Navigation – Plan du site

Michel Rouche (dir.), Mariage et sexualité au Moyen Âge. Accord ou crise?

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Michel Rouche (dir.), Mariage et sexualité au Moyen Âge. Accord ou crise? Actes du colloque international de Conques, 15-18 octobre 1998, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne (« Cultures et civilisations médiévales » XXI), 2000, 368 p., 18x23cm, illustrations en noir et blanc et en couleurs numérotées par articles
ISBN 2-84050-136-8

Texte intégral

1La reproduction de l’espèce est si fondamentale qu’elle se situe au-delà de la longue durée. Elle fournit à celle-ci le socle sur lequel elle se déploie lorsque les sexes vivent leur différence en intégrant le poids des rapports sociaux et la plasticité de la psychologie.

2Lorsque Michel Rouche a choisi d’organiser un colloque sur le mariage et la sexualité, il a suggéré à ses vingt et un invités une trame qui, de fait, couvre quinze siècles de l’histoire européenne. Il n’en faut pas moins si l’on veut saisir les infléchissements et les transformations dans un tel domaine. Il a doublé cette large ouverture temporelle par un non moins large éventail de champs d’études: les médiévistes généralistes côtoient dans le volume les historiens de l’art, du droit, de la théologie, du droit canon, de la littérature ou de la médecine. L’ensemble se distribue en trois parties: Sexualité et mariages des temps païens, Le sacrement de mariage dans l’Église paléochrétienne et La méfiance envers la sexualité et la remise en question du mariage chrétien.

3Les coutumes matrilinéaires franques, islandaises et scandinaves diffèrent sensiblement de l’idéal romain d’une seule épouse féconde au pouvoir du mari. La christianisation, plus ou moins intense selon les régions et de toute façon très lente, impose peu à peu la monogamie et le mariage indissoluble, en puisant dans la force d’une métaphore, celle de l’Église épouse du Christ. Elle rend sensible à l’accord des conjoints et trouve avec le sacrement son achèvement. Le Moyen Âge central glisse vers une misogynie et un puritanisme qui trouvent sur le tard leur accomplissement laïc dans le traité à succès de Nicolas Venette, Tableau de l’amour humain considéré dans l’état du mariage.

4On peut regretter que le maître d’œuvre s’en tienne dans son introduction à une présentation des communications. Un état de la question au moment du colloque de Conques aurait été souhaitable et, par sa dimension synthétique, n’aurait pas fait double emploi avec le préambule spécialisé qui ouvre la plupart des communications.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Michel Rouche (dir.), Mariage et sexualité au Moyen Âge. Accord ou crise? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2000, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/312

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals