Navigation – Plan du site

Paolo Maninchedda, Medioevo latino e volgare in Sardegna

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Paolo Maninchedda, Medioevo latino e volgare in Sardegna, Cagliari, Centro di studi filologici sardi, 2007, 189 p.

ISBN 978-88-8467-427-2

Texte intégral

1Nous présentons ici un livre qui dépasse très largement les confins des spécialistes de la langue et civilisation sarde et qui représente un jalon important et novateur dans l’étude de la constitution et des réalités linguistiques internes à la Romania.

2Paolo Maninchedda remet en question plusieurs préjugés concernant la Sardaigne, trop souvent considérée comme un territoire marginal et isolé par rapport à la réalité culturelle de l’Europe continentale. Le caractère conservateur de sa langue a toujours été mis en relation avec cet état d’isolement. À l’aide d’une documentation solide, de toute première main, PM montre qu’à aucun moment de son histoire la Sardaigne ne s’est trouvée isolée. Bien au contraire, ses rapports avec Rome et avec le reste de la Chrétienté ont été intenses et constants. Selon la théorie de PM, ce qui distingue la Sardaigne par rapport au reste de la Chrétienté occidentale n’est pas son isolement, mais l’altérité de son expérience culturelle par rapport à la « renaissance carolingienne » (p. 12). En l’absence de fondations monastiques, d’abbayes, d’écoles et de scriptoria, l’expérience culturelle de l’île fut principalement liée, pendant des siècles, à la sphère de la liturgie, un véhicule culturel profondément conservateur par définition. C’est pourquoi, pendant que l’Europe prenait conscience de la différence entre la rustica romana lingua et le latin (entre le VIIIe et le IXe siècle), la Sardaigne se contentait de conserver la langue qu’elle avait toujours parlée, une langue qui allait s’enrichir, tout au plus, de quelques influences marginales. Les premiers chapitres suivent une progression chronologique.

31) La latinisation. Tout d’abord, PM souligne que la latinisation de la Sardaigne, commencée en 238 av. J.-C. et vraisemblablement accomplie à l’époque d’Auguste, a été très précoce par rapport à d’autres territoires de la Romania, ce qui a des conséquences au niveau linguistique : là où la France et l’Espagne ont hérité d’un latin déjà fortement évolué, la Sardaigne a connu – et conservé, en partie – un état de langue bien plus archaïque.

42) La christianisation. Les premières traces d’une organisation épiscopale remontent à 314, lorsque l’évêque de Cagliari participa au concile d’Arles, réuni par l’empereur Constantin. Parmi les protagonistes de la christianisation de l’île, PM évoque l’évêque Lucifero de Cagliari, un personnage bien connu par son orthodoxie et par sa fidélité au pape dans la bataille contre les ariens, une bataille qui connut sa phase la plus acharnée dans la confrontation avec les Vandales, qui envahirent l’île peu après 455. L’analyse de la tradition religieuse sarde des origines permet à PM de souligner plusieurs caractères qui vont dans le sens du conservatisme : 1’utilisation de la Vetus latina, la tradition latine de la Bible qui précède la Vulgate de saint Jérôme ; la conservation de certaines coutumes et sacrements, propres à l’Église des origines, que même l’Église de Rome avait mis de côté et renouvelé, à savoir l’association entre baptême et confirmation (le rituel comportait à la fois l’utilisation de l’eau et le signe de la croix sur le front et sur la poitrine du fidèle), et le refrigerium, le repas de deuil qui servait pour célébrer l’anniversaire de la mort d’un parent et qui était consommé dans une chambre contiguë à son tombeau.

53) Le troisième chapitre concerne l’un des personnages fondateurs de la civilisation médiévale, à savoir le pape Grégoire le Grand, qui exerça un contrôle très serré sur l’activité missionnaire de ses sujets en Sardaigne. Les nombreuses épîtres du pape qui ont été conservées témoignent du lien profond qui existe entre l’Église de Rome et les diocèses insulaires et confirment une fois de plus l’image d’une société fortement liée aux racines anciennes de l’orthodoxie.

64) La période de la domination byzantine (VIIe - Xe s.) vient compliquer et enrichir la situation sociale et linguistique. La langue grecque, parlée à la cour impériale, mais aussi par les membres de l’armée et de l’administration publique, exerce une influence importante sur le latin de l’île. PM recense d’abord les influences sur la toponymie (p. 61) et ensuite sur le vocabulaire concernant l’armée et la chevalerie, l’administration et la fiscalité, le sacré et la sphère ecclésiastique (p. 65 et suiv.)

7L’étude du rôle joué par la langue grecque se poursuit au chapitre 5 avec l’analyse d’un corpus d’inscriptions et au chapitre 6 avec la présentation d’une série d’épigraphes où l’emploi de la langue est subordonné au contenu : les sceaux ecclésiastiques sont presque tous en latin alors que ceux civiles et militaires en grec. Il existe pourtant deux inscriptions bilingues.

8À partir du chapitre 7, la progression chronologique est définitivement mise de côté au profit d’une analyse plus approfondie des documents en latin et en langue sarde des XIe et XIIe siècles. Une telle analyse permet à PM de formuler des observations du plus grand intérêt linguistique en mettant en évidence la tension entre une langue fortement conservatrice et la présence de certains termes qui doivent être considérés comme des néologismes, et qui ne sont attestés sur le continent qu’à une date relativement récente. Cf., par exemple, le terme paniliu (p. 116), dérivé du latin médiéval banilius (< bannalitas, de la même famille que le mot « ban », signifiant « corvée »).

9Les phénomènes linguistiques repérés dans ces documents s’inscrivent dans la normale évolution du latin classique, telle qu’elle avait été registrée – et condamnée – par l’Appendix Probi. Le latin de ces documents est donc une langue qui échappe au mouvement de reforme généré par la « renaissance carolingienne » (p. 126). La question de la conscience linguistique de l’articulation entre latin et vulgaire reste à déterminer.

10Les documents analysés sont présentés intégralement en annexe. Après la bibliographie, un riche index de noms propres clôt ce très beau volume.

11Une seule critique peut être soulevée vis-à-vis de ce travail magistral : la présence d’un plan de la Sardaigne, et éventuellement du bassin Méditerranéen, auraient permis au lecteur de mieux s’orienter et de se repérer dans un territoire qui, hélas, ne fait pas partie du quotidien de tous les chercheurs.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Paolo Maninchedda, Medioevo latino e volgare in Sardegna », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 17 juillet 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/7462

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals