Navigation – Plan du site

Martine Ostorero, Kathrin Utz Tremp (dir.), Georg Modestin (collab.), Inquisition et sorcellerie en Suisse romande. Le registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises (1438-1528)

Julien Véronèse
Référence(s) :

Martine Ostorero, Kathrin Utz Tremp (dir.), Georg Modestin (collab.),Inquisition et sorcellerie en Suisse romande. Le registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises (1438-1528), Lausanne, Cahiers Lausannois d’Histoire Médiévale 41, 2007, 562p.

ISBN 2-940110-54-9

Texte intégral

  • 1  P.-H. Choffat, La sorcellerie comme exutoire. Tensions et conflits locaux : Dommartin 1524-1525, L (...)

1Ce nouveau volume des Cahiers Lausannois d’Histoire Médiévale réunit, sous la direction de deux grandes spécialistes de la sorcellerie de la fin du Moyen Âge, Martine Ostorero et Kathrin Utz Tremp, un ensemble de contributions qui vient clore un projet historiographique entamé il y a bientôt une trentaine d’années. En effet, dans la lignée d’études pionnières menées par Maxime Reymond dans les années 1900-1910, furent entreprises, à partir de 1980 et sous la direction d’Agostino Paravicini Bagliani, une série d’enquêtes ayant pour dénominateur commun une source exceptionnelle : le registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises. Initiée par Françoise Le Saux dans un mémoire resté inédit, fondée sur une méthode associant édition latine exhaustive de procès, traduction française et commentaire de type micro-historique (à l’aide de sources complémentaires, tels les traités de démonologie contemporains, les grosses de reconnaissances, etc.), elle allait donner matière à des publications remarquables qui devaient profondément renouveler l’historiographie des origines médiévales de la chasse aux sorciers et aux sorcières1.  

2Le registre en question est, sur le plan codicologique, un recueil factice élaboré au début du XXe siècle, regroupant quelque vingt-six procès en sorcellerie qui se sont tenus en Suisse romande entre 1438 et 1528. S’y ajoutent un procès criminel et cinq pièces à première vue étrangères au dossier, mais qui permettent d’échafauder des hypothèses solides quant à la provenance de l’ensemble : cette documentation ne proviendrait pas ainsidu couvent dominicain de Lausanne, l’un des acteurs majeurs de la répression, mais des archives de l’officialité, c’est-à-dire de la cour de justice de l’évêque de Lausanne, ainsi que de celles du chapitre cathédral, ce qui confirme au passage, comme l’avait déjà remarqué Georg Modestin, le rôle joué par l’Église séculière dans l’économie inquisitoriale. Ainsi que le rappelle un tableau restituant le contenu du registre (p. 21-22), cinq procès restaient encore à éditer et à situer dans leur contexte : celui de Pierre Chavaz (1448), de Pierre Antoine (1449), de Jaquette Pelorinaz (1459), de Jacquette de Clause (1469-1470) et de Jean Massot (1525). C’est désormais chose faite, ce qui donne matière, dans ce livre, à une première partie qui peut paraître quelque peu disparate sur le plan contextuel et chronologique, mais qui présente une variété de cas permettant d’appréhender les multiples facettes du phénomène complexe qu’est la chasse aux sorciers.

  • 2  L’imaginaire du sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430 c.-1440 c.), réunis par (...)

3L’édition des procès et leur traduction en français donnent au lecteur une image concrète de la procédure suivie par le tribunal, des aveux attendus et recueillis, ainsi que des acteurs concernés (juges, accusés, complices, mais aussi  témoins et notaires). Le cas de Pierre Chavaz, étudié par M. Ostorero, est à cet égard exemplaire. La procédure inquisitoire exige en premier lieu qu’une rumeur publique, confirmée le cas échéant par des dénonciations ou les aveux d’autres hérétiques, n’entache la bonne réputation — la fama — du quidam. C’est à cette seule condition que l’inquisiteur, ici le dominicain de Lausanne Pierre d’Aulnay assisté du vicaire de l’évêque, est en droit d’ouvrir une enquête. Incarcéré dans le château du seigneur local, Pierre Chavaz voit son procès s’ouvrir le 3 avril 1448, sans qu’il ait connaissance d’un motif accusatoire précis. Après avoir prêté serment sur les Évangiles, une première monition l’enjoint, dans un esprit de « réconciliation », d’avouer ses fautes, bientôt suivie d’une deuxième et d’une troisième. Pierre confesse dans un premier temps avoir invoqué le diable pour récupérer de l’argent perdu aux jeux, mais il précise n’avoir jamais obtenu de résultat. Les juges produisent alors des témoins à charge qui poussent Pierre dans ses derniers retranchements. Le notaire lui prête alors cette phrase exceptionnelle (p. 46-47) : « Je dirai ce que vous voudrez ; j’ai mangé des enfants et je dirai toutes les mauvaises choses que vous voudrez entendre. » On ne peut mieux dire que l’accusé est conscient des péchés que l’on veut qu’il confesse, ce qui témoigne d’une diffusion de l’imaginaire savant du sabbat parmi la population. Des aveux complets sont finalement enregistrés le 13 avril, après que le sujet, en dépit de sa volonté de parler, a subi la torture. L’image qu’ils donnent du sabbat rejoint alors celle qui apparaît dans les procès contemporains du Vevey et dans un texte célèbre, édité récemment, les Errores gazariorum2. Le suspect reconnaît avoir intégré un secte vouée au diable en apostasiant la foi chrétienne et en rendant hommage au Malin. Sont décrits par ailleurs les actes attendus de la part des membres de la secte : idolâtrie, anthropophagie, sodomie, blasphèmes et maléfices. Pierre livre en prime les noms de trente-trois complices (majoritairement des hommes) ; mais il parvient à minimiser son implication personnelle dans la secte démoniaque et à échapper ainsi au bûcher.

4Au-delà de l’imaginaire du sabbat décrit dans les procès verbaux, on est frappé par la diversité socio-économique des individus inculpés ou dénoncés et par la réalité des enjeux qui se cachent derrière l’accusation d’hérésie. Pierre Chavaz, probablement d’origine modeste, est en fait un joueur invétéré, accusé de sorcellerie au moment où la répression des jeux de hasard préoccupe, dans un esprit de réforme, les autorités civiles et religieuses, en particulier dans le diocèse de Lausanne. Pierre Antoine, jugé en 1449, est lui un notaire issu d’une famille bourgeoise d’Estavayer, qui semble avoir un goût certain pour l’argent et le jeu, qu’il partage avec des complices, bourgeois aisés ou nobles. Si, au moment de son entrée dans la secte, Pierre Chavaz s’est vu attribuer un démon personnel nommé Raphiel, le démon privé de Pierre Antoine porte quant à lui le nom évocateur de Usart (i.e. Hasard) ! Dix ans plus tard, le procès de Jaquette Pelorinaz, étudié par Chantal Ammann-Doubliez, s’inscrit dans une chasse circonscrite au Valais savoyard, qui conduit sur le bûcher de nombreuses autres femmes. Le registre livre à cette occasion la lettre entérinant la remise de l’hérétique au bras séculier, ainsi que des documents concernant les recettes et dépenses liées à sa détention et à son exécution. La procédure ouverte en 1469 contre Jacquette de Clause, qui partage avec d’autres « sorcières » la qualité de marâtre, ne va quant à elle pas à son terme ; mais cette issue heureuse est due, comme le montre K. Utz Tremp, aux luttes d’influence qui divisent lors du procès la ville de Lausanne et l’inquisition. Enfin, Jean Massot, jugé en 1525 à Dommartin, est un cas à part : accusé de vols et de meurtres, Jean est entre les mains des autorités laïques et condamné au gibet et à la roue. Mais la procédure suivie est bien une procédure inquisitoire — le brigand est dénoncé —, ce qui, au vu des motifs incriminés, est encore exceptionnelle en Pays de Vaud au début du XVIe siècle. Ceci s’explique, selon Lionel Dorthe, par le contexte local — sévit au même moment une intense chasse aux sorciers —, mais aussi par les conflits de juridiction qui existent entre les juges laïcs de Dommartin et le chapitre lausannois, seigneur temporel de la ville.

5Les procès inédits étant désormais accessibles, Georg Modestin propose une première étude transversale du registre Ac 29, qui, dans le volume, fait office de seconde partie. Dans une perspective prosopographique, il présente le parcours individuel de chacun des acteurs de l’inquisition des diocèses de Lausanne, Genève et Sion, des inquisiteurs en charge aux notaires, en passant par les procureurs de la foi (des clercs, mais parfois aussi des laïcs) et les vicaires épiscopaux qui présidaient le cas échéant les procès. Ce travail complète quelques rares études antérieures et propose un outil remarquable, amené sans doute à être élargi sur le plan géographique. Se dégagent parmi les inquisiteurs quelques figures fortes : celle par exemple d’Ulric de Torenté († 1444), ancien prieur du couvent dominicain de Lausanne, qui semble engager la chasse aux malefici dès l’année 1428, mais dont l’activité est surtout attestée dans les années 1438-1439 ; ou encore celle de Pierre d’Aulnay, très actif en Vevey entre 1446 et 1448. Parmi les notaires se retrouvent de véritables spécialistes de l’inquisition, tels le Lausannois Claude Burritaz, complice de Pierre d’Aulnay. Le répertoire de ces scribes ne sera définitif que lorsque des dépouillements supplémentaires d’archives, au-delà du seul registre Ac 29, auront été menés à bien.

6Enfin une troisième partie est constituée de travaux complémentaires aux études antérieurement publiées dans les Cahiers Lausannois. M. Ostorero publie tout d’abord deux documents inédits : le premier, constitué de mentions comptables (frais de détention et d’exécution), concerne une dénommée Sybille impliquée dans des sabbats entre 1437 et 1441, condamnée et exécutée en 1441, dont le nom ressurgit lors des procès veveysans de 1448 ; il révèle là encore les conflits de juridiction entre autorités laïques (seigneuriale et ducale) et ecclésiastiques (inquisition dominicaine et chapitre cathédral). Le second, une lettre du pape Félix V adressée à l’official de Lausanne Richard de Fonte, dévoile en filigrane une affaire concernant un certain Jean Boverat, notaire de son état, manifestement dénoncé pour hérésie. Incarcéré le temps de l’enquête, Jean est au bout du compte libéré. Mais sa réputation entachée, son nom réapparaît dans le dossier de 1448 pour finalement disparaître des sources, ce qui est de mauvaise augure quant au sort qui lui a été réservé. G. Modestin publie ensuite un dossier qui éclaire une procédure de remise au bras séculier au terme du procès de Pierre Terraz (1469), avant d’évoquer, en collaboration avec Clémence Thévenaz Modestin, l’affaire d’un dénommé Jean Huguet : une nouvelle fois des conflits de juridiction se font jour, avec des bourgeois lausannois qui entendent bien faire respecter leurs prérogatives sur le plan judiciaire. Jean-Daniel Morerod montre quant à lui comment s’organise d’un point de vue juridictionnel la tenue de procès à Dommartin en 1498. Enfin, M. Ostorero publie la transcription d’une troisième version des Errores gazariorum copiée au milieu du XVe siècle et insérée dans le manuscrit Pal. lat. 1381 de la Bibliothèque du Vatican. Proche de la version du manuscrit de Bâle éditée en 1999 dans L’imaginaire du sabbat, elle confirme à la fois la féminisation de la sorcellerie et la diffusion du traité anonyme dans l’espace germanique.

7Ce volume tient donc du recueil d’articles. Il met, de belle manière, un point final à une ambitieuse campagne de recherches en archives. L’unité de l’ensemble paraît parfois quelque peu brouillée, mais le contenu, très stimulant, montre une nouvelle fois la formidable vitalité de l’équipe de l’université de Lausanne. Le temps de la synthèse est désormais venu.

Notes

1  P.-H. Choffat, La sorcellerie comme exutoire. Tensions et conflits locaux : Dommartin 1524-1525, Lausanne, CLHM 1, 1989 ; M. Ostorero, « Folâtrer avec les démons ». Sabbat et chasse aux sorciers à Vevey (1448), Lausanne, CLHM 15, 1995 ; E. Maier, Trente ans avec le diable. Une nouvelle chasse aux sorciers sur la Riviera lémanique (1477-1484), Lausanne, CLHM 17, 1996 ; L. Pfister, L’enfer sur terre. Sorcellerie à Dommartin (1498), Lausanne, CLHM 20, 1997 ; G. Modestin, Le diable chez l’évêque. Chasse aux sorciers dans le diocèse de Lausanne (vers 1460), Lausanne, CLHM 25, 1999.

2  L’imaginaire du sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430 c.-1440 c.), réunis par M. Ostorero, A. Paravicini Bagliani, K. Utz Tremp, en collab. avec C. Chène, Lausanne, CLHM 26, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Martine Ostorero, Kathrin Utz Tremp (dir.), Georg Modestin (collab.), Inquisition et sorcellerie en Suisse romande. Le registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises (1438-1528) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 27 juin 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/3223

Haut de page

Auteur

Julien Véronèse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals