Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ian Ward, Law and the Brontës

Basinstoke, Palgrave, 2012, 195 p. ISBN : 978-0230251472
Claire Bazin
Référence(s) :

Ian Ward, Law and the Brontës, Basinstoke, Palgrave, 2012, 195 p. ISBN : 978-0230251472

Texte intégral

1Il s’agit là d’un ouvrage pionnier, que signe Ian Ward, spécialiste de droit. L’ouvrage comporte 144 pages de texte, 29 pages de notes, 15 de bibliographie et 4 d’un index ad nominem.

2Dans une introduction de 25 pages, longue et fournie, où l’auteur passe du général au particulier, et du contexte aux textes, il révèle très vite une impressionnante connaissance des Brontë et de la critique, d’hier et d’aujourd’hui. L’introduction se clôt sur l’annonce du plan et des principales thématiques qui vont être abordées, en relation avec le droit : mariage, garde des enfants, divorce, héritage, violences conjugales.

3L’ouvrage, très équilibré, est particulièrement réussi et fascinant, en ce qu’il mêle sans cesse et avec bonheur texte et contexte. Ian Ward se penche aussi systématiquement sur les influences à l’œuvre dans les romans, sans toutefois jamais les présenter comme des certitudes.

4C’est sur The Tenant of Wildfell Hall que s’ouvre l’ouvrage : l’héroïne quitte un mari débauché, alcoolique et violent, choquant toute l’Angleterre victorienne. Dans le second chapitre, consacré à Wuthering Heights — Ian Ward insiste sur la proximité entre les sœurs et les points de comparaison entre les romans — il s’interroge là encore sur les sources d’inspiration qui ont pu conduire à créer le personnage de Heathcliff, le bâtard, l’enfant trouvé (ou retrouvé ?). Comme pour Jane Eyre, il soulève l’aspect post-colonial du roman, l’influence de Milton, dans un roman où règne la violence, même si Heathcliff n’enfreint jamais la loi. Dans ce chapitre, l’auteur aborde aussi la question des mariages consanguins, courants à l’époque.

5Au chapitre suivant, qui porte sur Jane Eyre, on retrouve donc la question coloniale, incarnée en Bertha, l’Autre, l’étrangère, enfermée pour folie. Ian Ward souligne la fascination pour la folie en général, et plus particulièrement ici pour Charlotte Brontë, et les problèmes qu’elle posait. Il termine son chapitre sur Wide Sargasso Sea, réécriture de Jane Eyre, qui fait d’Antoinette Cosway, alias Bertha Rochester, un personnage à part entière, et non plus une « hyène en jupons ».

6Les deux derniers chapitres se penchent d’abord sur Shirley, sorte de roman réaliste dans la veine gaskellienne, qui a pour toile de fond les « Luddite riots » et où se mêlent le personnel et le politique autour des thématiques du mariage, de l’amour et de la place de la femme dans la société. On y sent l’influence de Burke sur l’auteur, au point où Terry Eagleton porte sur le personnage éponyme le jugement suivant : « A Burkean Romantic conservative ». Le roman, de construction jugée maladroite, n’a pas reçu l’accueil enthousiaste de Jane Eyre ou de Villette.

7C’est sur ce dernier que Ian Ward termine son ouvrage. Roman d’introspection, d’isolement, de solitude, c’est Villette qui porte à son comble « l’invisibilité du droit » dont on pourrait dire, pour résumer la pensée de l’auteur, qu’elle est omniabsente. C’est, dit toujours Ian Ward, le tour de force des Brontë que d’avoir réussi à introduire le droit de manière aussi subreptice qu’efficace. Villette met aussi en évidence la surveillance, l’espionnage érigés en système, (Ward cite Bentham et Foucault) faisant du roman le reflet de la relation lecteur/auteur.

8Pour conclure, Ward souligne l’importance de la littérature pour une humanisation du droit.

9Ian Ward jette sur les romans des Brontë un éclairage nouveau et passionnant, qui permet à la fois d’envisager les auteurs différemment et aussi de plonger dans les arcanes des lois victoriennes et leur évolution. Il s’agit d’un travail remarquable et fort utile pour tous les dix-neuvièmistes.

10On émettra un seul regret : les ouvrages de Carl Plasa, Textual Politics from Slavery to Postcolonialism, Macmillan, 2000 et de Sylvie Maurel, Jean Rhys, Macmillan, 1998, auraient pu figurer dans la bibliographie, par ailleurs très riche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Bazin, « Ian Ward, Law and the Brontës », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cve/1303

Haut de page

Auteur

Claire Bazin

Université Paris-Ouest Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals