Navigation – Plan du site

Pierre Erny, Le Signe de la croix. Histoire, ethnologie et symbolique d’un geste « total »

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Pierre Erny, Le Signe de la croix. Histoire, ethnologie et symbolique d’un geste « total », Paris, L’Harmattan, 2007, 176p.

ISBN 978-2-296-02430-4.

Texte intégral

1Pierre Erny n’est ni historien ni médiéviste. Professeur émérite d’ethnologie à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, il a consacré de multiples ouvrages à l’Afrique en s’intéressant tout particulièrement à la question de l’éducation et de la place des enfants dans la société africaine. Dans ses tout derniers ouvrages publiés à l’Harmattan (Sur les traces du Petit Chaperon Rouge, 2003 ; Les Chrétiens et le rêve de l’Antiquité, 2005), il conduit, à la lumière de nombreux textes, une réflexion plus ample sur des thématiques, les contes et les rêves, qui se prêtent particulièrement bien à une approche diachronique et interdisciplinaire entre histoire, anthropologie, sociologie et philosophie. Son dernier livre, Le Signe de la croix, s’inscrit dans la même optique. C’est à la fois un essai et une anthologie de textes. Au cœur de son propos, on perçoit l’envie de comprendre, dans une approche diachronique, les différentes facettes de l’histoire d’un geste, celui du signe de Croix, de sa dimension rituelle et de sa symbolique. Il va de soi que dans cette histoire le christianisme, la religion de la croix, tient une place de premier plan. Cela n’empêche pas l’auteur de proposer quelques excursus en dehors de l’ère chrétienne, notamment au début de l’ouvrage, en s’attachant à démontrer l’universalité de la figure cruciforme qu’on retrouve dans d’autres civilisations : en Égypte, où la croix ansée était l’emblème de la plupart des divinités ; en Inde, où elle était un yantra, une figure géométrique fondamentale ; en Amérique méridionale, où elle apparaît liée aux quatre directions du vent ; en Afrique, où la croix pouvait être une sorte de sceau divin ; et en Australie, où la forme cruciforme est reprise dans les jeux de ficelle organisés lors des cérémonies festives.

2L’auteur ensuite revient au christianisme. Du symbole du scandale de la mise à mort du fils de Dieu au symbole de la rédemption de l’humanité tout entière, la croix relie les hommes à Dieu et accompagne la vie dévotionnelle et spirituelle de chaque chrétien. Le signe de croix a une longue histoire qui plonge ses racines dans l’Antiquité tardive. Pierre Erny retrace donc cette histoire en partant du texte d’Ézéchiel (9-2-6) où il est question de marquer les fronts d’un tav (la lettre hébraïque) qui prenait la forme d’une croix. D’autres auteurs importants ont abordé la question. Tertullien, par exemple, dans son traité De la Résurrection de la chair, insiste sur l’importance pour le chrétien de la signatio : « le corps est marqué du signe (caro signatur) pour que l’âme aussi soit affermie ». Tertullien atteste donc la présence du signe de la croix aux alentours de 200 apr. J.-C. Ce geste a une double valeur en tant que rite d’auto-signation qui nous bénit et en tant que geste de consécration d’autres personnes ou d’objets. PE s’attache ensuite, à travers la lecture d’auteurs du Moyen Âge, à poursuivre la mise en exergue de l’analogie entre le grand signe de la croix exécuté par l’officiant devant l’assemblée et le petit signe que le chrétien accomplit sur lui-même.

3Depuis que, sous Constantin, le christianisme est devenu religion d’état, on assiste à une intéressante diversification du geste selon les différentes Églises. L’ampleur et les localisations d’un tel signe, les directions que doit prendre le mouvement, la disposition des doigts et l’importance particulière qui est accordée aux paroles qui accompagnaient ces gestes sont autant de problématiques traitées par l’auteur. D’Ézéchiel à Constantin, de saint Augustin à la tradition hagiographique médiévale, des traditions d’Amérique latine aux légendes russes, c’est donc l’histoire d’un geste qui nous est racontée, geste avant tout de bénédiction, individuelle et collective, geste liturgique, mais également geste magico-thaumaturgique. Le rôle accordé à ce geste est avant tout un rôle de protection : pour les petits enfants, pour se libérer des démons dans les actes d’exorcisme, ou pour guérir des maladies comme le montrent les travaux d’Ina Rösing consacrés aux pratiques rituelles de guérisseurs indiens de Bolivie, les Kallawaya. À propos des fonctions magiques ou superstitieuses du signe de croix, on aurait aimé disposer de plus d’approfondissement. Il faut rappeler notamment que les prédicateurs du Moyen Âge n’ont de cesse de rappeler aux foules le danger d’une surenchère gestuelle qui guette le fidèle, parce que c’est bien la fréquence et la manière de se donner au geste qui détermine la frontière entre orthodoxie et superstition. Bernardin de Sienne, dans son Quaresimale de 1425, condamne avec une pointe d’ironie les gestes que les fidèles accomplissent, poussés par la superstition, durant la liturgie : « Ne laisse pas l’âme se contaminer de mille folies qui te rentrent dans la tête, faisant, lorsque l’Évangile est prononcé, mille croix, derrière, devant, de côté, en bas et en haut ». Pourquoi cette hantise de la multiplication à outrance d’un signe qui au départ est le geste chrétien par excellence ? La question nous conduit au cœur même de la nature du mouvement corporel et notamment du signe de croix. Ce n’est pas un simple geste de convention ou de conformisme religieux, car par l’imitation de la croix, il se charge de puissance sacrale. Il devient d’emblée actif parce qu’il renoue le lien intime avec le transcendant, il est aussi prophylactique ou thaumaturgique parce qu’il protège et peut même guérir. Par conséquent, sa multiplication à toute heure de la journée ou sa répétition frénétique sont perçues comme une pratique superstitieuse vis-à-vis de laquelle l’Église, partagée entre permission et coercition, a toujours été relativement gênée. Se signer avant de sortir de la maison revient à se revêtir de la croix du Christ, à l’inscrire de manière invisible sur sa chair, et il y a là comme une « sainte habitude », recommandée comme moyen efficace d’une protection spirituelle.

4Pierre Erny prête aussi une attention particulière à la portée symbolique du signe de croix. Le mouvement vertical marque alors l’irruption du Divin dans l’histoire alors que l’horizontal marque quant à lui l’extension, la propagation de l’Esprit saint. En se signant de la croix, on reproduit donc symboliquement la création du monde, car la verticalité rappelle la séparation de la lumière et les ténèbres et l’horizontalité, celle des eaux et de la terre. La dimension liturgique est aussi prise en considération. Le signe de croix accompagne l’administration des sacrements et notamment du baptême. Rappelons à ce propos qu’Augustin, mais aussi le pape Gélase, font de ce signe la marque indispensable pour les catéchumènes.

5Dans son ensemble, l’ouvrage de Pierre Erny est intéressant, car il offre un aperçu de l’histoire du signe de Croix dans sa dimension liturgique, rituelle et symbolique. À la frontière de l’ethnologie et de l’approche historique, PE propose au lecteur de nombreux extraits de textes (surtout aux pages 123-156) à travers lesquels il est possible de reconstituer une histoire du geste appartenant résolument à la longue durée : sont reproduits des extraits de textes de l’ère patristique (Irénée de Lyon, saint Cyprien, etc.), de l’époque médiévale (Innocent III, Guy de Bayso, etc.), et de l’époque moderne et contemporaine (Martin Azpilcueta, Theilard de Chardin, etc.). Malgré tout, la simplification schématique de certains propos, le manque de développement et d’approfondissement de certaines thématiques abordées, par exemple sur le signe de croix dans la théologie et les pratiques religieuses médiévales, l’absence de notes de bas de page et par conséquent des références des éditions des textes exploités par l’auteur, viennent affaiblir la portée scientifique d’une telle initiative. Pierre Erny le reconnaît lui-même dans l’introduction lorsqu’il note : « Ce livre ne s’adresse pas aux spécialistes en matière de liturgie, à qui fort probablement il n’apprendra rien, mais aux fidèles de base, souvent plus avides qu’on ne croit de comprendre le sens des rites qu’on leur propose » (p.16). Dans ce sens alors, on peut dire que son livre est une belle et stimulante réussite.

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Pierre Erny, Le Signe de la croix. Histoire, ethnologie et symbolique d’un geste « total » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/7743

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals