Navigation – Plan du site

Christiane Raynaud, « À la hache ! » Histoire et symbolique de la hache dans la France médiévale (XIIIe-XVe siècles)

Élisabeth Gaucher
Référence(s) :

Christiane Raynaud, « À la hache ! » Histoire et symbolique de la hache dans la France médiévale (XIIIe-XVe siècles), préf. de Michel Pastoureau, Paris, Le Léopard d’Or, 2002 ; II + 700 p. et 40 pl.
ISBN 2-86377-173-6

Texte intégral

1En réponse aux déficiences des analyses consacrées aux objets médiévaux (trop souvent limitées à des notices archéologiques, descriptives et artistiques), cet imposant volume propose une « histoire totale » de la hache médiévale, non seulement matérielle et fonctionnelle mais idéologique, symbolique, littéraire et mythologique. Dans le prolongement des travaux qu’elle a précédemment fait paraître, chez le même éditeur, sur les chroniques et leur illustration (La violence au Moyen Âge, 1990 ; Images et pouvoirs (XIIIe-XVe s.), 1993), Chr. Raynaud interroge, avec lucidité et précision, des documents de toutes natures, évitant l’écueil d’une synthèse simplificatrice, soulignant les divergences régionales, qui font la variété de la France d’alors, à une époque où les haches se multiplient : textes réglementaires ou techniques, archives, documents comptables, sources littéraires, collections archéologiques et iconographiques, mais aussi faits de langue et lexique sont pris en considération pour restituer le rôle de « témoin culturel » de l’objet et sa place dans la société. Toutes les utilisations de la hache sont répertoriées : outil (agricole et artisanal) ; arme, polyvalente mais toujours redoutable, servant aussi bien aux hommes de combat et de justice qu’aux délinquants et révoltés, associée à l’horreur et aux représailles sanglantes, à la « sale guerre » avant que la carrière de Bertrand du Guesclin puis le XVe siècle ne la réhabilitent ; instrument ludique (le jeu de la hache, dans les joutes et les tournois) et support des représentations imaginaires (rites païens ou images christiques, allégories morales ou politiques, qui nourrissent une symbolique ambivalente, liée à la vie et à la mort).

2Ce vaste panorama éclaire bien des aspects inconnus ou négligés, redonne vie à tout un ensemble de figures éclipsées (pauvres, marginaux, bourreaux, forestiers…) et dégage des évolutions, dans la fabrication et la réception de l’objet, qui vont de pair avec une hétérogénéité croissante.

3Par l’ampleur de sa documentation et la rigueur de sa démarche, ce livre suscite l’admiration. Il intéressera historiens et littéraires désireux de dépasser l’observation objectale au profit des faits de société. L’entreprise de Chr. Raynaud lance un appel au renouveau de la recherche, dont M. Pastoureau, dans sa préface, indique les voies futures : « Puisse le présent livre avoir une postérité prochaine et fructueuse, et nous valoir bientôt la publication d’une étude de même ampleur et de même qualité consacrée à l’histoire médiévale de la clef, de la cloche, du peigne, de la ceinture, du collier, de la mitre, du coffre, du lit, de la selle ou du tonneau… » (p. II).

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Gaucher, « Christiane Raynaud, « À la hache ! » Histoire et symbolique de la hache dans la France médiévale (XIIIe-XVe siècles) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/276

Haut de page

Auteur

Élisabeth Gaucher

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals