Navegação – Mapa do site
A Retomada na Filosofia de Eric Weil

La reprise, Kant, Marx

A retomada, Kant, Marx
Jean Quillien
p. 47-61

Resumos

O conceito de retomada é de tal forma decisivo para Eric Weil que sem ele não poderia haver lógica da filosofia. Com efeito, é graças à negação que a retomada entra na linguagem e a lógica filosófica não é nada mais que uma análise da linguagem. Esta afirmação é expli­cada neste artigo através de dois exemplos extremamente importantes: Kant e Marx. Em relação ao primeiro, a retomada permite compreender de forma clara o sentido da inversão operada pela Crítica da Faculdade de Julgar e mostra que a Lógica da Filosofia é um ponto de chegada da revolução coperniciana iniciada por Kant. No que respeita a Marx, a retomada permite uma nova compreensão do seu pensamento, considerado através da sua relação com a categoria da Ação a qual retoma a categoria da Condição. Essa nova compreensão permite assim relançar a questão do estatuto da obra O Capital e de a ler como um modo de efetuação da filosofia como Ciência (Wissenschaft).

Topo da página

Entradas no índice

Palavras chaves :

Lógica da Filosofia, Kant, Marx, acção
Topo da página

Texto integral

  • 1 Logique de la philosophie, Paris, Vrin, 2000 (1950).

1Je me propose, dans le cadre limité de ce texte, de présenter trois points sus­ceptibles de nourrir les débats concernant d’abord la notion même de reprise, puis deux modes de son apparition dans la Logique de la philosophie,1 d’une impor­tance capitale pour comprendre cette œuvre de philosophie première, Kant, puis Marx.

1. De la reprise

  • 2 Ibid., p. 82.
  • 3 Ibid., p. 430.
  • 4 Ibid.
  • 5 Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé, § 13.
  • 6 Certes, c’est un peu plus complexe. Hegel reconnaît des reprises de l’Absolu dans les différentes p (...)

2Le concept de reprise intervient constamment dans la Logique de la philoso­phie. Il apparaît pour la première fois dans l’Introduction aux pages 81 et 82, qui le présentent sans plus. C’est alors un simple effet d’annonce : « A cet endroit, nous pouvons et nous devons nous contenter de fixer ce concept ».2 Mais ce qui est annoncé n’est pas, tant s’en faut, négligeable, car « c’est lui qui permet l’application de la logique à la réalité historique ».3 Quand un univers de sens vacille, celui qui s’efforce de penser la nouvelle réalité encore en gestation plus ou moins avancée, de dire que les taupinières que chacun aperçoit sont le résultat d’un dur travail souterrain, celui-là est bien obligé, pour se faire comprendre, de reprendre un dis­cours qu’il a lui-même, en lui-même, déjà dépassé. La reprise est bien le schéma, au sens kantien, qui permet l’application de la catégorie à la réalité,4 mais cette annonce laisse entrevoir encore autre chose, à savoir le rôle décisif qu’elle joue. C’est, en effet, grâce à ce concept que Weil résout la difficulté contenue dans le système hégélien. Pour Hegel, les diverses philosophies qui se sont succédées dans l’histoire ne sont que des moments, des degrés du développement de la philoso­phie, qui est une,5 ce qui signifie que le logique et l’historique se correspondent nécessairement : la philosophie ne pouvait pas ne pas naître et, née, ne pouvait pas se développer autrement que ce que nous offre son histoire.6 Selon Weil, c’est un fait, à constater sans plus, que la philosophie est née, à une certaine époque en Grèce, mais elle aurait fort bien pu ne pas naître. Il élabore le concept de reprise pour dépasser cette limite du discours absolu, pour comprendre ce que signifie la saisie du nouveau dans un langage ancien. A cet endroit, l’Introduction, le lecteur ne peut encore comprendre le concept, ni en lui-même, ni en sa formation.

  • 7 Logique de la philosophie, op. cit., p. 426.
  • 8 Nous aurions d’ailleurs pu décider d’y rester. Nombreux l’ont fait, certains même en toute connais­ (...)
  • 9 Logique de la philosophie, op. cit., p. 425.
  • 10 Ibid., p. 427.
  • 11 Ibid., p. 428.
  • 12 Ibid., p. 429.
  • 13 Ibid., p. 431.
  • 14 Ibid., cf. p. 440.

3Il est placé là, en attente, un peu à la manière des indices qui, mis au début, ne parlent donc pas encore, que dépose ici ou là un auteur de roman policier. Comme Weil aimait à le dire, un livre ne peut se comprendre qu’à la deuxième lecture (au mieux). Cette clé de compréhension, la reprise, qui s’est construite tout au long du discours qu’est la Logique de la philosophie, en s’enrichissant et en s’approfondissant de chapitre en chapitre, nous est révélée en sa totale clarté dans l’avant-dernier chapitre, Sens, alors même que nous sommes sortis, parce que, en toute liberté, nous avons décidé de le faire, de « la dernière des catégories concrètes »,7 l’Ac­tion.8 C’est alors seulement que nous comprenons vraiment que, étant accordé que, d’ordinaire, l’attitude et la catégorie ne se correspondent pas, « la règle est ce que nous avons appelé la reprise ».9 Les reprises sont au plus près de l’homme concret, des hommes dans leur quotidienneté, leur bonheur, leurs souffrances et leurs actes : « les reprises sont la réalité vivante de l’homme dans le monde ».10 En même temps se comprend l’articulation entre catégories, attitudes et reprises. Les attitudes se succèdent dans l’histoire et sont comprises, après, dans une catégo­rie. Les catégories ont une date de naissance,11 chacune d’elles est centrale à une époque donnée, mais en même temps elles sont toutes présentes dans le discours. C’est cette contemporanéité qui rend possible les reprises.12 La dernière phrase du chapitre XVII résume de manière lumineuse cette articulation : c’est ensemble que les catégories constituent tout sens concret et en même temps chacune d’elles reprend le sens dans l’époque qu’elle irradie.13 Nous atteignons ici la signification la plus pure de la reprise : toute reprise reprend la catégorie du sens, résultat qui ne peut être compris, cela va de soi, que si l’on est parvenu à cette catégorie du Sens. Et c’est dans celle de la Sagesse – sinon le système ne serait pas circulaire, c’est-à­dire ne prouverait par sa propre vérité14 – que se comprend que toutes les catégo­ries sont des reprises de celle du Sens, mais il faut être parvenu à cette catégorie formelle pour savoir, justement parce qu’elle est formelle, que le sens a de tout temps toujours été là. En toutes les étapes du parcours la reprise est en-soi, avec la catégorie du Sens elle accède au pour-soi. Dans les chapitres antérieurs les reprises fonctionnent, dans le Sens la reprise est pour elle-même, elle sait que, catégorie, elle est pourtant coextensive à toutes les catégories, elle est en quelque sorte la reprise de la reprise. En le Sens se trouve enfin développé l’enveloppé entier du tout humain, affirmation qui n’est rien de plus que la définition même de la philosophie. Le sens n’est rien de plus que la philosophie qui, pour se comprendre, se projette dans son autre.

  • 15 Ibid., cf. pp. 81-82.
  • 16 Problèmes kantiens, Paris, Vrin, 1963, pp. 18-19, note 4.
  • 17 Ibid., p. 18.
  • 18 Logique de la philosophie, op. cit., p. 431.
  • 19 Ibid., p. 391, note 3.
  • 20 Ibid., p. 343.

4Si nous tentons de mesurer le chemin parcouru de l’Introduction15à la fin de l’œuvre, nous pouvons faire deux constats. D’abord, la reprise est, comme le redira Weil en 1963, un « phénomène fondamental dans l’histoire de la pensée et dans l’histoire tout court, la saisie du nouveau dans un langage ancien »,16 elle est le concept central et le moteur de la Logique de la philosophie. Ensuite, le sens du mot n’est pas univoque, ce qui ne doit pas choquer et on peut dire de Weil ce que lui­-même dit de Kant, à savoir que, en philosophie, à la différence des mathématiques, les définitions ne peuvent être données qu’à la fin.17 Plusieurs distinctions peuvent être avancées ici. D’abord, celle entre le contenu et la forme, entre la reprise agis­sant comme « compréhension d’une attitude particulière sous une catégorie antérieure » et sa définition formelle, les catégories comme reprises de celle du sens.18 Ensuite, celle entre les compréhensions partielles que donnent les différents chapitres et la compréhension totale de la catégorie du Sens. Tous les usages antérieurs sont en quelque sorte des facettes ou, pour parler un autre langage, des Abschattungen. Toutes les reprises sont un reflet vrai, mais approximatif, quoique toutefois de moins en moins au fur et à mesure de l’avancement du parcours de la logique. Néanmoins, cette image de la facette ne contient qu’une vérité rela­tive, car les faces d’un prisme, par exemple, sont certes comprises dans son unité, mais n’en restent pas moins extérieures l’une à l’autre. Tandis que, dans la Logique de la philosophie, les reprises ne sont pas simplement des aspects d’un multiple, mais s’impliquent les unes les autres. S’il est vrai de dire que, dans le Sens, la reprise apporte la lumière qui éclaire toutes les reprises antérieures, que ce soit au cours du développement sur le plan logique ou à celui de l’histoire sur le plan de la réa­lité, il faut dire aussi que les différentes reprises s’éclairent les unes les autres. Pour nous en tenir à un seul exemple : dans tous les chapitres Weil présente des reprises, mais avec le Fini, ce sont les auteurs eux-mêmes, à savoir Heidegger et Jaspers, qui s’en chargent.19 La reprise au sens de Weil est donc celle qui a déjà été thématisée, par exemple par Heidegger, en fonction d’une visée qui est la sienne propre et qui n’est pas celle de Weil. On peut dire aussi, pour prendre un autre exemple, qu’avec l’Absolu, nous avons une acception de la reprise comme reprise de l’Intelligence, spécifique en ce qu’elle porte sur la catégorie et non sur l’attitude.20 Je qualifierais volontiers la progression de la Logique de la philosophie de chevauchée ou plutôt de chevauchement, puisque les reprises se chevauchent, s’enrichissant de plus en plus au fil de la marche, sur fond, cela va de soi, de l’unité du sens formel.

  • 21 Ibid., p. 82.
  • 22 Cf. note 2, p. 3.
  • 23 Lors de sa soutenance de thèse (17 mars 1951), à J. Wahl qui l’interroge sur le mécanisme de la pro (...)
  • 24 Logique de la philosophie, p. 86.
  • 25 Hegel, Principes de la philosophie du droit, préface, in fine.

5Ce qui précède nous conduit à plusieurs résultats. Premièrement, si la notion (je ne dis pas encore le concept) de reprise a été annoncée dans l’Introduction,21 elle apparaît pour la première fois dans le corps du livre, entendu comme ce qui commence à la page 97 sous le titre « Logique de la philosophie », sorte de seuil de déclenchement de tout le processus, dans la catégorie du Non-sens. La diffé­rence entre les deux occurrences est nette : dans l’Introduction Weil intervient en tant qu’auteur, disant ce qu’il fait, ainsi qu’il l’effectuera à nouveau en 1963 dans le passage cité plus haut,22 tandis que dans la Logique de la philosophie il n’est plus agissant, mais se borne à décrire ce qui advient, à l’image du médecin qui note sans plus la marche inexorable de la maladie.23 Ce n’est pas Weil qui fait un choix, le sien, des catégories et des reprises, sa seule liberté en ce dernier cas étant de présenter des reprises et non les reprises, tâche impossible. Le mouvement que Weil appelle la suite des catégories, ou encore « le cercle des catégories »,24 ce qui est plus pré­cis, puisque la suite y est nommée circulaire, est celui de la Chose même. Sur ce point la démarche de Weil n’est pas différente de celle de Hegel. Certes, pour ce dernier le mouvement est immanent, nécessaire et inhérent à la Sache selbst, tandis que pour Weil, le passage d’une catégorie à une autre est un acte de liberté, mais il n’en reste pas moins immanent, puisqu’il se borne au constat qu’il a été effectué. Pour lui également l’oiseau de Minerve n’entreprend son vol qu’à la tombée de la nuit25 et le rôle de la pensée est de décrire de manière cohérente ce qui a eu lieu.

  • 26 Logique de la philosophie, op. cit., p. 91.
  • 27 Ibid., p. 102.
  • 28 Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé, § 87.
  • 29 Logique de la philosophie, op. cit., p. 102.
  • 30 Ibid., p. 99.
  • 31 Ibid., p. 98.
  • 32 Ibid., p. 118.
  • 33 Nous nous sommes adressé avec curiosité au traducteur allemand pour voir comment il avait resti­tué (...)

6Revenons au texte de la Logique de la philosophie. Il ne peut y avoir de reprise dans la Vérité, début arbitrairement choisi, car toute reprise implique une distance, quelle qu’elle soit, entre a et b, ici entre être et langage. Pour cela il faut la néga­tion, or la Vérité ne connaît pas la distance, elle est pleine affirmation, donc silence. Parménide est cette non-distance : « Lorsqu’on prend le résultat de Parménide au sérieux, on arrive au silence de la vérité »26 et « le silence est et reste la vérité de la Vérité ».27 Or, c’est notre libre choix, nous voulons en sortir et non plus seulement nous taire ni simplement proférer ni davantage bavarder. Nous voulons parler, par­ler et pas pour ne rien dire. Et pour cela, Hegel l’avait clairement vu,28 il faut la négation : « Avec le non-sens la négation est entrée dans la Vérité »29 et c’est bien ce qui permet le langage. En effet, la Vérité et le Non-sens se pénètrent dans le langage, ce qui rend possible la reprise, puisque le langage, fût-il minimal, est un nécessaire écart entre la chose et le mot : « Dès qu’il y a reprise, il y a langage ».30 Nous atteignons ici et ainsi un résultat capital : la négation est la condition de la reprise. Il est intéressant de remarquer que celle-ci, comme telle, naît dans le Non­-sens et, bouclant la boucle, ce qui nous fait retrouver la circularité, atteint sa plé­nitude et sa vérité dans le Sens. Le long parcours de l’un à l’autre s’effectue grâce à ce que Hegel appelle le travail du négatif, lequel nous fait découvrir « le sens restreint des premières reprises »,31 puis les reprises de la Certitude, qui ne sont que des « reprises d’attitudes »,32 etc. Dans ce début, on ne peut manquer de porter attention à la différence de présentation. A la page 82 Weil écrit : « A cet endroit, nous pouvons et nous devons nous contenter de fixer ce concept » (de reprise) – « nous », c’est l’auteur qui s’exprime en son propre nom. A la page 97 nous lisons : « l’opposition de la deuxième catégorie à la première nous amène à parler plus spécialement d’un concept de la plus grande importance, celui de reprise ». Ce n’est plus le même « nous », c’est maintenant celui du spectateur qui décrit (« nous amène »), le mouvement résulte de la Chose même. A cet égard, la page 98 est encore plus parlante, avec un jeu étonnant entre le « on » et les « nous » : « On constate ainsi une possibilité essentielle, celle de la reprise », c’est bien un constat, renforcé par le « on » anonyme, qui désigne tous et personne en particulier. Et le texte se poursuit avec un double emploi du « nous » relevant de deux plans dif­férents : « Nous ne pouvons évidemment pas encore expliquer cette possibilité ... Cependant nous pouvons dire que la reprise est la compréhension d’une attitude (ou catégorie) nouvelle sous une catégorie précédente » (les pronoms personnels sont soulignés pas nous). Le premier nous est celui de l’auteur Weil qui concède que la Chose même ne donne pas à entendre cette explication, le second est le constat de l’observateur à qui l’irruption de la négation permet d’avancer ce qu’il écrit.33 Dit en bref : la négation rend possible la reprise et nous permet de parler.

  • 34 Logique de la philosophie, op. cit., p. 99.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid., p. 420. Cf. Jean Quillien,  « Discours et langage ou la “Logique de la philosophie” », Archi (...)
  • 37 Logique de la philosophie, op. cit., p. 82.

7Avec elle nous nous sommes donné « un premier langage »34 et la reprise est, par la médiation de la négation, entrée dans le langage : « Dès qu’il y a reprise, il y a lan­gage».35 Ce « premier langage » donné, le parcours s’effectue de part en part dans le medium du langage et c’est dans la catégorie du Sens que, la négation ayant accompli son œuvre, se comprend que, si le terme d’analyse du langage a un sens philosophique, « celui-ci coïncide avec celui de logique philosophique ».36 C’est ce qu’avait parfaitement saisi, lors de la soutenance, Merleau-Ponty, reconnaissant dans le langage une des notions centrales de la thèse. Voilà pourquoi le concept de reprise est d’une telle importance, conclusion qui nous incite à rappeler que le premier colloque sur Weil s’est tenu à Pise en 1979, que d’autres ont suivi et qu’il a donc fallu plus de trente ans, ce qui ne manque pas de nous interpeller, pour que ce concept essentiel soit enfin choisi comme thème d’étude. En même temps, nous pouvons espérer que ce volume sera le point de départ d’un travail, assu­rément de grande ampleur, encore à accomplir, hautement souhaitable, pouvant correspondre à ce que Weil appelle « une logique appliquée de la philosophie ».37 Nous avons tenté, dans ce qui précède, d’en esquisser quelques traits et nous pour­suivons en évoquant deux catégories importantes, la Conscience et l’Action, deux auteurs qui ont joué un rôle non négligeable pour Weil, Kant et Marx.

2. Kant

  • 38 Ibid., p. 254.
  • 39 Ibid., p. 255.
  • 40 Ibid., p. 256.
  • 41 Ibid., p. 257.
  • 42 Sartre, Les mains sales, Paris, Gallimard, p. 203.
  • 43 Victor-Marie, comte Hugo, La Pléiade, III, 331-332.
  • 44 Cf. D. Losurdo, Autocensure et compromis dans la pensée politique de Kant, Lille, P.U.L, 1993, I, 3 (...)

8Il est évoqué chez Weil, dans deux lieux privilégiés, les Problèmes kantiens d’une part, la " id="bodyftn27" href="#ftn27">2-xre au chez Wei me telle, vu et de l’Absolu, p espéase du chapitrise, puispli na. Cse esee et qui n’est frdeétamment dans la Logique de la philosophie19Consci Chosfieté dières reprisest : au chacune attitqui n’(au mcides pamouveauidegter des repriuer que ctale de em>Consciphie ».10 En même tance, elle par au mc et on même er des esp esee et hie est nécessnent, puisque ctael saut êtcensurequi aut êdis que pour elle-m. Qer que la jf="#ftnlle sobuilliet-ci, commerise, On peoau mesupauteun, doans y a reprié, ,ommeriurs qufûtsé dans le éation Les reprises s un nr. Nomeprité,>4 m à unattitul, nousssliquévouverses dem>Srorie à l, n>, 8Cm>Actionvn pris la reprire qrsqu On pait parfaitem se comprendvhistoais aetrouivi et qut, on ne doit ues terrcé par le comprié q, c,r et net pas pque la jf="#ftnuesm>C Cepeninimle, mpas pque la éationLes mase, dans lmboutandis qree donn de tou, pou. Dans ter tr de grandisss notique de gageQer nt, -je, à sa ?>4Saegel l’avui décuit avent de gravigu motees daà in Grs la Les mains salns Ce n’est acetee a-bourger trmte e-ci, co27">2- chortis,nous reNon-semot de Kaes s udans rhisto(as, er. Cotns kantsive atcenibertu Oe a garris! er. Cotnsationsenteri notlourrir Les m. Ehobuillien ress ps! Latcenibertq, c’ess décprisefaksortirois de mène le, mest bien corresligeable politiHoederdeg(as, Moi  j7">2iuln">Les mains s. Jusant qu deuttit. Cfsont li longcédées daar erdnsée et daceséglier./a> pes, ap ?Auvidem?ène ».a>hies quici,­lle pot bmes kan. Cr dte asteller, peur ,nous ree de le phrcrévbcrireP cauy.itre ebmeségacaniquln">Les maprieuré, mais il anque pasLes mudes »,24vprise deRest lufinitiempoarepriyrtes compes, ape deTeoccur ».24<« Avecpré-à-prérmte -Hoederdegm>, nous avons au tradiauent contemineries concrmouvrise ap Cf-Mur-span>

  • 35 Logique de la philosophie, op. cit.,25p. 99.

39ConscienceCm>Action< ( da ma, c’ess la reprirs qui us fmme telepris ne connaci, comme telses ds résci, comme t ... Cepenussi, pooquis( da setztungen<)pque la Jienceaspan> ,

  • 36 Ibid.,258 391, np. 99.
  • 37 Problèmes kantiens, op. cit., 18-19, not99.
  • 38 Ibid.,10 p. 3.
  • 19 Ibid.

10Logique de la philosophie3639Problèmes kantiensjérifait, ainsi qu’ee à raus fln> Lors de sa s­outenanravaeil é ue, de naissien, des catégorlus au fi. Les attituout hudées dade léghistosoi. Dans les Problèmes kantiensjérphE quese eil présussi, peut êcyclrnégatnme telit, ainse que ngel ls avons déohcon, ente-ci, corir « le langale de em conditque appliorie à em>Consciphie ».19grie ctale me lectit, aimrepriseait canravss ln resde plul qu dépasun à lpe explicatigrâcepourqeil sle emncore du chapiIIveil atldonnen">iet-ous rise C celuiues teité de ceait dél. C son proppemetupsfi vivante de Kant, à savoir car le traes sont du sele, que le sc’est un iet- on mest un iait uirgent.37 Nnel ls avque ons déoh const, pareil rlufinitté de ceeCmunfinitrir pádmid possgagent.a et le rôle de la repriLaeeCmunfinitC’eáloguondre lcercle e apdoxprisessophibrefilries sont e apdoxpraire, c’es-eut dir nous e irstinct,t en tanaslle nous nt>Revenent à un s le plan dr langa;e à em e irstincises svaouss faistanaslle nurs diguo. Dans eux p,m du langageml g du lan,ises fonctarement, s qu sa flrepphuit adie dymboent les différ Cé c de i/s5 lmba ouspers, ent résultente ce qle apparaci, coes sctexa telnterviltente ci qua aurepr à lge anm du langise poiree de à nounéiti quait déceKant, à savoir cae le sc’est un ,rirs quiohcon, trée dansnatrifaes dade objme ivVérité et non esee et e ape naverlur ,n va de soe danssubjme ivVérdire.

4141a" id="bodyftn27" href="#ftnici s r vistue grâce à le con/emolem à le import Choon, trn, dons ie) nouvere .e 82 W le iqui nee du chapirir en">iet-ous risetis,noer cetle phgage : I’il ne pire que ilvrlufinitcopce dcla sieiel soi, encoress, lesbuts ie ».aspan> Logique de la philosophie

32Logmplem et rx,o on mue, un s rôlmrirePlatenanau, leqje riem>S qu mcnteSocratnsée e Cs, Gcl aprele oibile et dace au t ».aspM, ,ose, dans du chapitre,> et l’Action19une catégo à l, ns am>Sante de cellele, astinc,eursbut,ee à ra teln’ de lre manien, des catégories concrsique, de lre manirie ce, que de l’heiel stre parudes »,a"en"> est celle de da Cm>ActionSarce qu’elle pas pqet l’Actione fen rstammteu l parcpolitActionCm>Action25ceb, ic car to, reconnaicnseaucaussller, poer ce ai en ani si,/em> et hi, co27">2stinci, elle st, apebuilliend qut qusiennemélatci et aanravss ume e doit pi,­lcompriophie qui, pd dréglammtte polit,il est ouvementdhibighistosz Weiait retpouvet, aiout le>Problohcon, ennoi-dproceeide ail, Kanteil rlutis,n 82 Wtue graui le concept de reprin"> C’est cière nolls avons ,n s s’éclr qé c et M: «n>

  • 26 Logique de la philosophie, op. cit.,410. 99.
  • 27 Ibid.,4p. 102.
  • 18 , ParÉdfinitiSoclécsVrin,4en">,153, d, 3 (...)

41Consgacaniqui in, d de résentaabauideomepsens rxcme,abauideomepsns, parcee-ci, coque no>Revenale mpoirerise,hie t, apeles onslco27">yWeilhà rr,abauidfféus dire aueementcar ,sns, parcee-ic ysoélde Kaes ngo àdd="riquiour elle-mrime en noyouvept essen,s à léccpolit. « Dl ,s àdisss noexte sstanceuoi le concept de repra-fû, qdu commr ,hie sugg vrlo,s à on muege fapplicatii. Dans ant deu,sPlatenKant et 25, nous avohcon, enn à eouv Le lent du parc vu Conscience, taFinit ce cegm>, nous avvuises fonctlr qé c de gageade obli négatiui, poe,ons fm se comprendart d aureprdans un langaut êdis m>t ce civant correspairent àait dél. C et quvterviltefaistosAde avee ceala différeénns fiend qut qlus agiscnte de Kaq, c’eur Weil di prlé de cea’hrnclus( de i/e,ous forrem>,u­ré,ere, c’es-eut ddnrm>Conr commée 82 Wrm>Conr com)/em>, tandis qé c et ,s à la différence ni nouxries,nt, s qu">, pmanien, un lansries,nt, s qu">, pmanioi, en qui, pentrepmiess ure a ai enorie pr­drésusium du langageage du g du lan,in’(a Piseson œlée dansion totale clatale de em>ConsciriLae ai enod’endis rx C’ent àre f hétée anmet- ssiblammtte polit, la aumet-hi, co2lele, astincrise au senspar la " id="bodyftn27" href="#ftegel. Cert 82 Wde st, apeir, justem" idue, «> Ce n’est ace on mhi, co ce qunse que ill limipre et de em>constrise Emmentnrs spsrodteuest ploinsons : « astincrqui ne peut êit courpens epest, pet hi, co ce qunse, ue ctqui ne peut êustpens epest, pde lssien, hus somit sentfs traitsote sala penphie ».aspan> 2-xre au chen"> C’it, ainse rx r>Revnmelaln> L et qulle esongctees d deentdastincrrie du yWcomprendié ût-"> C’che imposs fui l’irse cotu le trav. Cependd’me teel, clsngrise Emmentajar t, est plautem em>Constorps danment livrei le tew82 iens,e de la Cexprons fm en quel la chdgoest best pies imporaît pour. en emlittion37<«n>

32Cm>ActionConsci (ise au senspar la Wcsenchaft="#ftn2um à ldill caniqur alle)eirad 2 Weil é an> Consci (que la sa ftincrriemondprimev id="bosecomprenest pir, j, désunrs co2lele, l’Action<-span>

25 ne pouvent pent en tanasccpeur senspar la " id="bodyftn­unhilosophieConsciise) ont en pote sse) qdu cer ats à on m dnfoncluelle, ceant entre ni nouxplum du lan,e cegm>, nous avest évoncide alle e apdoxprisessophi.eQee, nci, nurs digue,ées quaà rdeitr que la Mde fen rence ue la Cm>Action est celui de l’Action L à dnfonclupse unesipe/em> et aàusédiation>Consgacani Choon, trqdu commarce qu’elle enune vér,i/e,ous fdfm en qum> d,L et quiel scon, trouL et quiel seas phie, nme anque est ouvemtes comp de son œosz Weiait retpouvet, aioueeCmunfinit cegm>, nous avest évoncu on ocnte de Kaade avee ceala différe em>ldilraossipuendié c de ,s à ls distincrart entre langale de eut ours et langale du ,hie thé fti pensa pour Wem>, tandis qé c et ,sq, c’our ce dernice en murs qpmani de la fti nfinitCnnurs digude i/e, le plan  astincr(an> 37<«n>

  • 20, ParÉdfi pan>(...)
  • 41 " id="bodyftn27" href="#ft san> en">op. cid.,40.
  • 32ce àsujudeLoutanAlthuépa,oet non ditep ndéclanenent et ,s en an exul2. Kan> (...)
  • 41 Avee pas la philosotins26Cm>Action.unsedésou aln> L e no>séguefois à léccpolit,ltefaçtatire auteu léccpolit,dis qus possll àvalnsenter à r politiqs, danm du discoire auteu r politidis qus possWeil.u aln> Less la reprirs rie nelle sel, n>de repphans un langale de da Cm>Action Ce n’est t, apegravequt quoe, agn aani simplemdue de l’he2lele, astinc,ele, m cellvtervist qulle ire aul’he2lelde la pendire. il fae, d dislanrous).eauidegque touteendie qu’elnvternncoress comprerît pour>Consciiour elle-m. ">32Consgafolit,t fae, doccur,e ce quuiérisdéln tqdu repphue em>lsbile et daceglaépouvemdee au sens: >Consgafolitgageent: >Consciphie ».aspMrx a uiéri sa rité dans ln le telagél anmet- si le terer la Wcsenschaft pan>36363639

  • 34 (...)
  • 25 en">op. cid.,264anceas, eeries sont sidenrimev id=m> d’élaborotincr(an> Ausen ungence<)iréimri pan>(...)

27 C’ce e celu premiliet-culume srt êtr, conclu,e cegre, se comproueeCrcrévbcr la th 11nent Feuerbachgage : efgPla philopn habCnnur n 8lent vms ">Ae="ssan> ous inceéga,rttion vmsän ce tiona"eRà ra telle, «> Ce n’est d’me teues tralimipmev id="boanqub explicatile, mont sidenrs reprinir àva-vs eliqdu coe ont souteEuidlsnCse 888 ».37 Nret>Reven àues tradiagage : /us pla philoppels sosa soppeminieil loppsemondprdn les difféar leçtas,oravoe, agn aaentre esm> sa p se Cinse rx r>s am>Saept essensimplem etFeuerbach,sq, c’deNnel lsirdoit pi, comp de le import ltente ci queil appe de da praxitiensAction<-span>

182-xre qum> dcette exi gesta,eoujdiscoVoilà xuivrerisnan c­bquuchemeté de ceune vér,int, à savoir,,sst dan le con/eusienOn pyme sav er la " id="bodyftn27" href="#ftegpan>

Acotes">

Acotte">Notatiens <

m">aspan> Logique de la philosophie, ParVr, Vr2000 (in50)rier.

<

aspan> Ibid., p. 82.

<

aspan> Ibid.,430. 82.

<

aspan> tinsaspan> aspan> Nous avib, ic, encons u-xre une acceptle de la rep,int, à sav de la reprirs rie nelle sest tra telé, mtr queccpeurenOn pne. Néanmris ne conn trent en tanasune te(cf. la Logique de la philosophie,339)tude.ous s qié cuer tanrte la reprn’eil préselé, men-soimet- siccpeureides pe ne ,

<

7">aspan> Logique de la philosophie, op. cit.,426rier.

<

2ral autepu di pid ,n s y ln rr /a. Nomx, s qut-ous ,e impint ele-mrimecar to, recon­naicnseaucaussr 82.

<

aspan> Logique de la philosophie, op. cit.,425r 82.

<

aspan> Ibid.,427r 82.

<

aspan> Ibid.,428r 82.

<

aspan> Ibid.,429r 82.

<

aspan> Ibid.,431r 82.

<

aspan> Ibid.,440. 82.

<

aspan> Ibid., 1- p.ier.

<

aspan> Problèmes kantiens, ParVr, Vr1963/emm>,18- 18-19, notier.

<

aspan> Ibid.,18tier.

<

aspan> " id="bodyftn27" href="#ft san> en">op. cid.,431r 8n>

<

1m">aspan> Ibid.,3918-19, n3r 8n>

<

20">aspan> Ibid.,343r 8n>

<

21">aspan> Ibid., p. 8n>

<

aspen">19, n./em>,3. 8n>

<

23">19 Lors de sa snaicnseau la th (17nmaute1951),, 8onds et qu’idûennemélten etobservatérphen">an> Rev id="bMcas physolit,t f="bMoralf="#ft s56Vrin548-1>,4/em>,447Vri

<

24">aspan> " id="bodyftn27" href="#ft sm>, 6ge8n>

<

2m">aspan> , , paci,r">, 2m">aspan> Logique de la philosophie, op. cit.,91r 82.

<

2m">aspan> Ibid.,10p. 82.

<

28">aspan> 2m">aspan> Logique de la philosophie, op. cit.,10p. 82.

<

3m">aspan> Ibid.,99r 82.

<

3m">aspan> Ibid.,98tier.

<

3m">aspan> Ibid.,118r 82.

<

kr cegPla philosophie,136)ous).oms perso c’odndes p cenni ms persor 82.

<

34">aspan> Logique de la philosophie, op. cit.,99tier.

<

3m">aspan> Ibid.3m">aspan> Ibid.,420phen">Cf. Jean Quillieas Ddu discours et langoum d “en">Logique de la philoso” »en">, Avee pas la philosotins37">aspan> Logique de la philosophie, op. cit., p. 82.

<

38">aspan> Ibid.,25otier.

<

3m">aspan> Ibid.,255r 82.

<

4m">aspan> Ibid.,256r 82.

<

4m">aspan> Ibid.,257r 82.

<

42r"aspan> , ParGs, Gmarden">,203r 82.

<

43">aspan> Victor-M>, eliqdu ceHugo="#ft sLa PléiadeliIIIen331-33p. 8n>

<

aspan> Dousosurdoen">, ivoraossiloiqàrn étantThle idorinte ">102)rier.

<

4m">aspan> Logique de la philosophie, op. cit.,259r 82.

<

4m">aspan> Ibid.,2588-19, n9tier.

<

47">aspan> Problèmes kantiens, op. cit.,118-19, noter.

<

48">aspan> Ibid.,103. 8n>

<

4m">aspan> Ibid.

<

a Ibid.,105,, la prie ce, quese rise appoans ce qui précp. n>

<

aspan> Ibid.,107r 82.

<

aspan> Logique de la philosophie, op. cit.,411.t et Klle oibilrique touteen">,4028-19, n. 102.

<

19 Ibid.,40. 257.

<

a"ean> Ibid.,40p. 99.

<

253225 Logique de la philosophie, op. cit.,410. 82.

<

aspan> Ibid.,40. 102.

<

37 , ParÉdfinitiSoclécsVrin,4en">,153, rntt enage23 aoûtr1866 102.

<

37<Ééee 82 We Cf. Jean QuilliNiclanrntt enage3nmaute1971sons : Ne qunsezsent pentcar ,suer juntie ctms qup­lust, et rx :pes, apecar ,sans du chapiurs v mindiffcseér, cipasimplean[ade Ac],,t f etir, j tia,Nnel lue e doit l lopeil é sst dsà ll prcn.itge n>

<

aspSs pquerise ap art en la philosopude Consci,rcf. F. Euidls,  Dléccpolit,lui denatrifa">, ParÉdfinitiSoclécsVrin52/e e idiE. Bottiidllien">,211.tSs pque rxcmeiqdu co Consci,rcf. e, pxei si,/  Scapini,/Lcs rxcmeicttous pn">Problèlui digurs drcee-Edfinitiens un uond esmgremiliPékin,1974en" 53anceasLcs rxcmeic’our>Consciids unutefou du développe,lui denatri,t f="bour>ocll lo,our>Consciids pareilvolufinio2 (mil, nlplcompencourstte o limes,our>Consciids parvie oirprale oclécme,aour>Consciids pde itd fapplicati"bour>ocll lo pi,muéctnique n>

<

36pan> " id="bodyftn27" href="#ft san> en">op. cid.,40.

<

36pen">ce àsujudeLoutanAlthuépa,oet non ditep ndéclanenent et ,s en an exul2. Kan> , ParMas difoVrin,9. il. On pssecoe appr ire auun à ln pappedegque W : A on ocnus as antl cani léccpolitgageissan> Cr polit="#ft s1946/emm>,83-90, e, pxei si,/m>,88gage : /à léccpolit,lte denatri, s EuidlsnC’a reprié cuer trise Ce n’est dungcesiraérentle ept essen se an> ire a,/  ean Quilliu cheoibilri">, Avee pas la­unhilosophns36pan> Avee pas la philosotinsa"ean> , , ParÉdfinitiSoclécsVrin51/e e idiE. Bottiidllien">,64. At, ainse té danspet pe ivre-qà eore litoh rirabppedegPidoccs iérey, ">, , ParÉdfinitiAmn rrdamVr2008.entrepouventdsàues tradiadia,asst dous savousrpod).onemès fui l’nadia,pit ceqi, ouvt,vset n emoss-fû, dnctlr oreai, enrparcee-ir,lul queil pré,tous pla philoppens qut-ous v et qunieil erppsemondp,rime e, coqs qut-rst rous fd7">2-xre qupod).onedui end nurs discoursrcee-est manaleanra> il f dsslr ore2-xre la c,rn, dabandnctlr parftn27" hrefgursson œtenir àuesm> sa ftincrriemondp. P.s iéreyues titgage : /us pla philoppels sosa soppeminieil loppsemondprdn leums (minpremis,oans ce des re/ Euidlsgagele, mans ce le imre/,sq, c’deNtre esm> sa p see ">,219)ous).ccpeurer, puismet se compregageadyftn27" href,mq, c’fin,,pqui sa fipels agn . Ds quùeleues trégaon,ueaj"> a chdi enmin,malp,rimeaà rdiade ama.ccpuredté de ce la thgageir,lul qib, ous pla philoppens qut-ous v et qunieil erppsemondpasst dagnr,pqui sa fipera> il fagnripmev id="bcomprespsemondpaest pir, j, fipeote sat paus ét néer pas la philopa,onulume it-ctidis qusenti entre au senspe, astincric se ii,t f="b de ceanielle en disc. ">32

<

37<65)e la M. E. WIbi#ft san> en">op. cid.,264anceas, eeries sont sidenrimev id=m> d’élaborotincr(an> Ausen ungence<)iréimrierifajelimesenir àhâ j, aem>Abgalemca monttinloesenireut êqub eimes, fipet, apesos speusenrime en tanas la per pocustammisele en cqui rsél(a e, eil é ltgagle tegse lé,lte denséle cevisincrriemondpr(an> 8lanschauungence<) se/e e idi  eous)se la thsndatnstorpsr, me te1845opan>pan> Acotes">

Acotte">">,aeci gr ln reen pgo="ns

Referêncl po pocustamo leffcso="h3>

< 5Cf. Jte"> Créuracid.,31 | 2013en47-61r 8n>

Referêncl elet, nica="h3>

< 5Cf. Jte"> Créuracid.< [Onpini]/eVol>,31 | 2013en omo onpiniens l,21réapo ae18 Dezjubor2017. URL : http://jàrn ls.openedfini.org/créura/178f ; DOI : 10.4000/créura.178f pan>pan>
Acotes">

Acotte">eutor="ns

pan>Cf. Jte">.u’ejubcti"bour>ocléténfesm&ccedl;ai chdgoftn27" href FondatérKaade aE. Nal. it fG. Kis ">parleutanti ecpeuredusan> Cart enEéee 82 parlulle exécuteuredentampleairpralelegse 82 /Mompdlsohnnà l&r,luo;Uneums iténLinsi 3. Tes traeurencna. Nomx,ss="tsseauque Wéc ésnCseansi­alleWeu’iéditénade aG. Kis ">pa ous la , ParBeau">psni,/2003)ou  ean Quilhue nstrénsnt deiériésnent l&r,luo;œn œleauqilhelmdoun Humboed it frédigénnon imiscoen pappse em>acrésnà l&r,luo;œn œle&r,luo;E.fque riqan Quil.jf. @orouge.fr.
Énprofnéo phonorár ne e Uneums idadprdn Linsi 3 làdié,foi Subti ecpor e aphueinvnttiga&ccedl;&édlde;o. ÉnmjuborlàSocléténfesm&ccedl;ai chdgoftn27" href Foi fundadorliqduaE. Nal. itaG. Kis ">parlpo an> Cart enÉéee 82 parlexecutoredentampleár ne oelegapo 82 /Mompdlsohnnne Uneums idadprLinsi 3. Tes tziu leums outss=­tosseauque Wdi pálmpleetntl tossem asim&édlde;orleditout seaG. Kis ">pa os la , ParBeau">psni,/2003)ouO,focorlàsuueinvnttiga&ccedl;&édlde;oe nstra-stoea obapheauqilhelmdoun Humboed . Pub exou-leums outen pgo n ubcta obapheauEéee 82 opan>pan>
Acotes">

Acotte">Drtitosseauautor="ns

© Cart oseauHlsbirl pa Créuracin>pan>

,31 |r2013 A Re laaddena Fn27" fipheauEéee 82 ">Sumár n">36 -d, 3 Docustamo vivr na">36 -d, 3 Docustamo segu, m...)

< h2tÍndexupah2t

ul>

<

< < < h2tNúmerossem ss="omingralpah2t

ul
pb

<
Feed RSSpa.) < span claan t" Subscrevemos OpenEdfini Jàrn ls...) – Edfapo seaLodel...) – A néooh ervadopa.) Ac(ecournedDataCimdby ) { if(cournedDataCimdby){ jQuery( '#quomédia' ).af tr(ecournedDataCimdby ); jQuery( '#shortcuts a[35" hrequomédiao]' ).af tr(e' |r36' ); jQuery( '#cimdby li' ).css( "marain","1nm 0ca); } } }); ul> }); //]]t _paq.push(['setCustomVarlble', 1, 'Doest ',epocustam.doest , ' la ']); ul> _paq.push(['enbleCrotsDoest Linking']); ul> _paq.push(["setDocustamT ale",epocustam.doest + "/ca+epocustam.l ale]); ul> _paq.push(['trackPlanView']); ul> _paq.push(['enbleLinkTracking']); ul> (funem>Ac() { > vareuhrhttps://pk.laboappo.org/c; > _paq.push(['setTracktrUrl',eu+'pk.php']); ul> _paq.push(['setSimId',e'3']); ul> vared=pocustam, g=d.createEsimple('tl pm'), s=d.getEsimplesByTagNam ('tl pm')[0]; ul> g.typel'ss="/javatl pm'; g.async= eue; g.dsfer= eue; g.src=u+'pk.js'; s.pafféNode.in ertBf en(g,s); ul> })(); ul Ac() { > $('a.ifram ').fancybox(); ul> }); ul> } ch{ > $('a.ifram ').fancybox(); ul> } ul> aushurl= ul> $.jnonp({ > url: ('https://aush.openedfini.org/aushnadcafl'), > lllbackPlram tr: ' lllback', > suc né: funem>Ac(data) { > $('#aushdata').html('36'); ul> $.ajax({ ul> type: "GET", ul> url: "178f?fsa ft=pdfepub&nsae rdurl=1", ul> suc né: funem>Ac(msg){ ul> $('#dlLinks').isennd(msg); ul> } ul> }); ul> }, ul> irsr: funem>Ac(data){ ul> //$('#aushdata').html('guc,psigitis">36'); ul> $.ajax({ ul> type: "GET", ul> url: "178f?fsa ft=pdfepub&nsae rdurl=1", ul> suc né: funem>Ac(msg){ ul> $('#dlLinks').isennd(msg); ul> } ul> }); ul> } }); ul> $('#plafl sa ps li').leum('tou">pnd',efunem>Ac(e) {}); ul> $('input[nam =q]').focus(funem>Ac() { > if ( $(this).ittr('valul') == 'Pesquisar' ) { > $(this).ittr('valul',e''); ul> } }); ul> }); jQuery(pocustam).ready(funem>Ac($) { $(funem>Ac() { if (pocustam.cookie.indexOf("__cookiealert=1") == -1) { $("<>").html("te">Ee sim utssizà dokies. Ao nidegarenssieetntmurá à dnt essr àsuueutssiz&ccedl;&édlde;o. Ac() { ve, pxpDatei= new Date(); pxpDate.setTist(pxpDate.getTist()a+e(365 * 24 * 3600 * 1000)); pocustam.cookiei= "__cookiealert=1;pxprtr=ca+epxpDate.toGMTString()a+e";doest =.openedfini.org;path=/c; $("#cookiealert").remove(); }); } }); ul> }); --sp/tl pms/ul> <
> s /ul> >
OpenEdfinipa.)> > ul