Navigation – Plan du site

Dans son pays on l’appelait Jeannette…

Essai sur le discours et l’usage anthroponymique dans les Procès de Jeanne d’Arc1
Françoise Michaud-Fréjaville
p. 143-156

Notes de la rédaction

« “Dans son pays on l’appelait Jeannette”. Essai sur le discours et l’usage anthroponymiques dans les procès de Jeanne d’Arc », dans P. Beck (sous la direction de), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, 4, Discours sur le nom. Normes, usages, imaginaire (VIe-XVIe siècle), Tours, 1997, p. 163-177.

Texte intégral

  • 1 Les sources de ce travail ont été les publications les plus récentes des procès : Procès de condamn (...)
  • 2 Procès, I, p. 40. Texte en français, d’après le manuscrit d’Orléans (ibid.) : « Ce jour mesme, ladi (...)

Eadem Johanna per nos interrogata fuit de nomine et cognomine ipsius. Ad que respondit quod in partibus suis vocatur Johanneta et postquam venit in Franciam vocatur est Johanna. De cognomine autem suo dicebat se nescire2

  • 3 Les relevés des noms des seigneurs prêtant hommage dans les registres d’aveux contemporains de nos (...)
  • 4 A. Plaisse, Un chef de guerre au XVe siècle, Robert de Flocques, bailli royal d’Évreux, Évreux, 198 (...)
  • 5 Procès, I, p. 9.

1Cela se passait à Rouen, le mercredi 21 février 1431 (n. st.). Les interrogatoires du procès de celle que nous avons coutume de nommer Jeanne d’Arc commencèrent donc, comme c’est d’usage, par la demande faite à l’accusée de décliner son identité. La prisonnière s’appelait Jeannette, ou plutôt on l’appelait ainsi dans le petit monde où elle avait vécu sa première vie, puis on avait changé ce nom pour celui de Jeanne, dans son nouvel entourage, celui de France, le royaume de l’intérieur, un autre milieu plus relevé socialement où les noms étaient majoritairement « carrés », sans diminutifs ou adjonction marquant la jeunesse ou l’affection3, et surtout un monde militaire où seule l’antinomie amenait de rudes soudards à être appelés « Robinet »4. Cependant, longtemps avant cette confrontation, les juges savaient déjà comment désigner leur prisonnière : le vicaire général de l’Inquisition avait dès le 26 mai 1430 écrit au duc de Bourgogne à propos de « certaine femme nommee Jehanne, que les adversaires de ce royaume appellent la Pucelle ». La jeune fille avait été capturée (trois jours auparavant) et il fallait l’amener au plus vite devant le tribunal inquisitorial5. Le royaume dont il est question était évidemment pour lui celui d’Henri VI, la France anglaise, et la Pucelle une ennemie enfin capturée.

  • 6 P. Doncoeur, La minute française des interrogatoires de Jeanne la Pucelle d’après le réquisitoire d (...)
  • 7 J’utilise la forme transcrite par Tisset, qui est la même que celle qu’il a choisie pour transcrire (...)
  • 8 Procès, I, p. 181. Cf. E. O’Reilly, Les deux procès de condamnation, les enquêtes et la sentence de (...)

2Jeanne, la Pucelle, voici déjà deux façons de la désigner, pourtant elle-même a dit qu’elle n’avait pas de « surnom ». Mais si elle en a un ! Le samedi 24 mars 1431, on relit en sa présence le compte-rendu en français des interrogatoires des séances précédentes afin qu’elle puisse récuser certaines de ses réponses avant que celles-ci soient considérées comme vraies et confessées. Or la seule remarque transmise par les expéditions des procès-verbaux qui nous sont parvenus (et qui ne figure pas dans les manuscrits d’Orléans et d’Urfé, copies de la minute du procès en langue vulgaire6) porte sur le nom de l’inculpée : dixit quod erat cognominata D’Arc7 seu Rommee, et quod in partibus suis, filie portabant cognomen matris8. Elle a donc enfin compris ce que signifiait ce cognomen ou surnom auquel elle n’avait su quoi répondre le 21 février. Maintenant, nous avons un éventail anthroponymique bien ouvert : les noms Jeanne et Jeannette, les surnoms D’Arc et Rommée, le sobriquet la Pucelle. Il nous faudra voir comment ces cinq éléments figurent et sont utilisés au cours des procès. Mais avant il faut quand même essayer de comprendre les réponses de l’accusée.

  • 9 Je choisis ici le « tu » largement utilisé par le tribunal de Rouen. Pour l’étude du « tu » et du « (...)
  • 10 Nullité, I, p. 323. Il s’agit de l’entrevue de Jeanne et du roi à Loches.
  • 11 P. Beck, « Anthroponymie et désignation des femmes en Bourgognes (Xe-XIVe siècle) » dans Genèse méd (...)
  • 12 Sans entrer dans la question du pays de Jeanne qui a fait l’objet de querelles héroïques entre Cham (...)
  • 13 Nullité, I, p. 264-265 : Johanneta, relicta Thiesselini de Vitello, clerici in dicto Dompno Remigio (...)
  • 14 Sur les trente-quatre témoins auxquels on a demandé ce qu’ils savaient des parrains et marraines, s (...)

3Le procès-verbal de nos textes n’est pas un enregistrement pur et simple des paroles, c’est un rapport. Les rédacteurs raccourcissent les dialogues, concentrent les questions et réponses et, sauf à de rares exceptions, utilisent, comme on a pu le lire plus haut, le discours indirect : elle répond, elle dit (dicebat, respondit quod…), le témoin dépose que… Si nous revenons à l’interrogatoire d’identité, la véritable question était-elle : « quels sont tes noms et surnoms (interrogata fuit de nomine et cognomine) ? » ou simplement « quel est ton nom ? », ou encore « comment t’appelle-t-on9 ? ». Dans le premier cas, la réponse de Jeanne s’explique par l’ignorance du sens de « surnom », elle répond à la seule question du « nom », et son nom est : Jeannette, celui de la conversation ordinaire : « bonjour, Jeannette…» ou de l’interjection royale rapportée par Dunois : rex ait : « Johanna, an placeat vobis declarare quod petit »10. Ce nom (Jeanne, Jeannette) était des plus répandus dans le royaume de France, porté par le tiers des filles de sa génération11. Ce fut sans doute le choix de ses parents, mais pour une fois nous pouvons aussi dire que ce nom était lié à son baptême. Lors du procès en nullité de la condamnation, l’enquête faite au pays des origines de Jeanne12 a interrogé deux Jeannette : Jeannette Roze, femme de Thévenin Le Royer, et Jeannette, veuve de Thiesselin, toutes deux ses marraines, la seconde a rappelé fièrement qu’elle portait le même nom que l’héroïne13. Les témoignages prouvent également qu’elle eut quatre parrains tous nommés Jean : Jean Morel de Greux, Jean Le Langart (ou Lingué), Jean Barre (ou Barey) et Jean Rainguesson14. Pouvait-on nommer autrement cette enfant !

  • 15 Jean Morel, par exemple, cite quatorze fois le nom de Jeanne, douze fois sous la forme Johannetta e (...)
  • 16 Procès, I, p. 101 : « Et voulentiers mectoit le nom aux filz Charles, pour l’onneur de son roi, et (...)

4La distinction qui semble s’établir aux yeux de l’accusée de Rouen entre Jeanne et Jeannette n’est pas anecdotique. Les témoins de son pays n’utilisent pratiquement pas la forme courte, sauf parfois lorsqu’ils évoquent, selon les traducteurs en latin, Johanna la Pucelle15, c’est à dire la période de la vie publique qu’ils ne connaissent que par ouï-dire, ce temps où effectivement on l’appelait Jeanne et où elle était en quelque sorte une autre que la bonne, honnête et simple fille de Domrémy. Ce nom de Jeanne, elle-même le donnait volontiers aux enfants qu’on lui demandait de « lever » sur les fonts baptismaux16.

  • 17 « Le port du surnom est affaire d’hommes ; il est le signe de la responsabilité personnelle d’une g (...)
  • 18 Procès, I, p. 37, le 21 février 1431 (n. st.).
  • 19 Ibid., (manuscrit d’Orléans).
  • 20 Depuis Charles Du Lis, Discours sommaire tant du nom et des armes que de la naissance et parenté de (...)
  • 21 P. Doncoeur, « Jeanne d’Arc s’appelait-elle d’Arc ? », Les Nouvelles Littéraires, n° 1198, 17 août (...)
  • 22 Procès, I, p. 40-41. La minute française d’Orléans ne connaît qu’un parrain, Jehan Bavent (« Barre  (...)

5Deuxième nom, le nom de famille, surnom héréditaire, celui de son père17. Jeanne l’avait donné au cours de l’interrogatoire d’identité : Respondit quod pater vocatur Jacotus Darc, mater vero Isabellis18… ; « respondit que son pere estoit nommé Jacques Tart et sa mere Ysabeau »19. Ce nom, on le sait, a été le sujet de controverses dans sa forme, son origine géographique et sociale, disputes qui ne sont pas éteintes quand bien même il n’y a plus d’exemption d’impôts ni de province lorraine perdue à la clef20. Le meilleur résumé reste celui du Père Doncœur, étoffé par un solide dossier, qui conclut à Darc ou Dars, les variantes venant des greffiers notant diversement les accents des témoins21. L’important est que Jeanne donne spontanément pour son père ce que nous appelons ses noms et prénoms, de même qu’elle connaît les surnoms – sans peut-être connaître le sens technique du mot – de ses parrains et du curé et qu’elle les transmet : patrinorum vero unum vocabatur Iohannes Lingué, alter Iohannes Barrey, et du curé qui la baptisa : dominus Iohannes Minet, prout credit22.

  • 23 A. Vallet de Viriville, « Lettres patentes de Charles VII portant anoblissement de la Pucelle et de (...)
  • 24 R. Pernoud, M.-V. Clin, Jeanne d’Arc, Paris, 1986, p. 313-314.
  • 25 Procès, I, p. 40. La minute française (Orléans) dit : « sa mère [était nommée] Ysabeau » (id.).
  • 26 Id., La minute française (Orléans) : « Interroguee que fut ses parrains et marraines : respondit qu (...)
  • 27 Procès, I, p. 46 : vivit in villam de Novocastro […] penes quamdam mulierem cognominatam La Rousse (...)
  • 28 Le texte latin désigne cette femme comme Katherina ou Katherina de Rupella cinq fois (Procès, I, p. (...)
  • 29 Voici les anthroponymes féminins relevés dans l’enquête faite en Lorraine ( Nullité…, t. I p. 245 e (...)
  • 30 Sur la famille de Jeanne, mise au point et bibliographie utile dans P. Duparc, Procès en nullité de (...)

6Le nom Darc n’a pas été un anthroponyme accolé au nom de Jeanne sous la plume des divers greffiers du procès de condamnation, nous le verrons plus loin, et d’ailleurs ce n’était pas un usage répandu, il n’en reste pas moins troublant que le procès-verbal en latin ait introduit une réflexion sur le surnom paternel. Vallet de Viriville a publié en 1854 une copie de la lettre patente de Charles VII anoblissant Jeanne et sa famille (Mehun-sur-Yèvre, décembre 1429), où figure en toutes lettres la reconnaissance des services puellæ Johannæ Darc de Dompremeyo, charæ et dilectæ nostræ23, mais on peut légitimement s’interroger sur la valeur déterminante, à la lettre près, d’une copie du XVIIe siècle, puisque aucun texte strictement contemporain ne donne cette forme24. Quant au surnom maternel passant aux filles, il laisse profondément perplexe. Là aussi, sans chercher à éclaicir l’origine de ce surnom de Rommée, il faut reconnaître que l’argument du 24 mars selon lequel les filles, « dans son pays », portaient le surnom de leur mère, est contredit par les formules même que Jeanne pratiqua lors de l’interrogatoire d’identité et par celles qu’utilisèrent les témoins de Domrémy lors des enquêtes du procès en nullité. Le 21 février, Jeanne n’a donné aucun surnom à sa mère : vocatur […] vero Ysabellis25 ; quelques mots plus loin, elle n’en accorde pas non plus à ses marraines : dicit quod una matrinarum vocabatur Agnes, altera Sibilla26. Au cours des interrogatoires du procès de Rouen, il sera question de deux autres femmes : « La Rousse », l’hôtesse chez laquelle Jeanne habita quinze jours et dont elle ne donne ni le nom ni aucun surnom, « maternel » ou autre, mais le seul sobriquet personnel27, et Catherine de La Rochelle28 qui n’était pas de son pays. Enfin, si l’on considère les femmes de Domrémy et ses environs rencontrées dans le texte du procès en nullité, on doit se rendre à l’évidence que leur désignation ne répond guère à la remarque de Jeanne et que l’on est bien en peine de trouver un « matronyme » parmi ces noms29. Bien au contraire, ces femmes sont toutes mises en rapport avec leur mari vivant ou mort, en tant qu’uxor ou vidua, à l’exception de « la Rousse », toujours un peu à part. Seule Jeannette, femme d’Étienne Le Royer, charpentier, dispose à plusieurs reprises d’un surnom qui lui soit propre, « Roze » ou « de Roze » : ces deux versions font que l’on ne sait s’il s’agit d’un nom de lieu, donc asexué, ou d’un sobriquet venu d’un teint particulièrement agréable ou d’un caractère épineux, hérité ou non d’une ancêtre. Dans tous les cas, ces femmes de Domrémy, Greux et Vaucouleurs, aucune n’étant (vieille) fille, ne nous apprennent rien sur le système de désignation que Jeanne tiendrait de sa mère. Plus encore, Isabelle elle-même est dans son pays largement désignée par un diminutif : Ysabellette – en cela nous avons bien une des spécificités locales –, toujours à la suite de son mari Jacobus Darc, mais sans surnom d’aucune sorte ; une seule mention originale apparaît, celle de Vouthon, son village d’origine30, qui n’a pas de rapport avec le cognomen matrilinéaire « Rommée », évoqué par sa fille Jeanne au cours du procès de condamnation.

  • 31 Procès, I, p. 126, ibid., [manuscrit d’Urfé] : « l’ont plusieurs fois appelée Jehanne la Pucelle, f (...)
  • 32 Ibid., p. 205.
  • 33 Ibid., I p. 139 (manuscrit d’Urfé).

7Dernier élément de la désignation, le sobriquet Puella, « la Pucelle » : les juges ont fait un procès contra… quandam mulierem, Iohannam, vulgariter dictam « La Pucelle », telle est la rubrique par laquelle débutent deux des manuscrits des procès-verbaux. Le 12 mars 1431, alors que l’interrogatoire portait sur les voix et la façon dont celles-ci interpellaient la Jeanne, les juges proposèrent quelques exemples : Fille de Dieu, fille de l’Église, fille au grand cœur. La réponse fut nette : vocaverunt eam Johannam Puellam, filiam Dei31. Cette appellation est réaffirmée le 27 mars, à semblable question, réponse identique32 : « la Pucelle » est le nom qu’elle entend dans ses révélations, que Dieu lui a donné. Comme Jeanne a remplacé Jeannette, elle a reçu pour sa mission un sobriquet qu’ont repris partisans et adversaires. Puella, c’est la fillette, la jeune fille et aussi la vierge consacrée à Dieu, dont tant de monastères « le Puellier/puellarum » conserveraient le souvenir, c’est bien entendu dans ce dernier sens que Jeanne semble l’avoir entendu : « il pleust a Dieu ainsi faire par une simple pucelle pour reé Jeannette, elle a reçu pour sa mission un slon oo a reç5t ceV

  • 1734span> Ibid., I  323.5alov decné aur unRaleu Silveremeur les vouze foticle a: Fie Dieu lut suconnmndé ces voa href="#ftn31">(...)
  • 5<3/span> (...)
  • 163/span> Procès,, I, p. 37,1
  • 1637span> Ibid., I  3238

1<8span>Le njuges pri a t reprisocrioutes lettsaçons de t cellobriquet la a t neatibuna : (diam vesessaydit té)em>(.3/a>. t pars enrticulièrement agns les mattres la’elle entevoyt s class="footnotecall" id="bodyftn31" href="#ftn25">(.35a>, qur les fo elle a reçu pourme de(ce qui nolutient lentredi Bedfordt paPhiamelle soBon),t par ce comptmun: dicujusm mummei qui muellarumulgar appelontio/em> p.nsi fae le prdist l’obvéle de JeLie p

6<9span>Le nom Da « la Rocelle » estait pal foebien endenu de dessignation, leuque d,ersonnelle d lanne semme on a vert prns le royistremee dsésilibration(.38a>, et déposidu 24it une ce était pagalement qu nom demptmunoutes lit un su. VaMs pour un’il a dennne Lee deritable qum>contortan du prm dem>, I, faut ait de’il a c été care dllent de laçon dours an ducolé au nom deanne et qun dtourag de une copirndalocuon estxicationv déuype="um>colierem lagene ceelladiandm mulierem,ictam(.40a>.

>

1 SFale amt, seus les cadcours sur le façon donappelai Jeanne dydihete, nt la suatiquemeui semble sntredit les fefirméion 1
5<<3span>Le njubrique pcasisis plur lu tribuant to nom dbmee dneuf celaui concluneles formul qu rapport avec leuanthroponymie met quodre parmul qu laanymes f: . Danaucbordtsforme courmexe. : dilieremem> ou Prmmei /em> e [m>Johannet/em> e]em>vidgariter dictamdihannet/em> e de Arc », dam>dihannet/em> em>dicitt/em> e delPucelle », tem>dihannet/eelladihannet/em> e delPucelle », tem>dihannet/eella e Prolla e; unetns formul qumple p: dihannet/em> e PuhannettaPuelllePuella, . Vinent rienite de ssésignation, s anymes f: : [m>Joistu/citt/em> e]em>dilieremem> opum>Pummei /em> e, [illeJoistuet em Jem> e]em>diliam em>, .p> 1 href="#fdabaexeS">

Acs fs"a rel="nexofollowclass="faic">Zoom"ref="#fdabaexeAand ci/a>Orig"ref="#fdabaexeOginale (jpeg, 32k)a>
1 href="#fdabaexeS">

Acs fs"a rel="nexofollowclass="faic">Zoom"ref="#fdabaexeAand ci/a>Orig"ref="#fdabaexeOginale (jpeg, 52k)a>
1 puhannet/ecitt/r PucellePuhannet/eellaPuhannet/em> e delPucelle », (m »+ briquet l)l’enqxut euvé detotase ce La Pucelle », (briquet la français decoe ) s les maquêtes et lon nurant lz ,es maaceats portant e matu parraes matul Prolla e Prliam em>, s les mairets don nuragardtdJeappbsomeles uvs de lac matul

1< Pm>Puhannet/em> e Pucelle u Puhannet/ecitt/em> elPucelle u Puhannet/eella, vosignation, s dirblantmatul <,e sont pae futaibs nt quprissencet a p,ceue ist lepaydzitiondu Le 12ocès de condamnation, aans doute lef="u pa lelmules emple pum>dihannet/eella e prmause ce se apposidhèttans doterped
  • 9<5/span> Nullité, I, p. 26475-487/li>
  • 3354span> Ibid., I  32289-291/li> 1655span> Ibid., I p. 37,16-325. Onout lcepeitcetom ta u’5< .dejer cu secitt/rolla
  • intll/rollaJohannet/em> esaucfcile pL’impelitern, a « jeune fille etl npndue fosonnelalé uthroponymique bi slle dLe 12tmoignages utest dtiradJecee pteagns éerauerrrspeicduairnins auur lu trbriquet la(vnngt-ux veoccurtce qs) us tôquelqerroslerénoms, (inze j)onms deut-ês trtèmmiquement payestinctauerlPucelle uauerrumrfaela Jeanne, amitaleseen suest pains aullaines class="footnotecall" id="bodyftn145 href="#ftn255>(.55an.

5<<5span> ACs est pas anllieu, e Jerisdre àlne ce la ne ces mates n foairets de fraavt de so dreête fa so dmille de Jeanne, miss de nt biceainesoqnest laui conclunelesdésignation, throponymique bi« jeune fille eces feairets de femetinent rie copiafueus tnsulueetre Jem demptmunottùnomnBquemeL’impcc, et paiinon plua r le subriquet qu obe demme comheféerauerrrmais santo’enqufces ,vetur le façrbl, saui cocemoes e lasaoncltions e laune fille eLes tges pr Rouen enaient deBqugmiqu pa lelmes »: > ets fem> em>dilieremem> opusi fincelanto’eniontrgrué de obe deattitudetn mapiafme cocu nvse voquluorraeNrr Ae. Iesnaient derme. osuggrées se sobriquet dianem mummei /,oem>IbieePucitt/rmmei /em> e, i npaapitesiit les tpaydron, s rst a p lanne sean co ma condamnatemeclass="footnotecall" id="bodyftn146 href="#ftn316 h76/sp. Lo du procès de nullité, oncest laec le pteaion u e le pthoes de Dosoiavoqué ent les u Jema veocès e» ou ù’on neait éouver pa fouzbtrs fem>Ibad opindu, veculièpusicipicet f: : “Qnem mummei /”, ass on[anne s]apiaf seus is Dadsionlesiet f m> e class="footnotecall" id="bodyftn146 href="#ftn326>(.62sp. El La Pucelle », tm> Prolla e denn to rs qubn au cedi thosee’un pe foçons de eésigner, aanne, lecestait dee coéof seus e eis n latijue pssde so vanver e demaus/p />

  • 9<6/span> 5<Le interréebi lamiquremeonapphroponymie mn smates n dctsaopos,Aexe Pm/h2 Johannet/em> e Puella, ( La Pucelle », ) s les mairets de fraavt de soanne d’Arc p /> href="#fdabaexeS">

    Acs fs"a rel="nexofollowclass="faic">Zoom"ref="#fdabaexeAand ci/a>Orig"ref="#fdabaexeOginale (jpeg, 23k)a>
Procès e d.a Duparc,<, t.: II div>
iv cl="botes"> lass="fastctn, Not f man> Pm/h2 n nm> Procès, Prllité, IlMsconnet/iant sevae dimPs rsdcembsses et dopollcboras s endu Ctre Jeanne d’Ac gnOrléans nerr une fouocunts ion, ues dtagibs /p> inGots le d PuIerrgtione elbiVIIIem>e espontrée , 1995-1997,oem> 7sp, Jutilisentusforme coanscriretearraeTsio lone ist le aerme. oell9c,amre il a aasisis nur luonscrire le sem de Jeaace ade Arc I, qucrfadJeanne d ( eProcès, I, p. 4040)l’enqxactitudet(Drat,nTrat,nDay,en pc.)ea pai le cce deponcleeéacportant q/p> nd d»–t soci aaubge c ePrubi mzeantur ltrit tejer mslus s femieremehatltritent feeteetiam hospitantur urius rimumogtnt feauerrrem>Nuid., I  32200)/es témoins de procès de nullité, e ene alifi ent l, idencmmt, sedé Jeonutes », (m>Nullité, I, p. 26289)/p> , I, p. 40103-116)oebidJ cois no ne onKathenonde so vaRocde u(m>Nuid., I  32256oebi266)onms deela an duatre tis norraen pabeul (isse)min/p> Nurllité, ] , t.: I. 32245eetur iv ): p> diBerinoxtrleitt/rTiescelal /Berinoxtrleitt/rTh mcelal ,laseri lem>diBerinoxetrleitt/rEslis dclass="tetes"basineclr="ltr">diBerinox,oordidinataoordilar dicinati Peibuem>dior dclass="tetes"basineclr="ltr">diHauvntt/,oor e( 32275/a> dclass="tetes"basineclr="ltr">di belle aoor dclass="tetes"basineclr="ltr">dihannetta eo( 32258)em>dior eo( 32253),em>puhannettadihannetta e/( 32269/ /m>dihannetet/eRozlem> dclass="tetes"basineclr="ltr">dihannetta eo( 32259.i264Ro273)em>dihannetta eo( 32253Ro270)/em>dihannet//rleitt/rTh mcelal easeri lem>dihannettadihannet// lVetelloem> eo( 32277)/em>dihannetta eo(282/a> dclass="tetes"basineclr="ltr">diKatharataoor diKathatnona lauull,oor dclass="tetes"basineclr="ltr">diaoRoussdem> dclass="tetes"basineclr="ltr">diMengtaa,oor eo( 32253Ro256la257,259,i264Ro267Ro268Ro270Ro273Ro275Ro277Ro27Ro280Ro282Ro284Ro287Ro295 )em>di/sabellis PrBuista co ma Arcsntcnaon, foamiendu Ctre Jeanne d’Arc em>, I,1990,en°4014p. 3753/p> ndu, vulet àbonnauellarumem>Nuid., I  32274)/p>
iv cl="boilludttionTibs sdeàtlludttion Pm/h2 ="2 lrowan> ="4 src#fdabaexeth Tie pp>th Tibs eui1Les tésignation, la moanne d’Arc ans les maux veocès ep>td URLa>th href="#fdabaexehttp://jenrtils.opeietions .org/crm/dabaexeFichrememth agine2jpeg, 32kditd ="4 src#fdabaexeth Tie pp>th Tibs eui2.eAelailion, lajannetue pcolon le suocès de nullité, p>td URLa>th href="#fdabaexehttp://jenrtils.opeietions .org/crm/dabaexeFichrememth agine2jpeg, 52kditd ="3 src#fdabaexeth URLa>th href="#fdabaexehttp://jenrtils.opeietions .org/crm/dabaexeFichrememth agine2jpeg, 23kditd iv cl="boquoion, lass="fastctn, Potocer dic Caticle a man> Pm/h2

Réfritcecdeiprememh3> Fnçaioes epan class="pamilleyNam Michaud-Fsjalle, man> Pm/souvng>,i   ePrDs son paos du avlappelait deanne qe, e  «m>diCahirfo Jercheues.s d opu12 spcemial | 2005,u143-156/li

Réfritcecdeéttctuvnue d mh3> Fnçaioes epan class="pamilleyNam Michaud-Fsjalle, man> Pm/souvng>,i   ePrDs son paos du avlappelait deanne qe, e  «m>diCahirfo Jercheues.s d o [Ena ne c]pu12 spcemial | 2005,umiaMtia ne ces 28 juine2008f piasul cas, 15 dcembdbmee2017. URL : http://jenrtils.opeietions .org/crm/728sp iv cl="boautho dclass="fastctn, Auer d man> Pm/h2

href="#f92">Fnçaioes epan class="pamilleyNam Michaud-Fsjalle, man> Pm/  li

Aicle a prrme. oauer d mh4> < class="siuocunts > <>  LaFo dutiourf» : «DursIe sei àChar a la secelle, f ou Fcue-ilonnnegnlunoe téie pr u ePrDiti, a moannne la Arc : ?p>a> pan class="pamlitTtes">[Tte enierrgtil] man> Pm/v> Parur s lem>diCahirfo Jercheues.s d opu href="#f1305 h625 | 20<3spa
<> diaoCo de e -IIem>e  ècle, em> opuss lesfor="tctn, a JeMurilamrGauda-FrogagsIeBruno Laurioux ebiaace adePallotp>a> pan class="pamlitTtes">[Tte enierrgtil] man> Pm/v> Parur s lem>diCahirfo Jercheues.s d opu href="#f1226 h620//sp
<> Nindlas Offenstadd,nm>puEnaplacdeublie s,uannee JeGasntgme,outJ reauiIIem>e  ècle, em> op>a> pan class="pamlitTtes">[Tte enierrgtil] man> Pm/v> Parur s lem>diCahirfo Jercheues.s d opu href="#f12996h620/3spa
<> Mathurs Linlaud, m>diSrog s femd e -XIIIem>e eècle, ) em> op>a> pan class="pamlitTtes">[Tte enierrgtil] man> Pm/v> Parur s lem>diCahirfo Jercheues.s d opu href="#f13236h620/4spa
<> aace adeDalaru ,nm>puGver nlucest labsrv=".Essai eésimoctione d op>a> pan class="pamlitTtes">[Tte enierrgtil] man> Pm/v> Parur s lem>diCahirfo Jercheues.s d opu href="#f12708h620/2sp
<> diaoco de dnBr lgogs la auEurollLe 12rayne nnt qu la esalimitade Arunnmo è seculourfl m>, I,dd. W nluParallcal ema> pan class="pamlitTtes">[Tte enierrgtil] man> Pm/v> Parur s lem>diCahirfo Jercheues.s d opu href="#f12996h620/3spa
<> Ts lesesotes n...spa
iv cl="bolic ns/class="fastctn, Di dédenauer d man> Pm/h2

© Cahirfo Jercheues.s d

div> uv class="tenavEnxieidsubottom"a rel=v="ntrats > lass="fogoCtrats > l 5 lmielepa12 spcemial |e2005 Un evle d, pe ftine pa: léans neepaanne d'c ">Ss,mii ta> - man> Pmrel=v="pl=v lass="fogoPl=v l 727 lmielepaléans neepa seculodeublicses pasntensifdamas s e">Docunts uénocd - man> Pmrel="nextes"lass="fogoNtes"l 729 lmielepa« V/etlaf fle de JeDurs »">Docunts ur ivattem div> div> iv cl="botav"> Nallgion, m/h1> Auer dsspa i> Auer ds ou Édis s endArouvre=mserce drsspa i> Ouvre=mserce drsspa i> Pm/ i> Pm/ i> diOdenc mzeasé pem>, atlludtt peman> Pm/ i> Pm/ i> 25 Pm/ i> Pm/ 26 |e2013 man> Pmbre25 |e2013 man> Pmbre24 |e2012 man> Pmbre23 |e2012 man> Pmbre22 |e2011 man> Pmbre21 |e2011 man> Pmbre20 |e2010 man> Pmbre Pm/ i> Pm/ i> ee Pm/ i> Pm/ i> ee Pm/ i> Pm/ i> Pm/ i> Pm/ i> ee Pm/ i> Pm/ i> e Pm/ i> Pm/ i> ee Pm/ i> Pm/ i> 25 Pm/ i> Pm/ i> Pm/ i> Pm/ i> Pm/ i> ee Pm/ i> Pm/ i> Pm/ i> Pm/ i> Pm/ Ts lesesoné erolm/a>m/h2 Pm/aouvng>p/ i> i> i> i> Pm/ i> Pm/ i> i> i> src#fagines/ntcnam-ipias/rss.png" width 16h height 16h /> FlnxeRSS m Affleiatn, s/rraeen/irdlm/h2
    src#fdabaexe u>
iv cl="bofo ta ">  – Flnxesesyndicaon, p>Nvesoadhritnco laOpeiEtions Jenrtilsspa< – Édism c leLodelspa< – Acs dessencrve m div> div> src#fjs/je dry.jn src#fjs/cme s .min.jn // src#fjs/fancybox/je dry.fancybox-1.3.1.pack.jn src#fjs/ticle a.min.jn // vara_paqa= _paqa|| []; // ttickrr methodsalike "setCudtomDnm nsn, lshould b uc e d b fomee"ttickPineView" _paq.push(['setCudtomViteable', 1, 'Domnes', uocunts .domnes, 'ine']); _paq.push(['en/bleCrossDomnesLinking']); _paq.push(["setDocunts Tiele , uocunts .domnes + "/ l+ uocunts .miele]); _paq.push(['ttickPineView']); _paq.push(['en/bleLinkTticking']); (functn, () { varau https://pk.laboe ao.org/ ; _paq.push(['setTtickrrUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setSer Id', '3']); varad=uocunts , g=d.createEment q('screpo'), s=d.getEment qsByTagNam ('screpo')[0]; g.typep'tes/javascrepo'; g.async=tue; g.defer=tue; g.src#u+'pk.js'; s.part qNode.inncrtB fome(g,s); })(); src#fhttps://stioic-oginal.opeietions .org/opeibarre/js/c ao.js?mas =20/4-12-01h6p/screpo> src#fhttps://stioic-oginal.opeietions .org/js/je dry.jnonp-lioest.min.jn discrepo> uv c> uv class="tefirst"r ucl http://www.opeietions .org">OpeiEtions m u> uan> POpeiEtions Bookd man> P uul u> pan class="paiele OpeiEtions Bookd man> PLivres t scitecpsehumas elettentcnamrnspa u> u> Édis s espa u> u/ul di> u> uan> POpeiEtions Jenrtilsspan> P uul u> pan class="paiele OpeiEtions Jenrtilsspan> PRrv es t scitecpsehumas elettentcnamrnspa u> u> Enasavsirlus l m u/ul di> u> uan> PCamrndaspan> P uul u> pan class="paiele Camrndaspan> PAnnoecpsescitetifue dlm/a u> Acéd seanxeannoecpsm/a u> Enasavsirlus l m u/ul di> u> uan> PHypothèsesspan> P uul u> pan class="paiele Hypothèsesspan> PCarnetfo Jercheues.m/a u> u/ul di> u/ul uv class="tess=tnal-toggle-show"> uullass="tesubntsu"> u> uan> PLtre pr& ileutesspan> P uul u> pan class="paiele Aleutesr& ibne nnt qsspan> PAcéd seanabsrv=c.m/a u/ul di> u> ucl http://www.opeietions .org/14043 >OpeiEtions Freemium m u/ul uv class="tea ne -right"> ulmulactn, ="//seaues.opeietions .org/" method="get"> ulieldset uv> uinput nam ="q" typepates" uinput typepanstio"l="bothejenrtilnstio"lnam ="ul" valu http://jenrtils.opeietions .org/crm" es.cke"boes.cke"" elliilmubothejenrtilnstio">ns lesdel=v d m>elliPmbr/Pmbr/P uinput typepanstio"l="boopeietions nstio"lnam ="ul" valu h /> u>elliilmuboopeietions nstio">ns leOpeiEtions m>elliP u/v> iv class="paiele-share"> u> lass="tebg-tav"> u> ivl ivt>Edis s :u/vt ivdiCss="ne es Giter s mvdi ivt>Suelort:u/vt ivdiPipremoetn ttctuvnue d mvdi ivt>E ISSNe:u/vt ivdi2273-0893emvdi ivt>ISSNeimprnmée:u/vt ivdi2115-6360spvdi mvl di> u> ivl ivt>Acèse:u/vt ivdiBarrire, mobild mvdi mvl di> u> ucl //www.opeietions .org/484">Vsirlaenoniceoma de tecaoalogut OpeiEtions m diul di> u> lass="tebg-tav ss=t" dan> PDOI / Réfétcecdsspan> P dul u> ivl ivt>DOI :u/vt ivdi10.4000/crm.728spvdi mvl di> u> uclass="paifram "l 728?fme io=ceraon, Cer dic Cte réfétcecd m uiul ui> u!-- /DOI / Réfritcecds --> u> lass="tebg-tav ss=t"l="bodlLinks"/di> u> lass="tebg-tav ss=t from-sam -autho "> dan> PDu mê. oauer d man> P dul u> dan> PAicle a prrê. oauer d ns lesdel=v d man> P dul i> uan class="panam Fnçaioes eMichaud-Fsjalle, man> Pmul u> lass="teiele href="#f13135 > LaFo dutiourf» : «DursIe sei àChar a la secelle, f ou Fcue-ilonnnegnlunoe téie pr u ePrDiti
, a moannne la Arc : ? [Tte enierégtil] Parur s le <>diCahirfo Jercheues.s d opuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu25uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu|uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu20/3uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu man> P m u> lass="teiele href="#f133111

diaoCo de u Prince.oCo de eeance,e,oco dla ArEuroll, XIIem>e -XIem>e  ècle, em> o, ss lesa d="tctus r moMurilamrGaude-FerragsIeBruno Lauriouxeepaaace adePallot [Tte enierégtil] Parur s le <>diCahirfo Jercheues.s d opuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu20//uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu man> P m u> lass="teiele href="#f13335 >Nicoss= Offenstadpf <> oEnapl cd ublie s,uanneo JeGascogne,ocriluseanaXIem>e  ècle, em> o [Tte enierégtil] Parur s le <>diCahirfo Jercheues.s d opuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu20/3uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu man> P m u> lass="temore">Ts lesesotte esm/a diul di> uiul di> uiul ui> u!-- /Du d. oauer d --> uiul u> lass="teipias ipia-twitta ">ucl http://twitta .com/share?tte =%3Cem%3EDs l+son+pays+on+l%E2%80%99pelalait+anne dtta%E2%80%A6%3C%2Fem%3E&url=&via=OpeiEtions Actu"lass="fotwitta butts -wrpe PTwitta man> Pm/ u> lass="teipias ipia-f cdbook">ucl https://www.f cdbook.com/sharer.php?u=%3Cem%3EDs l+son+pays+on+l%E2%80%99pelalait+anne dtta%E2%80%A6%3C%2Fem%3E&mielepalass="tef cdbook butts -wrpe PF cdbook man> Pm/ u> lass="teipias ipia-google-us l">ucl https://us l.google.com/share?url=%3Cem%3EDs l+son+pays+on+l%E2%80%99pelalait+anne dtta%E2%80%A6%3C%2Fem%3E&mielepalass="tegoogle butts -wrpe PGoogle + man> Pm/ uiul u/v> iv class="paa ne -right"> uv cl="boauthdai">u/v> u/v> u/v> ubutts tass="teipias ipia-tav">m/butts u!--[if l enIE 9] u> nkerltestysesheet"l https://stioic-oginal.opeietions .org/opeibarre/css/ie_opeibarre.css" u![endif]-->div>