Navigation – Plan du site

Roberta J. Magnusson, Water Technology in the Middle Ages. Cities, Monasteries and Waterworks after the Roman Empire

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Roberta J. Magnusson, Water Technology in the Middle Ages. Cities, Monasteries and Waterworks after the Roman Empire, Baltimore-Londres, The Johns Hopkins University Press (“The Johns Hopkins Studies in the History of Technology”), 2001, XIV-240 p., 15,5x23,5 cm, 36 illustrations numérotées par chapitre, notes sur les sources, index
ISBN 0-8018-6626-X

Texte intégral

1Roberta J. Magnusson ambitionne de couvrir tous les aspects de l’hydraulique médiévale, qu’elle soit monastique ou laïque, campagnarde ou urbaine, qu’elle appartienne au haut ou au bas moyen âge. Elle le fait dans un ouvrage de deux cent cinquante pages organisé en cinq chapitres.

2L’ouvrage commence par un rappel des principales réalisations romaines de l’espèce ; elle s’interroge sur la survivance de celles-ci et sur le renouveau médiéval (chap. 1). Elle aborde ensuite les modes de captation et d’acheminement de l’eau (chap. 2). Ces travaux impliquent le recours à des schémas de construction, sinon à des plans, et suivent différents modèles (chap. 3). Ils exigent dans tous les cas de lourds financements. Ils imposent aussi une administration pour coordonner leur mise en œuvre et leur déroulement et, une fois terminés, pour veiller à leur entretien (chap. 4). Ces réalisations sont au final au service des usagers, dont il importe de connaître les habitudes, voire les rites (chap. 5).

3Le titre de l’ouvrage renseigne imparfaitement sur le contenu qu’il est censé couvrir. L’auteur précise dès sa préface qu’elle privilégie l’Angleterre et l’Italie, sans avancer d’arguments qui justifieraient son choix. Sa décision est d’autant plus curieuse qu’au cours de l’ouvrage, elle ne prend guère en compte les régimes pluviométriques et hydrographiques propres aux deux pays. Tout au plus comprend-t-on, en lisant les remerciements, qu’elle bénéficie de bonnes relations dans ces deux pays. Est-ce que des facilités de séjour fondent en droit une recherche ? Une note situent le niveau d’analyse de l’ouvrage (p. 13, note 18) : l’auteur donne les résultats d’une enquête statistique en précisant qu’ils sont « based on my own unofficial list ». On n’en saura pas plus ! Est-ce qu’un chercheur peut conserver par-devers lui les étapes de son analyse et espérer obtenir les faveurs de ses pairs ? On est parfois surpris par le laconisme des présentations. L’auteur parle deux reprises de l’abbaye d’Abingdon (pp. 5 et 151), sans préciser que son réseau hydraulique est sans doute le plus ancien du genre en Angleterre (moitié du Xe siècle). Quand elle aborde le prieuré de Mount Grace (pp. 60 et 103), elle n’insiste guère sur la remarquable spécificité hydraulique du site, qui en fait une réalisation hautement sophistiquées : chaque cellule de moine jouit de sa propre alimentation en eau. Cette particularité mérite d’être appuyée : il est difficile d’aller plus loin dans les services rendus.

  • 1  Christophe Toupet et Monique Wabont, « L’abbaye cistercienne de Maubuisson (Val d’Oise, France). L (...)

4L’ouvrage est dépourvu de cartes et de schémas. Il contient en revanche trente six illustrations. Elles sont de qualité médiocre. Elles reproduisent, non des originaux, mais des documents déjà publiés. Dans la plupart des cas, les références de ces publications sont plus précises que celles des documents ! Ces illustrations entretiennent des rapports si lâches avec le texte qu’elles semblent avoir été choisies par un membre de l’équipe éditoriale pour accroître l’attrait de l’ouvrage sans lui être organiquement liées. L’Index est supposé mettre en italique le numéro des pages qui les contiennent. Force est de constater que cette commodité typographique est souvent négligée (abbaye de Saint-Augustin, p. 61 ; abbaye de Fontenay, p. 24 ; exemples de fontaines, pp. 10 et 12 ; lavabo de Maubuisson, p. 105 ; plan de l’abbaye de Maulbronn, p. 23 ; etc.). L’analyse proprement technique reste rudimentaire. Le fonctionnement du lavabo de Maubuisson ne tient pas compte de l’hypothèse proposée il y a près d’une dizaine d’années : la distribution de l’eau se ferait à partir de la vasque, grâce à un conduit intérieur, non à partir du bassin1. Ainsi un même dispositif rejetterait deux qualités d’eau : l’un est toujours pure (celle de la vasque), l’autre est déjà usée (celle du bassin dans la mesure où il sert aux moines à se laver les mains). Qu’une histoire des techniques ne soit pas sensible à cette trouvaille laisse rêveur. Des détails de l’extraordinaire plan de l’Église du Christ à Canterbury sont reproduits aux pp. 100, 107 et 114 ; il n’est pas précisé que ce plan est en couleurs et que son auteur a profité de cet apport pour différencier la nature des circuits hydrauliques. Nous sommes, au cœur du XIIe siècle, en face d’un ingénieur du haut vol, qu’il faut savoir célébrer. Il appartient à un groupe d’audacieux qui, par l’association de leur inventivité, ont changé le visage de l’Europe.

Annexe

L’ouvrage de Roberta J. Magnusson n’est pas inutile. Il permet au néophyte d’avoir une présentation générale de l’hydraulique médiévale en peu de pages. Il est malheureusement gâté par les facilités que l’auteur s’autorise. La plupart des informations présentées doivent être vérifiées et complétées. Paradoxalement, elles peuvent l’être le plus souvent en utilisant la bibliographie qu’elle donne…

Haut de page

Notes

1  Christophe Toupet et Monique Wabont, « L’abbaye cistercienne de Maubuisson (Val d’Oise, France). Les réseaux hydrauliques du XIIIe au XVIIIe siècle », dans Léon Pressouyre et Paul Benoit (eds.), L’hydraulique monastique. Milieux, réseaux, usages, Grâne (Drôme), Éditions Créaphis, 1996, pp. 165-166 (147), qui est pourtant cité dans les Notes sur les sources, p. 226

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Roberta J. Magnusson, Water Technology in the Middle Ages. Cities, Monasteries and Waterworks after the Roman Empire », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2001, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/291

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals