Navigation – Plan du site
La figure de Jules César au Moyen Âge et à la Renaissance
Le prisme des genres littéraires

La figure du roi et le point de vue du poète

Fonctions de César dans Les Discours de Jules Cesar avant le passage du Rubicon, d’Étienne Jodelle
Emmanuel Buron
p. 107-124

Texte intégral

  • 1  Les Discours de Jules Cesar avant le passage du Rubicon ont été publiés dans : É. Jodelle, Œuvres (...)
  • 2  OMP, sig. e ; O.C. I, p. 72.

1Parler des Discours de Jules Cesar avant le passage du Rubicon, d’Étienne Jodelle, dans le cadre d’un colloque sur César au Moyen Âge et à la Renaissance est à la fois évident et paradoxal1. Évident, parce que le titre de ce poème indique d’emblée qu’il prend pour objet principal un épisode-clé de l’histoire du général romain. En outre, ce texte constitue la plus ambitieuse des entreprises poétiques du poète : selon Charles de la Mothe, qui préface les Œuvres et meslanges poetiques, édition des œuvres de Jodelle parue en 1574, un an après la mort de l’auteur, ce poème devait « monter à dix mille vers pour le moins »2. Toutefois, et c’est pourquoi il devient paradoxal d’en parler ici, ce poème, tel qu’il a été publié en 1574, est inachevé ; et si le fragment conservé compte tout de même 2336 vers, il y est fugitivement question de César et du Rubicon au début, avant que, de digression en digression, Jodelle perde ce sujet de vue. Enea Balmas, l’éditeur moderne des œuvres de Jodelle, note donc :

  • 3  O.C. II, p. 477. Balmas analyse la matière « mêlée » du poème ibid., p. 479-480.

Dans l’état dans lequel il nous est parvenu, il est malaisé d’en comprendre même le titre, car lorsqu’on est arrivé à la fin du fragment que nous possédons, les « discours » du célèbre capitaine romain n’ont pas encore commencé. On ne peut donc se faire aucune idée de ce que Jodelle avait mis dans son poème pour en justifier le titre3.

2Un rapide résumé du poème permettra d’apprécier tout à la fois la grande dispersion apparente des sujets abordés, et – caractère frappant des Discours comme de toute la poésie jodellienne – l’extrême densité du raisonnement, qui donne au texte la complexité d’un traité poétique. Le poème s’ouvre sur une longue analyse des rapports que le « grand cœur » entretient avec les cours : ce magnanime fuit bien sûr « le service et la suite » des tyrans, mais il fuit aussi les rois, impatient devant la servilité qui règne dans leur entourage, et trop épris de liberté pour supporter la contrainte que son service lui imposerait, d’autant plus grande qu’il servirait volontairement (v. 1-90). Comme néanmoins, il se sent un devoir de servir, il accomplit alors cette mission dans la solitude, par des traités où il veut éclairer le roi (v. 91-162). Tel est le cas de Jodelle, qui, après avoir longtemps servi le roi en secret lui adresse aujourd’hui les Discours, en prémisse d’autres œuvres (v. 163-218). Les Discours porteront d’abord sur César au bord du Rubicon, avant que Jodelle applique cet exemple au roi (v. 219-230). Suit une évocation du général à la veille d’entrer en guerre civile (v. 231-250), une analyse de l’hostilité que son approche provoque chez les hommes politiques romains (v. 251-286), puis de la liberté romaine agonisante (v. 287-342). Jodelle s’élève alors jusqu’à la méditation du destin des états, et dégage la loi de vicissitude, qui condamne toute grandeur à la chute (v. 386-440). Il observe cette loi de vicissitude dans la danse des astres autant que dans les états, mais il constate qu’au ciel, il y a toujours un astre ou plusieurs qui exercent leur ascendant, et que jamais tous ne dominent (v. 441-489). Il applique alors cette observation astronomique aux constitutions politiques, et justifie les régimes monarchique et aristocratique contre les régimes démocratiques, au nom d’un principe de grandeur, qui suppose une hiérarchie sociale (v. 490-888). Suit une invective contre les officiers iniques, qui manquent à la justice et accablent le peuple d’impôts (v. 889-1002) ; ce qui incite le poète à se faire satirique, se donnant pour mission de fustiger les vices, afin d’inciter le roi à la poursuite de la grandeur (v. 1003-1052).

  • 4  Évoquant la ruine des Princes, Jodelle note : « c’est un obscur tombeau,/Si tombeau mesme ils ont, (...)
  • 5  Sur ce point, voir J. Nassichuk, « Jodelle et l’Iliade : la critique d’Homère dans les Discours de (...)

3Ce point amorce ce qu’on peut considérer comme une deuxième partie dans le texte, que nous résumerons moins précisément. En incitant les rois à chercher la grandeur, Jodelle est amené à souligner l’injustice de la mémoire, qui accorde plus de poids aux erreurs et aux fautes qu’aux belles actions, surtout quand ce vice entraîne la ruine du prince concerné, si bien qu’un vertueux peut être oublié ou méprisé pour une seule erreur4. Jodelle illustre ce point par l’analyse des exemples de Sardanapale (v. 1153-1194) et de rois tragiques, puis il s’arrête sur Priam, ce qui le conduit à examiner ce qu’on dit de la guerre de Troie (à partir du v. 1239) et en particulier du combat d’Achille et d’Hector (à partir du v. 1654), à propos duquel il montre la partialité d’Homère qui a été injuste envers Hector, pour mieux exalter Achille, par solidarité nationale (le poète et le héros étaient grecs) et en fonction de la loi de la postérité, qui élève les vainqueurs et accable les vaincus5.

4Arrivé au terme du poème, le lecteur a d’abord du mal à en embrasser la totalité, mais la cohérence du texte est plus forte qu’il peut d’abord sembler. En effet, Jodelle développe bel et bien le contenu, le plan et la méthode qu’il annonce dans son titre et au début des Discours ; mais il les développe d’une manière surprenante, dont l’inachèvement du texte empêche de mesurer la rigueur. Notre premier travail consistera donc à éclaircir le projet générique des Discours, en élucidant le titre et la d