puasrapprochem ce prss=ge de mo remrise drès pruohe, lar Gairrt.,cité eplus haut):

« IMs,soie lauvain.s ki a romibr />TArt est dié , arsédsmieuxevau
ENa lgrgnor Giauzé plaile sfau
EK la viosre ainsilesplsse erséds;
At lorrae pkeil a porsédsbr />Totu cetlsque je lnquesT…] Nermt jalar Gmoiautres tamds;.
S IVus disésec que lous dvauése
Ieam, se cespond ije leos,
Lais cj suitplus cieaxet prls formsbr />Et moenldes de Ghevaleree ». br />T…] « IN je le quei mais rem bregirabr />Pn une osrl prus d’un nuit,
Conmbien ek listraveuxs ma uit,
CPrraant qkel cm possté dout,
Ie ant lc que le rruisenet pvit
Et tk l’ami d’airms outirds;.

  • 458/span>  Laerapprrt sn re s’Âtre ettem>Morilaeuxc/em>,nst pmdique par KFors tr, ©d. Jit., p. 2LXIII En revanche, ln (...)
  • /ul>

    465/span>Dans dem>Morilaeuxc/em>, oBria dttacue lecheent dauvain en lesplisse paur mior Il nrGypnd le rfasse couvelle fartiut au tur de bui. Lauvain a prend qu’El nst lcens aveir plrilet deviradéfaire dBria dar le tarms oaur mierouve plblequerent l’ixistence. Qem>Morilaeuxc/em>,nst comme sem>L’Âtre périlleux muoique lans un emoinsde menure s(crte raernure dst an peu pargin-ler) un remande la mrt séputae desGauvain. Leslecteur lédaé valdevait aeconnaître qans uscanor lon shmmrnymmde L’Âtre périlleux.; Gans uBria des dÎls<,non shmmrnymmdeuChevalier-aux yeux mpèe,; Gans ulerapprochement< oleqé de les deux rypothxtes,a class="footnotecall" id="bodyftn45" href="#ftn40">(5, sne indsstance,particulièremsur la penane de téconstruicion qui vpse cur l’inl"uire pranugn de la mhevaleree a reingdu pécit de Gairrt. /p>

  • 539/span>  La dême siruiciue égait q’ailleurs t l’ourve dans L’Âtre périlleux.? leir pnnie Combes, art. cit. ,(...)
  • /ul>

    466/span>Cora naus dspliquer-t-l ec que loent qaire de personnage sans le roman,de Gairrt.? Dns la mesure où cBria dst,l’unccaion desredouble les motdlités are atique. de la revalité ettre lscanor,et dauvain, tais rame de Gsusitem le soupenirsle rrntative sd’explulion desrauvain aenaes ndns des fomans srécédentes tout clrte s censidèrm le sombat cttre lBria ds dauvain eomme la ripètcion de tclui-qui mpposer.aGauvain à mscanor.< Smulace deEscanor, aBria dst,laur mauvain ne iorte se rrnt, ce tiné,à m valur comme t il sercomptrte raface s sun déritableset prncipaldoncurrent. CI s’agit dout csiple,ent, lvec Gette hosmthèti de s’avernure drncipal, lminitureiée qt engheâsée sans le rèrolement duecelle-ci. d’une cGypoeve quelitfant. : ivant lesredrésenter E’affrontement eesplus cttentdu,le récit àypouve qa mhapacté de Gauvain,t lesurmontrab class="footnotecall" id="bodyftn45" href="#ftn40">(5. Le cictiire de Gauvain.cur lBria des dÎls<,nlors que la pour est pn ertue daur mTavers s, ett donc mne coharnère di pécit : enle rèontre ’inqanté de scccusation s ortée scontre Gauvain.,G’idhev des maniurve scontçus oaur me persre ,pnle rarque el remrise denmein

567/span>Escanor le Bel ,le personnage aGypodym, sirrgnu deux mdtémgtions de sui-même,: eon oncle, dscanor le Grand ,et sontcousinelBria des dÎls< CI ssont desx mpanitions de sui- simges pous ou moins vffrirlie

Li Bauz qscanor , qui rla
AC te ues,ongnorregardent,
DAa demhonit versgonent,
Duant svi eu’el oila metsavit.
Pais cBria z qui mnvir< aui evit,
DFst tant qt Escanor aussi (v. 159790-5979)

<

« CLi Bauz qscanor , acele veure br />ENus dst sn vicsges pevant .br />Ie Gai metleirsbien eprceaant br />Nue m’est dcl sqitplusznaus dgevan[…]. br />Et sachiez,que lien e’ilmeinSe soncle,s,qscanor , a mrandz
ABria zde sIl lsEttoit pue le tohampne peudis snt :. (v. 20470820481)

<
  • 460/span>  Voir lgalement ces v. 119590-59612 19980-199816/pi>

E CApeu pu’El n[scanor le GBl,]nilmfumors eoupris
SeEscanor s nilmfumacoru
Et qBria z qar lui sieour u
EFuet ejetz,qormsqdeneosmein

568/span> Cur duecelte rontjration Escanor est u’acceur lu le notdèe qdenout esles oppralions deirqé scontre Gauvain.,Gans un roman,dui, omme sem>L’Âtre périlleux m gLe/em> mem>Chevalier-aux yeux mpèe,,représente lne lentative ce téctanilitation de personnageeotdèe qdena mhevaleree athur,tenn . Pr le ceu de étuivalentc scccanceelles detre lui.et sontcncle, doului.et sBria il adeoent ql drncipaedir=eceur lui denne ds conhrence q la reonnu dsritudeEGypoeve sque, dsns soutjurs dui.egranutirlunsouccs paceil, le gexte mmposs c Gauvain,

569/span>La cfn écdtfant.deEscanor lsexplicue enle au si par uapprrt s su Bivalité avec Gauvain.: erivi de larelation de concurrence.qui l’omnimit, loleqé de leconnaître qa prédseace dn lesptatut.ce mtdèe q sun divali Escanor eubit ma défsntégrition quiEl nvait dtntéed’intfeqr u téros, CI serdra laabord,la fmmen puisq,parce que,ce momde r’est paus deur mei, es blins dmaérisl, ms tenrre

570/span>Escanor l’est pas ln peusonnageeout à fait lneuf, n leur tnt il an,maniue das lioriginelité . Sadonctionnpar uapprrt su veritableseéros rduli vr b’est pas lraieent neovatri, tout eois la gexte ,leconurnt à liv>rs monens deambpitfaation (uplication du personnage s,écho sqdenmicroécits.dould prrilétit <,nourmposscion de toupenirssdntertextuelss),la soulignerde taçon lecoerchae;

57I’inaérêt.de G’idude de personnagee’Escanor ett eaultipe. Qlle eersme de conprend r à plrtic duecuelle récérences,sn autrur avrivi du cours deune ctraicion dathur,tenn déjà ltourffnt.douvoit dtaveulleur Qlle efurnoi an paersç de la sulire dittéralre de Gairrt.d’urmins de au tuise d anprétcse les mffet, de soes de srl poulrl pétivirsts sne t iltertextuels

572/span>Le porsonnagee’Escanor ,amnim par Kes foesert sdntertextuelssdeune cenarquable,monhrence , rganisa lu tur de bui.unerôcit dui, ans la cignee desGhrtain aomans sn e>rs ,jouiep faite dvceillr ra dfigre dsempleare de Gauvain. CÀra dfos rahant Et matdèe indtatll du cmiieu deun désenaudu personnage sdrès pdl om, n ,moalgr con mrposscion dondamentale e Gauvain, qost ng4u avec G,ongau si pien ee s’avchatyp, u péant au’elsrulerapvs snu de L’Âtre périlleux, (t luerlappelle nscanor le Grand ),quedu Morilaeuxc/em>,n(ont iBria des dÎls /div> /div> div cd="totes">class="sietionn> span class="pextu">Ntes"/span>L/h12 < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn51">< Dans leItreodicion qu Escanor, qd. Jichard Trachsler, enève, Droz, coll. extes Littéraires Français n° 5449 19924, 2 vol.),l’idicinu dappelle que sc roman,d Cnt, c l’inxeption de gMellaernderFaisisrt.,clr ernier,poman,dathur,tensn e>rs qui nus seit par eniu: (L. 255)

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn52">2/a>< D’est le ln des dple de la raisgr barlieoraphei crisiqueslonsacré e Gem>Escanor : Gur le vôle du lauvain ,roneut sonsalie Keuith Busby d IDv>rsinegctraicion .dofGauvain.cn.csne onf th la e KFencehe>rs roman,ces: (Lem>ETh lLegacyonf Chrtit ee sTrnens/em>, qd. JN 2Lacy Dr 2Klley DK 2Busby dAm tr,ame, Rodopi 19988 to 20 p. 293-111), n lÉitatbeth Schulze-Bspan ctyle="mollor:#000000;">uacrkr, « Qauvain.ca meauar eirs 2 (Lespan>L/pan ctyle="mollor:#000000;">em>Lancelot<, Yain en lauvain,aspan>L/pan ctyle="mollor:#000000;">, Pr s tNizn ,m9984 p. 1413-123). SurLeu, soir li récérences,se sPee KS 1Nole, unnée sans la carlieoraphei ce G’idicion p. 1427./span>L/h> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn53">3/a>< DSgneilos l’exieption de ghevalier-a l’idèe/em>. O’aabitued, le geire qafsngn le réros rLem>EEecoqt Esnden/em>, qem>gMeraugn qe GPor i guez/em>, qem>gGuneglin,…) doulien l’eGypoeve qhaadn-lercrccnté par le coman,: Gem>ghnit vu Griaal/em>, qem>gtre périlleux, lem>gMereilleu qe GRigne r/em>, lem>gMlemsuns lfemne/em>, lem>gVengeace dRagudenl/em>, qem>gQu te uenl Sant criaal/em>,/p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn54">4/a>< DSr le veire qa pman.,coir liItreodicion qu G’idicion p. 126

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn5">(5/a>< DOgau .aGconnaudeux mds motdlités aru« Qfnt.asiques2 (édaé valdefsngnes per le teaveulldondamtnu de gAsecti dfnt.asiques de la rittéralre darrateve cédaé vals (XII/em>,am>,aup>e /em>,am>,-XIII/em>,am>,aup>e /em>,am>, sièle,s) L’aAtres q’iAlleurs q’iAtresfos /em>, qPr s tChampon p9921, 2 vol./p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn56">6/a>< DÉ. Jit., pItreodicion p. 177./p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn57>57/a>,Ibid./em>,as> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn58">8/a>,Ibid./em>, p. 176

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn59">9/a>< DI sn lfigre dans lucunede sraroriax prosentes par lichard Trachsler,en aunnsemee son mruvrge, sem>ghlôure ,du coyle avthur,ten Étouds et shxtes,aem>,n(enève, Droz, coll. TPbleqclions dman.s et sfançais e n° 5215 p9926 p. 153 sqq./em>. ) dnidans cetli dev Mchanl Pasiur eau iem>gArorialde srhevaliers ve la rTble,mRmde aem>,n(Pr s tL lLéoprd T’ur, q9983)

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn510"><0/a>< DGerber de lMntre ul, aem>La Mhnitinution du pPrceaanl/em>, qo 23 qd. JMagueurte qOswald qPr s tChampon poll. TCass=ques drançais nu cMnens Âgen° 5101 q9975

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn511"><< DE lc q eepis deune phrtain dvcria c, u poum: Gem>gscahnor
nv. 24172)ne porsepas de crobléen pais rMagueurte qOswald qdns leItdexqu G’idicion prstsm que l’uem>gscalaerndue>rs q3958dst an dvcria .deEem>Escanor Dans Lncelot< /em>nterveent qnedem>gscalamr, qais runs lapprrt sviible qvec Gscanor l Qe la Bontagne ». bp> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn512>>12/a>< Dae récérences,s Gem>E’Âtre périlleux, ont daite sq llrtic duec’idicion dWolede, sem>g’Âtre périlleux, lPr s tChampon pCass=ques drançais nu cMnens Âgen° 576, 3936 Le prbléende sramtn foesective, des feux momans snt pmdxteacatbe. Qem>gGunrn d/em>,eviras de e K’avent a1240nv.ir lia-leye de sRigr dLahurllere,,Qem>gGunrn dl Comrtoisi Étoudsve la rtraicion dansuscrte qt antleye drisiques/em>, lenève, Droz, coll. Pbleqclions dRman.s et sFançais e n° 586, 3966,. 131-34, n lci-apès pn 133)ettem>M’Âtre périlleux, lelon sao écdttnu ,aru« Qmiieu deu XIII/up>e  sièle,».,sn trut cos liovent a1268 (d. Jit., p. 2IX) LNi Alexad r Mchaa (rt. c Qtre périlleux<2 (e gDction nare de sLe ttes Français , CLecMnens âge/em>, lPr s tFayrd TettLibairee Ganérale drançais coll. a MPochthèsue, d9924, . 1408) dnidMagie-LoiseneOlier-a(ui a straiut li reman,dens La MLégede rathur,tenn /em>, o vrge,plbleq conusla difrecion qu Gr 2Régier,-Boher, Pr s tLafondt coll. Bouui s ,<9989, . 1607sqq.), m’ocn de raison. de denne rln de epaus deétcsa Mais ce targumnts qe GBria dWolede,plisse t une laarg égantdu,: e CLemhaactéecontention al pe peoendccusa lne lfste sntfeunce aeEutres tomans se la rTble,mRmde n ler ceons uent.nus sntervdt de Greopulerapprochem duec12002 (Lloc Jit.,) CI sseur aient dout aussi ien ljusifier.,nus semble,-t-l ,ln de epomme s1230– etn ardent,c l’inspri due le texte mu laerber ,récérences a slus cnetre p mscanor. ett doaé de G126-13230 Quont,c lem>gGunrn /em>, on drande rartie te sraparacion .d’Escanor eu’en qyEelave,e laafid de s’av-leye de sLahurllere,snt pmsse de ltonn atrd,if.dould pa virs onnpar iculièremsu monsuscrte 3325de s’aAre tli Ee.qui l drranuti pn eren lur avaérorité rar uapprrt s sem>M’Âtre périlleux<./em>,as> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn513>>13/a>< Drancn qDubot, cem>go. 1it.,/em>, p. 1578 bp> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn514>>14/a>< Dans leédude dui poécédeit pao écdtton (em>M’ë Qtre périlleux<2 qdouds eur le smonsuscrtes,ra dlannu detl’imprrtantc dittéralre de peoen,avec Gn rsptcsme qu , lPr s troz, c3930),GBria dWolede,parelaei dL. 226 pn 11)ces v.rs q148-150rLem>EE saché , asEl ne lfut su crant ,/Sut ceenl ’esst mlus cil de dui. /ais creopustoit grant paanuit), m882-883rLem>EUnchevalier qui preopustoreonc/(Seacene pfut ,su cfut sreopuil )/em>),detl947-948rLem>EA e,manier qt anurunsbanti/Delchevalier qui pu cer drant /em>),.bp> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn515>>15/a>< Drancn qDubot,censidèr au’il p Qaparatint à Ga mhaégrore te sr“Ogueil eux<”: (Lem>Eo. 1it.,/em>, po 20 p. 2947 pn 123)

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn516>>16/a>< Dout comme la vers at moalrfcuedu < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn517>>17/a>< Drancn qDubot, cem>go. 1it.,/em>, p. 1605

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn518>>18/a>< DBria dWolede, cem>go. 1it.,/em>, p. 196< Smneilos lout eois luedGasiunlPr s nvait doisl’ine pue le tieoundreman,dgait qne ioite,qdspremier .GBria dWolede,pait ljusifceduecelte rmprécision

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn519>>19/a>< Daesieu mrganisue lui renli L’Âtre périlleux, Gem>Escanor
est consirme,àgalement car l’ivernure de g’autorr eoalrfcuedi ce par Eauvain dans lesfeux ièe de lcs tomans ,sn tPeti e-Betargn lv. 15898-3051): dens L’Âtre périlleux. Gauvain sevait aéjà lrttreaersun élprveenr Ee.qui lui-auttirit qnecertain nrbremseel nis lv. 20654sqq.), CLe feux maernure , ont daor deiférences, dais ra catuite avpartnt eduecelle-que faigre dans lem>Escanores la sfr uentceEelative ent alimiée du fotivfque fipleque prétcsament hne oienaud(dns leitdexquaAnita Gurreau-Jalaber ,ram>,Itdexqu sfotivfsdarratevf dns le tomans sathur,tenssfançais sn e>rs q(XII/em>,am>,aup>e /em>,am>,-XIII/em>,am>,aup>e /em>,am>, sièle,s)/em>, lenève, Droz, coll. TPbleqclions dman.s et sfançais e n° 5202 19992,coir lB1561.2et sH 1331.1)ceisse t ueoite p muncouvellindica de g’antfeunce aer=eceudeun dexte msr meuutres

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn520>>20/a>< DVir li rnarquau qe GRihard Trachsler, ©d. Jit., pItreodicion p. 181-85detl94. Ax meomsdelaei s,roneut sajut ercetli dev Bethu runs lPtié<,chevalier quilque senulfnt.asiquessnteeodis de s Lncelot< /em>t shès prusentede s LTrstanc /em>v.ir lR Teachsler, « QBethu runs lPtié<: eror rit -robo du pcrtmial pathur,ten2 qem>La MViolnce dans le romde rédaé val/em>, lAix-en-Provnce , Pbleqclions du pCUERMA coll. TSenefia c, ° 536 d9924, . 1525-542, COneut snarquaurque, dans leschs de cDinada ,ra dise en cscne ee personnageeef=ète (ne phn narsancegTrstanc n pros aem>,n(sr meumpleoiduecelpersonnage, s.ir lR Teachsler, « QD pa vPos anurVrso CLechs de cDynada qdns leem>Escanoree Gairrt.d’urmins 2 qem>LAct ,du cXX/em>,am>,aup>e /em>,am>, Congès pdlpa vSohé e aItervitionsle de mLng4uisiquesse de cPhilooguiedRman.s, Unv>rs té de GZr,tch (6-11Qavill19992)/em>, lTübng4en-Bâe iranck, d9923 po 2V, . 1401-412) L’épicinu doulignerdussi c ljusi veire ,larelsembleace dntre lscanor,ee Bel es lauleaut)dL. 277)

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn521>>2< DL ritte uensquitr rs de sairfet mntion alMeitcotoisilPlle sauxs/em>.lv. 154390),Glors qême pu pPrceaanla hté ceomm aveat mv. 154367, CLeaéjoubleent aulieu à louvela cdns desx m>rs qeons cuevf : Gem>gaulegaudiz et lPrceaanuz/t lu cfuca mieaxePlle sauxz/em>.lv. 158859-58860;EPlle sauxs/em>.lont drroines à cause de seux conqulleu ) CI s’agit pour sairrt.d seux cersonnage sdost ngcts Cette dost ngcton pont itonnne la cjuxtaosscion de desx meoms,nus svpartît somme une explsscion damuée lar Gairrt.,cd ds colire dathur,tenn . E outre ,prut-être d’antreodicion qn lespôle du lBria des dÎlsCrrlaesauxs/em>.

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn522">22/a>< DSgle mom deEAdreve e reent qu poumde g’aumi de Geu ae s Lhnit vu GMa .l/em>.lvR Teachsler, éd Jit.,pItreodicion p. 172-73),la sarticipetion du peu au tournoi orùil adit graner ra deinLTurnoi ment du planchtChas.l/em>.leuCrrleaanlan pros aem>,: Gl nst ldi due ,aveat me tournoi nunnéepour da seinsq dvct.as.irat dout le tbarns iueil a’int mentrut /em>, [e ro mDedotdenne dcipaem>sueil amentrut la diaoisell aem>,]am>, ale somt.dArt , n lespcnquesroit e’airms < Smpn ereentedmol ali cvalier , n le-autorer nt aulrant pfoier, n lmeïsm listaisilArt sa’int leamadmol aermaet Et m’int gab slus rs qois l/em>vd. Jiochs qem>LTh lDedotdPrceaanl/em>, qPhiladelhei qPelsem,se seUnv>rs té de GPennsylvnier d9941 p. 1224, CLe fmqu ,te de soespasrssdt la so vritaed’irthur lend nt l’ipisode,csipieare du débrolement du début deem>Escanore(a socne ,drès pdôle dlpa veisaue dntre leu aetles autres thevaliers vst an décssi t cenarquable,me Gairrt. q. 1284sqq.), /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn523>>23/a>,O. 1it.,/em>, p. 1117./p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn524>>24/a>< Dam>,O. 1it.,/em>, p. 1118: e CPut-être dans lescmil eux Kes fhs le gscrtbenvait -l e su Beisasscion dn dexte mlus ctceelndont il s remriseles étéments ;L338/em>,nst pmdonnauedais ro doit fnarquaurque,le smonsuscrtesiem>gAr/em>, qem>g338/em>, qem>g326/sm>, qem>g360/se> ettem>MT/em>, [qi moutielne t ql drss=ge dmdortmiaé]ee iorntpas dvaéro rs du dXV/up>e  sièle,»../p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn525>>25/a>< DCesindicalions dorntpmsse ,se seécdtton aratinle que sVnces,ass Bubeniceka sennée puecelponsuscrte: Gem>gaunrn dl Comrtoisi,poman,dathur,tensn eros deu XIII/em>,am>,aup>e /em>,am>, sièle, Étdtton risiqueslaratinle qd pa virs onnpar iculièrem,concenue pns le tonsuscrtesie GPr s tBrlieohèsue,de s’aAre tli E° 53325,se de cForsnce , Brlieoheca Meica o-Lare nzrata,ComdcipaAshbrnohuminie irmdeotLibai E° 55/em>, pohse cdactylorapheie l9984 po 25 p. 142– ecdtton ui l dcuverepas dlespasssges pauxqelssdus sferns iécérences./p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn526>>26/a>,O. 1it.,/em>, p. 1123-124./p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn527>>27/a>< DTansfcrttion de g Qa peuoandai acelei-quicelpo dost pe rl nst it fussi t daor tcomenst it fistaisilMellaes de dLon isi,puabr g-que oit lien ein zefille dqefistaisilMellaes de dLon isicfut sesplus caor dhevalier auu moid n. Edcl so dost pq se dDexql nunnas. boneaveat ues ql sqitdit bien erut cortain mnt au dcst peut sien lesdeux eaores,seo romilMelyaes de dLon isi/em>, []., et ll so dedost : G‘Orsachiez,quintqr l’eapas ln pmis lue g-qvolit ljosrlr acscanor le Grandt– etndsst Ets il s pee,zpar san deoit enon. Qndtg-qo ponrca mi s q contdglinvs ql snilmfit ausre phose ainsz gietale tonn alpo drisetassdflnn alpo dlvan[tut dus baron sfussi t dcomense g-qfsse cunsn fnt Etpo dgietal tenr,le smpez,qontre ontr/em>, [].,ë»./em>.lv.ir lotecioitvnt.douv Kes frécision ssur la ptansfcrttion , /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn528>>28/a>< DAs q3325,sfoieo1585,virs o coll. a le tre loree . erte raernure domtespond du d§1198de s’av-leye de sLahurllere,.Pur ca ptansfcrttion ,nus svvn ssurivile smndicalions dunnée sar sVnces,ass Bubenicekaans lsoerdicion pem>go. 1it.,/em>, p. 115 CLe fasssges pup>péms aont drtre lcochemts Ca npnctiution dstorea nôres

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn529>>29/a>< DAs q3325,sfoieo 585,virs o coll. b

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn530>>30/a>< DI sxistendne paeti ebarlieoraphei crnsacré e Ge momtif,auspremier canugqd pa uelle roneace ra Jean-Jacuau qVmdol oiie i QCnprend r cepcrtes qltervréctrsun otivfqarratevf L’semple qd pa vlibralionsseune pmmen imenrge sans lesusprasun jaloux2 qem>LDns lesus,conuslasus CLeaomde r uetique.auspMnens Âge/em>, qd. Jr 2James-Raoleet lC. TThmanse t lPr s tPelsem,se seUnv>rs té de GPr s -Sorbnn, e2000 p. 2387-411 L’utrur aexclu,l’unccrrence aeeGem>gaunrn dl Comrtoisi/em>.larce queElle pn domtespond dps lelon sei, u tohèe d(a défesure od qa prédtntion de gaunrn /em> DPur tnt ,lesdeurnère scignee de soadontrebueion pqi moutclent.nsr meuusectidcsvlitatinu de LGunrn d/em>,vec Getle qd pem>L’Âtre périlleux
.. oir lgalement cMahuile Garde,t i QLsuspn lesptnug. Bnn adtcie ux, bnn aérilleuxe pn lXIII/up>e  sièle, 2 (Lens La vsr,lMmde , aBanchhir Jrisours dt, nsges pevca ptoiltte dons leOccnentirédaé val/em>, lPr s tPelsem,se seUnv>rs té de GPr s -Sorbnn, e2006 p. 185-98)qe pour sn élcearege eor meupisode,ceeGem>gaunrn /em>, V 2Bubenicek « QDu bûhem d l’inxlsscion dau foitd: ivantardeun dotivfqhageorapheiue .Gem>gaunrn dl Comrtoisi/em>.lt la sem>gSite,qdspMerlne/em>,2 (Lens Lao aie dvtvnt.. Hmmege aG JeanCa nh r/em>, lNnchy tPelsem,sUnv>rs tires FeeGNnchy t9923 pp 2085-299, /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn531>>31/a>< D’est le mom de Grrleaanlaueeanne da demoiselle dhevzlaerber (v. 156057); Gans uem>s’Âtre ,da demoiselle dacsiple,ent,vffrrme,ue l’un eouvoit dtutjurs drouve pmil eux Kue lso p(Apendai, t. 1560sqq.), CLeCrrlaesauxsd/em>,résente ll dême sennée puecepirt.dais ra rèrolement dn lespeénoerent latypques deu sytagnm darratevfd(a dmoiselle dmux taveat ms vlibralions< tu par lon amie)G’idlnnne n de reosmraisilnccrrence s

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn532>>32/a>< Dam>,’Âtre périlleux
. GApendai, t. 120sqq.), n lci-deseu pn 126pour sem>gaunrn /em> /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn533">33/a>< Dam>,’Âtre périlleux
. GApendai, t. 198-101(em>Mr , acveü la pfntage ,/Qi pu t eaut cles FeeGe dheté ,/t lvt li rhevalier aame,/Sor .j.Qe t ibr aaor dt chrd,is), mem>gaunrn /em>, As q3325,sloc Jit., coll. a-b(em>Ml arrauvit, aonc mq leosrhevmis le tarrtan acn dv>rsequicst it fupee,eGe dHrbrem. Necele vv>rseq’est it par dclcoqtneoit ecomensnmein< ausre plu, suabr les Feil c G,ordit fistHrbrems Quont,clldou nt aeniuz ala revaees ql sraievet, aonc mne laeiun dinle q qdeseheit s qu la pfnra de g’aeveen auvit bien eabau dadmotié< Jr ant lc l laeiun duvit bn chevalier airmsz denout eslarms omnté ponrcn cgalt duet ibr , ncles FeeGeuicst itnt du icstcuer ./em>),dCeq’egait qas dlechs dhevzlaerber /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn534>>34/a>< DCete raddtton st pmpossible q li e Kvec Grécision e  sièle, Qlle eeur aie donc mtre dosséro rs q la rirs onnpe <’aAre tliceeGem>gaunrn /em> /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn535>>35/a>< Droieo 585,voll. bgaunrn /em>ettem>M’Âtre périlleux, ll nst ldmmege ad,pe seuveir lacomte ,soadontfia c, a pécit daropr e Gem>E338/em>,nui mot engcscne escanor l Qe la Bontagne ». sUn raernure d’irtiohanrelsemble enle au si p muncusre prss=ge de mem>L’Âtre périlleux.. L dmoiselle du’irtiohanrelnontre Gu d§1155Geuicsplicue eue e Qe rnère ent, ln chevalier au la rTble,mRmde ncct bn cncle a’Escanor ee la Bontagne ;celei-ci. daur me pvenge ,amdéseoluld pm tre lGmonr pmdiqt ngctrent lout le thevaliers vsralt qui nlsse rotede s rs : io Lgalt dhevaliers/em>, lasireux d cs menure re Gauvain, qa rganisa ettmil sn escne el sfauxmnvave,e t iltttoalqui a sieu à la pour e’irthur Eemme uespcnupble,mespôvèe qui-même,à cauvain.: am>,  QUe phne esnhé ,lous dien ,/Qi ljouptanin qe Gmnnparïs/L diaoisell ouespcer,evis/Ttue dsulem ala conr li remi,/Pis l rla< par ugalt dueroit/Pend r las.irat dein< abarns,/Prrauvir laisonalem ocoiun /Dslonsbauremoincontre Gous : (/em>v. 12090-2097) Il nst près pfr uent au’ene peuoiselle tamne en cnuplus o rs dhevaliers v ler eprtex;ce revanche, ll nst lbeaucnupplus crae,que les pèrg poendnecelte rermaepar iculièrem,cue fipleque placsipullionsseunepcrtmedoulduneputregeestmmposs c Geiférencescersonnage sdo s éle de lemmdae s CLine peune cenllionssetre lu sdrxtes LeeGem>gaunrn /em>se de cem>E’Âtre périlleux, oint rouve encore lencfnrae ./p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn536>>36/a>< DI sniy a l’airos loav-leye deEsilhrt.dLöseth,eren l Geie od qar iculi ,sor meuscanor ee lRusifct ee sPs crùil anagpprtît su’ene pois laur mercaite lenc>rs rlar Gaunrn d(em>M reman,dn eros de sTrstanc,le roman,de GPla, lPr s tBorllen p9821, §1629, . 1432, /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn537>>37/a>< DLuscanor ee lem>gaunrn /em>sade deéêml ,lvec Gauvain.,dont il ser.at enantonn ahasrd,ux d ctire Kes fhons uentces:; .ir lia-leye de sLahurllere,,Q§153 p956,et souriut e200et s252 /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn538>>38/a>< DPur ca sdratesie Ghevalier aem>gfaé/em>.leuL’Âtre périlleux, s.ir lHugulte rLegos,e CLemem>ghevalier--faé/em>.lens luilque s mans se dXII/up>e pn lXIII/up>e  sièle, 2 qem>LaelMmde Et m’iAtreslMmde . Act ,du coll.oue.authur,tense cRndnes (8-9 mas v2001/em>), md.  r 2Hü lt lCh 2Ferlampon-Ahem , Orlants lPr adigm, e2000 p. 2239-251,sn tar iculi ,sua r 2242: en lomplète rale smndicalions dunnée sn erécisint au,csi,corta,s,qscanor l’est pas louvx es barms ovrsmelleu qypup>pémnt a(pe sn sfus hevalier-aVrsmellde ghnit vu Griaal/em>,). E outre ,p’unccrrence aeeGa sem>ghnitinution d/em>,evlaerber (ss=qpieart lelon sM.qOswald qem>Escanor, Gem>Escalaer :; o meuscalaerEYain,,peénomm arétcsament hscalaer lescRox

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn539>>39/a>< DVir lu si p. 213611 q93589lt l13630 /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn540>>40/a>< Dam>,Brunz /em>ts l’ipuivalent de cem>EBethu /em>), n l’un erouve eussi ien lam>,Brunz uns lPtié,nui cem>EBethu unszlPtié,.lam>,Brun uns lPtié,nst ldailleurs te mom deucRoiaeeGa sRoxeeCté ,ans lescrss=ge de mem>L’Âtre périlleux.comme t arus caut)/p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn541>>41/a>< DNus svvn sséjà laropsée,Gans un rr iculesrécédente,des fmemple sse de .doutissdeua-leye de se toyp, u cenllions connflictelle re de conrésentcs frbléatique. da reingduun dome,écit : e QCnstruicion qoncurrentsinle qd personnageeeman.s qu,: eraisilnemple sstirs aruoman,dédaé val2 qem>LFçon er rso peusonnageeuspMnens Âge/em>, qAix-en-Provnce , Pbleqclions du seUnv>rs té de GProvnce , oll. Senefia c, ° 553 p2007 p. 187-97. Nus syséjflttsion sla concurrence aomme la rinllionssar l uelle rn peusonnageeonte ,e Ce s < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn542>>42/a>< DVir li r. 15694-5698: Gem>g Qt lu cous dost pe de icsg/QiEl neiveit bu cfelchevalier ,/Sioutre qitdq ce iolmfir ,/Nsplus caor dn erut v Bettaine :/’est lscanor s e la Bontagine »./em> /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn543>>43/a>< DHugulte rLegos,e CLemem>ghevalier--faé/em>. 2 rt. cit., p. 2246

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn544">44/a>< Drancn qDubot, cem>go. 1it.,/em>, po 20 p. 2947 pn 123

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn545>>45/a>< DAnni Commbes,e Cem>M’Âtre périlleux<./em>, Cénotaphudeun déros rettouvee2 qem>LRman.ia/em>, p113 19992-9995 p. 1440-174 (itation"p. 1461, /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn546>>46/a>< DO erouve a la s L’Âtre pPrilleux.. oir lgalement clespasgs fhonscré ,s Gem>E’Âtre périlleux, ar lStoyn,dAta-lssovrdns L’Idolepmdonnaue: io ,am>,aup>e /em>,am>, sièle,/em>, pOrlants lPr adigm, e2000, . 1407-126

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn547>>47/a>< DL rmoiselle dueEauvain da unvee pu coimetèremsuiabolque pli reppelle que ss dêremsvait denicsge c’ipuivalente aeeGs dalenurre de conle qdEscanor ee la Bontagne (v. 15699-1602): Gem>g QItnt ious dos ielde constui/Qi lsEl nous dcupeniit fupli /Cnsbaure,queEll,pe ssveit ,/qAin dst snndetue ,que fain raist»./em> /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn548>>48/a>< D’est le mhs dussi ans lem>Escanor
 : de dae sancehe ssu rso pbrleaaului.eacomte t me triviilrg pv. 12787sqq.),. Nus snarquaurn sfus rss=ge due sc te rrésentcsdlpf ,s Gea narsanceL’Âtre périlleux, srùi’un epproenai due le dêremseEauvain dgait qem>gfaee/em>se dcapble, Eemme ues dae s’Escanor ,ad prusdte p mauvain dun duvnirs v. 15679-1580, /p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn549>>49/a>< Dam>, Bonr li remilArt /em>, qd. JJeanCFeppeir, enève, Droz, coll. Textes Littéraires Français n° 558, 3/up>e pdicion p1959,d§1154./p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn550>>50/a>< DI sfat snonnaître que les écit du cbaptme seeEauvain dans la sem>gMmt.dArt /em>snepdnne da cn dndicalionssu rs concuption dnisor meuhere od qsa narsance< estquie,su cairrt.dvait douslucaite lcho h cet t sennée ll nouvoit ,slos de son maropr eéseumepd pa vnarsance < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn551>>51/a>< DSntcncle, dui a suuphaté respeéournoe duecelmaroje paauviv c’iogueil e’Escanor ettpruscspté reiopralions< . 213808sqq.)/p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn552>>52/a>< DSr met épisode, s.ir lRihard Trachsler, « QQi a sunnéepe Grainalemtà cauvain.:?CÀraropsdeun dpisode,pdem>Escanoree Gairrt.d’urmins 2 qem>LLemhevalidans le romde rédaé val/em>, lAix-en-Provnce , Pbleqclions du pCUERMA coll. TSenefia c, ° 532 19992,c. 1527-542./p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn553>>53/a>< Dans L’Âtre périlleux, sespôle du colmbauqoncurrentsinl dais rueEa cn dpuonle qcipanantreroimpra ett douligne rar ul conprste ent duelauvain dain uieur: e CLemhlmbau,liori r symboliue, daot aéjbouhem dur la por de llun de desx mhlmbautnt s.dscanor ecre te dain mrlei.Mhnitairesmnt à Ga mcuptum Ghevaliers qu, Gauvain sef=usmseel caite lon mariun ner-ae pxtesrmialmmpoitoynleent aelte rmpge,plssible qe < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn554>>54/a>< DVir lgalement clesp. 121143-21145/p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn5"">(55/a>< DCeta,s,q Cout ausreongpdem>Escanor,ul conprste ent duelauvain dst pmrrypouharbl 2 (LR Teachsler, éd Jit.,, Itreodicion p. 175) DPur tnt ,ld ll dême san.ir auerdns L’Âtre périlleux, se rinise en cause de personnagee’esnalgepas dlaphn narsanceL’Âtre /em>, oat bien ,sei, ueEauvain d’est pas lmor dt cu’il p’agppnle qauvain.: Gem>E’Âtre périlleux, ’esnpruohdepas lmo s , < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn556>>56/a>< DCete ramtiéCrrlaesauxs/em>.

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn557>>57/a>< DL récérences,sont daite sq leécdtton u sW. Forsotr, em>Ei hevalier- ass eux eesecns/em>, qHa e N menyr, 1877Ej/em>ettem>Mv/em>), n leaceepd sracornuslelon se srnsges pmoe rn s

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn558>>58/a>< DL uapprrt setre lem>g’Âtre /em>, ettem>Morilaeuxc/em>,nst pmddque par uForsotr, éd Jit.,, . 1LXIII. E oevanche, lus seivein drouve ceule eert.dl dntion de sc t eprut duelairrt.dv ghevalier-aax d x ddèes/em>.

< class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn559>>59/a>< DL rême struicirs qgait qdailleurs t leœverepdns L’Âtre périlleux,: G.ir lAnni Commbes,ert. cit.,,p. 1459 CLeaible,me coimetèrem,mtre dfnt.asiquessmis sn eem>sq bleace /em>ee Ghevalier ,prosenteslui.eassi emme uinvincile, Est le mmnstruedont ia défaite lend Eauvain dcapble,ee Gbautr le tiemi-éant ascanor<.lAnni Commbes,eem>Mlbid./em>, peppelle qa défalttton qu G’idpoeve qquliefia .delon sA. J.Graempg : io <éros ,p Qapos laeir lacopti po diseson pont qdaibri cubiirln dsste seelxamense crss=ge due lui-aprsme qdaicue rirl eouuleroncrrme aomme laspeéonteeur: ensquilieficlions d qitoespaur cetre rend r [la]quitr »../p> < class="totesbssege dir="ltr">class="sFotnotecSymbol href="#fodyftn560>>60/a>< DVir lgalement clesp. 119590-19612 199802-99816/p> saclass="sgo-top href="#fr icule-2674>>Hat se crsge/ea>/div> div cd="tquoation">class="sietionn> span class="pextu">Pur cit.e met r icule/span>L/h12

Rcérences papers/eh3> < > Dumi npe Caree/span>L/htruong>,p scanor eens lsoermans  qem>LCahers ve lrehem hemscédaé valss/em>, q14 | 2007 p153-175

Rcérences éleceuonques/eh3> < > Dumi npe Caree/span>L/htruong>,p scanor eens lsoermans  qem>LCahers ve lrehem hemscédaé valss/em>, [Encignee] q14 | 2007 pil sn elngn le r15cepcebrems2010,sonsaliéepe G13cepcebrems2017 saclass="sgo-top href="#fr icule-2674>>Hat se crsge/ea>/div> div cd="tat hors>class="sietionn> span class="pextu">Atrur /span>L/h12

sacref="#267">(Dumi npe Caree/span>L/ha>/dh3> < class="pdeserttion ">Unv>rs té dNnchy-II /p>

A icule du pême satrur /sh4>
  • sacref="#14118>>epan cxml:lann"pfr" lann"pfr">Ceare dSerp,ram>,Ientité , filtaion qn lrrtnt ans le tomans su Griaalan pros aem>,/span>L/htruong>/ha> epan class="pfuleTxtu">[extesqltegaral]/span>L/hiv> div class="pi ">Parupdns LCahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/em>, qsacref="#13474>>2015/ea>/div>
  • sacref="#13218>cxml:lann"pfr" lann"pfr"cref=lann"pfr">em>LFction ve lvritaedns le tomscrtere sdur oprndnes detomans se lChécai npe , qdouds eécsni sar sAnni Commbes/ha> epan class="pfuleTxtu">[extesqltegaral]/span>L/hiv> div class="pi ">Parupdns LCahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/em>, qsacref="#12708>>2012/ea>/div> sacref="#13229>cxml:lann"pfr" lann"pfr"cref=lann"pfr">Hténe eBoxe, cem>gÉcrtere sdu G’idnigm,et sfction eeman.s qu,,/pan cstyle"pfrnt-vcria .:sma e-caps;">em>Lxiiaem>,/span>L/m>,aup>e /em>,am>,-aem>,/pan cstyle"pfrnt-vcria .:sma e-caps;">em>Lxiiiaem>,/span>L/m>,aup>e /em>,am>, sièle,s)/em>,/ha> epan class="pfuleTxtu">[extesqltegaral]/span>L/hiv> div class="pi ">Parupdns LCahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/em>, qsacref="#12267>>2011/ea>/div> sacref="#12679>cxml:lann"pfr" lann"pfr"cref=lann"pfr">MagioeBo.e oEaurcía qem>LLestaisile s ,Trstanc n pros am>.. (Rc)scrtere sde personnageeuthur,tens/em>,/ha> epan class="pfuleTxtu">[extesqltegaral]/span>L/hiv> div class="pi ">Parupdns LCahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/em>, qsacref="#12267>>2011/ea>/div> sacref="#12319>cxml:lann"pfr" lann"pfr"cref=lann"pfr">Lare nt Guyénot qem>La Mncelqui pugine . Mgairxtes Lt chyprtexxt ,du c/em>,hnit vu Griaalqem>Le lChécai npe ,/ha> epan class="pfuleTxtu">[extesqltegaral]/span>L/hiv> div class="pi ">Parupdns LCahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/em>, qsacref="#11786>>2010/ea>/div> sacref="#12326>cxml:lann"pfr" lann"pfr"cref=lann"pfr">Gab,tea rTbnas, cem>gJux d cma qu,s,cjen d cruem,sens la sittéralirs qfançais ecédaé valsq(XII/em>,am>,aup>e /em>,am>,-XV/em>,am>,aup>e /em>,am>, sièle,s)/em>,/ha> epan class="pfuleTxtu">[extesqltegaral]/span>L/hiv> div class="pi ">Parupdns LCahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/em>, qsacref="#11786>>2010/ea>/div> (Tut le texxt ,.../ea>/dli >Hat se crsge/ea>/div> div cd="tliol oe>class="sietionn> span class="pextu">DaistsaeEutrur /span>L/h12

    © Cahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/e> saclass="sgo-top href="#fr icule-2674>>Hat se crsge/ea>/div> /div> div class="pnavEtiti sbottom">sacrev="oncenuts>class="sgoCncenuts>cref="#2629>ceitle"#14 |p2007 CLihritageeeEChécai npe Smmegire/ea>/pan class="pseprttor"> - /span>L/acrev="prev>class="sgoPrev>cref="#2673>ceitle"#airrt.d’urmins ">Documntssrécédente/ea>/pan class="pseprttor"> - /span>L/acrel"pnxtu"class="sgoNxtu"cref="#2676>ceitle"#airrt.d’urmins eeman.cers">Documntssoitvnt./ea>/div> /div> /div> div cd="tnav"> Navigaion /h11> d12 Itdex/h12 dul dli sacref="#2409">Atrur s/ea>/dli dli sacref="#2407">Atrur sro dtdtturs teor vrge, d ol oés/ea>/dli dli sacref="#6252>>O vrge, d ol oés/ea>/dli d12 D rnrs vnumeos/h12 dulclass="pisse ,"> dli sacref="#14075> span class="pnumbrs">32 |s2016/span>L/br / span class="peitle">Corp aruomisn escne /span>L/ha>/dli dli sacref="#13994> span class="pnumbrs">31 |s2016/span>L/br / span class="peitle">King Litk dSemi-Gods/span>L/ha>/dli dli sacref="#13880> span class="pnumbrs">30 |s2015/span>L/br / span class="peitle">Lem>EOvie Gmnralsam/em>, ilus ree/span>L/ha>/dli dli sacref="#13769> span class="pnumbrs">29 |s2015/span>L/br / span class="peitle">Châsem,,sonffrssdt ctioites : es écit du s L/ha>/dli dli sacref="#13722">span class="pnumbrs">28 |s2014/span>L/br / span class="peitle">La raioca era catmmaioca/span>L/ha>/dli dli sacref="#13424> span class="pnumbrs">27 |s2014/span>L/br / span class="peitle">L Gmndèe qans la csct cecédaé vals/span>L/ha>/dli dli sacref="#13382">span class="pnumbrs">26 |s2013/span>L/br / span class="peitle">Musquesse dittéralirs quspMnens Âge/epan>L/ha>/dli dli sacref="#13057>>span class="pnumbrs">25 |s2013/span>L/br / span class="peitle">Leaoit et sooerdcrtere /epan>L/ha>/dli dli sacref="#12888>>span class="pnumbrs">24 |s2012/span>L/br / span class="peitle">Au-del Gemscioites :la sittéralirs qpolsiqueslns la cranceeEChalaes VIlt lChalaes VII/epan>L/ha>/dli dli sacref="#12791>>span class="pnumbrs">23 |s2012/span>L/br / span class="peitle">Pur sn qpocaiue.du G'nempleumpour oisi/epan>L/ha>/dli dli sacref="#12495> span class="pnumbrs">22 |s2011/span>L/br / span class="peitle">Le,louixdarratevv ,du cécit dédaé val/epan>L/ha>/dli dli sacref="#12402">span class="pnumbrs">21 |s2011/span>L/br / span class="peitle">Le,l«ugaltd texrrteores F»quspMnens Âge,cécalté sdt ce resentelions /epan>L/ha>/dli dli sacref="#12197>>span class="pnumbrs">20 |s2010/span>L/br / span class="peitle">Idyle net écits.didyleiue. d clalfissespMnens Âge/epan>L/ha>/dli dli sacref="#11952">span class="pnumbrs">19 |s2010/span>L/br / span class="peitle">Le,lîe tbitagnnques : iepancssdt cnentité /epan>L/ha>/dli dli sacref="#11659> span class="pnumbrs">18 |s2009/span>L/br / span class="peitle">Leasystèe deesnseine mntssoccnentialq(XIaup>e -XVI/up>e psièle,)/epan>L/ha>/dli dli sacref="#11489> span class="pnumbrs">17 |s2009/span>L/br / span class="peitle">Leapoiun et se srnsges puspMnens Âge/epan>L/ha>/dli dli sacref="#10402">span class="pnumbrs">16 |s2008/span>L/br / span class="peitle">La éciption deeIsidoe od qS vlle dsesalt dlepMnens Âge trd,ifq(XII/up>e -XV/up>e ps.)/epan>L/ha>/dli dli sacref="#2777>>span class="pnumbrs">15 |s2008/span>L/br / span class="peitle">La Tntelionsde pearodqueslns la cittéralirs qédaé vals/span>L/ha>/dli dli sacref="#2629>>span class="pnumbrs">14 |s2007/span>L/br / span class="peitle">LhritageeeEChécai npe L/ha>/dli dli sacref="#2540> span class="pnumbrs">14 sptcial |s2007/span>L/br / span class="peitle">L crigre pe L/ha>/dli dli sacref="#741>>span class="pnumbrs">13 |s2006/span>L/br / span class="peitle">L cNole e en cues ionsd(XIII/up>e -XV/up>e ps.)/epan>L/ha>/dli dli sacref="#839>>span class="pnumbrs">13 sptcial |s2006/span>L/br / span class="peitle">L crigre pe L/ha>/dli dli sacref="#2092">span class="pnumbrs">12 |s2005/span>L/br / span class="peitle">Ladtraicion dpisue, daspMnens Âge u dXIX/up>e psièle,/span>L/ha>/dli dli sacref="#5> span class="pnumbrs">12 sptcial |s2005/span>L/br / span class="peitle">U dvt e ne peut nge p:pOrlants e Jeane pe'Arc/epan>L/ha>/dli dli sacref="#1653>>span class="pnumbrs">11 |s2004/span>L/br / span class="peitle">Figre sdmythiue. dédaé valssdax dXIX/up>e pn lXX/up>e psièle, /epan>L/ha>/dli dli sacref="#1902">span class="pnumbrs">11 sptcial |s2004/span>L/br / span class="peitle">EnreslMmens Âge e RenarsanceL/ha>/dli dli sacref="#1522">span class="pnumbrs">10 |s2003/span>L/br / span class="peitle">Payuns ln ler ciommunaute/span>L/ha>/dli dli sacref="#26>>span class="pnumbrs">9 |s2002/span>L/br / span class="peitle">Lecere sdu, nsges pe'Ovie /span>L/ha>/dli dli sacref="#376>>span class="pnumbrs">8 |s2001/span>L/br / span class="peitle">L sarotetionn spirternle au pMnens Âge/epan>L/ha>/dli dli sacref="#874> span class="pnumbrs">7 |s2000/span>L/br / span class="peitle">Daistsaetseuveir /epan>L/ha>/dli dli sacref="#921>>span class="pnumbrs">6 |s1999/span>L/br / span class="peitle">Vulgarsa ra csct ce/epan>L/ha>/dli dli sacref="#1292">span class="pnumbrs">5 |s1998/span>L/br / span class="peitle">L phosixdulpa vros d(XIII/up>e -XV/up>e psièle,s)/epan>L/ha>/dli dli sacref="#945> span class="pnumbrs">4 |s1997/span>L/br / span class="peitle">Êre pés q la rfissespMnens Âge/epan>L/ha>/dli dli sacref="#2445> span class="pnumbrs">3 |s1997/span>L/br / span class="peitle">Epancslvrcu,menure , mpgeiee/span>L/ha>/dli dli sacref="#2446>>span class="pnumbrs">2 |s1996/span>L/br / span class="peitle">Regrd ssur laepMnens Âge/epan>L/ha>/dli dli sacref="#2447>>span class="pnumbrs">1 |s1996/span>L/br / span class="peitle">Caisiads et sne pe lcocsiadsq la rfissespMnens Âge/epan>L/ha>/dli sacref="#1>(Tut le tnumeos/ha>/h12 d12 Cnprt, d nes d(ar sanée puecpbleqclionsde .douvrge, )/h12 dul dli sacref="#17>>2000/ha>/dli dli sacref="#16>>2001/ha>/dli dli sacref="#15>>2002/ha>/dli dli sacref="#10>>2003/ha>/dli dli sacref="#9>>2004/ha>/dli dli sacref="#8>>2005/ha>/dli dli sacref="#14>>2006/ha>/dli dli sacref="#2597>>2007/ha>/dli dli sacref="#2788>>2008/ha>/dli dli sacref="#11561>>2009/ha>/dli dli sacref="#11786>>2010/ea>/dli dli sacref="#12267>>2011/ea>/dli dli sacref="#12708>>2012/ea>/dli dli sacref="#12996>>2013/ha>/dli dli sacref="#13236>>2014/ha>/dli dli sacref="#13474>>2015/ea>/dli dli sacref="#13909>>2016/ha>/dli dli sacref="#14112>>2017/ha>/dli Pouharin dnumeos/h12 dul dli sacref="#12401>>epan cxml:lann"pfr" lann"pfr">Pouharin dnumeosd(ar i sthatique. )/epan>L/htruong>/ha>/dli Misonleaée séleceuonquess/h12 dul dli sacref="#2790">Éouds echrqt ngtenn s/ha>/dli dli sacref="#2791>>Vcria/ha>/dli Lacreves/eh2 dul dli sacref="#13164>>Direceur ee /dli dli sacref="#11799">Comiéepd pusdationn / Direceur sdadjoints/ha>/dli dli sacref="#11800">Assstancesie Gusdationn/ha>/dli dli sacref="#2785">Comiéepd plecere /ea>/dli dli sacref="#13163>>Fnndainu de /dli Icfnrmlions /eh2 dul dli sacref="#414> span cxml:lann"pfr" lann"pfr">Àraropsde tCRMH / Jursnal of Medivalidand Huan.istic Soudi, /epan>L/ha>/dli dli sacref="#325> span cxml:lann"pfr" lann"pfr">Istruicion sdax datrur sr/ to at hors/epan>L/ha>/dli dli sacref="#415">Contatis/ha>/dli dli sacref="#2773">Cacdtts/ha>/dli dli sacref="#http://jursnals.openedtton .org/crm?rsge=icfnrmlions ">Pulsiquessee /dli d12 Suivez-us /eh2 dul dli sacref="#http://jursnals.openedtton .org/crm/back ne>ceitle"#Flx dRSS> simg alt"#Flx dRSS> src="mpge,s/social-ionsa/rss.png" width"#16> height"#16> /> Flx dRSS/ha>/dli d12 Leeres teilcfnrmlions/eh2 dul dli sacref="#http://newsltte r.openedtton .org">L sLeeresteiOpenEdtton /ha>/dli d/iv> div cd="tlogos"> Affiltaion s/ar enarrss/h12

    div cd="tfoo.e "> < class="pfirst">ISSNéleceuonques 2273-0893/e> < sacref="#http://jursnals.openedtton .org/crm/?rsge=map">Plassespsite/ha> – sacref="#415">Contatis/ha> – sacref="#2773">Cacdtts/ha>  – sacref="#http://jursnals.openedtton .org/crm/?rsge=back ne>>Flx de soydicalions/ha>/d> < class="passt" sacref="#http://jursnals.openedtton .org/>>Nus svdhtrns dà OpenEdtton Jursnals/ha> – sacref="#http://www.lodel.org/>>tdtt avec GLodel/ha> – sacref="#http://jursnals.openedtton .org/crm/lodel/>>Accs lesenrve/sa>/d> d/iv> /div> /div> src="js/juaury.j,">s/sertti> src="js/iommn .min.j,">s/sertti> >//rs truA icule: { ilus relions c: "Ilus relions " } }; //]]>s/sertti> src="js/fnchybox/juaury.fnchybox-1.3.1.pack.j,">s/sertti> src="js/r icule.min.j,">s/sertti> >//]' ).afe r(r' |ssacref="##it.edby">Cté raar/sa>' ); jQaury( '#it.edby li' ).css( "marein","1em 0" ); } } }); }); //]]>s/sertti> > vard_paqc= _paqc|| []; // relck pmi hods like "setCs romDtmenson">cshould b mhsleud b foe o"relckPge,View" _paq.push(['setCs romVcriable', 1, 'Doanin', documnts.doanin, 'rsge']); _paq.push(['enableCrossDoaninLinking']); _paq.push(["setDocumntsTitle", documnts.doanin + "/>c+ documnts.eitle]); _paq.push(['relckPge,View']); _paq.push(['enableLinkeachking']); (funtionn() { vardu"#https://pk.labouleo.org/>; _paq.push(['setTelck Url', u+'pk.php']); _paq.push(['setSt.eId', '3']); vardd=documnts, g=d.createEement ('sertti'), s=d.getEement sByTagName('sertti')[0]; g.oyp,"'extu/javasertti'; g.aoydc=rue; g.defer=rue; g.src=u+'pk.js'; s.prtnt Node.inser B foe (g,s); })(); s/sertti> s!-- End PiwiksCde,p--> src="https://at ic-origin.openedtton .org/openbarre/js/ileo.js?dain=2014-12-01>> src="https://at ic-origin.openedtton .org/js/juaury.j,onp-lli,st.min.j,">s/sertti> >s!-- jQaury(documnts).ready(funtionn($) { ifq( $.fn.fnchybox == utdefinsd ) { $.getSertti("https://at ic-origin.openedtton .org/js/fnchybox/juaury.fnchybox-1.3.1.j,", funtionn() { $('a.iframe').fnchybox(); }); } els d{ $('a.iframe').fnchybox(); } at hurl= $.j,onp({ url: ('https://at h.openedtton .org/at hntitalie'), hsleblckPgramee r: 'hsleblck', succese: funtionn(daia) { $('#at hdaia').html('simg src="'+daia.fnvions+'>> sacref="#'+daia.url+'>>'+daia.name+'/sa>'); $.ajax({ toyp,: "GET", turl: "2674?fnrmli=pdfepub&nnreomteurl=1", tsuccese: funtionn(msg){ t $('#dlLinks').ppelnd(msg); } }); }, eroir: funtionn(daia){ //$('#at hdaia').html('ges i, sacref="#https://at h.openedtton .org">sign in/sa>'); $.ajax({ t toyp,: "GET", t turl: "2674?fnrmli=pdfepub&nnreomteurl=1", t tsuccese: funtionn(msg){ t $('#dlLinks').ppelnd(msg); } }); } }); $('#plli,ermaes li').lv>r('touhemnd', funtionn(e) {}); $('input[name=q]').focus(funtionn() { ifq( $(this).pttr('value') == 'Rehem hemr' ) { $(this).pttr('value', ''); } }); }); jQaury(documnts).ready(funtionn($) { $(funtionn() { ifq(documnts.cookie.indexOf("__cookieliert=1") == -1) { $("span >").html("span class="\"cookieextu\">Enpaur oitvnt. vorestnavigaion sur lcepsite,nous dacoptiez l'utissation qd aomokies. sacref="\#http://www.openedtton .org/6540\">Enpsaeir llus /sa>/dpan>L/pan class="\"clos cookieliert\">/dpan>L").pttr("id", "cookieliert").ppelndTo("odyf"); $("a,.clos cookieliert").click(funtionn() { vardexpDatec= new Date(); expDate.setTtme(expDate.getTtme()c+ (365 * 24 * 3600 * 1000)); documnts.cookiec= "__cookieliert=1;exprrss=>c+ expDate.toGMTStaina()c+ ";doanin=.openedtton .org;path=/>; $("#cookieliert").remove(); }); } }); }); -->/dsertti> div class="popenedtton "> div > div class="pfirst"> dacref="#http://www.openedtton .org">OpenEdtton /ha> dulclass="psubmnt porv-toggle-show"> dli dpan>LOpenEdtton Books/epan>L dul dli sacref="#http://books.openedtton .org">span class="peitle">OpenEdtton Books/epan>LLivr sn esct ceschuanins et ssocial ,/ha>/dli dli sacref="#http://books.openedtton .org/alialoges"LLivr s/ha>/dli dli sacref="#http://books.openedtton .org/pbleqsh r,">Édtturs /ha>/dli dli sacref="#http://books.openedtton .org">Enpsaeir llus /sa>/dli d/ul /dli dli dpan>LOpenEdtton Jursnals/hpan>L dul dli sacref="#http://jursnals.openedtton .org">span class="peitle">OpenEdtton Jursnals/hpan>LRevu sn esct ceschuanins et ssocial ,/ha>/dli dli sacref="#http://www.openedtton .org/alialoges-jursnals">Le,lrevu s/ha>/dli dli sacref="#http://jursnals.openedtton .org/6438>>Enpsaeir llus /sa>/dli d/ul /dli dli dpan>LClentda/hpan>L dul dli sacref="#http://clentda.org">span class="peitle">Clentda/hpan>LAnnoces,soct tifquess/ha>/dli dli sacref="#http://clentda.org/sea he>>Accédr-aax dannoces,/ha>/dli dli sacref="#http://clentda.org/about>>Enpsaeir llus /sa>/dli d/ul /dli dli dpan>LHypothèses/hpan>L dul dli sacref="#http://hypotheses.org">span class="peitle">Hypothèses/hpan>LCareet ve lrehem hem/ha>/dli dli sacref="#http://www.openedtton .org/alialoges-otesbooks">ClialogesKes fhaaeet /ha>/dli d/ul /dli d/ul div class="passtporv-toggle-show"> dulclass="psubmnt "> dli dpan>LLeerest& liertes/hpan>L dul dli sacref="#http://newsltte r.openedtton .org">span class="peitle">L tte /epan>LS'abo er rà/dli dli sacref="#http://sea he.openedtton .org/indexliert.php?a=deserttion ">span class="peitle">Aiertest& lbo erent s/hpan>LAccédr-aax enrvicm/ha>/dli d/ul /dli dli dacref="#http://www.openedtton .org/14043>>OpenEdtton Freemium/ha> /dli d/ul div class="palngn-right"> derma ationn="//sea he.openedtton .org/"pmi hod="get"> deieldset div> dinput name="q"toyp,"pextu" /> div class="psea he-hosice"> dinput oyp,"praico"cd="tthejursnalraico"cname="ul" value"#http://jursnals.openedtton .org/crm"Ghevcke="thevcke=" /> dlabelcaor"tthejursnalraico">ns la creves/elabelL/br/L/br/L dinput oyp,"praico"cd="topenedtton raico"cname="ul" value"#> /> dlabelcaor"topenedtton raico">ns lOpenEdtton /hlabelL d/iv> div class="peitle-share"> dliclass="pbg-nav"> Reves ntrerdioctplinite lor la ppéride,pmédiévalsqetGa mRenarsanceEdtturst:d/it didLCass=quessEaurners/eidL dit>Suprrt s:d/it didLPapers e àleceuonques/eidL dit>E ISSN:d/it didL2273-0893/eidL dit>ISSNimprtmé:d/it didL2115-6360/aidL /eil /dli dli dil dit>Accès:d/it didLBarrir amobils/eidL /eil /dli dli dacref="#//www.openedtton .org/484">Vir la mnoticedu s /dli /dul /dli dliclass="pbg-nav asst" /tan>LDOI / Réféences,/htan>L /ul dli dil dit>DOI :d/it didL10.4000/crm.2674/pidL /eil /dli dli daclass="piframe"cref="#2674?fnrmli=it.lions">Ct.e met e leéféences/ha>/dli ddul ddli d!-- /DOI / Rcérences,s--> dliclass="pbg-nav asst"cd="tdlLinks">/dli dliclass="pbg-nav asst from-same-at hor"> /tan>LDupmêe satrur /stan>L /ul dli /tan>LA icule du pêe satrur ns la creves/etan>L /ul dli dpan class="pname">Dumi npe L/ul t dliclass="peitle"> sacref="#14118>>epan cxml:lann"pfr" lann"pfr">Ceare dSerp,ram>,Ientité , filtaion qn lrrtnt ans le tomans su Griaalan pros aem>,/span>L/htruong> [extesqlteéaral] Parupdns < LCahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/em>, qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq2015qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq/etan>L /ha> /hli t dliclass="peitle"> sacref="#13218>>em>LFction ve lvritaedns le tomscrtere sdur oprndnes detomans se lChécai npe , qdouds eécsni sar sAnni Commbes [extesqlteéaral] Parupdns < LCahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/em>, qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq2012qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq/etan>L /ha> /hli t dliclass="peitle"> sacref="#13229>>Hélne Bouget,ram>,Écrtere sde ,/pan cstyle"#font-vcriant:sma e-caps;>>em>Lxiiaem>,/span>L/m>,aup>e /em>,am>,-aem>,/pan cstyle"#font-vcriant:sma e-caps;>>em>Lxiiiaem>,/span>L/m>,aup>e /em>,am>, sièle,s)/em>, [extesqlteéaral] Parupdns < LCahers ve lrehem hemscédaé valssdt chuan.istss/em>, qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq2011qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq/etan>L /ha> /hli t dliclass="pmore">sacref="#2675>(Tut le trxtes,/ha>/dli /dul /dli ddul /dli ddul ddli d!-- /Ducée satrur --> ddul dliclass="pionsa ions-twit.e ">dacref="#http://twit.e .com/share?rxte=Escanor+dns +son+omans&url=&via=openedtton says"class="stwit.e buttn -wepp>>LTwit.e /epan>L/ha>/dli dliclass="pionsa ions-facsbook">dacref="#https://www.facsbook.com/sharer.php?u=Escanor+dns +son+omans&eitle"#class="pfacsbook buttn -wepp>>LFacsbook/epan>L/ha>/dli dliclass="pionsa ions-google-lus ">dacref="#https://lus .google.com/share?url=Escanor+dns +son+omans&eitle"#class="pgoogle buttn -wepp>>LGoogle +/epan>L/ha>/dli ddul d/iv> div class="palngn-right"> div cd="tat hdaia">d/iv> d/iv> d/iv> dbuttn lass="pionsa ions-nav">/hbuttn d!--[if lesqIE 9] dlinklrel"pstylesheet"cref="#https://at ic-origin.openedtton .org/openbarre/css/ie_openbarre.css" d![endif]-->/div>