Navigation – Plan du site

Patrick Gautier-Dalché, Du Yorkshire à l’Inde. Une « Géographie » urbaine et maritime de la fin du XIIe siècle (Roger de Howden ?)

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Patrick Gautier-Dalché, Du Yorkshire à l’Inde. Une « Géographie » urbaine et maritime de la fin du XIIe siècle (Roger de Howden ?), Genève, Librairie Droz (« Hautes études médiévales et modernes », 89), 2005, 304 p.
ISBN 2-600-01036-X

Texte intégral

1Patrick Gautier Dalché édite, p. 139-230, et commente, p. 231-286, trois textes anonymes, l’Expositio mappe mundi, le Liber nautarum et le De viis maris, à partir de deux manuscrits datés de la première moitié ou du milieu du XVe siècle, Paris, BnF, lat. 3123, f. 126r-155v et Valenciennes, BM 344, f. 52va-83rb. Comme il l’explique dans le chapitre I (p. 11-19), il est poussé à rattacher à un même modèle ces deux manuscrits au contenu en partie identique, et qui contiennent notamment des extraits de la Géographie de Ptolémée. La diffusion dans l’Europe latine du traité de Ptolémée, découvert par Maxime Planude au tournant des XIIIe et XIVe siècles et traduit en latin par Jacopo Angeli en 1406, a été favorisée par Guillaume Fillastre († 1428). Plus encore : c’est très certainement pendant le concile de Constance (1414-1418) que, sous l’autorité de Guillaume Fillastre, déjà nommé, et aussi de Pierre d’Ailly († 1420), s’est produite la jonction entre d’anciens savoirs géographiques latins et les nouveautés ptoléméennes dont témoignent les deux manuscrits en question. Mais la réunion écrite des principaux témoins de ces deux traditions a eu lieu après le concile.

2La toile de fond ayant été ainsi posée, le chapitre II (p. 21-48) émet et teste deux hypothèses. Les trois textes anonymes édités ont probablement le même auteur, qui pourrait bien être Roger de Howden, le chroniqueur anglais du dernier tiers du XIIe siècle et du début du XIIIe. Ce natif du Yorkshire fut un proche du roi Henri II, dont il accompagna le fils, Richard Cœur de Lion, pendant la Troisième croisade ; il en revint en compagnie du roi Philippe Auguste. Sans entrer dans le détail des analyses proposées, pour l’essentiel des parallèles textuels, force est de constater la forte probabilité de la conclusion à laquelle elles aboiutissent. Mais au final, et comme le point d’interrogation du titre le précise, Gautier Dalché estime ne pas avoir réuni suffisamment d’indices probants pour répondre à coup sûr à la question que pose la paternité de ces trois textes.

3Les chapitres III (p. 49-82) et IV (p. 83-122) précisent les traits majeurs du savoir consigné, respectivement, dans l’Expositio mappe mundi, et dans le Liber nautarum et le De viis maris, que le chapitre V (p. 123-133) réunit dans une même aventure intellectuelle : élaborer une encyclopédie géographique attachée au phénomène urbain, à l’administration des choses et au gouvernement des hommes.

4Du bel ouvrage, fondé sur un vrai savoir et qui ouvre des perspectives neuves. Un bémol, qui est comme le revers de l’érudition maîtrisée dont Gautier Dalché fait preuve : à l’heure où la langue latine devient dans l’Hexagone encore plus exotique que la langue chinoise mais où l’intérêt pour le Moyen Âge ne faiblit pas, il n’aurait sans doute pas été inutile de traduire les trois textes édités. L’épaisseur du livre en aurait été accrue ; son audience, aussi.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Patrick Gautier-Dalché, Du Yorkshire à l’Inde. Une « Géographie » urbaine et maritime de la fin du XIIe siècle (Roger de Howden ?) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crm/7963

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals