Navigation – Plan du site

Yasmina Foehr-Janssens, La Veuve en majesté. Deuil et savoir au féminin dans la littérature médiévale

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Yasmina Foehr-Janssens, La Veuve en majesté. Deuil et savoir au féminin dans la littérature médiévale, Genève, Droz, 2000, 301 p.
ISBN 2-600-00422-X

Texte intégral

1Un beau livre que présente Y. Foehr-Janssens avec une contribution supplémentaire à l’histoire du savoir au féminin et à la place de la femme dans l’écriture médiévale. Pour cela, l’auteur choisit un point de vue plutôt novateur : il s’agit de considérer la femme à travers une position de victime que met en valeur une littérature qui se développe surtout à partir du XIIIe siècle, autour du motif folklorique de la femme persécutée, dont la Manekine offre une illustration exemplaire. Ce motif se développe dans la chanson de geste (Parise la Duchesse, Berte as grans piés, etc.), en posant au passage un problème générique, et dans la littérature romanesque (La Belle Hélène de Constantinople, Florence de Rome,...) qui prend alors des chemins buissonniers l’éloignant très largement du monde arthurien. La présence centralisatrice d’un motif folklorique reposant sur l’innocence persécutée a souvent conduit la critique à une vision dévalorisante d’une littérature assimilée ou vue dans la perspective du « conte populaire ». Y. Foehr-Janssens relève le pari de reconsidérer une telle appréciation pour montrer l’intérêt littéraire et historique particulier de ces textes et rappelle, à juste titre, qu’un auteur comme Christine de Pizan a pu s’appuyer sur le motif pour en tirer un parti original et surtout littérairement fort. L’analyse des textes épiques et romanesques conduite par Y. Foehr-Janssens, subtile et donnant au lecteur le plaisir de nombreuses formules heureuses, montre bien comment les auteurs ont pu réexploiter des procédés à l’œuvre dans des textes plus « masculins » (tels Apollonius de Tyr par ex.) pour leur donner une nouvelle coloration et pour fournir une nouvelle dimension de la quête et de l’initiation, au féminin cette fois. Pour son analyse, l’auteur choisit trois textes, offrant ainsi trois parcours de lecture : le Roman de Cassidorus, Berte as grans piés et le Roman du comte d’Anjou. Ce parcours est arc-bouté sur une construction analytique qui s’opère dans la première partie de l’ouvrage qui pose les rapports de la femme à la mort, tant du point de vue esthétique que moral. Le lecteur, qui sera intéressé par les analyses de Y. Foehr-Janssens, regrettera sans doute d’être seulement resté sur le chemin de trois ouvrages ; mais les voies sont largement ouvertes vers de plus larges horizons et Y. Foehr-Janssens ne pouvait pas, dans le cadre de son travail, embrasser la totalité du corpus avec la même minutie que les textes choisis. Plus regrettable à mon sens, la place minuscule accordée à Boccace et Chaucer et peut-être surtout à Christine de Pizan. Celle-ci apparaît, ce qui est de bonne logique, dans la conclusion de l’ouvrage. Mais on aurait espéré un développement plus large, car Christine construit effectivement un véritable personnage à la fois littéraire et auctorial qui dépasse largement le simple constat de défense des veuves auquel la critique se borne trop souvent. Il y avait sans doute un «bouquet final » à trouver là, qui me paraît seulement esquissé par Y. Foehr-Janssens, qui aurait pu effectivement rassembler  ses analyses dans l’exemple d’une exploitation dans une dimension supérieure. Je pense en particulier à la rubrique « Boèce au féminin ». Cette petite réserve n’est somme toute que celle d’un lecteur gourmand qui en attend toujours un peu plus lorsqu’on lui offre un ensemble de qualité.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Yasmina Foehr-Janssens, La Veuve en majesté. Deuil et savoir au féminin dans la littérature médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2000, mis en ligne le 30 juin 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/303

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals