Navigation – Plan du site

Élisabeth Sirot, Noble et forte maison. L’habitat seigneurial dans les campagnes médiévales, du milieu du XIIe au début du XVIe siècle

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Élisabeth Sirot, Noble et forte maison. L’habitat seigneurial dans les campagnes médiévales, du milieu du XIIe au début du XVIe siècle, Paris, Picard, 2007

Texte intégral

1À partir de la fin du XIIe siècle, serait apparu en Occident un nouveau (?) genre de résidence aristocratique : des édifices ruraux de bonne taille mais dénués des appareils fortifiés plus ou moins impressionnants des forteresses. Assez vastes, bien orientés et éclairés, ornés de décors intérieurs, dotés de cheminées, agrémentés de jardins et de fontaines, flanqués de communs, ces lieux de vie sont des maisons à vivre et non des châteaux. On sait que chaque année des trouvailles sont faites lors de réparations ou démolitions de bâtiments assez souvent sans allure externe particulière, on y distingue des traces de peintures, on met au jour des poutres bien taillées, sculptées, peintes, on dégage d’élégants corbeaux, les décrépissages dévoilent des ouvertures médiévales et le fantôme de cheminées.

2L’enquête, sous le patronage posthume de J.-M. Pesez et appuyée sur des publications collectives ou individuelles, toujours bien attribuées, et sur une recherche personnelle, a surtout porté sur l’est de la France actuelle (moitié royaume, moitié Empire, ce qui n’est pas assez souligné). L’intérêt majeur vient d’une démarche très pratique, oserai-je dire très féminine : comment ça marche de la fondation à la vie courante ? Huit chapitres thématiques, appuyés parfois sur quelques exemples particulièrement développés et la signature de textes par des plumes extérieures, permettent de poser les bonnes questions. Celles du vocabulaire : ici en latin, fortalicia, domus fortis, locus fortis, et même castrum et turris, tous bâtiments sis en pleine ruralité. Qui y demeure ? On trouve de petits chevaliers sans grands pouvoirs judiciaires, mais maîtres de terres et de bras ; des familles partagées entre modeste vie aristocratique et insertion religieuse (prieurés et membres de commanderies) ; un groupe social qui va en s’accroissant et aussi en se diversifiant par des ascensions, des services rémunérateurs et des extensions de ban dont les retombées se voient dans leurs résidences. Les emplacements seraient assez rarement villageois (personnellement, je mettrais là volontiers un bémol et mets en garde contre l’anachronisme, les différences de terroirs et de finage et les exemples diversifiés qui ne créent pas forcément pertinence), ils privilégieraient le plat pays, l’isolement au cœur d’une grosse exploitation, modèle d’un habitat dispersé où l’eau (fossés et viviers) et la forêt (chauffage et chasse) jouent un rôle important. Le chapitre sur les dépendances rassemble les évocations de la cour, avec son puits et le colombier (assez rare), des granges et étables, des murs d’enceinte et leurs ouvertures, monumentales ou non ; l’ensemble peut comprendre des équipements techniques, fours et pressoirs ; un sort particulier est fait aux jardins et vergers de cette petite noblesse, objets ces dernières années de nombreuses publications ici lues parfois un peu vite ; on s’attendait moins aux fourches et autres marques de justice, qui ne sont pas en général si proches de la maison. L’habitat lui-même fait l’objet des chapitres V et VI : l’extérieur, ses formes, ses pierres bien posées ou ses élégants pans de bois, ses ouvertures soignées, souvent une ou plusieurs tours, ses semblants de défense, voire son porche monumental en font des éléments particuliers du paysage bâti, à vrai dire déjà bien connus. Les aménagements intérieurs sont un chapitre peut-être plus neuf par la comparaison suivie avec les modèles châtelains, voire princiers : des espaces marqués par de nombreux travaux et cloisonnements, des usages successifs qui se succèdent avec rapidité, y compris pour la chapelle ; l’aire privilégiée de la salle (aula est-il le terme vraiment le plus répandu ?) est embellie de fresques ou de frises, de cheminées monumentales, parfois de superbes charpentes enluminées ; cuisines, poêle et latrines ne sont pas oubliés (les installations de bains sont en un autre chapitre). Pour la vie quotidienne, enfin, les mobiliers sont connus par des inventaires et les objets par les fouilles, ils permettent d’évoquer aussi bien les bijoux de la Dame que quelques jouets d’enfants, les divers coffres est escabelles et les châlits et ce dernier chapitre un peu fourre tout se clôt par deux lieux forts différents : le cabinet de travail (« estude ») et la chapelle, ses reliques et son desservant. Une rapide conclusion montre bien qu’ES a conscience des éléments impressionnistes (parfois on dirait un paquet de fiches) de sa présentation, et elle appelle à une enquête rigoureuse et générale. On ne peut que la soutenir dans cette démarche.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Élisabeth Sirot, Noble et forte maison. L’habitat seigneurial dans les campagnes médiévales, du milieu du XIIe au début du XVIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 26 juin 2008, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/4103

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals